Marchés: Obligataire et forex mortifères pour les Hedge Funds

Marchés: Obligataire et forex mortifères pour les Hedge Funds

Les CTA systématiques et les carry traders sur la paire dollar/yen enregistrent des pertes à deux chiffres sur moins d’une quinzaine.

La crise du subprime de 2008 était elle aussi précédée de tels signaux: des hedge funds en grande difficulté. Le sell-off généralisé sur le marché obligataire depuis la fin du mois dernier a provoqué d’importantes pertes pour divers groupes de stratégies de trading.

D’après le Financial Times, la division quantitative de Blue Crest, le fonds Blue Trend basé à Genève et géré par Leda Braga, aurait communiqué à des investisseurs que celui-ci était en baisse de 4,4% le mois dernier (sur la période allant jusqu’au 24 mai 2013). Les pertes incluant la correction des dernières séances pourraient faire accentuer le recul. A noter cependant que la plupart des fonds quant privés ne communiquent ce type d’informations qu’à leurs seuls investisseurs.

Quant au célèbre fonds Man AHL DP Fund de Man Group, deuxième asset manager alternatif mondial en termes d’actifs sous gestion, aurait perdu 11% de sa valeur nette au cours des dernières semaines. Sa stratégie AHL Diversified Program (AHL DP) ayant justement conduit à une exposition significative au marché obligataire. Le Man AHL DP Fund applique une stratégie de placement quantitative et principalement directionnelle (actions, obligations, devises, taux d’intérêt, énergie, métaux, crédit et produits agricoles.)

L’AHL DP identifie et exploite systématiquement les tendances haussières et baissières des prix dans ces marchés et les décisions d’investissement sont exclusivement basées sur des modèles mathématiques. De grandes banques comme Credit Suisse émettent régulièrement des produits financiers dérivés de cette stratégie. Telle le MAN AHL Diversified Strategies Index Notes, 100% garanti à l’échéance, 15 novembre 2021, par Credit Suisse International. Aspect Capital, un CTA systématique, aurait perdu 6,4% durant le mois de mai.

La perspective de la fin probable du troisième programme QE de la Fed, concomitante à une amélioration inflationniste des données macroéconomiques aux Etats-Unis, a en effet donné lieu à des ventes importantes des emprunts à 10 et 2 ans. Le premier a vu son rendement bondir de plus de 20% depuis le début du mois de mai à plus de 2,15-2,20% actuellement. Tandis que celui de l’US Treasury à 2 ans s’est même davantage apprécié, en hausse de plus de 35%, dont au moins 20% de cette hausse attribuable à la dernière quinzaine. Le rendement est désormais en territoire positif à 0,27%.

Les carry traders devraient aussi avoir été victimes du récent reflux du yen face au dollar. Même si, pour l’heure, peu d’information le laisse encore transparaître. Un temps à 103,18 yen (23 mai), stimulée par la Banque du Japon, la paire est redescendue sous le seuil des 100 yens à 98,14 (-1,1% hier à 17h53). Au-delà de ce qui est nécessaire pour générer d’importantes pertes renforcées par des effets de levier et l’impossibilité pour certaines stratégies d’ajuster des positions de marché figées.

L’an dernier, dans une étude intitulée «Carry Trades and Global Foreign Exchange Volatility», qu’avait commenté Next-Finance, leurs auteurs avaient souligné le fait que «les carry trades sont peu performants en période de turbulences imprévues du marché». Il est en outre difficile de se prémunir contre ce risque de volatilité au moyen de techniques d’anticipation du marché «car les rendements du carry trade sont sensibles aux chocs de volatilité inattendus».

Cela signifie qu’il est difficile de prévoir les périodes où le carry trade chute. «Nos résultats suggèrent que les investisseurs ne peuvent échapper à ces risques en investissant uniquement dans les devises des grands pays développés car c’est un phénomène général.» Les auteurs de l’étude recommande l’unique moyen de se prémunir contre cela, un moyen qui aurait son utilité pour les gérants CTA également: le trading de volatilité.

Comme lors des turbulences du marché. «Alors que le carry trade subit des pertes, une position longue sur la volatilité rapportera des rendements positifs. L’étude préconise des variances swaps ou de combinaisons d’options exotiques de change afin de couvrir les risques générés par la spéculation des carry trades.»

Levi-sergio mutemba/ Agefi Suisse Vendredi, 07.06.2013

http://agefi.com/marches-produits/detail/artikel/les-cta-systematiques-et-les-carry-traders-sur-la-paire-dollaryen-enregistrent-des-pertes-a-deux-chiffres-sur-moins-dune-quinzaine.html?issueUID=343&pageUID=10245&cHash=14268868c14782e5416092fed2ea0fad



Catégories:Agefi Suisse, Changes et Devises, Gestion du risque, Titrisation, Produits Structurés, Fonds à formules...., Hedge Funds, Private Equity..., Indicateur des Marchés, Marché Obligataire, Mon Banquier est Central

Tags:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  194 followers

%d bloggers like this: