A Chaud!!!!!

Mister Market and Doctor Conjoncture du Dimanche 8 Juillet 2012 : Le grand survol, les arbres cachent la forêt, derriere la forêt il y a le ravin ! par Bruno Bertez (actualisé au 9/7/2012 à 15h15)

Mister Market and Doctor Conjoncture du Dimanche 8 Juillet 2012 :  Le grand survol, les arbres cachent la forêt, derriere la forêt il y a le ravin ! par Bruno Bertez (actualisé au 9/7/2012 à 15h15)

EN COMPLEMENT : Mister Market and Doctor Conjoncture du Lundi 9 juillet : Déglobalisation, rapatriement des capitaux, liquidité, risque tout est lié. par Bruno Bertez

L’économie globale est en difficulté. Il y a quelques mois, en, début d’année, l’optimisme régnait. Beaucoup se sont en effet laissé influencer par le regain trompeur americain provoqué par une méteo anormalement clémente.

THE FALL OF ICARUSWAR OF FINANCEHAVE A NICE TRADING DAY...

  Progressivement les choses sont rentrées dans l’ordre, les vraies tendances ont refait surface , les déceptions se sont multipliées en particulier du côté de l’emploi. La convergence des indicateurs dans la médiocrité a conduit les économistes à revoir en baisse leurs prévisions.

Click to View

Le FMI craint un ralentissement americain sous les 1% en 2013 , si le blocage politique continue. Comprenez par là si la fiscalité n’est pas modifiée, si un nouveau plan de stimulation n’est pas possible.

Les chiffres de l’emploi US qui viennent d’etre publiés confirment la médiocre orientation de l’économie.avec seulement 80 00O postes créés , un chomage stable à 8,2% , le tout artificiellement bonifié par un chiffre record de personnes considérées comme ne faisant pas partie de la force de travail.

Click to View

Click to View

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

En Europe, les indicateurs aussi bien avancés que coincidents sont au rouge ou orange;  le dernier composite PMI se contracte fortement , en particulier dans les services.  Dans le secteur manufacturier, la chute des commandes est sensible, très nette en Allemagne . En France les carnets de commandes se dégarnissent, le rythme de contraction est rapide, l’emploi est en chute. L’Espagne et l’Italie poursuivent leur descente aux enfers commencée il y a plusieurs mois. Là également, les licenciements accélèrent.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Mercredi, trois instituts de conjoncture (l’Insee français, l’Ifo allemand et l’Istat italien) ont prédit un recul du Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro aux deuxième et troisième trimestres, soit une récession technique.

//////////////////////////////////////////////////////////

 

 

Du coté des émergents , la situation n’est guère brillante. Le Brésil connait un ralentissement très sensible aussi bien de la production que des entrées de commandes. En Chine la dégradation est certainement très forte , plus forte que ne le disent les chiffres officiels car les chiffres régionaux sont maquillés. Les entrées de commandes, surtout à l’export sont faibles.
 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les exportations des pays émergents se font à environ 17,5 % dans la zone euro, contre un point haut de 21 % en 2009. Il convient néanmoins de ne pas faire de généralisation, le commerce mondial étant dominé par un modèle de développement régional entre le coeur et la périphérie. On observe un contraste saisissant entre les différents pays émergents qui exportent vers l’Europe. Alors que les économies de l’Europe Centrale et de l’Est sont particulièrement vulnérables dans la mesure où 40 % de leurs exportations se tournent vers la zone euro, ce chiffre est très inférieur à 20 % pour l’Amérique latine et l’Asie. A titre de comparaison, le total des exportations des pays émergents vers les Etats-Unis représente environ 17 % et les exportations entre pays émergents, qui ont fortement cru ces dernières années, représentent désormais près de 40 % du total des exportations. Source : JPMORGAN 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Brazil industrial production and GDP growth 

Dans ces conditions on comprend que Lagarde vienne d’annoncer une prochaine révision en baisse des estimations de croissance globale du FMI.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le Fonds monétaire international voit rouge ! A dix jours de la publication des mises à jour des perspectives de croissance économique mondiale, la directrice du FMI, Christine Lagarde, a prévenu vendredi que les projections seront revues en baisse. « De nombreux indicateurs (investissement, emploi, fabrication) se sont détériorés… Et pas seulement en Europe ou aux États-Unis. Cela touche désormais les principaux marchés émergents : le Brésil, la Chine, l’Inde », a-t-elle alerté lors d’un discours prononcé à Tokyo, au Japon. Jeudi, la banque centrale chinoise a d’ailleurs abaissé ses taux d’intérêt pour la deuxième fois en moins d’un mois pour tenter de stimuler la croissance de la deuxième économie mondiale, qui devrait avoir subi sur avril-juin son sixième trimestre consécutif de décélération.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

On comprend aussi la multiplication des mesures de soutien monétaire, ces derniers jours, la  Banque d’Angleterre, la BCE, la PBOC chinoise ont essayé de prendre de nouvelles et nièmes mesures pour rendre l’argent encore plus facile.

////////////////////////////////////////////////////////////

La Banque d’Angleterre (BoE) a annoncé hier, comme attendu, l’injection de 50 milliards de livres (62,2 milliards d’euros) dans l’économie britannique, portant à 375 milliards de livres le montant total de son programme de soutien à une économie en récession.L’institution a par ailleurs maintenu son taux d’intérêt directeur à 0,50%, niveau exceptionnellement bas auquel il est fixé depuis mars 2009.L’économie britannique «a à peine crû pendant un an et demi et, selon les estimations, s’est contractée au cours des deux derniers trimestres» Outre les rachats d’actifs, la Banque d’Angleterre a tout de même lancé en juin des actions coordonnées avec le gouvernement britannique, visant à fournir aux banques des dizaines de milliards de livres de liquidités pour les inciter à prêter et ainsi à soutenir l’économie nationale en récession.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  

On s’attend a ce que les autorités chinoises accélèrent et multiplient les assouplissements ces prochains mois, les statistiques à venir ne semblent guère devoir ètre brillantes. Les observateurs sont sceptiques sur les marges de manoeuvre chinoises et les  éventuels résultats de leur utilisation

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Chine. La banque centrale intervient sur sa politique monétaire pour la seconde fois en un mois.

