A Chaud!!!!!

Les Clefs pour comprendre : Hollande, Juppé : le beurre et l’argent du beurre par Bruno Bertez

Les Clefs pour comprendre :  Hollande, Juppé : le beurre et l’argent du beurre par Bruno Bertez 

Nous avons assisté jeudi soir au débat qui opposait- est-ce le bon mot?- ou réunissait, François Hollande et Alain Juppé. Incontestablement, Juppé est meilleur débatteur, plus structuré, plus de confiance et d’assise. 

Mais Hollande est en rodage, étriqué et sur la défensive, peut-être qu’il se débridera et parviendra à extérioriser son potentiel avec la répétition de l’exercice. A notre avis, s’il a accepté une confrontation avec Juppé, malgré le rang inférieur de Juppé, c’est dans une optique d’entraînement. Et entraînement, il en a grand besoin. Comme il l’a dit lui-même,  il est pudique, c’est à dire timide, et pour se protéger il a besoin d’une carapace, c’est un handicap colossal pour des débats au plus haut niveau . 

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

La situation de Sarkozy n’est pas bonne, il paie à la fois le prix de son positionnement initial inopportun, le prix de ses erreurs personnelles et le prix des erreurs de ses communicants.

Nicolas Sarkozy

Le positionnement initial était un choix de libérer la France de ses blocages, de sa culture de partageux, de son penchant pour le moindre effort. Ce que, gentiment, on appelle la spécificité française ou le modèle français. Chirac n’y avait pas touché, car il est radical socialiste; Sarkozy, sous l’influence des chefs d’entreprise amis, croyaient que l’on pouvait sortir de tout cela et redynamiser le pays. Restaurer la compétition sociale, sortir de l’assistanat généralisé et de la victimisation, Sarkozy et ses amis n’ayant pas vu venir la crise, ils sont montés au créneau sur ces thèmes alors que se profilait à l’horizon la grande peste, la grande calamité. Calamité qui allait bouleverser la donne économique, financière et donc sociale. La demande sociale et politique, du jour au lendemain, a basculé vers la frilosité, la peur, donc la demande de protection. Sarkozy et ses amis ne l’ont pas compris assez vite, ils ont poursuivi leur marche vers l’aventure, déstabilisé, effrayé, choqué un pays qui ne demandait qu’une chose, être rassuré et infantilisé. Contrepied terrible qui consiste à exhiber une offre politique et sociale symétriquement, diamétralement opposée à la demande des citoyens électeurs.

Le prix des erreurs personnelles est évident. Il y avait une façon de manier la provocation dans le bling, une manière de forcer à la déculpabilisation de l’argent, une manière de se mettre en avant de dire « moi Je » qui ne pouvait que se retourner contre lui. C’est certainement une erreur personnelle de n’avoir pas changé de Premier ministre; il aurait pu marquer qu’il avait compris que les conditions avaient changé, qu’il allait écouter la demande sociale et politique des Français. En changeant de Premier ministre, c’était un signe fort, qui, les Français ayant la mémoire courte, aurait permis d’oublier la première partie du quinquennat. Mais les erreurs personnelles sont les plus redoutables, elles sont liées à la personnalité profonde et sont souvent inséparables des qualités que l’on a par ailleurs: l’homme est un tout.

Meeting Nicolas Sarkozy

Le prix des erreurs de communicants est élevé, très élevé. Il fallait réintroduire l’usage des fusibles, cesser de se mettre en avant. Il fallait expliquer le changement de situation du pays et ainsi justifier son changement de priorité. Il fallait tenir compte du fait que les commentaires négatifs de l’étranger allaient être réimportés en France et donc soigner son comportement dans les sommets, rencontres etc. Ces erreurs ont été graves car les Français, moqués par la presse étrangère, et singulièrement anglaise et allemande, en ont été humiliés par identification. Au lieu d’avoir un grand homme dans lequel ils pouvaient se reconnaitre, ils ont eu un homme qui voulait jouer au grand. Les Britanniques ont excellé dans l’implantation de cette image terrible. Terrible et fausse, car Sarkozy a remarquablement, dans les limites du poids de la France, défendu les intérêts français. Si la BCE sauve la mise en ce moment, c’est en grande partie à Sarkozy qu’on le doit.

Le programme de Hollande est une compilation électorale qui cherche en surface à se donner l’apparence de la cohérence. On peut regretter l’absence de culture économique et de vision des animateurs de débats, mais c’est la loi du genre. On donne la priorité à la forme et on passe à coté du fond. Les débatteurs n’ont en réalité qu’un objectif, ne pas se rater, paraître à la hauteur, et, si possible, à leur avantage.

Ils sont passés à coté du sujet.

François Hollande - Vieilles Charrues

Le sujet, c’est la crise, pour parler selon le langage convenu, même si nous préférons dire que le sujet ,c’est le constat que l’on a touché les limites des pratiques économiques, financières et sociales des 30 dernières années.

Source Der Spiegel 

Les grands pays et singulièrement l’Europe, et encore plus singulièrement la France, ont succombé au désir d’avoir un welfare state, d’avoir de plus en plus de protection, de faire de plus en plus de répartition sans oser la taxation correspondante. Ils ont voulu l’impossible et, à la faveur de la dérive laxiste du système monétaire et financier, ils ont remplacé la taxation par la dette, l’endettement . Non pas le bon endettement, celui que l’on reporte dans le temps sur les générations futures, mais le mauvais endettement, celui que l’on n’a pas l’intention de rembourser et que l’on entend accroître à perpétuité.

Le programme de Hollande n’esquive pas la problématique, même s’il la dissimule.

Soit on arrête le tonneau des Danaïdes du welfare state, soit on monte fortement, très fortement, les impôts. Voilà la problématique.

Que répond Hollande à la question qu’il n’ose pas poser ?

Il répond, je ne veux pas choisir, je vais prendre quelques mesures à la marge sur les dépenses et les recettes, mais je vais laisser subsister le système en place et me contenter de ne décevoir personne.

La France va continuer à vivre dans le système du beurre et de l’argent du beurre généralisé.

au bon beurre+

Mais d’où viendra l’argent du beurre, si on consomme déjà tout le beurre?

Il viendra:

1 – des Allemands, je vais exiger cela à la faveur de ma légitimité de nouveau Président

2 – de la BCE, je veux que la Banque Centrale achète les obligations des pays souverains et finance mes excédents de dépense par la planche à billets.

L’argent du beurre, ce sera pour partie l’argent des Allemands, pour partie de la fausse monnaie.

