A Chaud!!!!!

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 11 Juillet 2013 : Economie, croissance, comment sevrer un malade qui n’est pas guéri Par Bruno Bertez

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 11 Juillet 2013 : Economie, croissance, comment sevrer un malade qui n’est pas guéri Par Bruno Bertez

Le FMI vient de réviser en baisse ses prévisions de croissance globale. La révision en baisse est très généralisée. Elle touche aussi bien les économies avancées que les émergents. Le nouveau chiffre donne 3,1% de croissance en 2013 et 3,8% en 2014. C’est une réduction des prévisions de 0,2%. La situation américaine est considérée comme relativement satisfaisante. Celle du Japon est vue d’un œil positif. En Europe, il y a des risques dus au manque de confiance. La révision en baisse pour les émergents est sévère et elle serait causée par des facteurs fondamentaux qui réduisent  le taux de croissance potentiel. Ce qui retient notre attention, c’est le commentaire de l’économiste en chef du FMI, Blanchard : Ce sont les marchés qui constituent le risque majeur pour les économies. Alors, suivons Blanchard, si ce sont les marchés qui commandent, faisons un point sur les marchés.

   Il y a bien longtemps que nous n’avons pas choisi comme thème central de nos articles le comportement des marchés. On pourrait, en faisant un peu d’humour, dire qu’il y a quelque temps que nous n’avons pas pris le risque de parler des marchés. Nous avons abordé la question, il y a quelques semaines, quand nous avons signalé un tournant dans les propos de Bernanke.  Nous avons écrit que le rouge était mis puisque Bernanke soulignait le risque d’excès spéculatifs sur les assets. Nous avons décodé cela comme un avertissement et nous n’avons pas eu tort. 

Nous avons encore abordé la question des marchés sous un autre angle peu après. Ainsi nous avons expliqué qu’il y avait des poches de déflation qui devenaient de plus en plus profondes. Poches de déflation du côté des marchés de commodities, d’or et d’argent. Poches de déflation du côté des pays producteurs de matières premières comme l’Australie. Poches de déflation inquiétantes du côté des ex-émergents, qui ont quand même beaucoup de mal à émerger, comme la Chine, l’Inde ou le Brésil.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nouveaux signes d’un ralentissement en Chine

Exportations et importations sont en baisse. La croissance pourrait ne pas atteindre l’objectif que s’est assigné le gouvernement. Le commerce extérieur est le reflet du ralentissement

En Chine, importations et exportations battent de l’aile. Contrairement aux attentes de la ­majorité des économistes, le pays a vendu moins de marchandise en valeur en juin 2013 qu’en juin 2012. La baisse est de 3,1%. Les importations, elles, ont baissé de 0,7% sur un an. En mai déjà, les chiffres du commerce extérieur avaient été décevants, mais cela avait été imputé, en partie, à la campagne lancée par les autorités pour mettre un terme à des pratiques frauduleuses dans la région de Hongkong, qui permettaient de faire rentrer des ­liquidités sur le territoire par le biais de fausses déclarations ­d’exportations et d’importations. Les chiffres publiés hier matin par l’administration chinoise des Douanes semblent plutôt confirmer que le ralentissement chinois continue.

D’après une enquête du Ministère du commerce, 83% des exportateurs affirment que leurs bénéfices sont en baisse, la moitié constatent une diminution de leur carnet de commandes, et 38% n’osent plus s’engager sur des livraisons à long terme en raison de la hausse de la devise chinoise, qui érode leur marge – car ils sont le plus souvent payés en dollars. Ils sont d’ailleurs 70% à estimer que c’est d’abord la hausse du yuan qui a pénalisé leur activité. Et un quart se disent en déficit.

Quant à la diminution des flux entrants, elle est tout aussi problématique, puisqu’elle est révélatrice des tendances futures. Cette statistique apparaît en ligne avec une autre, annoncée mardi: les prix à la sortie des ­usines sont en baisse prononcée (de 2,7%). Ce qui traduit vraisemblablement l’inadéquation entre une demande insuffisante et une offre en situation de surcapacité. Les secteurs des chantiers navals, de la sidérurgie ou même des écrans LCD semblent particulièrement sinistrés. Mais à ce stade, il ne semble pas que le taux de chômage soit à la hausse. Et Louis Kuijs, économiste Chine chez RBS, note que les industries liées à la demande chinoise, et non à la réexportation, ont vu leurs importations mieux résister.  Par Gabriel Grésillon/Les Echos

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 

Nous avons fortement insisté dans cet ordre d’idées sur l’inversion des flux de capitaux. Les capitaux, avons-nous dit, non seulement quittent, mais fuient les marchés émergents, qu’ils soient marchés d’actions, marchés de bonds souverains ou marchés de crédit. La liquidité se resserre fortement dans ces pays, ce qui, évidemment, accentue la déflation. Ou plus exactement la stagflation car inflation et déflation co-existent au sein de ces économies qui sont en fort ralentissement. Nous y insistons un peu car c’est un élément clé, non seulement du système économique mondial, mais aussi de notre raisonnement. 