La Chine a annoncé hier sa deuxième baisse de taux d’intérêt en un mois pour répondre à une croissance qui ralentit, une mesure qui a surpris les analystes et leur fait craindre l’annonce d’indicateurs économiques plus mauvais que prévu la semaine prochaine.

Après avoir baissé le 8 juin les taux d’intérêt de référence pour la première fois depuis décembre 2008, la banque centrale est intervenue de nouveau pour stimuler la demande alors que les exportateurs chinois souffrent de la crise en Europe et que la demande intérieure peine à prendre le relais. A compter de vendredi, le taux d’emprunt à un an baisse de 0,31 point de pourcentage à 6% tandis que la rémunération de dépôts à un an a également été revue à la baisse de 0,25 point de pourcentage, pour tomber à 3%. De plus, les banques commerciales pourront accorder jusqu’à 30% de rabais par rapport aux taux d’emprunt de référence, contre 20% jusqu’ici, ce qui augmente la concurrence que peuvent se livrer les établissements bancaires pour attirer des clients.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Selon les économistes de JP Morgan, l’économie mondiale a flirté avec la stagnation au second trimestre et il se pourrait bien qu’il y ait comme un air de récession ici et là.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le PIB réel de l’OCDE est en hausse de 0,4% au premier trimestre. Une amélioration par rapport au trimestre précédent où la croissance n’était que de 0,3%. C’est à la consommation privée que l’ensemble des pays du groupe doit ce progrès. Elle y contribue pour 0,3% alors que la consommation publique, la formation brute de capital et les exportations nettes ne contribuent que pour 0,1% chacun. Le déstockage se poursuit, tirant le PIB à la baisse de 0,1%. Le bilan de croissance du PIB des principaux pays est positif pour le Japon (+1,2%), le Canada (+0,5%), l’Allemagne (+0,5%) et les Etats-Unis (+0,5%). Il est, par contre, neutre ou négatif pour la France (0%), la Grande-Bretagne (-0,3%) et l’Italie (-0,8%).

Aux Etats-Unis, la consommation continue à stimuler la croissance malgré une légère diminution due principalement à l’arrêt de constitution des stocks au cours du premier trimestre. Au Japon, elle est également le principal moteur avec une contribution de 0,7% – en forte augmentation par rapport au trimestre précédent. Toujours au Japon, la reprise des exportations nettes et de la constitution des stocks a été partiellement altérée par la chute de la contribution de l’investissement.

La formation brute de capital fixe et la constitution de stocks sont les deux principaux contributeurs à la croissance au Canada (0,5%) alors qu’en France le PIB a stagné faute d’exportations nettes et de formation brute de capital fixe malgré une contribution de la constitution de stocks. En Allemagne, un rétablissement des exportations nettes et la consommation privée ont permis d’accroitre la croissance de 0,5% après une chute de 0,2% au trimestre précédent.

La Grande-Bretagne et l’Italie sont plutôt mal en point. Le PIB du Royaume-Uni est en contraction de 0,3% malgré une contribution positive de l’investissement et une amélioration continue de la consommation publique. Malheureusement, aucun des deux postes n’a suffit à compenser la chute des exportations nettes et de la consommation privée. Le déstockage se poursuit, heureusement à un rythme plus lent qu’au trimestre précédent. L’économie italienne s’est contractée de manière sensible avec une décroissance de0,8%, largement attribuable à la chute continue de l’investissement, de la consommation privée et de la constitution des stocks, et ce, malgré une forte contribution positive des exportations nettes (0,9%).

A noter, l’évolution des exportations des biens et services est restée positive dans l’ensemble de l’OCDE en 2011 (+5,7% en moyenne). Les meilleurs résultats pour 2011 se trouvent au Japon et aux Etats-Unis (+6,5% et +6,2% respectivement) et les plus faibles en France et en Allemagne (+4,8% et 5,1%). Les perspectives 2012 se montrent plus pessimistes avec une croissance de l’ordre de 3,8% pour l’ensemble des pays.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Apres près de 4ans de crise, les amortisseurs économiques sont très fatigués, les marges  de manoeuvre deviennent de plus en plus réduites, le rendement des remèdes contre le ralentissement est fortement décroissant. La stimulation keynesienne par les déficits semble avoir touché ses limites , tandis que les soutien du crédit par la manipulation du risk donne de moins en moins de rendement tout accentuant la fragilité du système. En fait seuls les Etats Unis donnent l’impression de pouvoir encore faire quelque chose de significatif, mais là , il y a le problème politique et électoral.

Les mauvaises allocations des ressources et du capital se sont aggravées au cours de la période 2008/2012 et il devient de plus en plus difficile et couteux de soutenir l’activité. on le voit très  clairement dans des secteurs comme l’automobile et dans certains pays, dans le logement et la construction.

Ce qui nous frappe, c’est la piètre réaction des marchés de risk aux dernières  mesures des  banques centrales Britanniques, européennes et chinoises de ces derniers jours, la mécanique a l’air grippée, mème dans une simple perspective de court terme. La confiance dans la toute puissance  des apprentis sorciers serait elle en train de se réduire? Nous pensons que c’est le cas, mais nous pensons aussi que les incertitudes structurelles, réglementaires, fiscales etc jouent un role.

