Allemagne

Politique Friction du Lundi 29 Avril 2013: Changer de chef ? Non, changer de France ! Par Bruno Bertez

Politique Friction du Lundi 29 Avril 2013: Changer de chef ? Non, changer de France ! Par Bruno Bertez

 Les titres de l’actualité ne sont divers qu’en apparence. Tout se tient, tout est manifestation du même mal, le mal français. La France n’est pas seulement divisée en droite et gauche, « elle marche à côté de ses pompes ». Excusez cette expression, dans sa vulgarité, elle exprime au plus près notre pensée. Les élections se gagnent par le mensonge et l’invective, les médias font de l’audience par la flatterie, mais le pays et la crise, eux, se gèrent, ou devraient se gérer, par  le recours à la vérité, au bon sens et au courage. Essayons d’introduire un peu de lucidité.

 

   Dans les derniers mois du règne de Sarkozy, ce lépreux, il avait tous les défauts, tous les vices. Rien, dans sa personne ou son action, ne trouvait grâce auprès des Français et, bien entendu, auprès des médias. 

A l’inverse, le peuple n’avait d’yeux que pour Hollande. 

Peu importait que son analyse de la situation soit inexistante.

Peu importait que le personnage soit falot.

Peu importait que ses propositions soit une catalogue d’âneries à la Prévert. 

Un an plus tard, la popularité et l’adhésion à la politique de Hollande sont au plus bas, on dit même qu’elles touchent des records absolus. On serait autour des 70 à 75% de rejet. 

Sarkozy, lui, remonte. On le regrette et on lui prête une adhésion qui l’autoriserait à se remettre en selle et à participer à nouveau aux joutes politiques. 

Est-ce que cela ne mérite pas réflexion?

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT:

Voici quelques remarques. 

 Le rejet de Hollande est complexe. 

Les électeurs de droite le sanctionnent en raison de son action clivante. Il a repolarisé la France, il l’a coupée en deux, il a ressuscité les vieilles lunes de la lutte des classes revue et corrigée par les envieux et paresseux et déviants de tous bords. 

La société civile lui en veut de sa destruction des bases de la famille, de l’héritage, du mariage, de la filiation,  des confiscations,  de la mise en avant des minorités anti-modèles. 

La clientèle de gauche est furieuse, elle a le sentiment d’avoir, une fois de plus, été bernée et que les promesses de campagne ne sont pas tenues. C’est Mélenchon qui exprime le mieux cet aspect et, à un moindre degré, la Première gauche du parti socialiste. 

Pour couronner le tout, c’est l’ensemble du pays qui lui en veut, à lui, Hollande,  et à son gouvernement, de n’avoir aucun résultat en matière économique, le chômage galope, le pouvoir d’achat recule, l’insécurité et la précarité économique poursuivent leur progression. On ne prépare plus l’avenir. On consomme les bijoux de famille. On s’abaisse. 

Sans parler des atteintes aux libertés et à la liberté. 

Qu’est-ce que cela veut dire? Cela veut dire que les médias et les Français ont porté au pouvoir quelqu’un qui n’avait rien compris à la crise. Qui n’avait aucun scrupule pour monter sur le trône et satisfaire ses ambitions. Qui n’a rien appris des erreurs de Mitterrand et de 1981/1983. Il a endossé le paletot de Sarkozy en termes de gestion, il a chaussé les patins de Mitterrand en termes d’idéologie et le tout avec une personnalité sans charisme, sans atouts personnels. 

La droite voudrait abréger le  mandat  de Hollande, le réduire à l’impuissance, en faire une potiche. Elle ne songe  qu’en termes de revanche et de vengeance. Comme si l’on pouvait défaire ce qui a été fait et renier ce qui a été dit. Comme s’il y avait une solution institutionnelle. 

La gauche voudrait que l’on tienne les promesses implicites de la campagne et les promesses explicites de Mélenchon et Montebourg. Ah,  le fameux rapport de forces de la rue, cher à ces imbéciles. Ils  voudraient en quelque sorte la rupture des engagements internationaux, le repli,  la fermeture des frontières, le « nein » à l’Allemagne, etc. Mais cette gauche se refuse à sauter le pas,  elle veut le beurre et l’argent du beurre et, comme on dit, elle veut certainement aussi sauter  la crémière. Placée exactement dans la même situation que Mitterrand avant ses dévaluations, elle conteste la discipline et les contraintes européennes, mais elle n’a pas le courage de dire la vérité : Pour retrouver une liberté de choisir son destin, le pays doit sortir de l’euro.  Il doit oser affronter son destin. 