G7 inflation rate since 1971Click to View

Notre cadre analytique depuis très longtemps est le suivant. Le système mondial est un système hiérarchisé avec au centre, on doit dire au Centre, les Etats-Unis. Tout le reste est périphérique, y compris l’Europe. Il n’y a jamais eu, dans notre conception, de rééquilibrage, jamais de rival aux Etats-Unis. A certains moments, on a l’illusion qu’il peut y avoir désynchronisation ou émergence de rééquilibrage, c’est, selon nous, toujours une erreur. C’est le Centre qui domine et les périphéries donnent l’illusion de la prospérité lorsque certaines politiques sont menées par le Centre et que ces politiques débordent sur les périphéries. 

Il est évident que ce sont les politiques monétaires qui, en premier lieu, transmettent les impulsions du Centre. Quand le Centre crée beaucoup de monnaie à bas prix, cet argent se déverse forcément quelque part. Quelquefois, cela peut être sur des classes d’actifs aux Etats-Unis, quelquefois cela peut être sur des classes d’actifs globales, quelquefois cela peut être sur des classes d’actifs géographiques. Explicitons.

 PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT:

A la fin des années 90, les Etats-Unis ont créé beaucoup d’argent, cet argent est allé dans une classe d’actifs locale, les TMT. Après l’explosion de ce qui a été reconnu comme une bulle TMT, les Etats-Unis ont entrepris un nouveau cycle de création monétaire, dit de nettoyage de la bulle ; cette création monétaire s’est précipitée sur le logement, la finance et le crédit. 

Quand on en a eu fini avec ces nouvelles classes d’assets trop exubérantes, il a fallu une nouvelle fois accepter l’éclatement de la bulle et donc, conformément à la politique américaine, ensuite, procéder à son nettoyage. On a alors créé beaucoup, beaucoup d’argent, lequel s’est dirigé  à différents endroits, vers différents réceptacles. 

Premier réceptacle, les commodities, les précieux, les marchés émergents. On peut, sous certains aspects, considérer qu’une nouvelle bulle partielle s’est formée sur ces réceptacles. 

Second réceptacle, les fonds d’Etat, les Treasuries, et toutes les classes d’actifs à risque corrélés aux Treasuries. C’est en gros le second réceptacle, il est composé à la fois des bonds souverains et de tout ce qui leur est articulé par le biais de ce que l’on appelle le spread ou prime de risque. 

Il faut discuter de la question de savoir s’il faut ranger les actions dans cette catégorie. 

Les actions sont, en quelque sorte selon l’idéologie dominante, l’équivalent d’un emprunt à long terme assorti d’une prime de risque. C’est plus ou moins la conception de la Fed et de ses satellites, lesquels considèrent que la valeur d’une action se détermine à partir du taux des Treasuries à 10 ans, auquel on ajoute une prime de risque. Greenspan a souvent développé cette conception et Bernanke s’y est rallié. 

Si on reste dans le cadre de pensée de la Fed et de ses vassaux, alors on doit ranger dans le réceptacle les actions. On doit considérer qu’elles ont bénéficié, depuis 2009, de la manne de la création monétaire et des taux bas. Ceci explique que les actions sont surévaluées en regard des critères traditionnels retenus par les fondamentalistes, à savoir le rendement distribué, les marges bénéficiaires moyennes, les price earnings moyens, la valeur de remplacement des actifs, etc. 

Il faut bien comprendre que la question de la bulle du cours des actions est une question méthodologique. Tout dépend de la méthode que l’on retient, tout dépend de l’optique que l’on a. 

Si on retient une méthode traditionnelle, fondée sur la théorie de l’analyse financière, type Graham and Dodd, fondée sur la propriété des entreprises, alors, on aboutit à la conclusion que les actions sont très surévaluées et forment une bulle. 

 Click to View

Si l’on se rallie à l’idéologie de la Fed, des Goldman Sachs et autres, alors, en comparaison des autres actifs financiers, les actions font une faible prime de risque et, par conséquent, elles ne sont pas chères. 

Qui a tort, qui a raison ? Est-ce que ce  sont les gens qui continuent de penser de façon autonome, qui ne se laissent pas influencer par les théories modernes, et qui considèrent que, sur le long terme, tout rejoint les moyennes, que toujours  il y a réconciliation, ou bien, est-ce que ce sont les modernes complices de la Fed, lesquels n’ont fait des actions qu’un sous-produit de la politique de la Banque Centrale ? Le débat est là. 

Inutile de vous dire à quelle conception nous nous rallions, vous nous connaissez depuis longtemps. Nous sommes fondamentalistes. Nous croyons que le réel et l’histoire finissent toujours par gagner. Nous croyons aux réconciliations cycliques. Donc, pour nous, les actions font bulle. Elles sont surévaluées de 40 à 50% dans une optique historique, laquelle optique historique conduit à penser que les marges bénéficiaires actuelles sont exceptionnelles, qu’elles sont le produit inséparable de la situation de déséquilibre dans laquelle nous vivons. Nous insistons, dans une optique fondamentale traditionnelle, les actions sont en bulle. Leur évaluation est intenable car elle est fondée sur des marges bénéficiaires qui font partie intégrante de la crise. Les marges sont très élevées, 70% au-dessus des normes historiques parce que les salaires sont trop faibles et que cette faiblesse des salaires est compensée par le recours au  crédit, d’une part, et aux déficits des gouvernements, d’autre part.

  

Digression importante. Dans le cadre de cet article, nous restons relativement classiques, nous ne faisons pas référence à notre conception de la valeur des actions comme miroir de la valeur des monnaies. Nous ne faisons pas entrer en ligne de compte la « misère monétaire », la fuite devant la monnaie qui produit un gonflement des cours de bourse, façon Argentine ou Zimbabwe. 

Revenons à notre déroulement, à notre calendrier de la crise. Bernanke a lancé un avertissement destiné à ceux qui spéculaient trop et prenaient des risques excessifs. Il y a eu ensuite toute une campagne diversifiée afin d’organiser un débat sur l’arrêt ou la réduction des politiques monétaires non-conventionnelles ultra-accommodantes. Le retrait potentiel, le retrait possible, de ces politiques monétaires, a provoqué, selon nous, un début d’éclatement de diverses bulles, selon le schéma de ce qui s’était passé à la fin des années 90 pour les TMT, à la fin des années 2000 pour le logement et le crédit. Nous serions, si notre interprétation est exacte, dans la phase d’amorce d’éclatement de la bulle ou plus exactement des bulles diversifiées, des bulles partielles, provoquées par la création monétaire des années 2009 et suivantes. 

Selon cette interprétation, on comprend bien ce qui s’est passé tout au long de ces derniers mois sur les matières premières, sur l’or et sur l’argent. On comprend bien ce qui s’est passé sur les émergents. On comprend bien ce qui se passe sur les fonds d’Etat. Toutes ces bulles partielles sont en train de perdre de l’air. Peut-on dire qu’elles éclatent ? Cela se discute. Dans certains cas, les marchés sont désordonnés, c’est un éclatement. Dans certains cas, les marchés restent tout à fait en bon ordre, comme sur les fonds d’Etat par exemple, on peut dire simplement qu’on perd un peu d’air. 

Et sur les actions alors ? Nous dirions que, à la fois dans certains cas, la bulle éclate, avec des exemples spectaculaires comme le Brésil qui  perd 35%, avec la Chine qui est dans les plus bas des plus bas ; dans d’autres cas, il s’agit simplement de dégonflements partiels qui restent  correctement maîtrisés. Une majorité de marchés mondiaux est en baisse. Nous dirions que, globalement, c’est le signe de la perte d’air de la méga-bulle. Certains marchés, cependant, sont en hausse. Et il faut bien comprendre que ce n’est absolument pas contradictoire. 

Ainsi, le S&P500 US fait une superbe performance relative. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’argent qui fuit les autres bulles, qui fuit le risque des réceptacles fragiles, se dirige là où il pense que la situation relative est la meilleure, et, le lieu où la situation relative est la plus attrayante, c’est évidemment les Etats-Unis. 

Pour nous résumer, nous pensons que la règle du jeu qui sous-tend le comportement des marchés s’articule comme suit :

1)      On a fait une bulle globale et de multiples bulles partielles localisées depuis 2009 en raison des politiques monétaires non-conventionnelles

2)      Le temps est venu d’évoquer la fin de ces politiques non-conventionnelles. La communauté spéculative mondiale a pris conscience du fait que le bol de punch ne serait pas toujours plein

3)       Au sein d’une bulle globale, il y a des bulles partielles qui présentent des degrés de risque différents et il y a une ré-appréciation, un repricing, qui est en cours, lequel repricing aboutit à des performances différenciées

4)      Nous sommes dans la phase de pilotage,  les autorités n’ont absolument pas perdu le contrôle de la situation. Les réaménagements complexes auxquels on assiste s’inscrivent dans un cadre qui leur est favorable. Il y a destruction certes, mais localisée. 

Tout ceci intervient alors que la croissance économique mondiale ralentit. Les prévisions des organismes internationaux sont en train une nouvelle fois d’être révisées à la baisse. Le ralentissement lui-même est différencié, la performance la plus mauvaise étant celle des émergents,  puis celle de l’Europe ; les Etats-Unis et le Japon présentant une meilleure situation relative.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le FMI revoit toutes ses prévisions à la baisse

Il y a trois mois, le Fonds monétaire international (FMI) s’attendait à une nouvelle «accélération de la croissance mondiale». Fina­lement, il n’a assisté qu’à une «légère hausse». Du coup, ses nouvelles prévisions, publiées ce mardi, sont moins optimistes qu’en avril. Et sa révision n’épargne aucun pays. «Alors que les anciens risques demeurent, il y en a de nouveaux», écrit le FMI dans son commentaire trimestriel. Parmi eux, la possibilité que le ralentissement des pays émergents se prolonge.

A l’échelle globale, la progression ne sera que de 3,1 puis 3,8%, en 2013 et 2014. Soit, pour chacune de ces deux années, 0,2 point de moins qu’attendu. Le FMI évoque trois causes. D’abord, la dy­namique des principaux pays émergents est «décevante». Pour la Russie, par exemple, les experts du Fonds ont réduit leurs attentes de 0,9 point pour 2013, à 2,5%. Le PIB de l’Afrique du Sud, lui, ne devrait finalement avancer que de 2% cette année (–0,8 point).

Pour la Chine, ce sera 7,8 puis 7,7% de croissance l’an prochain, contre 8,1 et 8,3% prévu il y a trois mois. Au lieu de progresser de 4% en 2014, le PIB brésilien, quant à lui, est attendu en hausse de seulement 3,2%.

A des degrés divers, tous ces pays souffrent, selon le FMI, d’une saturation dans leurs infrastruc­tures, de la baisse des prix des ­matières premières – pour ceux qui en exportent –, des craintes sur leur stabilité financière, mais aussi d’une demande extérieure moins vigoureuse. Et notamment celle venue d’Europe.

Moins de 1% en 2014

Car la deuxième raison de la baisse des pronostics, c’est l’état de la zone euro, dans laquelle la récession s’est installée plus durablement que ne l’avait prévu le FMI. Un sentiment étayé par les chiffres du chômage de juin dans les pays de l’OCDE, publiés hier également. Avec son taux de 12,2%, par rapport aux 8% pour l’ensemble des pays développés membres de l’organisation, la zone euro fait figure de mauvaise élève. «La demande peu vigoureuse, la confiance en berne et les faibles ba­lances commerciales se combinent pour exacerber les effets sur la croissance», précise le FMI. Ainsi, selon lui, le PIB de la zone euro devrait reculer de 0,6% cette année (–0,4% prévu en avril). Et la reprise, l’an prochain, sera inférieure à 1%. En 2014 également, l’économie espagnole devrait stagner, au lieu de croître de 0,7%. En Allemagne, le PIB avancera de 1,3%. Et de 0,8% en France, prédit le Fonds.

A noter que ces prévisions sont plus basses que celles distillées en mai par la Commission européenne. Elle voit le PIB de la zone euro ne décliner que de 0,4% cette année. Et elle estime qu’il progressera de 1,2% en 2014. Cette différence est, entre autres, liée au fait que, pour les deux grandes éco­nomies que sont l’Allemagne et la France, elle table sur des croissances respectives de 1,8% et 1,1% l’an prochain.

