Art de la guerre monétaire et économique

La grande bataille de sièges au FMI par Henri Schwamm

La grande bataille de sièges au FMI par Henri Schwamm 

Les Etats-Unis entendent modifier la composition du directoire au profit des pays émergents. Les pays industrialisés en sont tous d’accord, mais aucun ne veut céder sa place.

PLUS DE SIEGE EN SUIVANT :

Les Américains ne sont pas contents. À leurs yeux, la réforme du Fonds monétaire international (FMI) avance trop lentement. Pour manifester leur mauvaise humeur, ils viennent, à la surprise générale, de refuser d’apporter leur suffrage à une résolution (pourtant régulièrement soumise au vote depuis 1992) qui a pour unique objet de confirmer le nombre de 24 membres que compte le directoire exécutif du FMI (alors que les statuts du FMI le fixent à seulement 20 membres).

Le directoire exécutif est responsable pour les affaires courantes de l’organisation. Son mandat prend fin le 31 octobre prochain. La Suisse occupe un des 24 postes de directeur. Elle préside un groupe de droits de vote comprenant la Pologne, la Serbie et l’Ouzbékistan. Son influence se fait surtout sentir dans l’examen de questions techniques. Elle se manifeste aussi dans la rédaction des rapports nationaux. Elle a encore eu son mot à dire dans la création d’une unité indépendante chargée d’évaluer le FMI.

Les Etats-Unis entendent modifier la composition du directoire au profit des pays émergents. Les pays industrialisés en sont tous d’accord, mais aucun ne veut céder son siège. Sont avant tout dans le collimateur américain les sièges des plus petits pays de l’Union européenne: ceux de la Belgique et des Pays-Bas. L’Espagne, qui échange périodiquement le sien avec le Mexique, pourrait se maintenir. L’Italie préside un groupe comprenant le Portugal et la Grèce. Quant à l’Allemagne, à la France et à la Grande-Bretagne, ils font partie, avec les Etats-Unis et le Japon, des cinq grands du FMI et sont à ce titre pratiquement inamovibles.

Si les Etats-Unis maintiennent leur position, c’est la variante des 20 membres qui entre automatiquement en vigueur. Et qui sonnerait le glas des plus petits groupes de pays à l’occasion du prochain vote: Brésil, Inde, Argentine, Rwanda. Les pays de ces groupes devraient ainsi se trouver une nouvelle «patrie» (pays hôte). Mais comment peut-on croire que dans ce cas de figure des grands pays émergents comme le Brésil ou l’Inde se contenteraient de se joindre à des groupes existants? Ils n’accepteraient pas d’être représentés par d’autres et ne manqueraient donc pas de revendiquer des sièges pour eux-mêmes. On voit d’ici la situation chaotique dans laquelle se trouverait le FMI à l’issue d’un vote aussi disputé.

Comment sortir de l’impasse? Les spéculations vont bon train. Les Européens pourraient faire un pas vers les Américains en leur proposant de libérer un ou deux sièges dans deux ans. En échange, les Américains pourraient consentir à voter quand même la résolution litigieuse.

Même si les Américains ne semblent pas pour le moment menacer le siège suisse, la Confédération ferait quand même bien de prendre ses précautions et de mobiliser ses canaux diplomatiques pour mettre le siège suisse à l’abri de toute mauvaise surprise. Imagine-t-on ce qui pourrait advenir de ce siège si les Etats-Unis et l’Union européenne, réconciliés pour la circonstance, décidaient de concert de n’en faire qu’une bouchée? Le Parlement fédéral aura heureusement un mot peut-être décisif à dire. C’est en tout cas lui qui devra ratifier – ou non – une ligne de crédit de la BNS de 17,5 milliards de dollars en faveur du FMI. Il est libre de ne l’approuver que si la Suisse peut conserver son siège au FMI et faire ainsi valoir son influence dans cette organisation dont l’action est évidemment majeure pour l’avenir de l’économie mondiale.

Henri Schwamm  Université de Genève aout10

3 replies »

  1. Le FMI peut déjà préparer ses milliards de dollars.

    Le FMI va être obligé de sortir son chéquier pour sauver l’Irlande.

    Lundi 30 août 2010 :

    Le gouvernement irlandais a déclaré lundi considérer le démantèlement progressif de la banque nationalisée Anglo Irish Bank comme une option envisageable, alors que le Premier ministre Brian Cowen fait face à une pression politique croissante à ce sujet.

    Le soutien apporté par l’Etat irlandais à Anglo Irish Bank est en partie à l’origine des difficultés budgétaires du pays, qui a affiché le plus important déficit de l’Union Européenne l’année dernière.

    Réagissant à une facture qui ne cesse de s’alourdir, la demande d’obligations irlandaises à 10 ans contre les Bunds a approché un plus haut record lundi.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    Le démantèlement de la banque a été réclamé par Dan Boyle, chef de file du Green Party, sur les ondes de la radio RTE.

    "Nous ne demandons pas une fermeture immédiate d’Anglo Irish Bank, ce qui serait de loin la solution la plus onéreuse", a-t-il expliqué, ajoutant qu’un démantèlement pourrait prendre quatre ou cinq ans.

    En réponse à ces commentaires, le ministre de la Justice, Dermot Ahern, affirmait qu’il "n’avait pas encore été décidé d’un calendrier pour le démantèlement d’Anglo."

    La semaine dernière, le directeur général de l’établissement bancaire avait dit espérer que la Commission européenne se prononce en faveur d’une scission d’Anglo, une possibilité à laquelle s’opposerait toutefois l’organisme européen, selon un journal.

    Jusqu’ici, Dublin a toujours considéré que le maintien de la banque présentait l’option la plus économe, car une fermeture risquerait de provoquer une forte baisse de la demande de dette souveraine irlandaise.

    La semaine dernière, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé la note de la dette du pays, expliquant notamment que le coût du sauvetage d’Anglo Irish Bank, qu’elle évalue à 35 milliards d’euros, coûterait 10 milliards de plus que prévu à l’Etat irlandais.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE67T0LD20100830

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s