Bordier

Gourmandise irrationnelle Par Michel Juvet

Gourmandise irrationnelle Par Michel Juvet

La baisse universelle des taux recherchée par les banques centrales provoque aujourd’hui des effets de gourmandise évidents dans l’esprit des investisseurs

Pendant longtemps, on s’est interrogé sur les bienfaits et méfaits des politiques monétaires non conventionnelles menées, depuis la crise de 2008, par les banques centrales. 

Si la banque centrale américaine a réussi à rétablir le fonctionnement des banques et du système de crédit américain, la Banque centrale européenne a pu, elle, à défaut d’influencer l’économie réelle, relancer le financement des Etats européens en éliminant les menaces systémiques.

Mais la baisse universelle des taux recherchée par les banques centrales provoque aujourd’hui des effets de gourmandise évidents dans l’esprit des investisseurs. Affamés par des rendements traditionnels devenus grêles, ils se sont alors précipités sur les obligations de débiteurs à plus hauts rendements, de moins bonne qualité, faisant ainsi fondre les surplus de rendements traditionnels observés sur ces débiteurs les plus risqués.

Confrontés aux manques d’alternatives disponibles sur les marchés pour nourrir leurs besoins de rendements, les investisseurs ont alors redécouvert avec délectation depuis plusieurs mois les rendements alléchants des dividendes des actions, supérieurs aux rendements obligataires. Aux Etats-Unis, les flux d’entrées nettes de capitaux depuis le début de l’année dans les fonds en actions atteignent ainsi des montants record, proches de ceux observés en 2007…

Plus inquiétant, le niveau des achats de titres réalisés à crédit (margin accounts) est également proche de celui atteint en 2007. Il paraît clair qu’une grosse partie de la hausse des marchés s’est donc réalisée dans un but spéculatif. L’inflation que tout le monde redoutait ne s’est pas concrétisée dans l’économie réelle, mais bien dans les marchés financiers…

Plus gourmandes également, et dans la lignée des années Green­span, les entreprises, sans grandes perspectives économiques, empruntent massivement à taux très bas, non pas pour investir dans des machines ou pour racheter d’autres entreprises, mais pour, comme en 1998-1999 ou 2007… racheter leurs propres actions! Dans un environnement à faible croissance, quoi de plus rationnel pour améliorer ses rendements sur fonds propres? Et quoi de mieux pour pousser les actions vers le haut?

Plus pervers encore, certaines banques centrales, aux bilans gonflés de titres sans rendement, plutôt que de commencer un régime amincissant pour leurs réserves, s’intéressent désormais également aux actions…

Face à la mondialisation qui abaissait les revenus des citoyens, Alan Greenspan avait volontairement créé un effet de richesse en stimulant exagérément les prix des actifs mobiliers et immobiliers… Mais quelle est donc la différence avec la politique actuelle, qui tente de lutter contre la paupérisation due à la crise? 

Vite, que la croissance revienne pour justifier tout ça! 

Source  Bordier et Cie/ Le Temps Mai13

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/027326c0-bb31-11e2-9845-54c5094ca3e6/Gourmandise_irrationnelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s