Le Japon fait exception

La 3e cause de la modération du FMI est à trouver aux Etats-Unis, qui «croissent à un rythme moins soutenu, alors que les coupes budgétaires pèsent sur la demande privée». Le pays devrait croître de 1,7% cette année. Néanmoins, positive le FMI, la demande des ménages devrait rester solide, étant donné l’évolution de leur fortune liée à un marché immobilier qui se reprend. 

La seule vraie bonne nouvelle provient du Japon, dont le PIB devrait progresser non pas de 1,5%, mais de 2%, en 2013.

Par Servan Peca/Le Temps

/////////////////////////////////////////////////////////////// 

Il est évident que sur une trame fondamentale, majeure, comme celle que nous avons pris la peine de détailler ci-dessus, des dessins tout à fait particuliers et spécifiques à chaque pays et à chaque secteur viennent se greffer. En quelque sorte, il y a un tissu de base valable pour tout le monde, mais sur ce tissu commun, il y a des décorations particulières qui font qu’à tel endroit, le look, l’apparence, est plus attrayante et, à d’autres, le look est plus repoussant, voire menaçant. 

Comme vous le voyez, la situation est complexe. Sur la base d’une même règle directrice qui gouverne l’évolution mondiale, l’enchevêtrement des situations particulières donne l’apparence d’un désordre absolu. Des liaisons se brisent, des corrélations anciennes disparaissent, d’autres apparaissent, mais l’on reste dans le cadre voulu et imposé par les régulateurs. La hausse des taux longs de plus de 100 points de base est ratifiée. La bulle du risque se dégonfle mais cela se fait de façon conforme aux intérêts américains. Une ébauche de rotation des valeurs à revenu fixe vers les actions se dessine aux Etats-Unis, cela n’est pas pour déplaire à Bernanke. Le dollar est ferme, c’est plutôt un signal positif. Et tout est à l’avenant, tant pis pour les autres. 

Pour l’investisseur, la tâche est difficile tant le tableau est confus. Mais l’apparence du désordre est un obstacle que l’on peut encore lever grâce à la discipline et à la rigueur de la méthode de travail. En revanche, hélas, il s’y ajoute les manipulations des Maîtres du monde. Ils veulent non seulement conserver la maîtrise de la situation, mais aussi décider de qui sera gagnant et qui sera perdant. Les  Maîtres gèrent la situation, non pas dans l’absolu, mais en fonction de la réaction et du comportement des marchés ; bref, ce qu’ils font et disent, ils le font en fonction de la réaction supposée, puis de la réaction réelle des marchés. La gestion n’est pas une gestion du réel tel qu’il est, mais  une gestion du réel tel qu’il est supposé et le tout, inséré dans une Théorie des Jeux. C’est ce qui explique le « fine tuning » des déclarations et des débats au sein de soviets suprêmes monétaires.. Il faut éviter les déplacements de foule, il faut éviter que tout le monde aille du même côté du bateau au même moment. Il faut éviter ce qu’ils appellent la volatilité excessive.

 

Volatilité, le grand mot est lâché, c’est l’ennemi. Ainsi, l’inénarrable Blanchard du FMI, qui a derrière lui un très long palmarès d’erreurs, d’échecs et de mensonges, vient de déclarer : « nervous markets are a risk to global economy ». Traduit, cela veut dire que la nervosité des marchés constitue le risque majeur pour les économies réelles. Il faudrait un livre entier pour décortiquer pareille déclaration. En effet, le risque économique, ce n’est pas au sein des économies qu’on le trouve, il n’est pas dans leurs déséquilibres et leurs dysfonctionnements, il est dans les marchés, c’est à dire dans l’appréciation que l’on porte sur ces économies. Il est dans les perceptions et les comportements que suscitent ces perceptions. On ne peut pas mieux marcher sur la tête ! Le réel ne compte pas, ce qui compte, c’est ce que l’on en pense.

 

Seconde remarque, dans cet ordre d’idées, notre Blanchard ne dit pas un mot sur le fait que, si les économies sont à peu près stabilisées, c’est parce qu’on leur a injecté des dopages, des shoots monétaires. Donc, il occulte le fait que l’apparente stabilisation de ces économies étant due à l’adjonction de béquilles, le retrait ou la suppression des béquilles a toutes chances de provoquer la rechute. La phrase de Blanchard exonère totalement les Maîtres du monde dans leur responsabilité future s’il y a rechute. La rechute ne viendra pas de la suppression des drogues monétaires, elle viendra de la volatilité des marchés. 

La réalité de la situation économique est  très décevante. Elle ne permet pas normalement une sortie ordonnée des politiques monétaires, voilà ce qu’il faut à tout prix cacher. 

