A Chaud!!!!!

A Chaud!!!!! du Samedi 21 Juillet 2012 : Marchés / Cloture en forte baisse ce Vendredi en Europe. par Bruno Bertez

A Chaud!!!!! du Samedi 21 Juillet 2012 : Marchés / Cloture en forte baisse ce Vendredi en Europe. par Bruno Bertez

Cloture en forte baisse ce vendredi en Europe. Près de 6% en Espagne et 4,4% en Italie . En moyenne Le marché européen abandonne pres de 3%.

(En Dollar US)

Les emprunts du core sont recherchés, les spreads des pestiférés rejoignent des sommets : Non seulement toutes les améliorations du dernier sommet ont disparu, mais on explose les anciens niveaux de détresse .

   Les positions des banques qui ont utlisé le LTRO pour souscrire ou acheter des govies court terme sont largement perdantes, comme nous l’avons dit alors, elles ont inconsidérément joué la politique du pire et augmenté leur risque. Les banques enregistrent donc de fortes pertes, ainsi que les assureurs, Crédit Agricole en tète.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Comme on pouvait s’y attendre l’euro est en vif recul sous les 1,22.

La BCE a fait savoir qu’elle ne prenait plus les govies grecques en collatéral, ce qui était attendu.

////////////////////////////////////////////////////////

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé vendredi ne plus accepter pour le moment que les banques déposent en garantie auprès d’elle des titres de dette émis par la Grèce, dans l’attente du rapport de la troïka sur l’état d’avancement des réformes dans le pays. Les banques grecques pourront obtenir les liquidités nécessaires auprès de leur banque centrale nationale, "en vertu des dispositions existantes dans l’Eurosystème", a précisé la BCE dans un communiqué.La BCE fait ainsi référence au programme de mise à disposition de liquidités d’urgence (programme ELA), décidé au cas par cas.

//////////////////////////////////////////////////////////////

Nous pensons que l’idée que nous avancons à savoir que Allemagne pousse la Grèce dehors fait son chemin.

/////////////////////////////////////////////////////////////////

La Grèce n’a presque aucune chance de parvenir à économiser 11,5 milliards d’euros sur deux ans, comme l’exigent ses créanciers, l’UE et le FMI, en préalable à tout nouveau prêt, a déclaré mardi le leader du Pasok, l’un des trois partis membres de la coalition au pouvoir."C’est très difficile, c’est presque impossible de réunir 11,5 milliards d’euros grâce à des économies budgétaires en 2013 et 2014", a expliqué à la radio Vima FM Evangélos Vénizélos, qui dirige le parti socialiste Pasok."Cette difficulté a toujours été présente, mais aujourd’hui, elle est aggravée par les prévisions de récession", a-t-il ajouté.Selon le gouvernement, l’économie grecque pourrait reculer de 6,7% en 2012, au lieu des 4,5% annoncés, notamment à cause de larges coupes dans les dépenses et de licenciements en masse.L’ancien ministre grec des Finances plaide pour que la Grèce obtienne un délai supplémentaire de trois ans pour mener à bien son ajustement budgétaire, qui prendrait fin alors en 2017.

Le Premier ministre grec Antonis Samaras estime aussi que le pays a besoin de temps pour assainir son économie, mais les appels de son parti, la Nouvelle Démocratie, en faveur d’un délai supplémentaire de deux ans, sont pour l’instant restés sans réponse. Au sein de la zone euro, l’Allemagne s’oppose par exemple catégoriquement à toute modification du mémorandum, tant sur le contenu que sur le calendrier

.Au cours des derniers mois, marqués par deux élections et la formation d’un nouveau gouvernement, la Grèce n’a entrepris que peu des réformes demandées, ont constaté le FMI et les créanciers européens du pays."Certains demandent au sein de l’Eurogroupe de nouvelles mesures (de coupes budgétaires), ce que nous essayons d’éviter en arguant que la récession est plus grave que prévu", a confié une source au ministère des Finances à l’agence de presse Ana.Mais il n’est pas impossible que le gouvernement décide de nouvelles baisses des retraites et des salaires s’il échoue à effectuer des coupes budgétaires dans d’autres secteurs, a ajouté la source.

Les auditeurs de la troïka des créanciers de la Grèce — l’Union européenne, le FMI et de la Banque centrale européenne (BCE) — sont attendus à Athènes la semaine prochaine pour une analyse en profondeur du programme économique du nouveau gouvernement.Le ministre des Finances Yannis Stournaras doit rencontrer les chefs de la délégation tripartite le 26 juillet, a-t-on appris auprès du ministère des Finances.Des conclusions de leur rapport dépendra l’octroi à la Grèce en septembre d’une nouvelle tranche de 31,5 milliards d’euros.