 

BRUNO BERTEZ Le 27 Janvier 2012

EN LIEN : Les Clefs pour Comprendre : François Hollande : Qui veut faire l’ange fait la bête Par Bruno Bertez

EN BANDE SON :

28 replies »

  1. Je ne suis pas d’accord: j’ai beau chercher je ne vois pas ce que Sarko a fait pour maitriser le déficit, "redynamiser" la France…
    En effet, pour reprendre vos mots, au début il avançait selon ses convictions sans venir voir la crise, en favorisant largement ses amis a coup de bouclier/niche fiscal puis vint la crise et il fallut tout annuler d’un côté, surtaxer de manière désordonnée et le moins visiblement possible (taxe soda, tabac, tva sociale, taxe tobin ?) mais surtout pas de hausse d’impot !
    Sa prise de position initiale n’a en rien été un desengagement de l’Etat malgré l’image qu’il renvoyait

    Malgré ses imperfections, le projet qu’Hollande soutient, créé par Piketty et Saez, me semble beaucoup plus redistributif et clair. cf : http://www.revolution-fiscale.fr/
    Il n’y a pas desinfantilisation, mais au moins c’est assumé, on sait à quoi on peut s’attendre.

    Rien que pour ça et avec un regard sur les 5 années passées à voir une boussole egarée s’agiter dans tous les sens, ce serait bien a mon avis, que sarko ne repasse pas. D’ailleurs selon lui-même, etre Président est un métier, au vu des bourdes commises, le licenciement ne serait pas immérité.

    J'aime

    • Je ne suis pas particulierement sarkozyste, loin de là, mais il y a un fait dont tous ceux qui n’ont pas de contact avec l’économie privée et les PME ne sont pas conscients. En 2008-2010, Le gouvernement a fait une pression énorme sur les banques ( et sur la BCE) pour qu’elle évitent d’asphyxier les entreprises et que le système s’effondre, et il a tiré de l’Europe tout ce qu il pouvait dans ce but. Sur ce plan Sarko a fait un boulot remarquable: le système a continué à fonctionner et la casse aurait pu être bien bien pire. Cette crise a stoppé net tout son programme initial et c’est la moindre des choses.
      C’est pourquoi à titre personnel, les attaques sur son bilan me font un peu bailler. Je prèfere m’interesser aux programmes des candidats en essayant de voir, par dela leur ressemblance, quel est le moins couteux pour moi.
      D autre part les débats idéologiques ont une fâcheuse tendance à pourrir tous les bons blogs economiques et financiers, car ils sont stériles par nature, et il y franchement des choses plus instructives à ,débattre et à analyser dans notre actualité financière si complexe. Alors, par pitié, n’hésitez pas a aller sur les blogs politiques si vous voulez porter le fer sur ce terrain.

      J'aime

  2. Juppé est meilleur débatteur ?????
    Je vais arrêter de vous lire Bruno Bartez car vous avez incontestablement un parti pris qui vous empêche de voir juste.

    J'aime

  3. On sait déjà qu’il est de parti pris M. Bertez.

    Mais il est vrai que cet article est particulièrement orienté et manque d’objectivité.

    Je continue à vous lire malgré tout.

    Il est évident que dans ce débat, Juppé a été au-dessous de tout, l’exercice était il faut dire très difficile : défendre un candidat non déclaré, un programme non révélé et une réforme imbécile dont il ne connaissait même pas le contenu.

    Il n’a pu attaquer que sur la forme et il avait l’air fatigué et peu convaincu, je crois qu’il planterait volontiers un couteau dans le dos de son chef.

    Allez Bertez mettez de côté vos réflexe de droitier.

    J'aime

    • Merci kpri pour ce bon moment de rigolade parce qu’il n’y a guère que vous et vos "évidences" pour croire encore que Juppé est de droite et qu’Hollande est de gauche….Comme quoi On achève bien les chevaux ….

      Allez Kpri c’est fini :-)

      J'aime

  4. Où avez-vous lu une telle absurdité dans mon commentaire !

    "Nous avons assisté jeudi soir au débat qui opposait- est-ce le bon mot?- ou réunissait, François Hollande et Alain Juppé. Incontestablement, Juppé est meilleur débatteur, plus structuré, plus de confiance et d’assise. "

    Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation et j’ai trouvé que "le meilleur d’entre nous" n’était pas à la hauteur pour les raisons indiquées plus haut.

    D’ailleurs c’est vous qui avez un réflexe "évident" en croyant que je classe les gens en gauche et droite.

    "Allez Kpri c’est fini :-)" mouarf je dirai que c’est une évidence mon cher Bertez !

    Merci pour vos articles, bonne continuation.

    J'aime

    • Mon cher Kpri, Bruno ne pouvant vous répondre (je lui laisse dailleurs le soin d’en décider à son retour) pour cause de déplacements , c’est moi qui ai pris le relais….Alors ne vous y trompez pas !!!! Pour le reste à défaut d’ètre risible vous ètes au final assez prévisible…en plein déni comme vos camarades !!!!
      Mais l’incident est clos et sans aucune espèce d’intéret..
      Alors Bonjour chez vous et bonne continuation !!!!

      J'aime

  5. Je ne comprends pas comment on peut d’un côté critiquer la distinction gauche/droite, les collusions au sommet etc et écrire ça:

    "Le positionnement initial était un choix de libérer la France de ses blocages, de sa culture de partageux, de son penchant pour le moindre effort [...] Sarkozy, sous l’influence des chefs d’entreprise amis, croyaient que l’on pouvait sortir de tout cela et redynamiser le pays. Restaurer la compétition sociale, sortir de l’assistanat généralisé et de la victimisation, [...]
    donc la demande de protection. Sarkozy et ses amis ne l’ont pas compris assez vite, ils ont poursuivi leur marche vers l’aventure, déstabilisé, effrayé, choqué un pays qui ne demandait qu’une chose, être rassuré et infantilisé. Contrepied terrible qui consiste à exhiber une offre politique et sociale symétriquement, diamétralement opposée à la demande des citoyens électeurs."

    Je le redis: rien de ceci n’est etayé par les faits a part les cadeaux à ses amis ! La dette a explosé, la compétitivité n’a pas bougé etc !

    Que vous l’admettiez ou non vous etes donc fortement parti pris sur cet article

    J'aime

  6. Samedi 28 Janvier

    Je suis en effet en deplacement et je vais donc faire bref. Ou tenter de faire bref¨!

    Je savais en entrant délibérément en matière sur la politique que le ton des commentaires du blog allait devenir plus vif , le résultat confirme donc ce que je prévoyais. Je pense que c’est un bien a condition de continuer dans la voie ancienne marquée par le respect, la bonne foi et la volonté de faire progresser un thème ou un sujet.

    Pas d’attaques personnelles, pas de prises a partie: on évite de prêter aux autres des propos et des intentions qu’ils n’ont pas. Bref le savoir vivre en action. A la limite je dirais qu’il ne s’agit pas de convaincre les autres, mais de progresser soi même dans ses analyses et l’expression de ses analyses. On chiffre à 4% seulement le pourcentage de gens qui changent d’opinion dans un débat politique, donc il est inutile de s’emballer.

    Sur le blog nous ne sommes pas en campagne électorale, Nous ne roulons pour personne sauf peut être indirectement pour la masse de gens qui sont et qui vont encore l’être plus, spoliés dans la crise. Quand nous disons spoliés nous ne visons pas que la partie patrimoniale, nous visons leurs investissements dans leur profession, dans leurs études.

    Dans la mesure où le problème le plus urgent est économique et financier, nous ne pouvons être absent et passer à coté du débat politique. C’est la raison pour laquelle j’ai centré et résumé mon commentaire sur la position de Hollande face aux déficits et à la dette sous forme très claire . Voici ce resumé .

    Des mesures à la marge sur les recettes et les dépenses
    Le soutien et la mutualisation par l’Allemagne
    L’intervention de la BCE pour financer les govies et acheter leurs dettes

    C’est sur ces trois points que je voudrais lancer le débat sur le blog.

    Quand il y aura d’autres éléments concrets , comme par exemple la stratégie de retour a la compétitivité et la réduction du déficit commercial (4% du GDP) nous entrerons en matière sur ce point.

    Dans le débat , la mission de Juppé était de planter les premières banderilles et de faire en quelque sorte le picador, faire parler Hollande comme on fait se dévoiler le taureau dans l’arène pour voir ses biais et ses poInts faibles .

    Mission exploratoire en quelque sorte qui va être étudiée décortiquée par les conseils et alimenter les tactiques et stratégies futures. La question de vainqueur ou perdant ne se pose pas, chacun avait des objectifs différents.Il s’agissait plus d’une séance de travail ” live” que d’un affrontement. A la limite je dirais , en forçant le trait que Juppé a joue les picadors, mais que pour Hollande il a joué les sparring partner comme en boxe,

    .D’autres débats vont suivre, qui vont avoir d’autres finalités. Leur sens et leur interprétation seront très différents car bientôt nous aurons de lueurs sur la stratégie de Sarkozy: à ce stade rien n’a filtré.

    Les débats politiques s’interprètent en fonction d’une stratégie, on ne doit pas les analyser dans l’absolu. Est ce que le débatteur veut polariser pour conforter son électorat de base, est-ce qu’il veut déjà au contraire se placer dans un perspective de second tour et rassembler, est ce qu’il veut ratisser au centre, sur sa gauche, les jeunes, les personnes âgées etc: chaque prestation s’insère dans un dispositif tactique et la tactique n’existe que dans le cadre d’une stratégie.

    Les candidats principaux ont des états majors, des spécialistes qui établissent leur feuille de route à partir d’enquêtes, de panels de test , bref une mécanique lourde et quoi que l’on en dise hyper compétente dans l’analyse des données, même si après, ce que l’on en fait est une autre histoire.

    Avoir un media ouvert pour débattre de tout cela , alors que tous les autres medias sont unilatéraux et fermés est une opportunité fantastique. C’est la raison pour laquelle nous insistons pour que les quelques règles ci dessus soient respectées.

    Merci .

    J'aime

    • je ne suis pas sur que le débat politique médiatisé soit important:ils ne feront aucune analyse ou proposition censées du moins en public.il n’y a rien a attendre intellectuellement de ces gens la.ils vivent sur des règles dépassées d’il y a 40 ans et ne se sont pas aperçus que l’opinion se ferait sur le net.je pense que vous etes bien meilleur dans l’analyse ou la prospective économique et j’aime la petite touche de philosophie que vous y mettez.

      J'aime

  7. Juppé a été mauvais, c’est un chiraquien plus qu’un sarkozyste et de surcroît il a plusieurs fois dit son désaccord avec la politique du gouvernement dont il fait pourtant partie…Par conséquent l’envoyer comme champion du président sortant affronter Hollande était pour le moins surprenant. Un indice selon moi que les jeux sont déjà faits et que la défaite de Sarkozy est actée.

    Mais tout ça importe peu finalement car Hollande ou Sarkozy sont les deux candidats quasi interchangeable d’un même Système, d’une oligarchie qui nous faire croire que le pluralisme, le choix, l’alternance existent alors que ce n’est qu’un trompe-l’oeil.

    Sur presque tout l’UMP et le PS sont d’accord : le libre-échange intégral, l’Europe fédérale, la monnaie unique, la soumission à l’Empire anglo-saxon dans l’espoir de récolter quelques miettes, etc.

    Un peu de mariage gay et quelques fonctionnaires en plus… voilà toute la différence.

    J'aime

  8. Merci pour l’analyse messieurs.

    Je n’ai pas de parti pris, mais je suis consterné de voir les médias et la majorité des gens (apparemment) croire qu’Hollande va tout obtenir concernant ce qu’il désire de l’Allemagne et de la BCE. Comme si être président de la France de gauche allait suffire. Comme si la France de droite était juste une bande de nuls qui n’auraient pas déjà tout essayé pour obtenir tout ça des allemands.

    C’est consternant quand on s’intéresse un peu à tout ça (notamment en vous suivant depuis maintenant longtemps) et de voir la plupart des français ne pas comprendre que la grande France, et bien c’est fini pour le moment. C’est comme si un chômeur ultra endetté pouvait penser qu’en se pointant dans le bureau d’un PDG il pourrait exiger tout ce qu’il désire.

    Les Français ne veulent pas comprendre que si l’Allemagne s’en sort mieux, c’est qu’ils ont fait des efforts pour en arriver là (mais c’est plus facile de l’ignorer, de les accuser de tous les mots et se croire forcément meilleurs qu’eux). En France, nous voulons le beurre et l’argent du beurre. Nous refusons la rigueur et nous exigeons le partage de richesse à ceux qui ont fait la rigueur depuis maintenant plus d’une décennie (l’Allemagne notamment).