En 2009, on avait mis en place des politiques fiscales et monétaires qui devaient déboucher sur une reprise progressivement auto-entretenue des économies ; c’était un pari et il est perdu. 

Maintenant, la question se pose d’arrêter de creuser les déficits fiscaux et de gonfler les bilans des Banques Centrales, les risques deviennent trop importants, malheureusement, le relais de la croissance n’est pas là, la transition ne peut se faire de façon harmonieuse. On en est réduit à prendre le risque de devoir réduire les artifices alors que le relais de la croissance réelle n’est pas là. 

Certains observateurs pensent que l’on est à la croisée des chemins. Nous ne le pensons pas. Certes on est dans une nouvelle phase de la crise, celle de la tentative de gestion de la sortie des politiques ultra accommodantes, mais qui dit tentative ne dit pas sortie véritable. C’est l’ombre de la sortie qui se profile, l’ombre simplement. Et selon le comportement des marchés, l’ombre peut être  plus ou moins grande, plus ou moins menaçante. C’est le jeu de cache-cache avec la communauté spéculative mondiale qui va régler les prochaines initiatives. 

On est toujours puni par où l’on pèche. On a péché par usage de la spéculation afin de créer un faux effet de richesse, on risque d’être puni par cette même spéculation sur le dégonflement des bulles de richesse fictive que l’on a créé.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 11 Juillet 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

 

15 replies »

  1. Encore bravo pour la pertinence de vos chroniques, M Bertez.
    Que faut-il en conclure ? Que les Américains sont en train de réussir le freinage sans éviter la sortie de route de leur économie, au détriment de toutes les autres ?
    Qu’attendent-ils ? Que les autres fassent défaut avant eux et qu’ils restent le refuge ultime pour l’argent du monde entier ?
    Quant à l’issue de la fin du QE, je ne peux m’empêcher de penser qu’un jour ou l’autre (jour qu’ils retardent), ils devront choisir entre la puissance du roi dollar (et leur puissance militaire associée), ou bien le chômage des Américains. Ce jour-là, je suis persuadé qu’ils préfèreront remonter leurs taux et arrêter leurs QE plutôt que de sauver l’emploi de leurs concitoyens (et ceux de leurs banquiers sans doute aussi). Bienvenue dans la phase ultime et … incertaine pour le reste du monde. Merci M Bertez de m’éclairer sur vos hypothèses en la matière.

    J'aime

  2. L’analyse est probablement brillante mais en tant que français non spécialiste, j’ai un peu de mal à comprendre le jargon anglo saxon financiers qui truffent l’article.

    Ce serait-il possible à l’auteur de ne pas céder au syndrome du spécialiste s’adressant à des spécialistes et d’utiliser des mots français quand ils existent pour appeler les choses par leur nom.

    Je suis certains que beaucoup de lecteurs sont comme moi mais n’osent pas le dire de crainte de paraître « has been », pardon « dépassés ».

    J'aime

    • Daniel,

      s’il commençait à utiliser des termes non financiers, je serais perdu…. on appelle un chat un chat. S’il devait décrire un chat comme ceci: » Félin de petite taille, au pelage soyeux, généralement domestique » donnerait des articles un peu illisibles
      Enfin, c’est mon avis ;-)

      J'aime

    • Vous le dites vous même, c’est un chat. Vous n’avez pas écrit  » cat « . On n’écrit pas pour soi mais pour des lecteurs qui vous lisent pour comprendre le monde dans lequel il vivent.

      J'aime

  3. Effectivement, qu’en conclure ?
    Après cette lecture, on pourrait croire que rien ne va arrêter la hausse des marchés US…
    Pourtant, je commence à croire que l »on est dans la phase finale de cette hausse
    Excellent article !

    J'aime

  4. Je ne comprends pas non plus le concept de : »nettoyage de la bulle » – Qu’est ce qui est nettoyé ? ( à part les boursicoteurs).

    Lorsque vous écrivez « l’ombre de la sortie », cela veut-il dire que, selon vous, il n’y aura pas de sortie réelle de la création de monnaie massive par la FED ne serait ce que pour éviter le chaos sur les marchés ou que le but recherché est de permettre aux ultra riches, les maîtres du monde, de sortir avant la correction inévitable qui suivra les premières baisses de création monétaire ?

    J'aime

  5. très bon article.les monnaies doivent etre adossées a des actifs tangibles,sinon ça ne marche qu’un temps.je ne vois pas la finance continuer a foncer dans le virtuel éternellement.les hausses des bourses peuvent etre aussi dues aux achats des banques centrale.aux usa,le système de retraites explose si la bourse baisse….

    J'aime

  6. A propos du caractère technique et de l’accès difficile à certaines idées ou à certaines parties de mes textes.

    J’ai choisi de respecter les lecteurs; J’ai fait le pari qu’il y avait des gens capables et susceptibles de faire des efforts pour entrer dans des matières complexes auxquelles même des gens comme Hollande ou Ayrault n’ont pas accès.

    Je fais en quelque sorte le pari de l’intelligence et de la motivation. Le pari inverse des médias en général, de la télévision en particulier. Fabius prétendait en son temps de premier ministre parler aux français avec 150 mots, il les méprisait. Moi je veux être utile et pour cela je cherche à faire monter le niveau de compréhension de mes lecteurs, souvent amis. Je ne vends rien. Même pas de la propagande, simplement j’expose des façons de voir la situation avec des outils intellectuels divers issus de l’économie, la politique, la sociologie et même la psychologie.
    J’ai choisi un mode de communication qui ne distord pas les messages, je refuse les interventions sur les medias grand public, sauf de temps à autres sur Atlantico ou sur les Observateurs.ch, conscient du fait que chacun à son type de public. Je pense que même exprimée de façon difficile, toute vérité finit par trouver son chemin. En matière de vérité il n’y a pas de balle perdue disait Leo Férré.

    Ce sont les USA qui sont les Maitres, ils mettent en forme et en ordre le monde conformément à leurs intérêts et leur idéologie. Il faut penser comme eux, avec leurs mots, leurs vocabulaire, leurs concepts ;
    Trostki disait si tu veux tuer les enfants du tigre, alors il faut aller dans sa tanière. .
    Merci de votre intérêt.

    J'aime

  7. @ Bruno Bertez

    Loin de moi l’idée de polimiquer mais pour être clair à mon tour, c’est l’intérêt du lecteur qui devrait guider celui qui publie.

    « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
    Et les mots pour le dire arrivent aisément. » Nicolas Boileau

    Par exemple, vous utilisez le mot « Treasuries » pour désigner une classe d’actifs. Ce mot veut dire « trésor » en français. J’imagine que ce n’est pas dans ce sens que vous l’entendez dans votre démonstration. Vous voulez peut-être dire « trésorerie » ou « marge brut » ou « bénéfice net » ou encore autre chose. Est-ce vraiment au lecteur de deviner ?

    Connaître la langue de l’ennemi est une chose utile, la promouvoir en mettant une barrière à la compréhension de ceux qui ne la connaisse pas, non.

    Expliquer sans jargoner, là est le vrai talent du vulgarisateur.

    Cordialement

    J'aime

    • Participation d’un lecteur au décryptage du vocabulaire:
      « treasuries » = bon du trésor américain, l’instrument financier obligataire, englobe les « treasury note » (bons du trésor à 10 ans) ou les « treasury bills » (bons à 2 ans)…

      J'aime

    • @Daniel Roux

      J’aime cet échange, je vous dirais même que vous touchez un de mes sujets favoris. Boileau ignorait tout de la théorie de la communication; c’était une sorte de rhéteur, comme les gens de l’ENA et de Sciences Po, voire HEC ; en gros des gens qui sont capables de faire des exposés de 20 minutes sans préparation sur n’importe quel sujet.
      La théorie de la communication nous apprend que plus un message a un contenu informationnel important, plus il est complexe et moins il y a de gens susceptibles de le recevoir.
      Un message peut avoir différents degrés de complexité et différents niveaux de compréhension selon le public, selon les récepteurs visés par l’émetteur.

      Vous vous trompez, je ne vulgarise pas. Ce n’est pas ma démarche. Et vous comprenez, je l’espère que ce n’est pas de la prétention.

      Pour le grand public, une table c’est du solide, de la matière, du plein.
      Pour le chimiste c’est du bois, des molécules de carbone etc.
      Pour le physicien c’est du vide, la matière c’est du vide.

      Passer d’un niveau a l’autre n’est pas vulgariser, c’est adapter les outils intellectuels à l’objectif que l’on poursuit.

      Je vise un public de gens avertis des matières que je traite. Intéressés par l’économie, la finance, la monnaie, la politique, la sociologie, la symbolique, la morale, le bien commun, etc.