Les mesures au coup par coup sont gachées, contrées par l’incertitude fondamentale. Vous savez qu’en matière économique, le sentiment, l’humeur des agents economiques comptent pour beaucoup dans les résultats obtenus. Un exemple, l’Espagne est en crise, l’activité s’effondre et Rajoy, on se demande bien pourquoi, déclare Samedi 7  je prépare des mesures considérables pour le mois prochain et la rentrée. Qui va prendre la moindre initiative dans ces conditions à part des kamikazes ? Mème chose en France. L’incertitude réglementaire, institutionnelle et fiscale n’est pas assez étudiée. On manipule des chiffres, des agrégats de préférence, on fait tourner des modèles, mais on oublie que la dépense est un phénomène humain, pas mécanique.

Nous l’avons dit et nous les répétons encore les marchés sont dangereux parce qu’ils ne sont pas à leur prix. Ils ne prennent pas en compte aussi bien la dégradation des perspectives que le risque de perte de confiance chez les régulateurs / manipulateurs.

On peut perdre doublement :

-Parce que les affaires se dégradent

-Parce que l’on cesse de croire que les gouvernants et banques centrales controlent la situation.

Nous ne faisons pas de prévision de marché car nous sommes dans l’arbitraire le plus total, et l’arbitraire cela ne se rationalise pas.

Le niveau actuel des bourses n’est pas attrayant, même dans une perspective de long terme. Nous parlons en investissement bien sûr.

Click to View

 La valorisation d’une action repose sur deux paramètres essentiels le premier est constitué par les marges bénficiaires des entreprises, le second par le niveau des taux d’intéret. Les marges des entreprise sont a un niveau record qui ne sera pas dépassé, elles ne peuvent que baisser, tandis que les taux d’intéret sont au plancher, nuls. Ces deux paramètres déterminants, dans une perspective de long terme c’est-à-dire d’investissement,  ne peuvent qu’évoluer dans le mauvais sens, le négatif. La situation exceptionnelle du coté des marges et des taux fait que l’on  ne peut extrapoler leur maintien, on ne peut que prévoir leur dégradation: le retour aux moyennes historiques de long terme. ceci signifie que sur ces bases normalisées, les actions sont trop chères  de 25  a 30 % pour ètre attrayantes comme investissement serieux.

Le rendement prévisible aux niveaux actuels d’un investissement de long terme, c’est à dire 6 a 7 ans  n’est guere superieur à 4%  sur le S& P 500 . On nous dira que sur les fonds d’ état c’est beaucoup moins, mais nous répondrons que ce n’est pas parce que l’on est assuré de perdre sur les fonds d’état quand les taux vont monter, qu’il faut aussi perdre sur les actions. La hausse des taux sera un véritable bain de sang pour les assets financiers. Ce sera la dévalorisation, le vol assuré.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////

Rien qu’aux Etats-Unis, le remboursement des obligations d’Etat en 2012 se monte à plus de 2700 milliards de dollars et le paiement des coupons à plus de 200 milliards. A la dette publique officielle (15 700 milliards au 1er mai 2012), il faut ajouter d’autres engagements comme les retraites des fonctionnaires du gouvernement et les pensions des vétérans pour environ 6000 milliards. La politique monétaire accommodante suivie actuellement aux Etats-Unis et plus généralement dans les pays occidentaux se traduit par des taux d’intérêt bas, avec à la clé des effets de redistribution considérables. Certains pays industrialisés, en tête desquels les Etats-Unis, ont ainsi trouvé une solution à même de réduire la valeur réelle de leur dette en ayant une inflation supérieure aux taux des obligations d’Etat.

A l’heure actuelle l’Etat américain se finance à 1,6% sur dix ans (inflation attendue d’ici à mai 2013: 3%) et l’Allemagne à 1,3% (inflation attendue pour la zone euro d’ici à mai 2013: 2,4%). Pour un emprunt à un an, le taux est proche de 0%. Résultat: l’investisseur optant exclusivement pour ce type de placement obtiendrait un rendement réel légèrement négatif année après année (toutes choses étant égales par ailleurs). Dès le début de cette tempête, le franc suisse est apparu comme une valeur refuge, avec pour conséquence une appréciation de la monnaie helvétique par rapport à l’euro d’une telle ampleur que la BNS a fixé un cours plancher face à la devise européenne. Cette option, déjà appliquée en 1978 (avec le mark allemand) et qui avait connu un certain succès, s’était toutefois soldée quelques années plus tard par une forte inflation en Suisse. L’indice des prix à la consommation (indicateur du niveau d’inflation) avait même culminé à plus de 7% sur une base annuelle en 1981.  Source : Notenstein Banque Privée SA

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les forces déflationnistes sont puissantes , elles se renforcent au lieu de se réduire. Et ce n’est que dans la seconde phase, quand il aura fallu abandonner toute prudence et toute retenue monètaire que la donne changera.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Depuis l’éclatement de la crise du subprime, suivie de la crise de la dette souveraine en Europe, les pays développés sont entrés en déflation . Le mot nous paraît approprié car cela fait 5 ans que la crise a éclaté en Juillet 2007. Sur cette période, la croissance moyenne annuelle a été de 0.1% en zone Euro, -0.2% au Royaume Uni, -0.2% au Japon, et +0.7% aux Etats-Unis. Et la crise est devant nous à un horizon prévisible. La croissance prévue pour 2012 est à -0.4% en Eurozone, +0.2% en Angleterre et 2.2% aux Etats-Unis. Les prévisions 2013, plus incertaines, font état de seulement +0.8% en Eurozone, chiffre revu à la baisse. Et les Etats-Unis prévoient une croissance en dessous de leur potentiel de 3% à 2.4%.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Dans cette seconde phase, ce sera le règne des refuges, des protections  contre l’avilissement monètaire; Et là, les actions auront un role à jouer.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

On pense ici notamment aux actions de certaines sociétés qui pourront s’apprécier en cas d’inflation et, partant, assurer des revenus aux actionnaires en corrélation avec l’évolution générale du niveau des prix. A cette classe d’investissement pourraient s’ajouter des placements dans des marchés émergents, certaines devises «saines» (la couronne norvégienne, le dollar australien, la couronne suédoise, le dollar canadien…), des matières premières ou encore des métaux précieux. Investir dans ces valeurs réelles durant la phase d’épargne de sa vie devrait maximiser les chances de maintenir au moins mais tout au plus) son pouvoir d’achat à la retraite en cas de forte augmentation des prix.  Car ce qui compte, ce n’est pas le montant de son capital ou de sa rente, mais le pouvoir d’achat qu’ils procurent à l’assuréou à l’éparnant. Et si les bourses venaient à remonter sans l’effet artificiel de la  dépréciation de la monnaie, l’épargnant en bénéficierait directement. En accordant une place importante aux valeurs réelles dans ses investissements, il est possible de tenter de contrer activement le risque d’inflation et les turbulences monétaires. Source :Notenstein Banque Privée SA

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’autre élément qui nous fait dire que les marchés lévitent et sont dangereux est la confiance mal placée dans les responsables auto proclamés de la conduite des affaires. Il ne fait aucun doute que les assets papiers sont soutenus par l’espoir. La longue liste des échecs des gouvernements et des banques centrales , celle de leurs erreurs, a produit un phénomène etrange: On a perdu confiance réelle en eux , les enquètes le prouvent, mais en même temps on croit qu’ils peuvent encore faire quelquechose. C’est une sorte de cynisme qui conduit à ne pas s’opposer à leur action , à jouer avec eux, à faire un bout de chemin avec eux, mais à ne le faire que pour des laps de temps de plus en plus courts. On vient parasiter les actions des régulateurs, mais juste pour tirer un coup de fusil sans lendemain. Il n’y a plus d’adhésion, plus de conviction , plus de long terme.

 ////////////////////////////////////////////////////////////////////////

«Draghi est notre boussole. La dernière…» confirme-t-on dans l’entourage d’Olli Rehn, le commissaire chargé des Affaires économiques, avant la réunion des ministres des finances de la zone euro le 9 juillet à Bruxelles.

La boussole Draghi est d’autant plus suivie que le comité de direction de la BCE (cinq personnes en plus de son président, toutes nommées par le Conseil européen) a été, en un an, presque totalement renouvelé. Le seul rescapé de l’ère Trichet est le vice-président de l’institut d’émission, le portugais Victor Constancio. Les nouveaux venus, arrivés en 2011-2012, sont le Belge Peter Praet, nommé économiste en chef, l’Allemand Jörg Asmussen et le Français Benoît Cœuré. L’ultime siège est aujourd’hui l’objet d’une bataille entre les partisans du Luxembourgeois Yves Mersch, défendu par son premier ministre – et président sortant de l’eurogroupe – Jean-Claude Juncker – et les tenants d’une candidature féminine (tous les membres du Conseil des gouverneurs étant des hommes). «On ne mesure pas le poids de ces changements, explique un familier de l’institution. Trichet butait toujours sur Jürgen Stark (l’ancien économiste en chef allemand de la BCE, démissionnaire en septembre 2011). Draghi, lui, a un boulevard devant lui pour imprimer sa marque.»

Le patron de la BCE joue aussi beaucoup de ses réseaux, et de son entregent dans la presse financière anglo-saxonne. Son passage décrié chez Goldman Sachs, dont il fut vice-président de la branche européenne entre 2000 et 2005, a permis à l’ancien gouverneur de la banque d’Italie d’être adoubé par les marchés -source: le Temps 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cette situation entretient une fragilité fondamentale qui est masquée par le recours aux hedging, à l’achat de protections et d’assurances. Les opérateurs et ce qu »il reste d’investisseurs ont ainsi un faux sentiment de sécurité. Ils n’ont pas encore compris que ce sont des assurances contre les inondations en période de sécheresse, et qu’en tant que telles, elles ne seront pas honorées quand il pleuvra.

Pour ces deux raisons, confiance mal placée et superficielle dans les responsables de la conduite des affaires et  illusion d’assurance gràce aux hedges , le risque de rupture est  important , très elevé. Le fait qu’il ne se soit pas concrétisé plus tôt est gravissime, car il entretient l’idée que si cela a tenu jusqu’ici, cela tiendra encore à l’avenir.

La confiance est mal placée, les assurances sont illusoires, voilà les conditions, un jour d’un grand décrochage.

Comme toujours, le problème de ce genre de pronostic est  l’évaluation du facteur temps … et c’est précisement là dessus que comptent .les Pouvoirs pour réussir à faire en sorte que vous sépariez de votre argent.

G20

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 8 Juillet 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

EN COMPLEMENT : A propos des Retraites, des Banques et autres friandises !!!!!  par Bruno Bertez

Avec à la clef quelques conseils….

 Vous avez cotisé pour une retraite intrinsèquement spoliatrice, au moins si vous avez cotisé au minimum vous êtes moins  spolié, maigre consolation. On vous a attiré vers des retraites privées, on vous a dit économisez pour votre retraite, comptez sur vous etc vous avez constitué une épargne que certains  plus riches que vous osent appeler un capital. Nous vous signalons en passant que le capital dont les fonctionnaires sont propriétaires du fait de leur retraite est colossalement supérieur au votre mais non taxé; Et pour sauver les banques , les vrais riches , un gouvernement de fausse droite a augmenté les prélèvements sur votre future retraite tandis qu’un gouvernement socialiste continue et accentue les spoliations.

Il est impossible de se défendre, aucun choix n’est satisfaisant ou sur. C’est comme au casino, vous êtes structurellement perdant, c’est conçu pour.
 
Les taux d’intérêt réels sont très négatifs et encore plus avec tous les prélèvements que vous allez subir, et les frais pris par les banques etc .

Le capital est rongé par une inflation très supérieure à la hausse des prix des indices, vous le constatez chaque jour.

Les seuls qui gagnent ce sont ceux pour qui les banques font des montages sur mesure, les très riches ;
Tous les autres sont laminés sciemment, volontairement, cyniquement.