Athènes doit rembourser à la BCE des obligations d’Etat, d’une valeur de 3,1 milliards d’euros, qui parviennent à échéance le 20 août, et l’Eurogroupe a promis d’aider le pays à passer cette échéance de dette  SOURCE.AFP

////////////////////////////////////////////////////////////////////

On apprend aussi que l’Agence de notation indépendante Egan Jones casse le rating de l’Espagne à CC+ contre CCC+ précedement

/////////////////////////////////////////////////////////////////

L’agence de notation Egan-Jones a abaissé vendredi la note souveraine de l’Espagne de CCC+ à CC+, évoquant le ralentissement économique du pays, la situation financière de ses régions et les difficultés de son secteur bancaire. L’Espagne devra "inévitablement" à nouveau renflouer certaines de ses banques et régions en difficulté, estime Egan-Jones dans un communiqué, enfonçant davantage la note du pays dans la catégorie spéculative ("junk").

Par ailleurs, la région de Valence, lourdement endettée, a annoncé qu’elle en appelait à l’aide financière du gouvernement central, provoquant un nouvel accès de fièvre sur les marchés et compliquant encore la tâche de Madrid qui souhaite éviter coûte que coûte une aide extérieure directe.  Le gouvernement espagnol anticipe désormais une contraction économique de 0,5% en 2013, après un recul du produit intérieur brut (PIB) de 1,5% cette année.

Madrid est noté BBB+ par Standard & Poor’s, Baa3 par Moody’s et BBB par Fitch.  Source Reuters

////////////////////////////////////////////////////////////////// 

Par ailleurs la généralisation de la dégradation conjoncturelle dans le monde global est de plus en plus prise en compte.

source OCDE

Wall Street est à l’unisson mais avec un recul plus modéré à l’heure ou nous écrivons.

En technique le rétro de Wall Street est justifié, la zone des 1375 a 1380 est une zone de très forte résistance,  diagnostiquée comme telle par les chartistes.

BRUNO BERTEZ Le Samedi 20 Juillet 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

5 replies »

  1. Samedi 21 juillet 2012 :

    De plus en plus, les investisseurs internationaux placent leur argent dans cinq abris antiatomiques. De plus en plus, ils mettent à l’abri leur argent dans les obligations de ces cinq Etats :

    Allemagne : taux des obligations à 10 ans : 1,167 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

    Finlande : taux des obligations à 10 ans : 1,407 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

    Pays-Bas : taux des obligations à 10 ans : 1,594 %.

    Autriche : taux des obligations à 10 ans : 1,890 %.

    France : taux des obligations à 10 ans : 2,073 %.

    http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND

    Mais en revanche, les investisseurs internationaux fuient les Etats européens périphériques. L’Italie et l’Espagne sont deux bombes atomiques financières. Ces deux bombes atomiques financières vont bientôt exploser.

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,166 %.

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,267 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

    Les investisseurs internationaux savent que les deux bombes atomiques financières vont exploser.

    Ils s’y préparent.

    Nous-aussi, nous devons nous préparer à l’explosion.

    J'aime

  2. Dimanche 22 juillet 2012 :

    D’après le journal allemand Der Spiegel, la Grèce va se déclarer en défaut de paiement en septembre 2012 : le FMI a décidé d’arrêter de prêter des milliards d’euros à fonds perdus.

    Lisez cet article :

    Le FMI veut arrêter les aides à la Grèce.

    La Grèce pourrait faire défaut en Septembre. Selon les informations obtenues par DER SPIEGEL auprès de dirigeants de l’UE à Bruxelles, le Fonds Monétaire International leur a annoncé qu’il ne participerait pas à un soutien supplémentaire pour le pays.

    http://www.spiegel.de/wirtschaft/unternehmen/euro-krise-iwf-will-griechenland-hilfen-stoppen-a-845718.html

    Samedi 21 juillet 2012 :

    Le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung révèle que l’Espagne a de l’argent jusqu’en septembre 2012, mais qu’après l’Espagne sera en défaut de paiement :

    http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/europas-schuldenkrise/spanien/schuldenkrise-jetzt-brennt-spanien-11827688.html

    Vendredi 20 juillet 2012, la région de Valence a officiellement déclaré qu’elle était en faillite : elle a officiellement demandé l’aide de l’Etat espagnol. En comptant la région de Valence, ce sont six régions qui sont en faillite.