      Bref des gens qui, comme moi croient que la liberté est le bien suprême, et que ce bien est lié à l’accès à la vérité, au savoir, au savoir vrai, au gai savoir dirait Nietzsche.
      La vérité est un combat, elle ne se donne pas d’évidence, au contraire, il faut fouiller, la chercher, il faut pratiquer l’interprétation, la démystification, l’herméneutique.
      Le réel ne se donne pas à voir, il se décode.

      Il est fini le temps des « honnêtes hommes » du 18e qui savaient tout sur tout; le tissus d’erreurs que les gens de cette époque ont colporté sur l’homme, la société, la politique, est considérable et pèse encore sur nous comme une malédiction. La pensée positive ou positiviste ou mécaniste s’expose facilement, hélas le monde, le réel ne sont pas positifs, mécanistes, mais dialectiques, paradoxaux, contradictoires: Il y a le réel et il y a son mode d’apparaitre, puis son mode de mise en forme symbolique.

      La pensée positive simple, celle du recours à l’évidence est celle des Pouvoirs, c’est celle qui sert à dominer et asservir. Ecoutez les hommes politiques, ils ne vous parlent que de cette façon, par recours à l’évidence, et c’est ainsi qu’ils vous embobinent. Analyser le génie de la propagande trompeuse contenue dans la création du mot d’ordre: « LE MARIAGE POUR TOUS »

      Malgré sa bonne volonté, le physicien ne pourra jamais faire comprendre à l’homme de la rue que la matière c’est du vide, si l’homme de la rue n’accepte pas de faire l’effort de rentrer dans la théorie atomique, d’acquérir les concepts et le vocabulaire qui s’y rapportent.

      Le grand mot, le mot important c’est « effort ». Ou encore travail, détour.
      je ne donne pas des textes de consommation, biodégradables, je donne des textes d’investissement.

      Comme Lacan et Greenspan, je dis avec humour, si vous m’avez bien compris, tout de suite, c’est que je me suis mal exprimé.

      J’ai eu plaisir à vous répondre.

      J'aime

  8. Merci,
    Grand article qui prouve que ce qui gouverne actuellement les marchés est bien éloigné de la réalité (puisque c’est en fait « la perception de la réalité future » et que dans le cas de certains instruments dérivés on pourrait probablement parler de « paris sur la perception future d’actifs par rapport à d’autres »).

    Toutefois, avec une logique toute « paysanne » il serait bon que quelqu’un explique à ces maitres du monde et ces prétendus économistes du dimanche que la vraie « croissance » à laquelle tout le monde aspire et que tout le monde semble appeler de ses vœux pieux ne se décrète pas.
    Il n’y a, en définitive, que deux manières de l’obtenir:
    - Soit en augmentant le nombre de consommateurs potentiels (donc la démographie mondiale),
    - Soit en innovant et en créant des produits ou des services qui apportent des gains pour les consommateurs existants. Il peut s’agir dans ce cas soit de créer de nouveaux besoins, soit d’améliorer les produits couvrant les besoins existants.

    Ils auraient donc du se rendre compte depuis un moment, qu’en jouant a fabriquer de la fausse monnaie on se contente de diluer la richesse existante sans apporter la moindre plus value.
    Ce qui n’est d’ailleurs pas totalement vrai puisqu’on aurait pu imaginer qu’une partie de cet argent aurait pu servir à financer la création de nouvelles idées, alors qu’en fait elle n’a servi qu’à alimenter en vase clos des comptes « d’investisseurs sur les marchés », qui préfèrent bien évidemment ne pas prendre de risques et gagner de l’argent en vendant plus cher que ce qu’ils achètent (et qui donc peut bien les en blamer) en créant ainsi les bulles que vous mentionnez.

    Je me pose juste la question de savoir qu’est ce qui continuera d’avoir de la valeur quand ces bulles auront éclaté. car il semble qu’actuellement les métaux précieux se cassent la figure comme jamais, l’argent des Etats (les bonds) ne sera probablement jamais remboursé, l’immobilier est largement sur-évalué et donc si même les entreprises ne valent plus que 60% de leur valeur sur les marchés, ça signifie que tout le monde risque de se prendre une claque d’au minimum 40% de perte sèche… Ce qui par effet boule de neige (moins de ventes car moins de consommateurs solvables) pourrait conduire à un truc encore pire (et qui s’est déjà passé en 1929)…

    Il est probablement grand temps d’apprendre à cultiver des pommes de terre et à réparer la plomberie…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s