    D’ailleurs Juppé lui a demandé comment il comptait convaincre Merkel. Pas de réponse à part des <> et des <>. (il a aussi refusé de répondre comment il compte faire 2 milliards d’économie dans les dépenses de l’état, tout comme il a refusé de répondre à Langlet et Juppé sur ses 60000 postes et où il compte prendre les places. Beaucoup d’entre nous avons deviné qu’il compte faire disparaitre le peu d’armée que nous avons, mais apparemment nous sommes pris pour des cons. L’argument sera que l’armée ne sert à rien. On verra si l’avenir leur donnera raison ou tort.

    Sarko et sa bande sont peut-être soit disant nul (mais tout le monde semble avoir oublié mitterrand et ses copains. Pour info, beaucoup des socialistes actuels sont ceux de cette époque. Vous savez, l’époque où tout était bon pour couler le pays en promettant la lune, tout en dévaluant à mort et en empruntant à mort.. Et maintenant ils arrivent en sauveurs comme s’ils étaient blancs, la bonne blague), mais de telles prétentions sont risibles. l’Allemagne dira Nein. Tout comme elle a dit Nein aux autres pays européens qui ont dépensé sans compter et qui maintenant veulent que l’Allemagne paye pour leur débilité.

    Si j’étais allemand je répondrais Nein aussi. Pour la bonne et simple raison que si je ramène la situation à mon cas personnel, je n’ai pas à payer les dettes de mon voisin si celui-ci fait la fête et dépense sans compter. Je ne serais pas vu comme humaniste, peut-être, mais ce n’est pas être humaniste que de payer pour les erreurs d’autres personnes qui en plus refusent de reconnaître leurs torts.

    La suite on la connaît. Quand quelqu’un ne veut pas reconnaître ses erreurs, il va accuser les autres. Notamment les riches et les gens aisés, voire juste ceux qui ne sont pas endettés, et les banques. Seulement ça fait tâche quand on peut voir tant de gens avoir des iPhones à la main et prétendre qu’ils ne sont pas responsables d’une part de leur endettements. On s’offre du plaisir et un tas de choses dont on n’a pas besoin et ensuite on pleure quand le banquier ne veut plus prêter. Et quand on dit ça, on se fait taxer de connard notoire qui ne pense pas aux pauvres. Sûr, les vrais pauvres il faut les prendre en charge, mais les vrais pauvres ne se payent pas 3 abonnements de portable par foyer et un conforts dont ils auraient dû se passer au lieu de s’endetter. Je n’ai aucun problème au sujet d’aider les pauvres, mais pas ceux qui appellent à l’aide car d’une part ils sont complètement fous et car en plus ils ne veulent pas assumer leur part dans les problèmes actuels.

    Une partie de la population a profité et ne veut pas assumer, c’est leur droit.

    Moi qui bosse dur, qui ne m’amuse presque jamais et qui sait dire Non en tant que parent car il n’est pas question que je m’endette, je n’ai pas non plus à assumer les bêtises des autres.

    Je regarderai donc comment la France s’en sortira de là où je suis, c’est à dire pas en France. Oui je suis un connard notoire (c’est ça que les gens veulent entendre donc autant l’assumer) qui est parti car je ne veux pas que moi et ma famille payons les erreurs des autres (sur le plan économique et de sécurité. La France qui se transforme en coupe gorge et en repère pour toute la misère du monde, ça sera sans moi).

    En plus de connard notoire, vous pouvez aussi rajouté raciste (bien que tout cela soit faux) car je fais aussi parti des gens qui pensent que quand on n’a pas assez de travail pour tout le monde, on n’accepte pas des immigrants et pauvres à tour de bras sous prétexte qu’on a besoin de plus de monde pour l’avenir (rajouter des pauvres quand on vit dans un pays qui n’a pas un rond n’a aucun sens, mais apparemment je suis trop bête pour voir la bonne chose là dedans. Comme je suis bête, je laisse donc les gens intelligents les nourrir).

    Je m’attends aux pires insultes mais j’en ai l’habitude. Tout comme je m’attends à être traité de traitre (car j’ai quitté la France) qui vote FN (ce qui est faux).

    J’espère juste ne pas être censuré car je dis des choses qui fâchent (oui car censurer les gens dans les commentaires de médias plus connu que Lupus1 semble être un sport national en France quand on touche à ce qui ne plait pas).

    J'aime

    • Dimanche 29 Janvier

      Non, DON Flamengo vous ne serez pas censuré car non seulement vous êtes dans les clous mais en plus vous posez la vraie question que les animateurs de débat n’ont pas osé poser à savoir qu’est ce que l’on fait si l’Allemagne et/ou la BCE ne se rallient pas à notre point de vue?

      Le Spiegel de ce jour va dans ce sens, aussi bien la CSU que le FDP disent pouce, cela suffit le tonneau des Danaïdes. Et encore ce n’est qu’un petit tonneau que celui de la Grèce, mais il a suffi à faire déborder le vase allemand. Quid de leur réaction face au tonneau du Portugal qui se révélera demain avec les taux a 10 ans a 18,5% face aux énormes tonneaux Italiens puis Français ? Dans les trous il y a beaucoup plus que les budgets officiels des Etats, il y a le hors bilan, les trous des banques, les systèmes de protection sociale et de retraites etc etc. Et puis il y a les passifs accumulés dans le système des paiements européens Target 2 et les QE dont on ne parle des banques nationales européennes à leur propre système bancaire .

      L’Allemagne paiera est un slogan de sinistre mémoire. La position de Merkel vient d’être rappelée: les moyens dont dispose l’allemagne ne sont pas illimités.

      Comme je le dis quelquefois, l’espoir n’est pas une stratégie .

      L’ardoise grecque vient juste ce jour être révisée à 145 milliards; je vous rappelle que l’an dernier elle était chiffrée à 30 milliards.

      Rien d’étonnant si Karl OTTO POEHL ancien patron de la Buba vient de déclarer, je cite : " La Grèce ne remboursera jamais , les bail out ne sont que des habillages pour sauver les banques sous entendu Française et Allemandes- et sauver les riches milliardaires grecs. POEHL sait que le total de bilan de la seule Deutsche Bank en Allemagne représente 88% du GDP Allemand et il sait ce qu’il y a dedans et Merkel aussi.

      Nous sommes loin des dispositions favorables aux espoirs de Hollande exprimés la semaine dernière , mais aussi loin des illusions plus discrètes de Sarkozy.

      La vraie question urgente est là et il faut presser les animateurs de la poser et les prétendants aux responsabilités d’ y répondre;

      Le grand mythe de 1981 était : la reprise de la croissance va permettre de trouver des solutions à tous les problèmes, 81 a débouché sur les dévaluations puis l’austérité .

