Behaviorisme et Finance Comportementale

Hedge Funds : Un vétéran « flibustier » de la crise des «subprime» partage ses mémoires

Un vétéran »flibustier » de la crise des «subprime» partage ses mémoires

Ancien d’une agence de notation, Andrew Jackson est passé chez Cairn il y a huit ans. Il relate comment son hedge fund a profité de la crise financière en 2007

Une maison d’investissement ultra-sophistiquée qui doit son succès à sa maîtrise des «crédits structurés»? Largement ignoré il y a cinq ans, ce terme barbare rime aujourd’hui avec ces produits toxiques – concoctés à partir d’emprunts immobiliers américains – qui ont failli faire sauter le système financier en 2008. Ce qui jette le soupçon sur ceux les ayant utilisés pour faire fortune.

PLUS DE DROIT DE SEGNEURIAGE   EN SUIVANT :  

Rencontré à Genève en marge d’un colloque organisé par la maison Notz, Stucki & Cie, Andrew Jackson ne s’en cache pas. «Chez Cairn nous sommes passés «short» [ndlr: parions contre] en 2008.» Des paris qui auront en partie permis au hedge fund dont il dirige les investissements de se voir aujourd’hui confier plus de 22 milliards de dollars par ses clients.

De quoi se demander si ce succès ne reflète pas les abus reprochés à Goldman Sachs – et à son jeune banquier Fabrice Tourre – lors d’une audition parlementaire en avril 2010 à Washington: concevoir des produits complexes, mais soi-disant sans risque, inciter la planète entière à y souscrire… puis parier sur leur implosion, lorsque tout bascule?

«Il y a des «deals» que nous avions structurés qui ont viré à l’aigre», admet Andrew Jackson. Avant de se rattraper. «Mais je ne me souviens d’aucun cas où nous aurions utilisé les informations en possession contre nos clients.» Ce scientifique tombé dans la finance reconnaît pourtant qu’il était «difficile à quiconque de ne pas utiliser sa compréhension de ces produits structurés pour en tirer parti».

Des connaissances acquises dans une autre vie: avant 2004, Andrew Jackson était payé par une agence de notation pour certifier ces produits financiers de type CLO ou CDO. Il se défend d’«avoir jamais été concerné par les commissions perçues sur [ce qu’il] évaluait». Mais les agences étaient payées selon les kilos de produits qu’elles adoubaient, non? «Agences, hedge funds… Aujourd’hui, on a besoin de méchants à blâmer; c’est naïf, enfantin», s’emporte le gérant.

Ce diplômé en mathématiques – il aurait pu travailler au CERN – porte un regard darwinien sur une crise qui n’aurait fait que piéger les moins intelligents. «Ceux n’ayant pas réalisé que les hypothèses à la base de ces produits étaient erronées ont subi des pertes massives», tranche le financier londonien. Parmi ces hypothèses, la croyance aveugle dans des prix immobiliers ne pouvant que monter. Ou la conviction que l’emballage de ces produits en «tranches de risque» amoindrissait leur dangerosité. En réalité, «ils étaient tous identiques: ceux, dits RMBS, achetés en 2006 contenaient tous 15% d’emprunts en Floride, 12% d’emprunts californiens», décrit Andrew Jackson.

Quatre ans plus tard, fouiller ces monceaux de produits mis à la benne offrirait de belles «opportunités». Soit, dans le jargon d’Andrew Jackson: «Il y a de la valeur dans les tranches les plus seniors des CLOs.» La crise de la dette en Europe offre aussi des «opportunités» spéculatives. Car elle serait également basée sur des postulats vacillants. Exemple? «La plupart des emprunts obligataires sont libellés en euros, sans que soit jamais prise en compte une disparition de la monnaie unique», lance le cadre de Cairn. Il dit que son «job» est d’envisager une telle éventualité. Espérant peut-être, sans l’avouer, que ces certitudes voleront en éclat.

source Le Temps janv12

2 replies »

  1. Ah ! Le recyclage, fouiller dans les poubelles pour y trouver des trésors.
    Il y a une sorte de griserie dans ces quêtes du graal !
    Merci à ce nouveau sire Lancelot (sapeur et cent reproches)
    de nous aiguiller ainsi vers un monde meilleur. ARGHHHHHH !

    J'aime

  2. andrew jackson est le fond de lie de jus de poubelle.qui c’est qui eponge les conneries de ces escrocs millionaires et fiers de l’etre?les états,surement parce que les états sont moins intelligents selon lui.quelle arrogance,quelle malhoneteté et quelle betise chez ces financiers.que andrew jackson se repose sur ses montagnes de fausse monnaie parce qu’il n’en profitera pas longtemps.grace a lui l’argent papier sera vite détruit

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s