La société civile n’a rien compris, rien appris. Elle reste sur son nuage, elle rêve de solutions miracles, d’hommes providentiels. Entretenue dans ses illusions, elle refuse  la remise à plat des systèmes sociaux inefficaces et dispendieux,  la liberté de gérer des entreprises,  la suppression des 35 heures,  les réformes du droit du travail, la restauration des valeurs d’effort et d’apprentissage, etc.  Bref, elle refuse tout ce qui,  de près ou de loin, serait une atteinte aux droits acquis à crédit, y compris le droit de ne rien faire et de vivre aux crochets de son prochain. 

Bien malin celui qui pourrait obtenir une authentique adhésion, un vrai mandat, pour gérer le pays dans ces conditions. Il ne pourrait gérer, au mieux, que sur un malentendu, lequel ne durerait pas longtemps. Ce que nous voulons souligner, c’est que le pays est ingérable. On s’obstine à pratiquer une fausse alternance, alors que ce qu’il faut, c’est changer de France. De culture, de société. Peut-être même, faut-il aussi changer d’histoire car la mémoire collective biaisée que les Français ont de leur histoire est un handicap pour leur avenir. A force de se mentir sur son passé, on devient inadapté, incapable de se situer, de prendre la mesure de ses atouts et de ses handicaps. 

On peut conquérir le pouvoir par les promesses, les illusions, les mensonges, mais cette conquête ne donne aucun mandat pour agir  dans un sens ou dans l’autre. Ce mandat n’est qu’un mandat de parler, mandat de « tchatcher ». On constitue des majorités qui sont collections de minorités, même pas complémentaires, et on se retrouve au pouvoir, impuissant, ligoté par le processus même qui a conduit à la fausse victoire, véritable défaite. 

La France ne peut élire de chef,  parce que, non seulement elle est divisée, mais, en plus,  les citoyens, au-delà du clivage droite/gauche, veulent des choses contradictoires et impossibles. 

Le secret de la dette, du crédit, c’est qu’ils donnent la possibilité de croire que tout est possible, tout est possible en même temps, tout de suite, sans que l’on ait à choisir. Hélas, le temps du crédit joue les prolongations, mais, fondamentalement, il est fini. Il vit ses derniers mois. Qui a le courage de le dire? 

En attendant,  plutôt que de le reconnaitre, d’en tirer les conclusions et de l’accepter, on invente un nouveau mythe,  un rêve. L’Allemagne paiera.  Ah, les eurobonds, ah la fin de l’austérité, ah la priorité à la croissance, et toutes ces déclinaisons du refus de la réalité.  Qui dit que si l’Allemagne paie, ce sera encore pis, qui dit que si l’Allemagne paie, l’addition sera encore plus lourde, puisque ce sera au prix de la perte de souveraineté? Personne.

 

 BRUNO BERTEZ Le Lundi 29 Avril 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON
Image d’aperçu

 

11 replies »

  1. Bon texte.
    Pour retrouver une liberté de choisir son destin, le pays doit sortir de l’euro. Il doit oser affronter son destin.
    En même temps, il est possible que la nature fasse son œuvre avant les prochaines élections en 2017, ou en septembre 2013 en Allemagne
    Ça sera dur, il ne faut pas se leurrer : Ça passe dur ou çà casse pour longtemps
    Mais seulement alors, nous verrons s’il y a suffisamment de bonne volonté et de bon sens pour relever la France.

    J'aime

  2. Si les français sont le problème ils sont aussi la solution. Car ce ne sont pas ses élites incompétentes et conniventes qui changeront quoi que se soit. Au risque de surprendre je me demande si Hollande n’est pas la moins mauvaise solution vu le choix qui nous est offert. Son caractère falot stigmatise les critiques et l’attention ce qui va peut-être permettre de passer quelques vrais réformes en sous-main… Certains lobbys ont compris qu’ils pouvaient influer sur Hollande et lui ont déjà fait retourner sa veste "dans le bon sens" sur un certain nombre de sujets. Rien d’enthousiasmant mais quand même…Culbuto est devenu une marionnette, il n’y a plus qu’à souhaiter que ce soit les bons lobbys qui la manipule plutôt que la technostructure et les syndicats.