      Nous sommes dans la même situation et je le précise la différence entre Sarkozy et Hollande est marginale, non substantielle. A moins que Sarkozy ne modifie ses positions ces jours ci . Le risque grandissant de défaut de la Grèce peut bouleverser la donne.

      Nous ne sommes pas dans un débat droite /gauche, nous sommes dans un débat entre volonté et renoncement. Maîtrise du destin de la France ou chien crevé au fil de l’eau.

      La Troïka vient de demander aux dirigeants grecs d’abandonner toute souveraineté en matière fiscale et budgétaire. C’est une dépêche de ce week end.

      J'aime

      • Je ne voulais pas laisser sous-entendre que Sarkozy proposait mieux. Sur le plan économique, ils sont tous les deux dans le faux comme vous l’avez démontré maintes fois sur ce blog (de toute manière pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’un plan basé sur la croissance quand tout laisse indiquer qu’elle sera quasi inexistante dans les 5 ans à venir est une vraie blague). Par contre Sarkozy n’a pas tout foiré comme les médias et les experts en démagogie aiment raconter, mais c’est une autre histoire car ça ne concerne pas le problème de stabilité budgétaire.

        Maintenant au sujet de ce cher Hollande, sapin et consorts, ce qui me dégoute est avec quel aplomb ils pensent dénoncer des gens en mentant sur ce qu’ils peuvent faire et en l’affirmant sans conditionnel. Ils n’expliquent rien, ils disent aux gens *Nous allons le faire* comme si cela était déjà fait et sans risque de se prendre une veste. Et les gens les croient sur parole, hallucinant.

        Et comme tout bon politicien, s’ils se foirent, ils diront que c’est la faute des prédécesseurs. Avez-vous vu comment Juppé et Hollande se renvoient la balle sur qui est responsable de la dette ? C’est toujours la faute des voisins et sérieusement il y en a marre de les voir faire ça. Et ça se prétend intelligent. Et ça prétend vouloir diriger un pays. Je me définissais comme un traître car j’ai déjà été traité comme tel par des gens qui me reprochent d’avoir quitté la France, mais les vrais traitres sont les incapables qui prennent le pouvoir, racontent des mensonges à tout vent et inventent un tas de coupables sans jamais prendre aucune responsabilité.

        Quand on peut voir dans un média qu’il a été presque reproché à de Gaulle d’avoir été vertueux, car De Gaulle n’a pas piqué dans la caisse. Car il a payé le goûté de ses petits enfants sur son salaire personnel et a refusé sa retraite militaire et de président car la France avait plus besoin de cet argent que lui tandis que vivre sur ce que lui rapportait ses droits d’auteur lui suffisait. J’ai crû halluciner.

        La droite n’est pas en reste car même si Chirac est apprécié (maintenant, après l’avoir traité comme le dernier des escrocs durant son mandat, ce qui prouve que nombre de français devraient faire un séjour en psychiatrie), il a lui aussi profité du système (les repas à l’Élysée à 3000e, tout le monde ne les a pas oubliés. Tout comme les voyages dont lui et ce cher Mitterrand ne se sont pas privés.). Et le plus drôle, les médias de gauche se sont acharnés sur cet homme pour qu’il soit jugé. Soit, d’accord pour le juger, pas pas d’accord quand cette mafia continue d’essayer de faire taire tout ce que Mitterrand a pu faire de mal. Faire vivre sa fille à l’Elysée sur les frais de l’Etat, faire un faux attentat et bien d’autres choses.

        Non mais vous vous rendez compte où nous en sommes ? Comment les politiciens actuels peuvent espérer que les Français qui utilisent trois neurones les trouvent légitimes si ces mêmes politiciens ne répondent jamais de leurs actes et que la presse soit disant libre est payée (je ne vois pas d’autres explications) pour taire tout ça ?

        D’ailleurs parlons des sondages. Savons-nous combien de français votent par dépits ? Sommes-nous sûr que les votants seront nombreux en mai prochain ? Pourquoi ne nous donne t-on jamais les chiffres concernant ceux qui ne comptent pas voter, concernant les chiffres bruts et concernant le pourcentage de gens qui votent par dépits et non pour un programme ?

        D’ailleurs faire des sondages alors que nous ne connaissons pas les programmes est une aberration. Tout comme il est aberrant de voir les gens dire que les sondages sont truqués s’ils ne leur conviennent pas ou géniaux s’ils leur conviennent. Une autre preuve qu’une partie des gens sont fous, ou que le système fait en sorte de nous le faire croire.

        La réalité, je crois, c’est que les vrais pauvres, ceux qui se battent chaque jour pour vivre sont déjà bien éloignés de tout ça et soient n’irons pas voter, soient voteront pour les extrêmes (même si cela peut amener encore des désastres) car qu’on les prenne pour des cons ils en ont marre.

        Et nous affirmer que le prochain président tiendra Merkel en laisse est prendre les français pour des cons. Mais comme ça semble marcher, ils continuent. Une frange des français n’ont rien appris depuis 1981. Je ne comprends pas comment des gens peuvent être aussi incapable de faire la plus petite analyse personnelle.

        Votre confrère, Christian St Etienne, a aussi relevé une chose, c’est que les candidats, dont Hollande, font des programmes sans tenir compte de l’Europe. Comme si la France était encore souveraine et dans le droit de faire tous les choix possibles tout en restant dans l’Europe (car sarkozy, à Hollande, jusqu’à Bayrou, ils sont tous euro convaincus tout en prônant d’être entièrement souverains. C’est une contradiction)

        A l’heure actuelle et même si c’est méchant de le dire, je pense que notre pays a besoin d’une bonne claque et ils, peuple et élites, font tout pour que cela arrive.

        La situation en est là. des peuples qui rejettent la faute sur les gouvernements et les marchés, et les gouvernements qui rejettent la faute sur le peuple et maintenant aussi les marchés.

        Or, ils sont tous coupables.

        Et au milieu de tout ça, il y a les vrais pauvres que je plains. Vous savez, ceux sans portable, sans ordinateur qui se battent pour manger et qui s’en fichent des histoires des faux représentants des pauvres comme par exemple les écologistes. Les pauvres qui se battent pour manger ont peu d’intérêt pour la fonte des glaces car rien ne dit qu’ils ne finiront pas dans la rue à mourir de faim dans les années voire les mois à venir. Mieux encore, il faut maintenant supprimer le nucléaire pour payer l’électricité plus chère, histoire de mourir de faim encore plus vite.

        Et pendant ce temps le théâtre continue en politique et dans les médias (vous remarquerez que cela fait au moins 10 ans que plus personnes ne parlent des SDF alors qu’avant cela était au centre des programmes et médias. Le terme a disparu des ondes alors que les SDF sont bel et bien là et plus nombreux que jamais.)

        Et au milieu, vous avez aussi les gens comme moi qui ont fait de leur mieux, qui ne se sont pas beaucoup amusés dans la vie, qui ont étudié au lieu de faire la fête comme les soit disant pauvres étudiants (pour rappel, un étudiant n’est pas pauvre quand il peut se payer alcool, cannabis et cocaine et faire la fête 3 fois par semaine) de ce cher pays. Seulement, j’en suis arrivé au point où je refuse d’être tondu à la place des autres. Je me suis moi même fait souffrir en m’imposant de la rigueur (car oui il est possible de le faire sans qu’on l’ordonne, mais c’est plus simple de faire le zouave), et maintenant, je devrais me sacrifier ? Non, désolé. C’est trop. C’est allé trop loin et je refuse ce sacrifice.

        Et l’allemagne qui a serré les boulons dans ses comptes depuis plus de 10 ans, voire 20 ans, qui a réformé son système social et publique (ce que nous sommes incapables de faire, in-ca-pa-bles. A commencer car le peuple français est inconscient), qui a osé dire aux gens qu’il faut parfois souffrir pour rebondir (de Gaulle a fait la même chose pour redresser les comptes de la France jusqu’au jour où il a pu dire à Debré *Nous n’avons plus de dette, le peuple français est enfin libre*. Preuve que les Français n’ont rien appris. Rien. Accuser les politiciens est trop facile même s’ils sont eux aussi coupables.), ce peuple qui a accepté tout ça devrait se sacrifier pour nous ???

        Ce n’est même pas une affaire moral du côté allemand, nous ne le méritons tout simplement pas. La pilule passe mal, mais c’est comme ça, comme le dit Olivier Delamarche, la facture est là et il va falloir payer, c’est ainsi.

        La fin de l’histoire s’écrira avec des larmes. En espérant que le sang ne viendra pas s’ajouter aux larmes.

        Et j’espère pour la France qu’il n’y aura pas de guerre vu qu’on nous promet 1000 ans de paix en Europe, car avec une armée minable qu’on continue de désosser (et Hollande va se charger d’abattre la bête malade), cela fera comme à la seconde guerre mondiale : 1 fusil pour 4, et 10 cartouches à utiliser en dernier ressort.

        Je ne prétends pas que c’est la guerre qui attend l’Europe, mais la souffrance sera là, même sans fusil.

        Ce triste tableau a pourtant un bon côté, une grande partie des gens ont souvent besoin d’une énorme fessée pour ne plus refaire les bêtises passées (concept rejeté maintenant car il ne faut plus gronder les enfants, nous avons vu le résultat). La fessée arrive et le pantalon est baissé.

        Et croyez moi que tout comme Charles Gave, j’ai du mal à encaisser l’effondrement de mon pays, quand tant de personnes de ma famille ont combattu et sont morts pour ça. pour CA. Il y a de quoi pleurer.

        J'aime

  9. D’ailleurs aucun média Français que j’ai pu lire n’a relevé les deux choses que j’ai noté ci-dessus concernant les questions de Juppé et Lenglet qu’Hollande a balayé d’un revers de la main en refusant d’y répondre. Il est apparemment plus intéressant de parler du reste qui n’intéresse personne, comme leur débat *qui c’est le plus arrogant*.

    Et beaucoup de gens adeptes de la propagande ont souvent dit que les médias étaient à la botte de sarko. Je n’ose même pas imaginer qu’est-ce que seraient leurs articles si ce n’était pas le cas.

    Les français semblent déjà avoir choisi leur nouveau président (vu qu’il se désigne comme tel et vu les sondages (dont il est toujours impossible d’obtenir les résultats bruts), je me demande même pourquoi il y a une élection). Comme je suis un traitre et un salaud inhumain, mais pas quelqu’un de bien méchant, je vous souhaite quand même bonne chance, vous en aurez besoin.

    J'aime

    • les médias essayent de cadrer le débat sur l’opposition ps -ump,de nous imposer ce choix comme irreversible.ils nous parlerons pour cela du "vote utile"

      J'aime

  10. Dimanche 29 Janvier

    La Suisse a intérêt a se poser les bonnes et vraies questions. Certes les finances publiques sont saines, mais le total de bilan des banques suisses est de 600% du GDP du pays. Les réactions en chaîne en matière financière sont redoutables.

    J'aime

  11. Les contribuables de la zone euro sont de plus en plus mis à contribution pour sauver la Grèce, pour sauver le Portugal … et pour sauver les banques privées :

    – Selon le journal allemand Der Spiegel, le deuxième plan d’aide à la Grèce ne coûtera pas 130 milliards d’euros : il coûtera 145 milliards d’euros.

    http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,811924,00.html

    – Selon le chef du patronat portugais, le plan d’aide au Portugal ne coûtera pas 78 milliards d’euros : il coûtera 108 milliards d’euros. En effet, il va falloir 30 milliards d’euros supplémentaires aux 78 milliards d’aide au Portugal.

    Portugal : une nouvelle aide est probable, selon le chef du patronat.

    http://www.romandie.com/news/n/_Portugal__une_nouvelle_aide_probable_selon_le_chef_du_patronat_290120121301.asp

    De toute façon, la Grèce ne pourra pas nous rembourser ces 145 milliards d’euros.

    De toute façon, le Portugal ne pourra pas nous rembourser ces 108 milliards d’euros.

    La Grèce est en train de couler, et elle entraîne toute la zone euro vers le fond de l’océan.

    Le Portugal est en train de couler, et il entraîne toute la zone euro vers le fond de l’océan.

    J'aime

  12. Faux débat, faux choix, fausse alternative Sarkozy-Hollande !

    La domination bancaire a ses deux valets (plus Bayrou si jamais les Français décidaient de rejeter l’UMPS)… donc tout est bien verrouillé.

    Seule Marine est contre la mafia bancaire mondialiste, mais on fera crier au fascisme par les "mass médias" si jamais elle atteint le deuxième tour de l’élection.

    J'aime

  13. Lundi 30 janvier 2012 :

    Pendant que tout le monde regarde la Grèce, le Portugal agonise.

