Des soupçons de manipulations des taux de change pèsent sur le marché des devises

Des soupçons de manipulations des taux de change pèsent sur le marché des devises

Après les taux d’intérêt, les taux de change? Les autorités britanniques ont annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête préliminaire sur de possibles manipulations du marché des devises. Une procédure qui rappelle l’été 2012, lorsque le scandale du Libor avait éclaté au grand jour. Plusieurs grandes banques ­internationales s’étaient vues ac­cusées d’entente illicite pour fixer artificiellement ce taux d’intérêt auquel elles acceptent de se prêter chaque jour de l’argent entre elles. Et sur lequel sont adossés des centaines de milliers de milliards de dollars de produits financiers. A ce jour, trois d’entre elles – dont UBS – ont dû payer 2,5 milliards de dollars d’amendes.

Le marché des devises, lui, est estimé à 4700 milliards de dollars par jour. C’est la publication d’un article de Bloomberg, mercredi, qui a déclenché cette nouvelle affaire de manipulation. Citant cinq traders du secteur, l’agence financière soutient que les cours des monnaies sont truqués quotidiennement, aux dépens des clients, depuis une dizaine d’années au moins.

Depuis maintenant près de douze mois, des gestionnaires de porte-feuille européens n’ont cessé d’alerter l’Autorité régulatrice des marchés britannique, la FCA, sur la possible manipulation de l’indicateur de référence de la valeur des devises, le taux WM/Reuters.

Calculée de façon automatique en fonction du volume moyen des échanges impliquant chacune des monnaies, cette valeur de référence est renouvelée toutes les soixante secondes. Lorsque les échanges sont insuffisants, le taux WM/Reuters est déterminé à partir de la moyenne des offres de ventes et d’achats de devises. Ce court intervalle de temps serait alors consacré à un intense jeu de spéculation auquel se livrent les traders. Objectif : augmenter ou de baisser le taux en fonction des ordres qu’ils reçoivent, tout en tenant compte de leurs propres intérêts lorsqu’ils agissent en tant que dealer.

PLUS DE MANIP EN SUIVANT:

Demandes d’informations

Jeudi, c’est le Financial Times qui a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire par l’Autorité de conduite financière britannique (FCA). Cette dernière aurait demandé des renseignements à plusieurs banques actives sur le marché des changes à Londres, dont Citigroup et Deutsche Bank, qui contrôleraient 30% du marché. Quatre banques dominent le marché des changes : DBK, Citigroup Fnc, Barclays Plc et UBS AG

Le journal précise que «les banques approchées par la FCA sont en train de revoir l’historique de leurs transactions ainsi que les messages instantanés [des traders] afin d’identifier d’éventuels mots laissant à penser que des manipulations ont pu se dérouler».

Au centre de l’affaire se trouve le WM/Reuters, un taux de change de référence établi pour 160 monnaies grâce à la médiane des transactions réalisées sur les marchés pendant une période fixe et prédéfinie d’une minute. Un taux qui permet aux investisseurs de valoriser chaque jour leur portefeuille.

«Certains traders auraient passé des ordres juste avant que les taux ne soient fixés afin de les influencer à la hausse ou à la baisse, ex­plique Peter Rosenstreich. D’autres auraient partagé des informations afin d’anticiper un mouvement des taux.» Le chef stratège des devises chez Swissquote souligne néanmoins que, contrairement au Libor fixé sur la base d’indications des banques, les taux de change de référence reposent sur de vrais ordres financiers. Et qu’ils sont, par conséquent, plus difficiles à manipuler.

Pour l’heure, la FCA a fait savoir qu’il était trop tôt pour savoir si une enquête officielle allait être ouverte mais  les suspicions sont telles que les autorités britanniques ont également décidé de passer au crible d’autres indicateurs de valeur, notamment ceux relatifs aux produits financiers dérivés, mais également ceux des marchés du pétrole brut et des marchandises.

Source Le Temps 14/6/2013

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/89a2639e-d446-11e2-8dd6-76e537ce69d4/Des_soup%C3%A7ons_de_manipulations_p%C3%A8sent_sur_le_march%C3%A9_des_devises



Catégories:Art de la guerre monétaire et économique, Behaviorisme et Finance Comportementale, Bloomberg, Changes et Devises, Financial Times, Indicateur des Marchés, Le Temps, Les Tribulations de la Kleptocratie, Les Vices du Capitalisme, Mon Banquier est Central, Regulation des Marchés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  199 followers

%d bloggers like this: