A Chaud!!!!!

A Chaud!!! du Mardi 20 Mars 2012 : Petites nouvelles du front de mer des liquidités – TURBULENCES en vue par Bruno Bertez

A Chaud!!! du Mardi 20 Mars 2012 :  Petites nouvelles du front de mer des liquidités – TURBULENCES en vue par Bruno Bertez

Les marchés financiers mondiaux étaient comme on dit fatigués.

L’absence de correction significative, la faiblesse des volumes acheteurs, les divergences internes et bien sur l’inversion du flux des nouvelles ont eu raison du momentum.

Source Zerohedge

Le balancier du sentiment semble vouloir repartir dans l’autre sens en liaison avec les programmes de pilotage des apprentis sorciers habituels et en raison du flux des nouvelles , nettement moins porteur.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Les régulateurs tentent de modérer les espoirs et donc le sentiment qui règne sur , ou qui régnait, sur les marchés financiers.

Que ce soit aux USA, en Europe, ou au FMI le ton est le même. Cela va mieux mais l’ensemble reste fragile et il faut rester vigilant, prêt à aller plus loin

 

Il est évident que l’on prend conscience plus nette du caractère un peu gonflé sinon trompeur des statistiques économiques américaines faussées par la météo exceptionnellement douce.

Il est évident que du coté de la BCE on parle, hommage habituel du vice a la vertu que nos lecteurs connaissent bien ,  des limites du LTRO.

source Financial Times

Il est évident que l’on se rend compte du fait que chez les émergents, Chine et Inde la situation est délicate, euphémisme, à gérer.

//////////////////////////////////////////////////////

La Chine qui contrôle strictement les prix des produits pétroliers, a annoncé  qu’elle allait procéder à la plus forte augmentation du prix de l’essence et du gazole en presque trois ans à cause des niveaux très élevés des cours du pétrole brut. A la pompe, la hausse sera de 0,44 yuan (0,052 euro) par litre d’essence et de 0,51 yuan (0,061 euro) par litre de gazole, d’après la Commission nationale pour le développement et la réforme, le principal organe de planification économique. Les inquiétudes sur les perspectives de la croissance chinoise deviennent de plus en plus importantes surtout après la révision à la baisse de l’objectif de la croissance de l’économie chinoise par Wen Jiabao il y a deux semaines

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les commodities conduisent donc le recul boursier .

La situation espagnole revient sur le devant de la scène avec l’opinion pourtant nuancée de Moody’s, le Portugal s’enfonce et s’oriente comme l’Espagne vers une demande de révision, la Grande Bretagne est en surveillance négative. Nous vous signalons que le juste rating de la GB  serait AA et non triple A; les agences sont très en retard. Osborne veut des simulations économiques par le biais de l’offre et des petites entreprises  et il parle des baisser le taux des taxes les plus élevées.

///////////////////////////////////////////////////////////////////

Le gouvernement britannique a lancé mardi un plan de 20 milliards de livres pour faciliter le crédit aux PME, en coopération avec plusieurs grandes banques du pays. Barclays, Lloyds Banking Group, Royal Bank of Scotland (RBS) et la filiale locale de la banque espagnole Santander ont donné leur accord de principe pour participer à ce programme de prêts garantis par l’Etat en faveur des entreprises, a indiqué le ministère des Finances. Le groupe HSBC, l’un des poids lourds du secteur bancaire britannique, ne participera en revanche pas à l’opération. Le but de ce programme, dévoilé à la veille de l’annonce du nouveau budget par le gouvernement, est de permettre aux entreprises de moins de 50 millions de livres de chiffre d’affaires d’avoir accès à des financements à taux avantageux – un point de pourcentage de moins que sur le marché

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

En Europe le compact fiscal s’affaisse et perd de plus en plus son pouvoir anesthésiant. Les partis de gauche socio démocrates reviennent  à la charge sur sa contestation, ils veulent valider et crédibiliser leurs promesses électorales un peu partout.

Geithner se mêle comme d’habitude de dire n’importe quoi et se plaint de la lenteur et la timidité des réformes en Europe.

Heureusement que les marchés financiers sont sous couveuse grâce à Draghi.

Le débat sur les impôts aux USA est relancé on se souvient que les rabais fiscaux expirent, on l’avait oublié!

Tout est normal finalement.