    J'aime

  3. Le fond du texte est vrai mais il ne tient pas compte qu’on est en 2013, à savoir que le libéralisme libertaire type USA 19 ième siècle n’est plus possible maintenant où moins de 10 % de la population mondiale produit les biens nécessaires à toute la planète (robotique, informatique, techniques diverses).
    Que fait-on des inemployés ?
    Voilà la vraie question de l’avenir.

    J'aime

    • Non, cela n’est pas vrai. C’est ce qu’on vous a mis dans la tête, pour que vous n’envisagiez pas de solution durable qui renverse le pouvoir actuel. Le système actuel est dépassé certes, mais il n’en reste pas moins que d’autres systèmes permettront de donner à manger à plus de monde que vous ne croyez.

      J'aime

  4. Tous vos textes sont d’habitude excellents, mais il y a certains qui sont à conserver précieusement. Ce texte en fait partie.

    J'aime

  5. "Entretenue dans ses illusions, elle refuse la remise à plat des systèmes sociaux inefficaces et dispendieux, la liberté de gérer des entreprises, la suppression des 35 heures, les réformes du droit du travail, la restauration des valeurs d’effort et d’apprentissage, etc. Bref, elle refuse tout ce qui, de près ou de loin, serait une atteinte aux droits acquis à crédit, y compris le droit de ne rien faire et de vivre aux crochets de son prochain."

    Mon dieu Mr Bertez, vous avez commis le blasphème ultime en France!!!!

    Quoi, les gens devraient travailler plus dur????? Vous êtes un neo liberal macabre de mèche avec les banquiers!!!!!!

    Je ne rigole pas, certains en lisant cela en France serait capable d’écrire ce qui est au dessus.

    La faute à qui?

    Certains croient reellement que manger, consommer, acheter des berlines et des maisons hors de prix, les vacances, la santé SONT DES ACQUIS!!!! et oui……… malheureusement, la presse – ou les merdias – ont jsutement saboté les vrais valeurs liberales (en faisant passer le modele economique actuel à du liberalisme pour tous), qui permettraient pourtant aux gens de s’en sortir s’ils en avaient la volonté, au moins.

    Vous verrez, quand on enlevera ces "acquis" aux gens, vous verrez la reaction de ceux qui en profitent dans la rue. Je ne serais pas parmis eux. Pour les classes moyennes c’est déjà une réalité…

    Alors faire du social et aider, oui tout à fait. Mais pas avant une relle motivation et structure economique dans notre pays. Et aider ne signifie pas ASSISTER!

    J'aime

    • BIen evidemment, il faut bien comprendre aussi, que la finance siphonnant toujours plus le système economique est celle qui finance justement tous ces acquis… Il faut donc se liberer de la main mise financière, abolir le modele economique actuel basé sur l’instantanéité, promouvoir la liberté d’entreprendre, d’innover, de CREER, motiver les gens, les inciter à se depasser et à devenir autonome, definir des buts de long terme pour notre société et la technologie, et enfin on pourra aider les autres.

      J'aime

  6. Nous allons direct vers un juin 40 economique. La lecture de "l’etrange defaite" de Marc Bloch nous apprend que l’erreur fondamentale de Gamelin, sur le front, a consiste a ne pas battre en retraite suffisamment. Les mouvements etaient calques sur ceux de la guerre de 14 alors que la mecanisation avait change la donne! Nous sommes dans la meme configuration: les reformes de toutes sortes se font avec dix longueurs de retard. Il est evident que Hollande prendra la suite de Bazaine, Nivelle, Gamelin et consorts. Quant au peuple francais, qui se souvient encore de Juin 40 ? Nos Peres en portaient les stigmates. Aujourd’hui, la memoire collective prefere ressasser les glorieux episodes de la resistance, esquivant les tres mauvais souvenirs de l’echec collectif precedent. Le modele francais est le premier du monde, comme l’armee francaise de 1940.

    J'aime

  7. Il ne faut pas perdre de vue que justement le problème de la France est que ces élites, président compris, ne représentent plus personne.

    Hollande a été élu par défaut.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s