Bloomberg

Tchin-tchin la coupe est pleine: Les finances locales chinoises criblées de dettes

Les finances locales chinoises criblées de dettes

Selon certaines estimations, 23 % des crédits accordés aux collectivités locales chinoises risquent de faire défaut, soit 261 milliards de dollars de créances douteuses. Un nouveau renflouement de l’Etat semble inévitable.

FITCH: les banques chinoises faussent leur chiffres sur les prêts selon une étude (cliquez sur le lien)

PLUS DE CREANCES DOUTEUSES ET DE CORRUPTION EN SUIVANT :

Selon certaines estimations, 23 % des crédits accordés aux collectivités locales chinoises risquent de faire défaut.

Pour soutenir la croissance intérieure menacée par la crise mondiale, Pékin avait incité dès 2008 les banques à financer à tour de bras des projets d’infrastructure locaux, même si la rentabilité future n’était pas garantie.

En l’absence de revenus suffisants générés par ces projets, près de la moitié des prêts accordés aux véhicules de financement des collectivités serait à présent honorée par des sources secondaires, soit les gouvernements locaux qui se sont portés garants, selon une personne proche de la Commission chinoise de régulation des banques, citée par l’agence financière Bloomberg.

Le régulateur aurait en outre ordonné aux banques d’inscrire dans leur bilan les pertes avant la fin de cette année. Selon un rapport de Sanford Bernstein, China Citic Bank serait la plus affectée par ces provisions.

Au total, les créances douteuses pourraient atteindre 261 milliards de dollars, soit bien plus que les 53,5 milliards de dollars d’augmentation de capital prévus par les cinq plus grandes banques commerciales chinoises contrôlées par l’État pour renforcer leur bilan affaibli par l’octroi massif de prêts l’an dernier.

Un nouveau renflouement de l’État chinois semble donc inévitable. Un air de déjà-vu pour Pékin.

Épargnée par la crise des « subprimes », la Chine a en effet déjà connu des crises bancaires coûteuses. Après des décennies de financement de projets non rentables, le taux de crédits défaillants avait atteint plus de 50 % à la fin des années 90 et Pékin avait dépensé 650 milliards de dollars entre 1999 et 2007 pour assainir le secteur financier. 

Des efforts qui avaient porté leurs fruits: le taux de crédits défaillants atteignait seulement 1,3 % à la fin du mois de juin.

C.M.

source Echo juil10

EN COMPLEMENT :  L’éclatement de la bulle immobilière en Chine (cliquez sur le lien)

EN LIENS TRES INTERESSANTS SUR OBJECTIF LIBERTE : Bulle immobilière chinoise, éclatement en vue (cliquez sur le lien)

Bulle Immobilière Chinoise, suite: encore une bulle d’origine étatique (cliquez sur le lien)

4 replies »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s