A Chaud!!!!!

Politique Friction du Samedi 30 Mars 2013: Hollande/ Du Combat Homosexuel à l’Arme Atomique

Politique Friction du Samedi 30 Mars 2013: Hollande/ Du Combat Homosexuel à l’Arme Atomique 

Il y a une règle de base de la communication: quand on n’a rien à dire, il ne faut pas parler. 

C’est cette règle qui conduit les grands communicants comme Mac Do, par exemple, à créer des produits, des évènements, afin d’avoir de bonnes raisons de s’exprimer. Ils vendent toujours la même chose, du fast food, mais à chaque fois,  ils donnent l’impression de proposer quelque chose de neuf. Ils étonnent, ils séduisent. La communication qui consiste simplement à mettre en scène le locuteur, cela ne marche pas. 

Deception DéLiRiUsManif Anti Mariage Homo DéLiRiUs

    Nous ne citerons que quelques commentaires afin de montrer le bien fondé de notre jugement: 

- La presse française critique « le manque d’audace »

- Elle juge « fade » la prestation de Hollande

- Elle déplore « le manque d’annonces fracassantes »

- L’exercice de « pédagogie soigneusement préparé par les experts de l’Elysée a semblé tourner à vide ». 

Voilà pour l’essentiel, l’intervention, est, il faut le dire, un échec. 

Le Président n’avait rien à dire, voilà le premier et terrible constat. 

Avait-il moins un message personnel à nous faire passer? Voulait-il reconnaitre qu’il avait,  certes, échoué, mais qu’il avait compris et qu’il allait changer? Non! 

Non, car il n’y a pas eu de message fort, politique, ni même  politicien. Aucune analyse de la division des Français, aucune explication proposée sur la coupure entre le Pouvoir -si on ose employer ce terme– et le pays. Pas question de recentrage, de présidentialisation, de reprise en mains, de changements d’équipe. Hollande est dans la nasse, avec une politique qui ne donne pas de résultats, un pays abaissé, des électeurs déçus, un pays plus que jamais polarisé,  une légitimité ébranlée, mais il n’a rien à dire, rien à proposer. 

Hollande ANPE DéLiRiUs

Il est évident qu’il paie le prix d’une élection mensongère, fondée sur un déni de réalité. Séduire n’est pas produire. Collectionner les minorités ne fait pas une majorité. Il est incapable de trouver le fil, le fil conducteur logique, qui permettrait de renouer, de raccorder les promesses d’avant l’élection, à la misérable situation présente. 

Il ne peut, ou ne veut s’excuser, d’avoir menti, mais plus grave, il est incapable de se porter en avant, de s’élever par l’audace et l’initiative au-dessus des contradictions de son élection. La seule solution aurait été le dépassement, l’Aufhebung. 

Au lieu de dépassement -élévation- il a choisi l’abaissement, la régression dans le « bricolage »! 

François le Bricoleur DéLiRiUs

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT:

Quelle incroyable erreur de communication que cette comparaison avec « la boîte à outils ». Elle est étroite, étriquée, dévalorisante de la fonction. Les clous de cette boîte à outils clouent le Président de la France sur la croix de la médiocrité. Cela est pire que le Président normal, beaucoup plus grave. Le Président normal était une erreur colossale d’imbéciles intoxiqués par leur propre propagande sur l’égalité et autres balivernes, d’imbéciles qui n’ont rien compris à la nature du Pouvoir, et voila qu’ils font plus que récidiver, ils enfoncent le clou du petit bricolage.

Le Président, sous l’angle de la psychologie personnelle, pas celle du café du commerce, est prisonnier au plus profond  de son complexe, de son nœud œdipien; il refuse, ne peut assumer le rôle du père. Il récuse la Loi dont il devrait être, non pas l’ordonnateur, mais le médiateur. Il ne peut choisir, entériner un statut castrateur certes puisque détruisant des possibles, mais libérateur pour l’action. On retrouve la structure qui conduit à soutenir le mariage homosexuel,   à nier les différences, à nier l’institution du mariage comme choix définitif qui prive de toutes les autres femmes, c’est à dire de la mère. Le mariage comme renoncement à la toute puissance infantile. 

Unité profonde des socialistes et du socialisme, on retrouve la même structure enfouie chez DSK. 