Quelqu’un qui a épargné depuis le début de sa carrière professionnelle, a placé son argent sans spéculer, sans risque, en bon père de famille a perdu en réel, après impôts les trois quart de sa mise! Voila la réalité. Encore heureux si il n’a pas été petit commerçant ou profession libérale.

Et pire, vous êtes stigmatisé, on vous fait passer pour un privilégié puis que vous avez eu la chance de mettre de l’argent de coté.
Malheureusement ,il n’y a aucune parade ; Le problème est politique c’est un choix des gens en place  de vous spolier parce que vous êtes faible .

Plus directement ; Il n’y a pas de banque sure ; Tout le système est fragile pour être poli.

Toutes les banques sont comme on dit interconnectées, les actifs des unes sont les dettes des autres et si cela tombe vraiment, cela tombera en masse.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

S&P a publié sa première étude sur les taux de défauts et les matrices de transition du secteur financier. Sur la période couverte (31 ans), S&P a noté 2 696 institutions financières. Le taux de défaut le plus élevé pour les institutions notées en catégorie investissement est de 1,1% en 2008. Pour les institutions notées en catégorie spéculative, le taux de défaut le plus élevé est de 13,2% en 1991-1992.

Depuis 1981, 135 institutions financières ont fait défaut, dont 108 notées en catégorie spéculative. Les Etats-Unis comptent pour la moitié des défauts enregistrés.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

On peut imaginer des catastrophes partielles du type Dexia. Cela peut arriver; La seule parade dans ce cas est de posséder plusieurs  comptes et de mettre votre argent dans différents établissements pour profiter de la garantie des dépôts;. cette garantie est réelle mais en cas de grande catastrophe elle ne pourra jouer car l’état n’est pas assez gros pour tenir tous ses engagements et assurances.

Ensuite des biens réels ou des titres adossés a des biens réels peuvent vous protéger, comme certaines,nous disons bien certaines pas toutes, sociétés immobilières; nous  déconseillons la propriété immobilière àcar vous êtes en première ligne pour être encore plus spolié; Tout ce qui a pignon sur rue est une proie.

Ensuite des titres ou fonds de placement spécialisés dans les très, très grandes valeurs internationales

Enfin, malheureusement pour une minorité, l’or métal ,  de bonne livraison avec des titres de propriété en règle.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les données fournies par le FMI montrent une poursuite des achats d’or de la partdes Banques Centrales. Ainsi, environ 25 tonnes ont été achetées en mai, principalement par la Russie, mais également par la Turquie, l’Ukraine et la Kazakhstan. A fin mai, ce sont 111 tonnes qui ont déjà été achetées, soit un rythme très légèrement inférieur au record enregistré en 2011.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Enfin nous le répétons , si vous avez un petit business gardez le, le travail vivant est la seule défense
Si vous avez des salariés, gérez serré, ne prenez pas de risque, n’entretenez pas de sureffectif,
ne trichez pas, pas de travail au noir etc  vous finiriez par être pendu haut et court

La clef de tout est l’adaptation, l’espoir n’est pas une stratégie ne l’oubliez jamais….

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

Quelques conseils de plus du Lundi 9 Juillet 2012

Personne ne détient la vérité, nous sommes en avenir incertain car comme vous le dites le risque politique est important. Les Etats et gouvernements s’arrogent tous les droits pour vous faire payer le prix de leurs erreurs et de leurs fautes. C’est cela le système du tiers payant: ils gèrent mal et c’est vous qui payez.

 Que faire ?

 Les risques sont nombreux.

-Risques de déflation tout d’abord

-Risques de crise économique avec faillites, chômage, déstabilisation sociale  ensuite 

-Risques d’inflation accélérée avec son complément répression monétaire, prédation fiscale, confiscations. 

Entre temps vous aurez côtoyé des risques de solvabilité ou de panique bancaire ,des risques de contrôle des mouvements de capitaux et des mouvements des personnes… 

Les protections ne peuvent être que multiples et diversifiées; il n’y a pas de solution miracle bonne pour tous les cas de figure  et bonne sur la durée. 

S’agissant du choix de devise, c’est le bonneteau. La valeur de  l’euro n’est que politique ! C’est un pari, une moyenne entre un euro grec qui ne vaut que 0,4 dollar  et un euro Deutsche Mark qui vaut 1,6 dollar. 

C’est une construction synthétique , fragile qui coute de plus en plus cher à maintenir. 

Cette moyenne vaut 1, 25 dollar  en ce moment, elle peut descendre à 1,15 dollar rapidement si les pestiférés continuent de contaminer l’Allemagne et les Pays du Nord. 

En cas de sortie soit des forts, soit des faibles les scénarios sont très divergents . 

Le cash et les placements courts type livrets sont ce qu’il y a de mieux en particulier le livret A 

Attention les publicités des établissements avec des soit disant intérêts attrayants sont des attrape nigauds, les taux ne sont bonifiés que sur une faible durée et les capitaux sont plafonnées. 

Si vos avez une épargne déjà conséquente n’hésitez pas à fractionner vos comptes dans différents établissements pour bénéficier de l’assurance des dépôts. Faites attention aux frais bancaires, ils sont devenus spoliateurs. 

Certains conseillent les comptes à l’étranger déclarés, nous ne partageons pas cet avis. Tout le système est logé à la même enseigne et vous êtes moins bien assuré et servi si vous êtes un étranger. Nous déconseillons formellement de tricher et de se mettre en infraction fiscale. 

Si vous trouvez quelques emprunts corporate, emprunts d’entreprise de standing à maturité moyenne, cela peut être intéressant. Sinon vous pouvez regarder si on vous offre un fonds de placement de ce type chez votre intermédiaire. 

Les placements pierre -papier cotés en bourse peuvent être regardés, certains offrent des rendements élevés pour une qualité satisfaisante. Attention les sociétés de ce genre sont vulnérables à cause de leur endettement et à cause de leur exposition à l’immobilier commercial . Mais il y  en qui sont de qualité. Regardez les parrainages. Certains conseillent de rechercher les valeurs a rendement  élevé, nous sommes dubitatifs, les pertes en capital érodent et au delà le rendement obtenu; Et puis l’alourdissement de la fiscalité est confiscatoire. Le rendement ne remplace pas la qualité. 