    Lisez cet article :

    Six communautés autonomes vont demander une aide financière à l’Etat.

    La Catalogne, Castille-La Manche, Murcie, les Baléares et l’Andalousie doivent affronter des emprunts qui arrivent à échéance dans les prochains mois.

    Les exécutifs régionaux sont confrontés à des échéances de plus de 15,838 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, y compris les deux prêts, les lignes de crédit et l’endettement. Ils devraient également officialiser une nouvelle demande de 15 milliards d’euros d’emprunt supplémentaire pour financer le déficit des régions, qui a été cette année autorisé à 1,5% du PIB.

    La Catalogne fait face à une échéance de 5,755 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, Valence 2,883 milliards d’euros, l’Andalousie 1,610 milliards d’euros, la région de Madrid 1,344 milliards d’euros, La Rioja 940 millions d’euros, et Castille-La Manche 705 millions d’euros, selon les données fournies par les gouvernements régionaux au Trésor.

    http://economia.elpais.com/economia/2012/07/20/actualidad/1342813051_914812.html

    J'aime

  3. Dimanche 22 juillet 2012 :

    Une seconde région espagnole va demander l’aide financière de Madrid.

    La région de Murcie, dans l’est de l’Espagne, a annoncé dimanche qu’elle allait demander à son tour une aide financière à Madrid, deux jours après une demande similaire formulée par Valence.

    Le président du gouvernement régional de Murcie, Ramon Luis Valcarcel, a indiqué au quotidien régional La Opinion de Murcia que son gouvernement demanderait « environ 200 à 300 millions d’euros » au nouveau fonds public, doté d’un montant total maximum de 18 milliards d’euros, mis en place la semaine dernière par Madrid pour venir en aide aux régions en difficulté.

    M. Valcarcel a affirmé que la Murcie demanderait formellement cette aide au cours du mois de septembre, ajoutant qu’il s’attend à ce que les conditions posées par le gouvernement central en échange de ces fonds soient « très strictes ». « Personne ne doit penser qu’ils vont nous faire cadeau de cet argent », a-t-il ajouté.

    Pour sa part, la région de Valence, très fortement endettée, avait indiqué vendredi qu’elle allait faire appel à ce fonds faute de pouvoir trouver l’argent nécessaire pour remplir ses obligations financières.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202183920504-une-seconde-region-espagnole-va-demander-l-aide-financiere-de-madrid-346171.php

    En Espagne, ce sont six régions qui sont en faillite. Deux régions ont officiellement demandé l’aide de l’Etat : la région de Valence, et la Murcie. Les quatre autres régions en faillite sont la Catalogne, Castille-La Manche, les Baléares et l’Andalousie.

    http://economia.elpais.com/economia/2012/07/20/actualidad/1342813051_914812.html

    J'aime

  4. Lundi 23 juillet 2012 :

    Vers 11 heures :

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,524 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

    Espagne : la chute du PIB s’est accentuée au 2e trimestre, à -0,4%.

    L’activité économique de l’Espagne, entrée en récession au premier trimestre, a diminué à un rythme plus intense entre avril et juin que les deux trimestres précédents, selon des estimations de la Banque d’Espagne publiées lundi dans son bulletin mensuel.

    L’activité économique a reculé de 0,4%, par rapport au premier trimestre 2012 qui avait déjà enregistré une baisse du PIB de 0,3%, alors que le gouvernement prévoit une contraction de l’activité de 1,5% sur l’ensemble de l’année.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Espagne_la_chute_du_PIB_s_est_accentuee_au_2e_trimestre_a__04_12230720121034.asp

    J'aime

  5. Lundi 23 juillet 2012 :

    Panique boursière en Europe, l’Espagne et la Grèce au centre des inquiètudes.

    Les Bourses européennes creusent leurs pertes à mi-séance, les finances publiques de la Grèce et de l’Espagne faisant souffler un vent de panique sur la zone euro, malgré l’assurance du ministre espagnol de l’Economie, Luis de Guindos, que Madrid n’envisage pas de faire appel à un plan de sauvetage pour l’Etat, en plus de celui pour ses banques.

    http://www.capital.fr/bourse/analyses-seances/panique-boursiere-en-europe-l-espagne-et-la-grece-au-centre-des-inquietudes-742948

    Vers 15 heures 15 :

    France : la Bourse de Paris chute de 3 %.

    Italie : la Bourse de Milan chute de 4,08 %.

    Espagne : la Bourse de Madrid chute de 2,55 %.

    Grèce : la Bourse d’Athènes chute de 7,13 %.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s