Le problème du Président avec la Présidence, c’est le problème du Père, le problème de la triangulation. Pas étonnant que les anti-œdipe se retrouvent de ce côté. Le message électoral de Hollande, c’était et il continue: regardes maman comme je suis beau, brillant, j’ai fait l’ENA et maintenant je suis président. Président avec un petit «  p ». 

Les Français savaient depuis de nombreux mois que le Président n’était pas à la hauteur de la situation, il est venu, lui-même le leur confirmer. Etait-ce bien nécessaire? Bien sûr que non.

On attendait de la hauteur, de la présidentialisation et on a eu une profession de foi de médiocrité, d’humilité. Hollande a peur des coups, il se couche de peur de monter au créneau et d’en recevoir.

Profil bas, tel était le choix. Un choix qui correspond à une personnalité, à une identité. 

Affiche de Campagne Hollande 2017 DéLiRiUs

On mesure l’incroyable erreur de la fameuse innovation politique française: les primaires partisanes. 

Elles sont étriquées, elles désignent des chefs de partis qui se placent au centre de leur petit échiquier politique partisan. Elles sont incapables de désigner des Présidents pour la France entière. 

Les primaires, c’est le règne des magouilles, des petites séductions, des combines. Comment retrouver la hauteur à partir de tant de bassesses? Comment passer de la fange au piédestal? 

Un Président n’est pas un chef de parti, c’est quelqu’un qui a compris quelque chose de la France, des courants qui la traversent, quelqu’un qui,  à un moment donné, est en phase avec le pays. Ce n’est pas un bateleur. Or, des primaires, à  droite comme à gauche, cela ne peut que désigner des clowns de cour d’école. Le  futur Président doit s’imposer aux Français, pas aux partis, pas aux factions. 

C’est la négation de la fonction et la garantie de sa dépréciation que d’organiser des primaires pour désigner les futurs candidats. Surtout en période crise où il faut unir,  réunir, vite, très vite, afin de bénéficier de la légitimité fragile et éphémère de l’élection. Le candidat ne doit pas avoir à changer de costume, troquer son petit costume partisan étriqué contre la tenue de vrai Président, il n’en a pas le temps. Et dire que la droite, qui n’a ni idée ni analyse, s’apprête à imiter la gauche sur ce point des primaires. 

Psychologiquement, Hollande n’est pas Président, il ne sent pas plus Président que Sarkozy à ses débuts, voila le constat, un constat qui fait peur. Il n’a pas de vision, pas de conviction, sa parole est vide, elle n’est capable que  d’égrener un catalogue. Ah, cette mode des 110 propositions pour ceci et des 20 mesures pour cela, cette mode qui escamote les articulations logiques de la pensée et de l’action. Cette mode ENAniste de l’analyse positive qui permet de réussir le concours du plus médiocre lèche-botte! Cette mode, qui nie le réel, le saucissonne sans comprendre, sans effleurer son unité profonde, dialectique, contradictoire, mais vivante. Hollande  manie la pensée morte, celle qu’on lui a appris et qui explique la déchéance du pays,  sa coupure d’avec la réalité, la division de son peuple. 

Un constat qui fait peur car la situation est grave, et là, nous nous plaçons sur le plan extérieur. 

La situation est tellement grave que nous exhortons les partis, les commentateurs, les médias, à bien réfléchir avant de tirer sur l’ambulance. 

Au sein de l’Europe, il y avait un mythe, celui du couple franco-allemand. Un attelage qui, sinon s’équilibrait, du moins se neutralisait dans ses vices et ses dérives. Dérive laxiste, hédoniste, infantile pour la France, dérive autoritaire du peine à jouir pour l’Allemagne. En clair, il y avait d’un côté la rigueur névrotique allemande, laquelle débouche sur l’austérité éternelle et, de l’autre, le perpétuel attrait de la facilité, du refus du choix et des limites des Français. Et cet attelage formait, en quelque sorte, les béquilles de l’Europe, de cet infirme, né infirme,  qui prétendait courir et jouer dans la cour des grands. Le couple s’est séparé, l’ensemble boite. L’Allemagne, laissée à ses démons de flagellation… des autres, a tiré l’attelage de son côté, elle a gagné. Elle a gagné, la France a perdu. 