Marchés trop en avance, situation fondamentale mauvaise, quand les soutiens disparaissent la loi de la gravitée prend le dessus, d’autant plus facilement que :

- Le pétrole est cher

/////////////////////////////////////////////////////////

Le gouvernement saoudien avait indiqué lundi qu’il s’engageait à assurer une offre adéquate de pétrole, stabiliser le marché du pétrole et ramener les prix à des niveaux raisonnables pour les producteurs et les consommateurs, selon le quotidien Arab News citant le cabinet du Roi. L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de brut, avait indiqué à plusieurs reprises ces dernières semaines se tenir prête à compenser tout déficit d’approvisionnement sur le marché pétrolier, alors que les opérateurs s’inquiètent de l’impact des sanctions internationales contre l’Iran. Selon l’Agence internationale de l’Énergie, les exportations de pétrole de l’Iran pourraient être réduites d’au moins un tiers à partir de la mi-2012, du fait des sanctions occidentales, comme l’embargo progressif contre le brut iranien décidé en janvier par l’Union européenne

//////////////////////////////////////////////////////////////////

- Les taux ont renchéri

- La géopolitique n’est pas porteuse

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

l’Iran a accepté de participer à un nouveau tour des pourparlers avec les pays occidentaux. Un responsable de l’Oman qui est situé de l’autre côté du détroit d’Ormuz, en face de l’Iran, avait déclaré ce week-end que le risque d’un conflit militaire entre l’Occident et l’Iran montait, mais qu’il y avait encore beaucoup d’opportunités pour négocier la paix

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nous ne chiffrons pas le potentiel de mouvement des marchés.

source Bespoke

A noter que des gestionnaires de qualité et au record éprouvé pensent que les conditions sont réunies pour un trou . Nous le rappelons nous ne prenons pas position.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour David Rosenberg de Gluskin Sheff, rien n’est résolu. Il fait remarquer que les administrateurs des sociétés, ceux que l’on qualifie souvent « d’initiés » ont vendu pour 6 milliards de dollars d’actions le mois dernier. Le ratio vente/achat atteignant le niveau historique de 13

////////////////////////////////////////////////////////////////////

BRUNO BERTEZ Le 20 Mars 2012

EN COMPLEMENT :Les marchés au bord de l’abîme?

Un regard halluciné, c’est que que nous risquons tous d’afficher si la « perfect storm » (tempête parfaite) que nous prédisent un gestionnaire de fonds et un gourou de l’analyse technique s’abat effectivement sur les marchés. Ils s‘en expliquent dans la dernière livraison du Barron’s, l’hebdomadaire qui fait … la pluie et le beau temps auprès des investisseurs américains.

 Selon John P. Hussman, gérant des fonds éponymes, la conjonction de cinq critères qui fut par le passé annonciatrice de tempêtes sur les Bourses comme le krach de 1987 est sur le point de se reformer. Ces critères constituent le syndrôme d’un marché surévalué.

 Les voici :

 –>L’indice S&P 500 évolue à plus de 8% au-dessus de sa moyenne mobile des 52 dernières semaines.

 –>Le S&P 500 affiche un gain supérieur à 50% par rapport à son plus bas des quatre dernières années.

 –>Le rapport cours/bénéfice de Shiller est supérieur à 18. Il est actuellement de 22.

 

source The Economist

–>Le rendement des obligations US à 10 ans est supérieur à ce qu’il était six mois auparavant.

 –>Le sentiment haussier chez les investisseurs est supérieur à 47% et le baissier inférieur à 25%. Pour l’heure , ils sont respectivement de 47,9 et 26,6%.

 Hussman précise bien que les marchés ne dégringolent pas à l’instant même de l’apparition simultanée de ces cinq facteurs. Cela peut parfois prendre des semaines, voire des mois.

 En tant que gestionnaire de fonds, il se dit donc inquiet de voir certains de ses clients qui sont restés prudemment à l’écart d’un tel marché haussier devenir impatient et investir au plus mauvais moment.

 Pour Walter J. Zimmerman, un spécialiste de l’analyse technique qui partage le point de vue d’Hussman tous les éléments d’une chute majeure sont désormais en place. Il cite plusieurs phénomènes comme la hausse des prix pétroliers, les tensions sur le programme nucléaire iranien, la crise de la dette dans la zone euro,…

 Rien de bien neuf si ce n’est qu’il mentionne également la crainte d’un tour de vis fiscal qui, aux USA, pourrait voir le précompte mobilier passer de 15 à 39,6% et la taxation des plus-values atteindre 20% contre 15% actuellement.

 Stéphane Wuille /Crack en actions /Echo mars 2012 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les taux d’intérêt agitent les monnaies par John J. Hardy, stratège et consultant en devises de Saxo Bank

Les attentes relatives à la politique monétaire des grandes banques centrales, particulièrement ébranlées depuis deux semaines, sont soudainement revues à la hausse. Bien que ce constat puisse bousculer les idées de certains, il faut toutefois relativiser la situation, sachant que les taux sont restés depuis près d’un an quasi inchangés. Mais qui va sortir gagnant de cette évolution?

Difficile de donner un pronostic aujourd’hui. Par contre, nous pensons que le yen japonais (JPY) pourrait être le grand perdant si les prévisions de taux et les rendements obligataires réels continuent d’augmenter. Quant au dollar (USD), il aura lui aussi du mal à rebondir dans ces conditions d’autant plus que les acteurs continuent d’afficher un solide appétit pour le risque. Enfin, si ces conditions persistent, le franc (CHF) pourrait finalement décrocher de son cours actuel de 1,20 face à l’euro.

Ces derniers mois, les marchés monétaires s’intéressaient surtout à l’intensité avec laquelle les grandes banques centrales s’attachaient à stimuler leurs économies à coups d’argent bon marché: la fameuse course à la dévaluation compétitive. Depuis quelques semaines, mais surtout la semaine dernière, les mentalités ont évolué alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne ont indéniablement adopté une attitude plus neutre lors de leurs réunions. Par ailleurs, le marché ne se contente pas de supposer que le taux des fonds fédéraux restera par exemple inchangé jusqu’en 2014. Il se prépare au contraire déjà à une hausse de ce taux de 15 à 17 points de base à un horizon de douze mois. Ce relèvement des attentes concernant les taux d’intérêt a interrompu le rally de l’USD la semaine dernière, étant donné que les prévisions de taux dans le reste du monde ont bondi de manière bien plus agressive.

Il est trop tôt pour savoir avec certitude si ce courant va se poursuivre et maintenir la pression sur l’USD et le JPY. La tendance de ces dernières années a démontré un fléchissement prévisible de l’économie et cela quelques mois après que les banques centrales eurent commencé à envisager un ralentissement dans l’utilisation de la planche à billets. Dans ce cas, les évolutions récentes n’auront été qu’un faux départ dans l’attente d’une normalisation de la politique des banques centrales et nous pouvons, sans grand risque, escompter un retour en force de l’USD et du JPY avec la baisse des taux. Si la récente tendance haussière s’accentue, il faut s’attendre à un effondrement du marché des actions, dont le principal moteur a été la planche à billets. Cela pourrait remettre en question la corrélation entre le marché monétaire et les taux d’intérêt.

source le temps mars12

3 replies »

  1. Si on devait évoquer les classiques pour résumer la situation :

    Because something is happening here
    But you don’t know what it is
    Do you, Mister Jones?

    ( Ballad Of A Thin Man by Bob Dylan )

    J'aime

  2. Jeudi 22 Mars : Ah les braves gens !

    La lecture du WSJ, le Wall Street Journal est utile, mais rarement amusante.

    Nous venons de tomber sur un article de ce jour, 22 Mars qui nous a fait éclater de rire.

    La Turquie connait un deficit considerable de ses comptes courants. Pour financer ce déficit de 10% du GDP, le gouvernement a eu une idée de genie: essayer mettre la main sur l’épargne en or des Turcs. Les Turcs, à la suite d’une longue histoire de ruine financière et de, prédations ont la prudence d’épargner en or et de garder cet or chez eux. On les comprend.

    Pour faire rentrer cet or dans le système bancaire et donc, sans le dire bien sur, avoir cet or à portée de la main, le gouvernement turc étudie un système qui inciterait les citoyens à se séparer de leur or, à le déposer dans les banques et en échange ils auraient un morceau de papier qui porterait intéret.

    Le reste des propositions est sans intéret, c’est le cas de le dire, mais cette idée du gouvernement turc nous inspire quelques remarques/

    – Elle ose contredire le génial Bernanke qui soutient que l’or n’est qu’une’tradition’sous-entendue idiote et depassée juste bonne pour les ringards, la Banque Centrale Turc pense autrement visiblement et c’est une sorte de réintroduction , par la petite porte , de l’or dans le système bancaire puis monétaire puisqu’il va servir à solvabiliser les banques;

    -L’echange de l’or physique contre de l’or papier qui produit intéret atteste du fait que l’or papier vaut moins que l’or physique puisque pour equilibrer l’échange on consent une soulte qui est l’intéret ; L’or physique égale l’or papier plus un intérêt. Gageons que au fur et à mesure que le système financier va se dégrader sous les coups de boutoirs conjugués des Banquiers Centraux, des Banques et des Govies, le taux qu’il faudra consentir sera augmenté;

    -La proposition du Gouvernement turc est un schéma d’école à méditer car c’est exactement en modèle réduit, concret et très parlant ce qui se passe depuis 1971. Pour continuer à faire de la croissance à tout prix malgré les déficits, pour repousser les limites de la croissance, il faut émettre du crédit et ce crédit pour le gager, il faut lui donner un collateral et le meilleur collateral, l’ultime collateral qu’est ce que c’est ? C’est l’or. Les turcs veulent faire comme les grands, c’est à dire les américains, construire une pyramide de crédit faire levier sur l’or.

    Le WSJ suggère que le gouvernement turc au lieu d’essayer de mettre la main sur l’or de ses citoyens, ce qui a peu de chance de marcher, ferait mieux d’améliorer son systeme fiscal et d’augmenter les impôts ; Encore une equivalence amusante : tenter de mettre la main sur l’or des citoyens en les incitant à le deposer en banque équivaut à monter les impots !

    J'aime

  3. Jeudi 22 Mars : Dégradation en Europe

    La nette dégradation constatée en Europe ce jour s’inscrit dans le cadre général que nous avons évoqué ci-dessus :

    -Mauvaises nouvelles en provenance de Chine

    -Prise de conscience du fait que les indications conjoncturelles positives US sont faussées par la météo tres douce et que les indicateurs avancés sont moins bons que les coinidents et les lagging

    -Maintien des niveaux élevés des prix du petrole

    -Mauvais indicateur Flash PMI en Europe aussi bien dans le manufacturier que les services

    Mais nous pensons qu’il y a en Europe d’autres elements plus spécifiques, mème si pour l’instant ils sont discrets.

    Il y a quelques jours c’etait Geithner qui faisait une sortie pour exhorter les Européens à ne pas s’endormir et à continuer de prendre les mesures necessaires pour sortir de la crise ;

    Hier c’etait Bernanke, avec une vigueur et determination étonnante dans le monde du parler correct de l’establishment;

    Ce jour c’est Draghi qui , au contraire répond et dit tout de go : le pire est derrriere nous, le plus dur est passé.

    Y auraient-ils divergences dans le monde feutré des régulateurs?

    Y aurait-il du coté US un gros regain d’inquietude qui justifie ces sorties coordonnées de Geithner et de Bernanke?

    On peut le penser, tout comme on peut penser et s’etonner que Bernanke et Geithner donnent le feu vert à la spéculation contre l’Eurozone.

    De fait ce jour les marchés Européens chutent sous la conduite des banques, les marchés de credit souverains sont mauvais, les spreads s’elargissent à nouveau, les CDS montent nettement et de façon assez généralisée.

    Le mauvais Flash PMI européen n’explique pas tout.

    Nous pensons qu’il y a brouille dans l’air ; les américains sont mécontents du fait que l’Europe se contente de son LTRO et s’endorme gràce à ses effets anesthésiants; Ils déplorent que les efforts soient relachés et que l’on ne mette pas à profit l’accalmie pour s’attaquer , à froid aux problèmes en suspens.

    Ils pensent que le pacte fiscal est une rigolade quasi avortée ; que les positions des uns et des autres ne se sont pas vraiment rapprochées.

    Comment Draghi ose t il prétendre que le pire en Europe est derrière nous ?

    -le LTRO n’a produit que des effets de surface sur les maturités courtes et moyennes des souverains en difficulté; le système bancaire a augmenté ses risques et maintenant il manque de collateral de qualité

    Les marchés appliquent une note negative de plus en plus nette aux banques qui ont utilisé les LTRO, ce stigmate va les pénaliser, limiter les bénéfices des LTRO en cours et géner les eventuels LTRO futurs

    -L’Espagne, l’irlande, le Portugal sont à nouveau dans le collimateur.
    -Les Allemands restent inflexibles dans leurs refus d’augmenter les fonds de sauvetage.
    -La crédibilite des institutions européennes en a pris un nouveau coup quand Juncker a declaré que les problèmes grecs etaient connus depuis 2006 et que l’Europe les a dissimulés.

    -L’austérité mord de plus en plus dans la conjoncture, les affaires se dégradent dans toute l’Europe

    -Il est de plus en plus visible que les cercles européens s’interrogent sur la quadrature du cercle, comment retrouver la croissance sans renoncer à la stabilité. En plus les gauches sociales demo font pression démagogique en faveur de la croissance tout en sachant que pour l’instant c’est l’impasse.
    -Le choix de préserver les officiels comme la BCE dans la restructuration est une erreur fondamentale qui va se retourner contre ceux qui l’ont défendu ; la subordination qui en découle coutera cher à l’avenir.

    Le fait que les marchés Européens se mettent à nouveau en synchronie avec le secteur bancaire et les marchés de crédit témoigne du regain d’inquietude et semble indiquer que l’on est au delà d’une simple phase de prise de bénéfices. La prudence s’impose à nouveau.

    -

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s