Les fonds de placements ou ETF  spécialisés dans les grandes valeurs globales doivent retenir votre attention, avec mention pour les ETF  pétrole et mines d’or par exemple, mais aussi pour les technologiques américaines. 

Avec une chute de 20%  des cours des grandes valeurs internationales classiques, type blue -chips, nous conseillons d’être prêt à vous faire un portefeuille et de dormir dessus . 

Tout cela c’est du papier c’est à dire que c’est un pari sur la poursuite du fonctionnement ordonné du système . 

Les assurances contre une dislocation du système  sont d’ordre réel. Ce qui vous protège dans le cas ultime, c’est ce qui ne dépend de personne , à une valeur en soi. 

Donc la protection ultime passe par une certaine autonomie sous tous les aspects.

Habitation, sécurité, frais et charges limitées. Train de vie supportable, plutôt en dessous de ses moyens qu’au dessus. Utilisez votre argent pour faire des travaux chez vous, réduire vos charges être plus autonome. 

L’or physique est irremplaçable , son retour dans le système sera retardé au maximum, mais quand on sait que le total de bilan du système bancaire mondial est de prés de 100  trillions alors que la base money n’est que de 8 ou 9 trillions , il y a du souci à se faire dans le cas de poursuite de la crise. Il faudra créer des quantités phénoménales de base money pour stabiliser le système. Il faudra multiplier les QE, les LTRO, inventer de nouvelles solutions ou pseudo solutions, lesquelles ne feront que renforcer le besoin de détenir la seule base money authentique, l’or . 

Bien sur qu’ils, le grand « ILS » , essaieront de capter votre or . 

L’or papier ne vaut rien .Même quand le banquier vous dit qu’il est affecté, qu’il le détient physiquement pour votre compte. Il faut exiger livraison. 

L’or fractionné sous forme de « gold bullion coin » est bon, car de plus faible valeur unitaire , Ne l’achetez que chez des vrais spécialistes , méfiez vous des boutiques. Krugger, 5O pesos  sont un complément à envisager. L’or numismatique n’est pas selon nous une protection pour monsieur tout le monde ..

EN COMPLEMENT : Mister Market and Doctor Conjoncture du Lundi 9 juillet : Déglobalisation, rapatriement des capitaux, liquidité, risque tout est lié. par Bruno Bertez

15 replies »

  1. L’acharnement thérapeutique des BC ne fait que repousser l’échéance. Nous n’échapperons pas à une grande dépression pour purger les excès des croissances achetées à crédit depuis 30 ans. Quand à la fin de votre papier je la ressens tous les jours, le fisc en particulier est de plus en plus agressif. C’est l’inquisition qui se met en place en ce moment en France.

    J'aime

  2. Bonsoir Mr Bertez,,

    L’or physique, oui, mais si tous les états européens se mettent d’accord pour faire comme Roosevelt (pour l’or ?) en 1932 ?
    Les titres de propriétés (actions) de sociétés minières, pétrolières et gazières, avec des actifs aux USA ou au Canada ne seraient ils pas plus surs ?

    J'aime

    • @Ursus35

      Personne ne détient la vérité, nous sommes en avenir incertain car comme vous le dites le risque politique est important. Les Etats et gouvernements s’arrogent tous les droits pour vous faire payer le prix de leurs erreurs et de leurs fautes. C’est cela le système du tiers payant: ils gèrent mal et c’est vous qui payez.

      Que faire ?

      Les risques sont nombreux.
      Risques de déflation tout d’abord
      Risques de crise économique avec faillites, chômage, déstabilisation sociale ensuite
      Risques d’inflation accélérée avec son complément répression monétaire, prédation fiscale, confiscations.

      Entre temps vous aurez côtoyé des risques de solvabilité ou de panique bancaire
      des risques de contrôle des mouvements de capitaux et des mouvements des personnes

      Les protections ne peuvent être que multiples et diversifiées; il n’y a pas de solution miracle bonne pour tous les cas de figure et bonne sur la durée.

      S’agissant du choix de devise, c’est le bonneteau. La valeur de l’euro n’est que politique ! C’est un pari, une moyenne entre un euro grec qui ne vaut que 0,4 dollar et un euro Deutsche Mark qui vaut 1,6 dollar.

      C’est une construction synthétique , fragile qui coute de plus en plus cher à maintenir.

      Cette moyenne vaut 1, 25 dollar en ce moment, elle peut descendre à 1,15 dollar rapidement si les pestiférés continuent de contaminer l’Allemagne et les Pays du Nord.

      En cas de sortie soit des forts, soit des faibles les scénarios sont très divergents .

      Le cash et les placements courts type livrets sont ce qu’il y a de mieux en particulier le livret A

      Attention les publicités des établissements avec des soit disant intérêts attrayants sont des attrape nigauds, les taux ne sont bonifiés que sur une faible durée et les capitaux sont plafonnées.

      Si vos avez une épargne déjà conséquente n’hésitez pas à fractionner vos comptes dans différents établissements pour bénéficier de l’assurance des dépôts. Faites attention aux frais bancaires, ils sont devenus spoliateurs.

      Certains conseillent les comptes à l’étranger déclarés, nous ne partageons pas cet avis. Tout le système est logé à la même enseigne et vous êtes moins bien assuré et servi si vous êtes un étranger. Nous déconseillons formellement de tricher et de se mettre en infraction fiscale.

      Si vous trouvez quelques emprunts corporate, emprunts d’entreprise de standing à maturité moyenne, cela peut être intéressant. Sinon vous pouvez regarder si on vous offre un fonds de placement de ce type chez votre intermédiaire.

      Les placements pierre -papier cotés en bourse peuvent être regardés, certains offrent des rendements élevés pour une qualité satisfaisante. Attention les sociétés de ce genre sont vulnérables à cause de leur endettement et à cause de leur exposition à l’immobilier commercial . Mais il y en qui sont de qualité. Regardez les parrainages. Certains conseillent de rechercher les valeurs a rendement élevé, nous sommes dubitatifs, les pertes en capital érodent et au delà le rendement obtenu; Et puis l’alourdissement de la fiscalité est confiscatoire. Le rendement ne remplace pas la qualité.

      Les fonds de placements ou ETF spécialisés dans les grandes valeurs globales doivent retenir votre attention, avec mention pour les ETF pétrole et mines d’or par exemple, mais aussi pour les technologiques américaines.

      Avec une chute de 20% des cours des grandes valeurs internationales classiques, type blue -chips, nous conseillons d’être prêt à vous faire un portefeuille et de dormir dessus .

      Tout cela c’est du papier c’est à dire que c’est un pari sur la poursuite du fonctionnement ordonné du système .

      Les assurances contre une dislocation du système sont d’ordre réel. Ce qui vous protège dans le cas ultime, c’est ce qui ne dépend de personne , à une valeur en soi.

      Donc la protection ultime passe par une certaine autonomie sous tous les aspects.
      Habitation, sécurité, frais et charges limitées. Train de vie supportable, plutôt en dessous de ses moyens qu’au dessus. Utilisez votre argent pour faire des travaux chez vous, réduire vos charges être plus autonome.

      L’or physique est irremplaçable , son retour dans le système sera retardé au maximum, mais quand on sait que le total de bilan du système bancaire mondial est de prés de 100 trillions alors que la base money n’est que de 8 ou 9 trillions , il y a du souci à se faire dans le cas de poursuite de la crise. Il faudra créer des quantités phénoménales de base money pour stabiliser le système. Il faudra multiplier les QE, les LTRO, inventer de nouvelles solutions ou pseudo solutions, lesquelles ne feront que renforcer le besoin de détenir la seule base money authentique, l’or .

      Bien sur qu’ils, le grand « ILS » , essaieront de capter votre or .

      L’or papier ne vaut rien .Même quand le banquier vous dit qu’il est affecté, qu’il le détient physiquement pour votre compte. Il faut exiger livraison.

      L’or fractionné sous forme de « gold bullion coin » est bon, car de plus faible valeur unitaire , Ne l’achetez que chez des vrais spécialistes , méfiez vous des boutiques. Krugger, 5O pesos sont un complément à envisager. L’or numismatique n’est pas selon nous une protection pour monsieur tout le monde ..

      J'aime

  3. Lundi 9 juillet : Déglobalisation, rapatriement des capitaux, liquidité, risque tout est lié.

    Nous avons, en son temps attiré l’attention sur la configuration haussière du dollar. Celle ci ayant été confirmée, nous ne sommes pas revenus sur le sujet, considérant que la tendance était solide et bien accrochée.

    C’est vers septembre 2011, vers les 74 au dollar index que la formation haussière s’est dessinée. Le parcours est beau.

    Diverses confirmations techniques ont été fournies et avec un dollar index ce jour à 83,33 il nous semble que la route des 84,50 est ouverte. Par la suite, le nouvel objectif sera la zone des 88 , qui correspond au niveau de la mi année 2010.

    Au delà la question est : est ce que le dollar va reprendre son cycle haussier de long terme ou bien sommes nous dans un cycle de transition ? Nous vous rappelons qu’en 2002 le dollar index était autour des 120 et que fin 2005 , puis début 2009 on a buté autour des 90.

    Ce qui est sur, c’est que la zone des 82/83 n’était pas facile traverser et maintenant que cela à été fait, on devrait avancer plus facilement.

    Les capitaux internationaux rentrent au bercail, on fuit les émergents ou le risk monte considérablement, on fuit bien entendu l’Europe mais là, il faut tenir compte du fait que la position de l’Allemagne/ DM freine encore les sorties.

    Le mouvement global de reflux vers les Etats Unis, le Centre, est normal et nous l’avions prévu , y avions insisté a plusieurs reprises. Cela découle de notre cadre analytique, nous ne croyons pas un monde multipolaire, nous croyons a un monde hiérarchisé dont la liquidité et la prospérité dépend de la politique du Centre, de son attrait, de sa puissance et sa santé relative.

    Quand cela va bien les capitaux descendent la plus grande pente du risk , quand cela va mal ils la remontent. Ils retournent au Centre.

    Il y a un lien organique entre l’abondance des liquidités, l’appétit pour le risk, la globalisation , le progrès technologique; Tout est lié et nous sommes entré dans la phase de reflux, dé globalisation , redomestication, frilosité, prudence, recherche de la sécurité.

    C’est ce reflux qui explique la meilleure situation relative des états unis sous tous les points de vue, activité économique, pause dans le deleveraging, facilité de financement etc .

    Les autres blocs sont obligés, pour tenir, d’accumuler largesse, laxisme monétaire, gonflement des bilans de leurs banques centrales. Le bilan de la BCE galope maintenant bien plus vite et sa qualité se détériore bien plus que celui de la FED.

    Hors Etats Unis on craint :

    Hausse des taux , réduction de la liquidité
    Baisse des marchés
    Tentatives de dévaluation ou d’affaiblissement du change
    Prélèvements, contrôles et restrictions
    Instabilité sociale ou institutionnelle
    Initiatives politiques contreproductives démagogiques

    Bref en un mot

    Les anticipations sont négatives.
    On ne parle plus de miracles chez les émergents
    On ne parle que de risks et de ponctions en Europe

    Nous considérons que ce grand mouvement de fuite et de rapatriement aux Etats Unis est fondamental et que l’on n’y prête pas suffisamment attention. Les idiots utiles, inflationnistes patentés sont toujours contents de voir s’avilir le change, incapables qu’ils sont de voir plus loin que le bout de leur nez dès lors qu’il sent la bonne odeur de la facilité de court terme. Nous conseillons de relire l’Histoire des grands mouvements de rapatriements de capitaux internationaux. Ceux qui souhaitent une baisse du change feraient bien de réviser leurs connaissances.

