L'Etat dans tous ses états, ses impots et Nous

Trappe à Dettes : Rapport Moody’s / difficile travail d’équilibriste pour pays notés AAA

Les quatre grands pays notés AAA – les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – vont devoir faire un "difficile travail d’équilibriste" pour réduire leur dette publique en diminuant leurs dépenses, estime l’agence de notation Moody’s Investors Service, dans une étude publiée ce lundi.

PLUS DE DETTE EN SUIVANT :

 Il n’y a pas de risque immédiat d’un abaissement de la note de ces pays, mais le léger risque qu’ils ne parviennent pas à mettre en ordre leurs finances publiques s’est néanmoins accru, ce qui pourrait à terme déboucher sur une dégradation de leur note, indique l’agence de notation. 

Tous les grands pays notés AAA "ont la capacité de faire face aux défis auxquels ils sont confrontés", estime l’agence de notation dans son rapport trimestriel sur les émetteurs souverains notés AAA. 

Pour ces pays, un abaissement de la note souveraine serait non seulement perçu comme un camouflet, mais aurait pour conséquence d’accroître le coût de la dette. 

Moody’s observe que les pays notés AAA espéraient que la croissance les aiderait à résoudre leurs problèmes d’endettement, mais que ces espoirs ont jusqu’à présent été balayés par le fait que la reprise économique mondiale a surtout eu lieu ailleurs, ce qui signifie que les dépenses publiques vont devoir être réduites. Cela implique un "risque en termes d’exécution" non négligeable, car cette réduction des dépenses ne devra pas enrayer leur fragile reprise économique ni affecter le principal atout des Etats, à savoir leur possibilité de lever des impôts, souligne l’agence de notation

Les Etats ne pourront pas compter sur leurs plans de relance et sur la croissance pour se soustraire à la nécessité de réduire leurs dépenses, avertit Moody’s, car cela risquerait d’altérer la confiance des marchés financiers ou d’impatienter les banques centrales, qui pourraient décider d’agir et de contenir les anticipations d’inflation en relevant leurs taux d’intérêt. 

"Compte tenu des niveaux de dette actuels, une hausse des taux d’intérêt aggraverait une situation d’endettement déjà compliquée", ce qui pourrait avoir des conséquences sur les notes souveraines, explique Moody’s. 

L’agence de notation n’abaisserait cependant pas automatiquement la note AAA d’un Etat même si ses charges d’intérêt atteignaient 10% de ses recettes. 

Moody’s étudierait d’abord la notion de "réversibilité de la dette", c’est-à-dire la capacité et la volonté des Etats de maîtriser leur endettement dans un délai de cinq à sept ans, qui dépendent de leur système politique et de leur aptitude à réduire fortement leurs dépenses publiques. 

Parmi les quatre principaux pays notés AAA, la France détient la plus faible "marge de réversibilité de la dette", de 1%, note Moody’s. Une hausse de la part des recettes de l’Etat consacrée au service de la dette au-dessus de 11% aurait un impact sur sa note souveraine, car un retour à un taux à un chiffre dans un avenir proche semblerait peu probable, à moins que le gouvernement français fasse preuve d’une "capacité de réaction bien supérieure à celle observée jusqu’ici". 

La marge de l’Allemagne est un peu plus élevée, à 2%, tandis que celle du Royaume-Uni atteint 3% et celle des Etats-Unis, 4%. 

Moody’s précise cependantque ces marges de réversibilité de la dette ne déclenchent pas de manière stricte ses décisions en matière de notes.

 Dans son étude par pays, Moody’s note que pour les Etats-Unis, une augmentation de la part des recettes consacrée au service de la dette au cours des 10 prochaines années mettrait la note souveraine AAA du pays sous pression. Mais l’agence de notation estime que ce taux ne s’est pas détérioré pour le moment, malgré la hausse du déficit des Etats-Unis, et n’a pas encore atteint un niveau qui menace la note AAA du pays. 

Pour le Royaume-Uni, l’agence estime que la note AAA dépend plus de la conviction des investisseurs que des mesures fermes seront prises pour maîtriser la dette, que du moment exact où ces mesures seront mises en oeuvre. Moody’s avertit également qu’une hausse sensible du rendement des emprunts d’Etat britanniques ne serait à terme pas compatible avec une note AAA, et souligne que la suspension du programme de rachat d’actifs de la Banque d’Angleterre constitue un risque à cet égard. 