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser sa dette.

    Les taux des obligations du Portugal atteignent des niveaux insoutenables.

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 20,386 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 3 ans : 24,699 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT3YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 22,495 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 17,019 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    D’après le patronat portugais, il va falloir trouver une deuxième aide d’urgence pour sauver le Portugal … et pour sauver les banques privées : il va falloir trouver 30 milliards d’euros supplémentaires.

    J'aime

  14. Lundi 30 Janvier

    Nous ne commenterons pas l’intervention de Sarkozy car il a affirmé d’emblée que la crise était quasi résolue et les animateurs ont baissé la tête et accepté cette affirmation sans oser protester. Nous avons donc été privé de l’essentiel.

    Il semble donc y avoir une sorte de consensus entre les candidats pour évacuer la crise et faire comme si elle n’existait pas ou plutôt comme si elle était derrière nous. Une petite exception pour Mélenchon, mais il fait la pirouette en invoquant la magie lui aussi de la reprise de contrôle de la Banque Centrale.

    C’est exactement la même chose dans la campagne en cours aux USA ou seul RON PAUL en fait le point central de son analyse et de ses propositions.

    A mon sens les français ont du souci a se faire car si il n’y a pas de programme ou d’orientation de principe pour faire face a la crise, donc pas de débat, cela veut dire que quand elle reviendra en force , les nouveaux élus auront les mains libres pour faire ce qu’ils veulent : il leur suffira de dire c’est exceptionnel et que cela justifie des mesures exceptionnelles. Cet escamotage est bien sûr anti démocratique.

    Le discours de Sarkozy se résume a un seul principe aller vers l’ALLEMAGNE, c’est la référence, c’est elle qu’il faut imiter. Vues sous cet aspect les mesures qu’il a annoncé vont bien dans ce sens, à petits pas il est vrai. Ces mesures de convergence ne répondent bien sur pas à la situation, mais comme on escamote la gravité de celle ci cela peut paraître cohérent.

    Cela nous a fait plaisir qu’il rappelle que la France détient le record des prélèvements avec 56,5% du GDP . Mais cela n’a retenu l’attention de personne, personne n’a demandé si la limite de la liberté individuelle et la limite du découragement de l’effort n’était pas déjà dépassée.

    Les mesures pour stimuler l’investissement, la croissance et l’emploi sont marginales et contredites par l’alourdissement de la ponction fiscale. La France , même de droite reste fidèle à son erreur économique à savoir elle veut de l’investissement créateur d’emploi mais veut en même temps priver ceux qui investissent du droit de recueillir les fruits de leurs investissements, de leur abstinence et de leurs efforts.

    Il existe une équation incontestable formulée maladroitement par le théorème de Helmut Schmitdt . les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain et les emplois d’après demain.
    Le bon théorème revu et complété est : l’épargne d’aujourd’hui fait les investissements de demain et les emplois après demain car la réalité est que les profits utilisables pour investir sont de épargne . La formulation de Helmut est sociale démocrate , elle permet de se passer de l’épargne et donc de la spolier par la fiscalité. Tous les travaux économétriques en particulier ceux de de Taylor le promoteur de la Taylor rule, montrent a l’évidence que la seule corrélation de long terme valable pour expliquer la variable emploi est celle du volume d’investissement.

    Nous avons connu une époque ou le grand problème de la France était l’insuffisance de épargne longue , c’est à cette époque que l’on a tout fait pour la stimuler et la collecter. Toutes les mesures depuis 2008 vont en sens contraire, on tue épargne, on la décourage, on la stigmatise. Sous prétexte qu’il ya des ultras riches, on mélange tout.

    La crise et surtout les faux remèdes à la crise concourent à détruire le fond épargne du pays au profit du sauvetage des banques et du renflouement de l’état. Quand la crise sera finie, la rareté absolue ce sera la vraie épargne , celle qui permet de reconstruire, et la , la France comme les USA sera particulier ment mal placée. Les politiques s’en fichent, ils ne seront plus là ; ce sera comme pour la dette. ce n’est pas moi , c’est l’autre . Retenez bien ce que nous affirmons, d’ici 3 ou 4 ans la vraie rareté ce sera épargne, ce sera épargne quand son concurrent, l’ingénierie bancaire , aura définitivement périclité. Alors on en reviendra la seule chose que les politiques savent faire , on refera le contraire de tout ce que l’on vient de faire. La politique est le seul domaine ou on peut dire : faire et défaire c’est toujours travailler.

    J'aime

    • je ne regarde plus ni n’ecoute plus ni l’ump ni le ps.cela fait bien longtemps que je les vois a l’oeuvre au sein des collectivités.les médias essayent de centrer les débats sur l’opposition ump-ps.elle n’aura pas lieu.les sondages manipulés d’aujourd’hui ne seront pas les résultats de demain.lepen sera malheureusement au second tour.il n’y a rien a attendre des candidats des grands partis,ils seront bloqués par les petites féodalités.bayrou me parait le plus libre pour changer l’economie.je ne sais pas si c’est l’investissement qui manque en france.je ressends plutot la concurrence déloyale que l’etat accorde a certains secteurs pour lesquels il crée des niches.et je trouve que les prélèvements divers sur le travail ne correspondent plus a grand chose de sensé pour les derniers mohicans du secteur privé concurrentiel dont je suis.nous pouvons résister en réduisant notre consommation ,une baisse franche de la consommation(non basique)pourra destabiliser ce système

      J'aime

  15. Monsieur Bertez, les problèmes quand je débats avec mes compatriotes sont souvent basés sur ce que vous dites là :

    """""""""""""""Cela nous a fait plaisir qu’il rappelle que la France detient le record des prelevements avec 56,5% du GDP . Mais cela n’a retenu l’attention de personne, personne n’a demande si la limite de la liberte individuelle et la limite du decouragement de l’effort n’etait pas deja depassee.
    Les mesures pour stimuler l’investissement, la croissance et l’emploi sont marginales et contredites par l’alourdissement de la ponction fiscale. La France , meme de droite reste fidele a son erreur economique a savoir elle veut de l’investissement createur d’emploi mais veut en meme temps priver ceux qui investissent du droit de recueillir les fruits de leurs investissements, de leur abstinence et de leurs efforts.""""""""""""""""""""

    En France, il semble logique pour la plupart des gens que celui qui se prive, celui qui travaille dur, celui qui épargne, celui qui ne fait jamais de folie, paye pour les autres. Et pas seulement pour les vrais pauvres (je le redis, mais je ne considère pas qu’un foyer qui paye un abonnement téléphone à chaque membre de la famille est pauvre, faut arrêter de classer ces gens là où ils ne sont pas), mais pour une partie qui sont des parasites. Oui le mot est lâché.