    Ce qui nous étonne c’est la colossale position short en euros , elle défie toutes les analyses techniques.
    Elle peut être, mais nous n’en sommes pas surs surs, source de volatilité trompeuse. Du coté du franc suisse, la BNS pour l’instant n’est pas en difficulté, les montants d’intervention et d’entrées sont gérables si on en croit les derniers chiffres de Juin. Finalement la zone des 1,20 euro contre franc suisse nous parait confortable.

    En technique, le potentiel de baisse de l’euro contre dollar devrait être autour dès 1,16 .
    On est sous les 1,23.

    J'aime

  4. Lundi 9 juillet 2012 :

    L’Allemagne emprunte à nouveau à taux négatif à 6 mois, record à – 0,03%.

    Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble s’est toutefois inquiété à plusieurs reprises de ces taux « contre nature », qui mettent en évidence une zone euro écartelée entre quelques Etats jugés solides, et les pays de la périphérie qui doivent payer toujours plus cher pour se financer comme l’Espagne ou l’Italie, quand ils ne sont pas complètement coupés du marché comme la Grèce.

    http://www.romandie.com/news/n/BONDSAllemagne_emprunte_a_nouveau_a_taux_negatif_a_6_mois_record_a__00395090720121300.asp

    L’Allemagne voit ses taux d’emprunt baisser de plus en plus.

    L’Espagne et l’Italie voient leurs taux d’emprunt augmenter de plus en plus.

    La zone euro va exploser.

    Que chacun évacue le Titanic « ZONE EURO ».

    Que chacun se dirige vers les 17 canots de sauvetage.

    Que chacun commence l’évacuation du Titanic.

    J'aime

    • La France emprunte également à taux négatifs, désormais :

      http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202162878404-la-france-emet-pour-la-premiere-fois-a-des-taux-negatifs-342165.php

      +++++++

      >>> « Second meilleur choix » derrière l’Allemagne

      Dans son histoire, jamais la France ne s’est aussi bien portée sur les marchés qu’actuellement. Au cours des dernières émissions à 2, 5, 10 ou même 30 ans, les taux sont sortis à des niveaux historiquement bas.

      Depuis le début de l’année 2012, le coût d’emprunt moyen français est de 2,14 %. Il était de 2,80 % en 2011, de 2,95 % en 2009 et de 4,15 % en moyenne sur la période 1998-2007.

      L’engouement des investisseurs pour la dette française est lié à la crise et aux craintes d’un éclatement de la zone euro. L’Allemagne est la première bénéficiaire de ces inquiétudes, mais les investisseurs se reportent aussi sur la France, qui fait office de « second meilleur choix » dans la zone euro tant sa dette est liquide.

      +++++++

      J'aime

  5. Bonjour,

    Pensez vous que des établissements comme Bullion vault soient une bonnes solution pour garder l’or physique ?

    Par avance merci

    Arthur

    J'aime

    • @Arthur

      C’est une bonne maison qui a pignon sur rue si on peut dire , ce n’est pas une officine louche mais ….
      Toutes les mesures sont elles prises pour assurer la securité, n’y a t il pas une faille? Personne ne le sait, meme pas eux sinon ils corrigeraient . Tout ce que je peux vous dire c’est que la réputation est bonne et qu’ a mon sens les risques chez eux sont moins élevés que chez le système bancaire. Les proces aux banques sur l’or en dépot se multiplient; des banques comptent des frais de toutes sortes, droits de garde alors qu’il est pouvé qu’elle n’ont jamais acheté le métal commandé par le client, qu’aucun metal ne leur est affecté. Le système bancaire global est vendeur colossal de métal à découvert , en cas de crise de confiance, ce sera le corner assuré, d’ou les craintes de réquisition.

      J'aime

  6. Bonjour, je suppose que vous ne rangez pas le 20F Napoléon or dans la catégorie numismatique. Son avantage par rapport aux pièces mentionnées étant d’être reconnaissable par une bien plus grande partie des Français.
    Pour ceux qui ont moins de sous, que pensez-vous dans l’investissement dans les pièces d’argent – de la 50 F hercule à la 0,5 F semeuse ?
    A titre personnel, j’ai une préférence pour les petites pièces d’argent comme possible alternative monétaire dans le futur en cas de crash bancaire…

    J'aime

    • @Petrus

      Non je ne range pas le napoléon dans la catégorie numinmatique , mais cette pièce fait une prime importante et donc se pose la question de sa qualité. Est elle de bonne livraison ? En cas de vente beaucoup de napoléons sont refusés et la question de l’état de la pièce est déterminante.
      Je ne connais rien à l’argent métal , ou aux diamants , donc je ne puis répondre à votre question concernant les petites pièces . Peut ètre quelqu’un pourra t- il vous répondre.

      Merci de votre fidèlité.

      J'aime

    • je confirme qu’on peut acheter des lots de semeuses 5F sur ebay en dessous du spot.de plus la 5F est a environ 7 euros ce qui en fait une monnaie facilement utilisable

      J'aime

      • napoléon, kruger, mappel leaf etc.. si je comprends bien ces pièces côtés en bourse restent un bon investissement en or physique afin de protéger son épargne?

        J'aime

  7. « La théorie néoclassique est statique. De ce fait, elle tend à imposer des œillères aux décideurs qui y puisent leur inspiration. Cela les conduit trop souvent à formuler des prescriptions qui produisent des résultats fort éloignés des intentions. En effet, dans un contexte dynamique, une politique dérivée d’une théorie statique produira des effets imprévus (et déplorables) ».

    North Douglass C. (2005), Understanding the Process of Economic Change, Princeton University Press, traduction française, (2005), Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s