La note AAA de la France n’est pas menacée à court terme, car le ratio service de la dette sur recettes devrait rester compatible avec une note AAA "dans la plupart des scénarios plausibles", indique Moody’s. Le ratio de l’Allemagne devrait rester nettement en dessous de 10% pendant les deux à trois prochaines années, estime l’agence. 

Moody’s a également réexaminé la note AAA d’autres Etats, parmi lesquels l’Espagne. L’agence de notation indique dans son rapport que le ratio service de la dette sur recettes de l’Espagne se rapproche de la ligne de démarcation de la note AAA, mais que dans la plupart des scénarios plausibles, elle ne devrait pas passer en dessous de ce seuil. Moody’s souligne en outre que les plans de réduction du déficit présentés par l’Espagne sont "raisonnablement bien formulés".

source newswire mars10

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE : Trappe à Dettes /AAA : Fitch met en garde le Royaume-Uni mais aussi la France et l’Espagne (cliquez sur le lien)

EN LIEN :

Marketwatch :

-FT Alphaville:
 

6 replies »

  1. Bonjour Lupus,

    Ne serait-ce pas là un avertissement polissé pour tous les impécunieux?
    Au fait, que pensez-vous des propos de Mme Lagarde ces jours-ci?

    Au plaisir de vous lire et merci pour tous ces documents si intéressants!

    J'aime

    • Bonjour Dardevil, un avertissement appuyé en effet et aux effet potentiellement multiples à tous ceux qui ne veulent toujours rien entendre…
      Les déclarations de Mme Lagarde sont à ranger au rang de la rhétorique politico guerrière qui consiste à faire croire que les déficits des uns font les surplus des autres, comprenez l’Allemagne fait du profit sur le dos des pays du sud…argutie typiquement malthusien et keynésien du même tonneau que de dire que moins de travail aux uns (35h) va donner plus de travail aux autres , on voit le résultat avec chômage de masse à la clef…C’est oublier un peu vite que l’Allemagne est un des principaux exportateurs mondiaux et ne se contente pas de commercer avec les pays du club med. A l’image du Japon elle mène une politique de type mercantiliste qui consiste a prévillègier ses exportations et réserves de change au détriment de la demande interne, réserves qui lui seront bien précieuses quant il sera temps de faire face aux conséquences de son lourd déclin démographique…L’Europe s’est en fait construite sur la neutralisation de la rivalité/conflit franco allemande , l’euro y ayant apporter la petite touche finale…Fort de cet euro et de la garantie implicite accordée par la puissance allemande les cigales européennes ont profités de taux maintenus artificiellement bas pour s’endetter ras la gueule et dépenser sans compter sur des niveaux dépassant largement la progression des taux de productivité locaux…Il est très clair que l’argumentaire de Lagarde vise avant tout à protéger le système bancaire français qui à prêter sans compter à ce que l’on soupçonne aujourd’hui d’être de bien mauvais débiteurs en rappelant à l’allemagne qu’elle ne saurait abandonner le radeau de la méduses en cours de route…La question devient alors en europe : comment éviter la déflation pour tout le monde alors que l’on est dans l’impossibilité de dévaluer certain…Dans ce cadre là l’allemagne est et devient une pièce maîtresse, et plus encore comment les élites allemandes vont elles pouvoir continuer d’expliquer au bon peuple qu’au nom du passif lié à la 2ème guerre mondiale il va falloir continuer de se serrer la ceinture pour que d’autres puissent continuer de manger plus que leur faim…le tout bien sur après avoir récupérer une moitié d’allemagne exsangue et littéralement mise à sac par les hooligans communistes…
      Bien à vous

      J'aime

  2. Merci pour votre réponse détaillée et très intéressante ; elle recoupe d’ailleurs plusieurs autres textes que j’ai pu consulter.
    En somme, nous ne sommes pas sortis de l’auberge, comme l’on dit…
    Avez-vous lu le document qui concerne la création de l’euro sur le site de l’institut Turgot?

    http://blog.turgot.org/index.php?post/Connolly

    Au plaisir de vous lire encore souvent et un grand merci pour ce que vous faites!

    J'aime

    • Bonsoir Daredevil, merci pour ce rappel et ce lien car ce texte de Connolly est tout à fait essentiel à lire à relire et à méditer…

      bien à vous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s