Lors du dossier chypriote,  les pays du Nord ont imposé leur vue. L’aide,  l’entraide, coûte cher, il faut que cela cesse, il faut que les soi-disant coupables paient et peinent. Donc, chaque système bancaire doit se sauver, en interne, en bail-in. Le temps des bail-out est fini. Voilà ce que signifie l’affaire chypriote. On avait esquissé cela lors du refus allemand de prendre en compte, de mutualiser les erreurs bancaires du passé, on a franchi une étape.  Le rêve de croissance dans l’austérité, le rêve de la solidarité, tous ces rêves infantiles ont été balayés par la coalition de la Finlande et de l’Allemagne. La honte, la claque, la voix de la France avec son Président normal et ses 30% de popularité, n’a pas été écoutée,  inaudible. La réalité est que ce qui s’est passé ces dernières semaines, c’est le ravalement de la France au rang de puissance secondaire, périphérique, au rang de mendiant d’un ultime délai  pour continuer à  s’acheter sa drogue sociale,  à financer sa dérive, sa déchéance à crédit. 

Hollande au JT de Pujadas DéLiRiUs

Il faut une France plus forte, un Président plus Président, il faut décréter l’état d’urgence car la situation est catastrophique. La victoire du clan des suicidaires est une infamie. C’est la victoire des forces de mort, d’abaissement, de déclin, sur ce qui subsiste de forces de vie, de dynamisme, en Europe. C’est la victoire de la bourgeoisie vieillissante de la pire espèce sur les jeunes, sur les groupes sociaux qui incarnent le possible renouveau. 

Il faut faire de Hollande un vrai Président, le forcer à monter sur le pavois, le forcer à entrer dans l’arène afin qu’il dise aux Allemands: non.  Pas nein, non, en français. 

Ou vous faites machine arrière, ou nous sortons. Il faut relever la tête. 

L’Allemagne use et abuse. Elle détourne les règles du non-jeu à son profit. 

- Elle est la seule à avoir un chômage plus faible qu’avant la crise

- Elle bénéficie d’un euro faible grâce à la situation des éclopés européens

- Elle bénéficie des largesses de la BCE, laquelle utilise l’alibi des difficultés des périphériques pour soutenir les banques allemandes, pourtant en faillite comme les autres. 

La France dispose de l’arme atomique, c’est plus qu’une image, ce n’est pas un hasard si elle a été voulue par De Gaulle qui, lui,  n’avait pas de problème d’œdipe mal résolu. Pour peu qu’elle ait un Président, tout juste un peu crédible,  il lui suffit de dire: c’est assez. De faire comprendre aux Allemands que la culpabilisation, c’est fini, que la France relève la tête. Nous sommes dans le géopolitique, dans l’histoire, pas dans la petite cuisine française dont on est médiocrement si fier. C’est dans pareil sursaut que réside l’unité nationale et c’est dans ce mouvement que se retrouvent la fierté d’abord, la volonté ensuite.

BRUNO BERTEZ Le Samedi 30 Mars 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

A PROPOS: Oedipe, précision très importante pour ceux qui veulent approfondir

Certains lecteurs peuvent être tentés de rapprocher notre analyse et notre allusion à Oedipe du mythe du même nom. D’autres encore y voient une référence à la découverte de Freud.

Nous ne sommes absolument pas dans ce registre, nous ne sommes pas dans l’analogique :

  • Nous sommes très éloignés du mythe et de la conception de Freud. Nous sommes en référence Lacanienne.
  • Nous nous situons dans l’analyse radicale, fondamentale de la constitution du Sujet, par la prise dans le langage, l’introduction à la Loi, le rôle et la Parole du Père. Nous sommes sur la distinction entre le symbolique et l’imaginaire. Nous tournons autour de la castration. De l’impossibilité du choix qui, du  «  je veux tout et tout de suite sans rien sacrifier », qui est propre aux enfants et aux socialistes.

Délire de toute puissance, de l’enfant-roi, en réalité impuissant, mais qui le sait au fond de lui même. Nous sommes autour de ce symptôme, par exemple qui fait que l’on prétend avoir le phallus, le sceptre, mais que, sachant au fond de soi qu’on ne l’a pas, l’on est victime de la révélation de la vérité par l’éreutophobie. 

7 replies »

    • Samedi 30 Mars A noter la tarte à la creme à la sauce Moscovici.

