La dernière chance d’éviter une guerre commerciale mondiale par Michael Pettis

La dernière chance d’éviter une guerre commerciale mondiale  par  Michael Pettis          

 Le monde semble être en marche inexorablement vers une guerre commerciale. Le déficit commercial américain est en pleine progression, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la consommation intérieure et tout à voir avec les politiques et les manifestations à l’étranger.

Dans les mois à venir, les États-Unis seront contraints de choisir entre la protection ou la flambée des déficits commerciaux avec la montée du chômage. Ils choisiront presque certainement le premier, mais si ils réagissent de manière excessive, ce qui est probable, ils pourraient déclencher un nouveau cycle de protectionnisme mondial – ce qui nuira surtout aux pays avec des excédents commerciaux.

PLUS/MOINS DE PROTECTIONISME EN SUIVANT :

Après avoir bondi à 42 milliards $ en Mai, le déficit commercial américain a augmenté à 50 milliards de dollars en Juin, un nombre sans précédent depuis l’été 2008 et jamais vu avant la mi-2004. Comme il continue d’augmenter, il y aura le renouvellement de la critique des consommateurs Américains au sujet de l’engagement dans une autre frénésie d’achats peu judicieux, mais cette fois les donneurs de leçon (finger-waggers) auront tort. La montée en flèche du déficit commercial est la conséquence automatique d’un changement dans les déséquilibres du commerce mondial.

Cinq pays ou régions ont en grande partie conduit ces déséquilibres dans la dernière décennie. Trois d’entre eux – la Chine, l’Allemagne et le Japon – ont d’énormes excédents commerciaux dont ils dépendent pour la croissance de l’emploi intérieur.

Pour les équilibrer, les deux champions du déficit commercial ont été – - les États-Unis et l’Europe, dominée par l’Espagne, l’Italie et la Grèce.

La crise financière a ébranlé l’équilibre précaire depuis dix ans entre ces blocs en forçant les pays avec un déficit du commerce à réduire la dette, la dette des ménages en particulier. Comme ils le font, l’excès de la demande qu’ils fournissent au reste du monde doit diminuer. Les échanges avec les pays excédentaires, qui dépendent largement de cette demande pour absorber leur surcapacité, ont résisté farouchement à cet ajustement en essayant de maintenir ou même d’accroître leurs excédents.

Ils ont réussi. La combinaison d’un euro qui s’effondre et d’une contrainte budgétaire allemande augmentera fortement l’excédent commercial de l’Allemagne et produira une croissance rapide. Toute hausse de la valeur du renminbi a été plus que compensée par une forte augmentation des crédits bon marché pour les fabricants chinois, augmentant leur compétitivité, donc l’excédent de la Chine est également monté. La vigueur récente du yen a sonné l’alarme et Tokyo, aussi, fera ce qu’il peut pour maintenir son excédent commercial.

Mais des excédents croissants requièrent des déficits croissants ailleurs, et ici la situation est désastreuse. La crise a rendu presque impossible pour la plupart des pays en Europe avec un déficit commercial de lever de nouveaux financements – l’Espagne, l’Italie, la Grèce et de nombreux autres pays d’Europe avec un déficit commercial verront leur compte de capital excédentaire se contracter rapidement. Depuis que les déficits des comptes courants sont l’inverse des excédents du compte de capital, leurs déficits du compte courant se contracteront automatiquement aussi.

Mais le commerce mondial doit s’équilibrer. Le reste du monde devra absorber, avec la hausse du déficit commercial, la combinaison des excédents en hausse chez les champions des surplus et la baisse des déficits des déficits commerciaux des pays d’Europe. Compte tenu de son ouverture et de sa flexibilité financière, les Etats-Unis vont, dans la pratique, absorber la plus grande parti de l’ajustement, son déficit commercial augmentant inexorablement – jusqu’à ce que le Congrès mette en œuvre de vigoureuses politiques anti-trade. Les États-Unis manquent de politiques industrielles, d’intervention monétaires et de gestion des taux d’intérêt disponible dans les principaux pays commerciaux excédentaires, et seront donc contraint d’utiliser d’autres formes de protection du commerce – droits de douane et quotas d’importation.

Cela ne devrait pas être autorisé à se produire. Au lieu de soutenir des politiques qui déplacent l’ajustement ailleurs, les autres principales économies doivent accepter d’absorber une part importante du choc européen. Si elles ne le font pas, elles forceront les États-Unis à exercer des représailles. Il appartient aux pays excédentaires d’assurer que leur dépendance urgente à l’égard de la demande étrangère ne conduise pas à un effondrement de la volonté des pays à déficit à continuer à fournir cette demande.

C’est peut-être déjà trop tard. L’Europe pour son déficit commercial n’a d’autre choix que de s’adapter rapidement. L’opposition des groupes d’intérêt nationaux par l’incompréhension chez les champions du commerce excédentaire les empêchera d’agir par étapes pour s’adapter. Pendant ce temps, la colère des Etats-Unis sur le commerce augmente rapidement et a fait des étrangers une cible facile et évidente des coureurs de votes.

Les dirigeants responsables doivent néanmoins tout faire pour rééquilibrer le commerce d’une façon moins perturbatrice. Essayer d’éviter de partager le coût de l’ajustement mondiale nécessaire c’est comme ça qu’ont réagi les grandes économies dans les années 1930, et ces politiques sont largement et correctement mentionnées comme protectionnistes. Nous savons comment ce jeu se termine.

L’auteur est un professeur de finance à l’Université de Pékin et un associé senior à la Fondation Carnegie

Source : Article de Michael PettisThe Financial Times/Melvine en Action aout10

Traduction par : Melvine en Action



Catégories:Art de la guerre monétaire et économique, Chinamerica, Etats-Unis, Europe, Financial Times, Libéralisme, Mondialisation

Tags:,

3 réponses

Rétroliens

  1. US : Le spectre du péril jaune « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….
  2. Portail LHC | Blog | La dernière chance d’éviter une guerre commerciale mondiale par Michael Pettis
  3. Guerre Commerciale : Les Etats-Unis veulent renforcer leur arsenal antidumping « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  201 followers

%d bloggers like this: