A Chaud!!!!!

A Chaud!!!! du Jeudi 22 Mars : Sur le front…de mer des liquidités /Dégradation en Europe

A Chaud!!!! du Jeudi 22 Mars : Sur le front… de mer des liquidités /Dégradation en Europe

 

La nette dégradation constatée en Europe ce jour s’inscrit dans le cadre général que nous avons évoqué le 20 Mars:

-Mauvaises nouvelles en provenance de Chine

/////////////////////////////////////////////////////////

La contraction de l’activité manufacturière en Chine a déterminé la direction des indices mondiaux. Elle a chuté à un plus bas niveau en quatre mois, selon un indice provisoire publié par la banque HSBC. L’indice PMI des directeurs d’achat de HSBC s’établit provisoirement à 48,1 points, contre 49,6 points au mois de Février et 48,8 points en Janvier

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

-Prise de conscience du fait que les indications conjoncturelles positives US sont faussées par la météo tres douce et que les indicateurs avancés sont moins bons que  les coinidents et les lagging

 -Maintien des niveaux élevés des prix  du petrole

///////////////////////////////////////////////

Le principal facteur explicatif de la hausse du prix du Brent à 125 dollars reste la prochaine entrée en vigueur de l’embargo au 1e juillet

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 -Mauvais indicateur Flash PMI en Europe aussi bien dans le manufacturier que les services

//////////////////////////////////////////////////////////

Selon une première estimation, l’indice PMI s’est établi à 48,7 points à son plus bas niveau depuis le début de l’année, après avoir atteint 49,3 points en février

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

   Mais nous pensons qu’il y a en Europe d’autres éléments plus spécifiques, mème si pour l’instant ils sont discrets.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Il y a quelques jours c’etait Geithner qui faisait une sortie pour exhorter les Européens à ne pas s’endormir et à continuer de prendre les mesures necessaires pour sortir de la crise ;

Hier c’etait Bernanke, avec une vigueur et determination étonnante dans le monde du parler correct de l’establishment;

Ce jour c’est Draghi qui , au contraire répond et dit tout de go : le pire est derrriere nous, le plus dur est passé.

Y auraient-ils divergences dans le monde feutré des régulateurs?

Y aurait-il du coté US un gros regain d’inquietude qui justifie ces sorties coordonnées de Geithner et de Bernanke?

On peut le penser, tout comme on peut penser et s’etonner que Bernanke et Geithner donnent le feu vert à la spéculation contre l’Eurozone.

//////////////////////////////////////////////////

FONDS Monétaires US l’exposition très modérée aux banques françaises 

L’exposition des fonds monétaires américains aux banques françaises a connu une petite hausse en février, la seconde après sept mois consécutifs de baisse, selon une étude publiée jeudi par l’agence d’évaluation financière Fitch Ratings.

Quelque 3,6% des avoirs des dix principaux fonds monétaires américains étaient placés dans des titres de banques françaises (certificats de dépôts, billets de trésorerie et prises en pension) contre seulement 2,7% fin janvier. Cette remontée reste modérée par rapport aux niveaux d’exposition connus avant l’aggravation de la crise de la zone euro, durant l’été 2011. Fin mai, l’exposition atteignait ainsi 15,1%.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

De fait ce jour les marchés Européens chutent sous la conduite des banques, les marchés de credit souverains sont mauvais, les spreads s’elargissent à nouveau, les CDS montent nettement et de façon assez généralisée.

source Bespoke

source Zerohedge

Le  mauvais Flash PMI  européen n’explique pas tout.

Nous pensons qu’il y a brouille dans l’air ; les américains sont mécontents du fait que l’Europe se contente de son LTRO  et s’endorme gràce à ses effets anesthésiants; Ils déplorent que les efforts soient relachés et que l’on ne mette pas à profit l’accalmie pour s’attaquer , à froid aux problèmes en suspens. Ils pensent que le pacte fiscal est une rigolade quasi avortée ; que les positions des uns et des autres ne se sont pas vraiment rapprochées.

Comment Draghi ose t il prétendre que le pire en Europe est derrière nous ?

-le LTRO n’a produit que des effets de surface sur les maturités courtes et moyennes des souverains en difficulté; le système bancaire a augmenté ses risques et maintenant il manque de collateral de qualité

Les marchés appliquent une note negative de plus en plus nette aux banques qui ont utilisé les LTRO, ce stigmate va les pénaliser, limiter les bénéfices des LTRO  en cours et géner les eventuels LTRO  futurs

-L’Espagne, l’irlande, le Portugal sont à nouveau dans le collimateur.

-Les Allemands restent inflexibles dans leurs refus d’augmenter les fonds de sauvetage.

-La crédibilite des institutions européennes en a pris un nouveau coup quand Juncker a declaré que les problèmes grecs etaient connus depuis 2006 et que l’Europe les a dissimulés.

-L’austérité mord de plus en plus dans la conjoncture, les affaires se dégradent dans toute l’Europe

-Il est de plus en plus visible que les cercles européens s’interrogent sur la quadrature du cercle, comment retrouver la croissance sans renoncer à la stabilité. En plus les gauches sociales demo font pression démagogique en faveur de la croissance tout en sachant que pour l’instant c’est l’impasse.

-Le choix de préserver les officiels comme la BCE dans la restructuration est une erreur fondamentale qui va se retourner contre ceux qui l’ont défendu ; la subordination qui en découle coutera cher à l’avenir.

Le fait que les marchés Européens se mettent à nouveau en synchronie avec le secteur bancaire et les marchés de crédit témoigne du regain d’inquietude et semble indiquer que l’on est au delà d’une simple phase de prise de bénéfices.  La prudence s’impose à nouveau.

BRUNO BERTEZ Le 22 mars 2012

EN LIEN : A Chaud!!! du Mardi 20 Mars 2012 : Petites nouvelles du front de mer des liquidités – TURBULENCES en vue par Bruno Bertez

EN BANDE SON :

1 reply »

  1. Mardi 27 Mars

    Alors que les marchés financiers devenaient hésitants et donnaient des signes de vouloir plafonner, Ben Bernanke est intervenu lundi 26 mars pour exciter à nouveau les esprits spéculatifs. Le S&P 500, après une phase d’hésitation en cours de journée est reparti vers de nouveaux plus hauts sous la conduite des valeurs à haut betas et du Russell.

    Apres de longues études sur l’impact de la communication sur les marchés, il est évident que c’est volontairement que Bernanke a relancé le risk-on. Nous rappelons que Bernanke a deux spécialités académiques; la crise de 1929 et les effets de la communication sur les marchés d’assets.

    Bernanke a dit trois choses:

    -la poltique accomodante est justifiée, elle produit des effets
    -je continuerais si nécessaire
    -la reprise du marché du travail est douteuse

    C’était bien sur un feu vert a la relance de la spéculation alors qu’elle menaçait de s’essouffler;

    On remarquera que non seulement la politique monétaire s’enfonce dans l’arbitraire mais qu’en plus elle repose sur de simples doutes d’une personne; Nous sommes loin des rules et critères objectifs d’antan .

    Nous rappelons que nous sommes dans la séquence suivante:

    -interventions des banques centrales plus fortes, plus massives que prévues en fin 2011
    -rachats du découvert pris a contrepied
    -rally qui prend du momentum à la faveur du flux positif des nouvelles économiques US
    -desserrement généralisé des conditions financières sur les marchés , retour du leverage
    -anticipations constructives sur l’économie grâce à l’amélioration des conditions financières et du crédit
    -doutes de Bernanke sur la reprise ce qui équivaut à une promesse de ne pas resserrer et même plus
    -abandon de la prudence et de la retenue, beaucoup de gestionnaires ont raté le rally

    Nous en sommes là;

    Nous rappelons que la perception de liquidité sur les marchés est presque plus importante que la liquidité réelle dispensée par les banques centrales, Le retour du leverage, de l’esprit spéculatif accélèrent la vitesse de rotation des liquidités, donnent un impression d’aisance et fait croire que l’on vendra plus cher que l’on a acheté ce qui est la définition de la liquidité.

    Le potentiel en termes techniques n’est pas chiffrable car nous sommes dans des zones non testées; à l’aventure en quelque sorte; dans notre précédente note nous avons affirmé que nous ne prenions pas position , car notre conviction est que tout peut arriver.

    -aussi bien un flux de nouvelles favorables qui permet l’emballement
    -que l’irruption du réel qui crèverait le petit nuage

    Depuis le début d’année, certains secteurs US ont monté de plus de 30%, dans le retail, la construction , la hi-tech,etc

    Ce qui est central, c’est la croyance que les régulateurs peuvent assurer la surabondance des liquidités et qu’ils le feront, le fondamental passe totalement au second plan face a cette certitude. Il y a une sorte de zone franche d’impunité qui s’est créée pour la communauté spéculative.

    Le fondamental européen est beaucoup plus mauvais que l’américain;

    On peut même penser qu’en cas de mauvaise nouvelle en Europe les Etats Unis ont la possibilité de découpler. Les risques paraissent moins grands outre atlantique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s