      Au lendemain de la publication des chiffres calamiteux du déficit francais , la campagne de propagande s’est enclenchée. Tout a commencé avec les larbins keynesio-socialistes quasi fonctionnaires de l’OFCE. L’argument est vieux comme le monde keynesien si il y a défifit c’est parce que la conjoncture a ralenti , la croissance a disparu. Ben voyons , quelle surprise personne ne s’y attendait§ Les keynesiens , OFCE en tete disent pour faire de la croissance il faut faire du deficit , mais quand vous tentez de reduire le deficit il n’est pas prévu que la croissance se reduise! C’est touit à fait par hasard non previsible si on suit Moscovici qui reprend l’argument que la croissance ayant stoppé , le ratio nde déficit augmente ou baisse moins que prévu.
      Anotre avis nos zozos utilisent des modeles manchots , ou dissymetrique parce sinon ils auraient du en tenir compte. C’est vrai nous oublions , tout ce qui est bien est voulu , tout ce qui est mal est consequence non voulue , hasard , facteur exogene.
      Ah ces braves , la verite et la rigueur n’est pas leur fort.
      Du coup voila qu’ils proposent aux allemands , aux marchés et donc à l’opinion francaise de nous refaire le vieux coup de la séparation du déficit en déficit structurel et déficit conjoncturel!
      Mais attention un deficit structurel partiel , tronqué qui ne tient pas compte du deficit structurel des dépenses sociales , des retraites , un deficit structurel instantané , qui ne se projette pas dans l’avenir.
      Ces gens sont des incapables ,on le savait , mais il était difficile d’imaginer autant de mauvaise foi. Or le probleme est là , on ne peut corriger ses erreurs que si on le reconnait . Si on les nie , aucune chance d’amélioration.
      Il faut savoir que Moscovici est un clone de DSK , il a été nommé au gouvernement entant que tel pour respecter l’équilibre des courqnts. DSK c’est le FMI en pire , pire neocre que Lagarde , pire que le sinistre Blanchard , donc on nous balance les these qui exornere le FMI de ses echecs , de ses theories fausses.
      Et la perte des banques a Chypre elle n’est pas conjocturelle ? On leur a imposé une perte de 10 milliards en depreciant les bonds souverains grecs contrairement aux promesses et affirmations solennelles antérieures ! Si ce n’est pas du conjoncturele , c’est du one-shot , de l’instantané, de l’exceptionnel comme on dit
      bourse , donc il fallait ne pas en tenir compte n’est ce pas . La realité est que l’on a fait un test doublé d’un ballon d’essai.

      Quand à l’affirmation subsidiaire selon laquelle la France n’est pas rabaissée , elle compte encore , nos zozos devraient lire la presse étrangere dans le texte et ils decouvriraient comment , contre l’avis de la France , l’Allemagnbe et la Finlande sont en train d"imposer le bail-in pour réduire leurs charges de solidarité.

      J'aime

  1. SAMEDI 30 mars : Oedipe, précision très importante pour ceux qui veulent approfondir

    Certains lecteurs peuvent être tentés de rapprocher notre analyse et notre allusion à Oedipe du mythe du même nom. D’autres encore y voient une référence à la découverte de Freud.

    Nous ne sommes absolument pas dans ce registre, nous ne sommes pas dans l’analogique :
    Nous sommes très éloignés du mythe et de la conception de Freud. Nous sommes en référence Lacanienne.

    Nous nous situons dans l’analyse radicale, fondamentale de la constitution du Sujet, par la prise dans le langage, l’introduction à la Loi, le rôle et la Parole du Père. Nous sommes sur la distinction entre le symbolique et l’imaginaire. Nous tournons autour de la castration. De l’impossibilité du choix qui, du « je veux tout et tout de suite sans rien sacrifier », qui est propre aux enfants et aux socialistes.

    Délire de toute puissance, de l’enfant-roi, en réalité impuissant, mais qui le sait au fond de lui même. Nous sommes autour de ce symptôme, par exemple qui fait que l’on prétend avoir le phallus, le sceptre, mais que, sachant au fond de soi qu’on ne l’a pas, l’on est victime de la révélation de la vérité par l’éreutophobie.

    J'aime

  2. je ne comprends pas…. dire non a l’allemagne à propos de quoi ? de l’austérité ? c’est a dire des coupes dans les dépenses ? mais alors que faut il faire,…. continuer les dépenses payées par la dette ? c’est quoi précisement ce qu’il faut faire ?
    De plus l’allemagne profite…… c’est possible mais on vient d’apprendre que les allemands ont un patrimoine largement inférieur aux francais , aux italiens alors …………

    J'aime

    • @bob

      Non le sujet qui est dans l’actualité et qui constitue un rebondissement de la crise c’est la confiscation des dépôts, lisez s’il vous plait.

      La crise est un feuilleton, il faut, pour comprendre lire les épisodes qui ont précédé;
      Le sujet c’est le bail-in inversé.

      Nous défendons l’idée du bail-in mais dans l’ordre suivant:

      1 imputation des pertes bancaires sur les capitaux propres des banques
      2 imputation sur les dettes juniors
      3 imputation sur les dettes seniors

      Avec transformation partielle en capitaux propres et allongement des durées.

      Tous les calculs montrent que cela suffit non seulement à éponger les pertes du secteur bancaire, mais en plus à le recapitaliser conformément aux normes de Bale.

      Ce n’est que dans les cas rarissimes ou ces mesures ne suffisent pas que l’on doit envisager l’étape suivante :

      Prélèvement sur les dépôts non garantis.

      Même ces prélèvements sont exclus car les comptes des banques étant faux avec la complicité des gouvernements et des organes de contrôle, les procès pleuvront et ils seront tellement couteux que les gouvernements y renonceront.

      Est ce que maintenant vous comprenez ceux à qui (ce à quoi) il faut dire non?

      J'aime

  3. Le problème de fond est de faire repartir l’économie réelle et l’on ne parle que des banques (et des comptes en banque). Elles apparaissent come l’alpha et l’oméga de l’économie alors qu’elles n’en sont que des assistants.
    Leur rôle primaire est de fluidifier l’irrigation de l’économie réelle or les seuls traitements envisagés alternent irrigation des banques avec des liquidités nouvelles et ponctions à différents titres sur les comptes en banques des acteurs de l’économie réelle. Manifestement sans aucun résultat.

    Nous sommes revenus au 17èmè siècle. Le seul remède connu est la saignée du malade. Le seul débat qui concerne réellement cette économie réelle en mauvais point tourne autour de l’efficacité de la saignée du malade comparée à celle du gavage de son domestique.
    L’intérêt porté au malade se limite au choix des mots : rigueur, austérité, sélectivité des prélèvements, etc. A ma grande surprise, j’ai remarqué que Monsieur Cazeneuve a utilisé le mot rigueur sans soulever de réactions dans le gouvernement.
    La rigueur pour la rigueur, c’est pour punir le malade qui est tombé malade parce que son domestique passait son temps au casino avec la bourse de son maître et avec la permission de ce dernier et que, en conséquence, celui-ci, mal servi, était nourri en dépit du bon sens.

    Par contre la rigueur inéluctable peut être aussi l’occasion de réfléchir, d’analyser les comportements, de faire le tri entre ce qui est réellement utile et ce qui n’est que coûteux.
    En France, dans la galaxie des dépenses publiques (pour prendre un domaine fertile en constats consternants), les exemples de gabegie sont multiples et pour la plupart bien connus. Qui a-t-on nommée à la Fonction Publique ? Madame Lebranchu ! Sans commentaires …
    Il existe un style de réflexion qui s’appelle la recherche de l’efficience. Cela ne fait pas partie des programmes diffusés par l’Education Nationale. Mais l’efficience nécessite aussi d’avoir des objectifs clairs, précis et affichés, à moyen et long terme, et d’avoir le courage de s’engager sur les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. C’est ce qui fait la différence entre Charles de Gaulle et notre actuel Président normal.

    J'aime

  4. Excellent article (comme 99,99% postés). Une remarque cependant, vous dites "l’Allemagne bénéficie d’un euro faible", alors que tout le monde dénonce un Euro qui est actuellemnt trop fort, qui empêche la zone Euro d’exporter et d’être compétitive sur les marchés internationaux.
    On ne peut quand même pas accuser aussi les allemands d’être responsables de tout le mal qui arrive. Il ne faut pas oublier que quand Schröder passait ses réformes, nous on votait les 35 heures. Et je pense qu’avant de dire non aux allemands, ils faut qu’on leur montre qu’on est sérieux, et cela en prenant des mesures efficaces et drastiques, et non pas des mesurettes comme celles prises jusqu’à maintenant.
    D’autre part, les allemands vendront toujours plus que nous, que l’Euro soit fort ou faible, sauf que quand l’Euro est faible, on a plus de chance de placer nos produits, qui seraient alors plus compétitifs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s