Behaviorisme et Finance Comportementale

Finance Comportementale : Pourquoi les investisseurs sont-ils aussi créatifs pour faire des prévisions rapides?

La formation du cerveau humain depuis 11,000 ans a facilité la création de scénarios trop rapides : une forme de paresse intellectuelle….

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Les investisseurs se bâtissent des schémas rapides de prévisions sur la base de quelques donnés récentes . Il ne suffit que de quelques prévisions exactes dans les médias de la part d’un commentateur connu pour que les propos paraissent crédibles. La plupart des investisseurs ne vérifient pas le fondement de ces prévisions.  Les investisseurs sont fondamentalement influencés par les médias et les gourous et risquent de devenir des investisseurs au «comportement moutonnier».

Les raisons

Il y a trop d’informations à interpréter dans les marchés financiers et elles sont complexes. L’investisseur a tendance à se bâtir un scénario de prévisions, en se basant sur des titres dans les médias sur l’ensemble des marchés à partir de quelques informations qu’ils ont jugées comme valides.

Voici comment le cerveau est programmé pour la création des scénarios rapides

Les investisseurs sautent directement aux conclusions(1). La paraisse  intellectuelle l’emporte. Deux conclusions positives sur 3 de votre analyse vous fait interpréter la 3e comme étant positive. Si la 3e est négative, toute l’analyse est alors changée. 

Ce processus se déroule de façon inconsciente (1). Même si votre volonté est d’analyser de façon rationnelle votre décision, le subconscient vous guide plutôt selon votre intuition.

Ces réactions sont automatiques(1) . Le cerveau refuse le hasard l’humain et préfère une certitude quitte à inventer un scénario.

Ces réactions sont incontrôlables(1) . La seule façon le lutter contre ce défaut de programmation du cerveau est de le comprendre et d’utiliser des mesures pour prendre des décisions de placement différentes.

Exemple :

Les bourses chutent pendant quelques jours, votre commentateur préféré annonce qu’une vague de faillites pourrait être déclenchée à court terme. Vous  réagissez et vendez vos actions . La semaine suivante des déclarations contraires sont annoncées, les cours reprennent, malheureusement vous n’êtes plus dans le marché.

La gestion tendancielle que nous préconisons demande plus de rigueur, plus de temps et une série successive d’informations pour qu’un scénario soit crédible. Malheureusement trop d’investisseurs se laissent emporter par le vent.

(1)Jason Zweig, Gagner en bourse  grâce à la neuroéconomie. 2008

William André Nadeau Gestionnaire canadien de portefeuille

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE :

Les investisseurs, ces moutons de Panurge

Les marchés boursiers actuels offrent de formidables occasions de placement aux investisseurs qui préconisent l’approche valeur. Cependant, pour réussir, il faut avoir un comportement contrarian, ce qui n’est pas une mince affaire.

Au cours d’une conférence prononcée à Orlando, en Floride, dans le cadre de la conférence annuelle de l’institut des CFA, Michael Mauboussin a expliqué que les investisseurs contrarian doivent se battre contre la nature humaine. « La psychologie et la sociologie nous enseignent que les êtres humains sont des créatures sociales. Régulièrement, ils synchronisent ensemble leurs comportements, ce qui crée les modes, par exemple. La même chose se produit sur les marchés. Lorsque cela arrive, les prix ont tendance atteindre des niveaux extrêmes, à la hausse comme à la baisse », a dit le chef stratège de la firme Legg Mawson Capital Management.

Bien que les conditions actuelles du marché favorisent les placements, nombre d’investisseurs hésitent. Michael Mauboussin rappelle que plus de 9 000 milliards de dollars US dorment dans des comptes de liquidités ou dans des fonds du marché monétaire, alors que les entreprises et les marchés ont soif de capital.

« Même les professionnels du placement se laissent influencer par la mode, qui consiste à ne rien faire en espérant que les choses se replacent », a noté le gestionnaire. Cette propension à imiter la foule au lieu de se fier à son propre jugement est certes normale, mais elle n’est pas garante du succès.  

À contre-courant de la masse

Pour se débarrasser de cette attitude moutonnière, l’investisseur doit faire le contraire de ce que la masse des gens fait : oublier les pertes subies dans l’écroulement des marchés et regarder devant. Actuellement, les chances sont du côté de ceux qui prennent position, non pas de ceux qui attendent, a dit Michael Mauboussin.

Il n’y a rien de révolutionnaire dans ces propos, a-t-il souligné. Benjamin Graham, le mentor du légendaire Warren Buffett, a déjà analysé le comportement irrationnel des investisseurs et constaté que l’approche contrarian était l’une des clés du succès en matière de placement. « Les investisseurs traversent des cycles d’irrationalité, comme c’est le cas présentement. C’est là que les bonnes occasions se présentent », a conclu le conférencier

Source conseiller ca AVRIL 2009

ET TOUJOURS D’ACTUALITE :  Prédiction et la neuroéconomie (cliquez sur le lien)

3 replies »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s