    Et oui ça décourage, car au final une personne peut se dire "à quoi bon, autant bosser moins, toucher moins, et comme je serai moins prélevé, ça reviendra au même de toutes manières".

    Si j’ai quitté la France c’est car cela m’est insupportable. Cela m’était déjà insupportable durant mes études où voir des étudiants faire la fête et considérer que les études supérieures sont faites avant tout pour s’amuser, voir des filles, se droguer et faire 1000 et une conneries ; c’est insupportable quand vous vous battez tous les jours pour espérer une avenir meilleur là où d’autres vous narguent en vous disant que "tu t’échines pour rien, t’es vraiment trop con, alors qu’on est là pour profiter de la vie".

    Et maintenant que tout le monde est dans le monde du travail, il faudrait qu’une part de mon travail soit redistribuer à certains de ces veaux qui sont maintenant dans une situation moins bonne que la mienne ? Au nom de quel droit ? Pourquoi ?

    J’ai lu des gens dans les médias français, et aussi sur des forums, qui ne croient pas que des français quittent la France depuis au moins 15 ans. Pourtant je fais parti d’entre eux et je peux vous dire qu’une des raisons, c’est bien que ce que je peux mettre de côté après toute cette sueur, je ne veux pas qu’elle aille à des faux nécessiteux. Et la France en est plein.

    Et concernant les vrais pauvres, je suis désolé pour eux, mais la politique de spoliation n’est pas "juste" (en France on aime bien le mot Justice et les gens comme moi sont traités comme des monstres qui ne veulent pas de justice. Désolé mais je ne paierai pas pour la névrose de mes compatriotes).

    Il faut être névrosé pour croire qu’il est juste d’exonérer 55% de la population de l’impôt sur le revenu. Il faut être névrosé pour vouloir spolier le travail d’une vie alors que la personne a payé 10000 impôts et taxes au cours de sa vie.

    J’aimerai bien que vous abordiez trois thèmes (si cela a déjà été fait, refaites-le s’il vous plait, car il faut que les gens comprennent) :

    – La justice sociale qui n’est pas de taxer et spolier à mort des gens qui ne sont pas forcément riches mais pas endetté non plus.

    – Les gens qui quittent la France. Car ce n’est pas un mythe.

    – La redistribution façon communiste pro immigration à la Française qui va droit dans le mur, notamment car on continue chaque année à rajouter des pauvres car tous les miséreux du monde migrent vers la France car ils savent qu’on donne sans compter.

    Vous n’imaginez pas le nombre d’insultes et de voeux de mort (oui apparemment les gens comme moi doivent mourir…) que j’ai pu recevoir de la part de nos compatriotes juste car je pose ces thèmes sur la table.

    Je crois que les Français veulent un pays communiste où tout le monde ferait le minimum syndical car tout le monde toucherait le même salaire donc pas la peine de se fouler. Et où tout le monde sera pauvre car dès que vous êtes à l’équilibre ou au-dessus, vous devenez un ennemi de l’état.

    Je n’aime pas le communisme car pour moi ça revient à une dictature où on impose aux gens comment ils doivent vivre, penser, et où diriger leurs efforts. Et vu comment les gens peuvent pousser les choses à l’extrême, il faudra bien sûr tout partager. Pourquoi pas demandez aux gens comme moi de partager leur toit, frigo, et femme tant qu’on y est ?

    Je tiens à ma liberté, c’est une des autres raisons pour laquelle j’ai dit stop et que j’ai pris mes valises (et contrairement aux gens qui souhaitent ma mort, ce n’était pas de gaieté de coeur.

    Sous couvert de se battre pour la justice et la liberté, je trouve par exemple certains propos de gens comme Philippe Frémeaux complètement liberticide. D’ailleurs Frémeaux aiment la caricature comme si tous les fonctionnaires avaient commencé à travailler à 14 ans, et comme si tous les gens comme moi étaient le diable qu’il faut piller et détruire (ne fait-il pas parti des gens qui réclament même en réponse à sarkozy sur la perte de nationalité qu’on retire leur nationalité aux gens comme moi car je suis parti au lieu de rester pour me faire tondre, spolier et utiliser comme esclaves ? Il y a de quoi avoir peur).

    Assez d’état d’âme. J’espère juste que vous aborderez les 3 thèmes cités ci-dessus, car les médias français les censurent.

    J'aime

  16. http://www.marianne2.fr/Sondage-IFOP-les-redressements-en-question_a214922.html

    Le truquage des sondages en action qu’on soit pour ou contre tel candidat.

    Et je cite les explications des sondeurs :

    """"""""""""""""""""""d’autre part, en comparant les déclarations des sondés sur leur vote aux élections précédentes avec les vrais résultats des mêmes scrutins. Exemple : si 25% des sondés ont dit avoir voté Machin en 2007 alors que Machin a obtenu 30%, le sondeur va augmenter le score de Machin."""""""""""""""""""

    Ils sortent ça pour expliquer les +4 points qu’ils donnent à hollande par rapport aux résultats bruts. Sauf que………. comment peuvent-ils redresser le score d’un candidat par rapport à 2007 alors que ce même candidat n’était pas candidat en 2007 (hollande) ?

    Qu’on aime ou non tel candidat (bien sûr dans le cas présent, les pro sarko crient au scandale, là où les pro hollande disent que tout est normal. Ca serait inversé si Hollande avait perdu des points lors du redressement. Ce qui peut sortir rarement comme ici prouve que les médias dits libres sont juste des outils de propagande.

    Choquant.

    J'aime

  17. Et ils n’augmentent le score brut de Marine le Pen que deu 0.4% alors que si on prend leur exemple ci-dessus en comparant par parti, JM Le Pen a toujours gagné entre 3 et 5 points au moins entre les sondages et les résultats des élections.

    Donc Marine le Pen devrait être redressée d’au moins 1 point, je pense, mais non, seulement 0.4%

    Qu’on soit là aussi pour ou contre le FN, il n’y aucune logique dans les explications des sondeurs.

    Et personne ne relaye tout ça à part Marianne et le Canard, pas même les médias de Droite.

    Et vive la France.

    J'aime

  18. Excusez moi, j’avais en plus mal lu. Marine le pen est redressé à -4% alors que son père a toujours été redressé positivement.

    Ca n’a aucun sens.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s