Alerte Rouge

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 24 Aout 2013 : Comment les banques centrales, les banques et le gouvernement vous tondent! Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 24 Aout 2013 : Comment les banques centrales, les banques et le gouvernement vous tondent! Par Bruno Bertez

EN LIEN:  Alerte Rouge du Vendredi 23 Aout 2013: Tonte des moutons porteurs de bonds: ils réagissent! Par Bruno Bertez

   En fait ils vous tondent à l’aller et au retour. Quand vous avez donné la joue gauche; vous leur tendez la joue droite.

Pour sauver les banques et les « shadow’s banks », ils ont mis les taux d’intérêt à zéro; Ainsi pour avoir un minuscule rendement, vous avez dû acheter des actifs financiers cotés sur les marchés. 

Quand ils ont mis les taux à zéro, les portefeuilles détenus par les banques se sont valorisés, mécaniquement, puisque leurs actifs anciens rapportaient plus que les nouveaux, ils enregistraient une plus-value. 

Vous, vous avez dû acheter à des taux très bas, c’est à dire à des prix très élevés les obligations, bonds, titres qu’ils ont émis. Toute hausse des taux déprécie votre placement, il vous suffit de regarder le cours de bourse quotidien pour vous en apercevoir. Ne tenez pas compte de l’argument d’escroc qu’ils vous balancent à savoir, mais si vous ne vendez pas, si vous gardez jusqu’à l’échéance, vous ne perdez rien. Dans tous les cas, avoir un placement qui rapporte 1% alors que les taux ont monté et que vous pourriez prétendre à 5% est une perte. Vous êtes spolié, et vous le ressentez comme tel à juste titre. Souvent, en plus vous vendez avant terme, soit que vous ayez besoin de votre argent, soit que vous soyez écœuré. 

Quand les taux montent, comme c’est le cas maintenant et comme ce sera encore plus le cas dans deux ou trois ans, votre placement va se déprécier considérablement. Votre obligation, votre bond ou votre ETF ou votre fond de placement va baisser en valeur. Si il ne baissait pas , alors vous le vendriez pour en acheter un autre qui rapporte plus. 

Quand la valeur constatée sur le marché de votre placement aura fortement chuté ; alors, que vont faire les émetteurs? Ben voyons, ils vont vous faire une offre. Ils vont vous dire vous avez acheté a 100 quelque chose qui ne vaut plus que 60 sur la marché, nous vous proposons de vous faire gagner de l’argent et de vous le racheter à …. 65. 

Un émetteur de bonds, d’obligations, de fonds d’Etat est en fait un vendeur à découvert de ce bond. Quand les taux sont bas, ils les vend cher, quand les taux sont élevés, alors, il rachète ce qu’il a vendu à découvert, avec profit réalisé sur votre dos. 

Quand les banques centrales auront réussi à générer une inflation de 4 à 6%, ce qui est leur objectif secret, les taux longs monteront à 7%. Sur les marchés les dettes émises à longue maturité ne vaudront quasi plus rien et ils la ramasseront pour une bouchée de pain. 

Ainsi sera finalisé le plus grand transfert de richesse de tous les temps, sans vote, sans débat, sans guerre. 

Ce ne sera pas le Hold Up du Siècle,

 Ce sera le Hold Up de tous les Siècles. 

Pour comprendre, n’oubliez jamais cette vérité première: 

« Ce que les uns gagnent, les autres le perdent. »

 Ou encore

 « L’argent ne pousse pas sur les arbres, on le prend toujours dans les poches de quelqu’un ».

BRUNO BERTEZ Le Samedi 24 Aout 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON: 

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

8 replies »

  1. Dette publique de l’Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d’euros. Je dis bien : 2150 milliards d’euros.

    Vendredi 23 août 2013 :

    « Euro-rettung, die rechnung, bitte ! »

    « Sauvetage de l’euro, l’addition s’il vous plait ! »

    Après l’annonce du ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble d’un probable nouveau plan d’aide à la Grèce après 2014, le Handelsblatt consacre un dossier à « l’addition » que les Allemands doivent payer pour le sauvetage de l’euro.

    Le quotidien économique allemand critique Angela Merkel, qui s’était dite « incapable d’indiquer le montant du sauvetage de l’euro ».
    « La chancelière poursuit visiblement un but cet été : garder le calme sur le front de l’euro », commente le Handelsblatt, qui a fait ses propres calculs.
    Selon le journal, il en coûte à l’Allemagne quelque « 150 milliards d’euros, dont 42 devraient être rendus disponibles très vite. »

    Handelsblatt pose quelques questions urgentes :
    Est-ce que la politique de Merkel sauve le continent, ou est-ce qu’elle ne fait qu’apporter de la douleur ?
    Quels sont les coûts du sauvetage de l’euro pour le pauvre brave contribuable allemand ?
    L’Allemagne se surestime-t-elle, en voulant sauver la monnaie unique ?

    La une du Handelsblatt :

    Article en langue française :

    http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/4079821-sauvetage-de-l-euro-l-addition-s-il-vous-plait

    J'aime

    • @Balt

      Les banques centrales créent de l’argent potentiel, lequel ne devient véritable argent que lorsqu’il se déverse quelque part. Ce quelque part, elles ne le contrôlent pas, mais comme ce sont les banques qui y ont accès et en sont les bénéficiaires, on peut penser que cet argent va là où il y a la possibilité la plus grande de profits spéculatifs:

      Cela peut être l’immobilier, les matières premières, les fonds d’état, les actions, les instruments de crédit, les produits agricoles, alimentaires etc. Tout est bon.

      C’est parce que le mode de création monétaire passe par les banques que l’inflation touche peu les produits qui composent le CPI, indice des prix à la consommation. Les banques, en l’absence de demande de crédit suffisante, spéculent sur les assets..

      Si les déficits fiscaux venaient à progresser fortement, c’est à dire si les gouvernements injectaient des revenus dans l’économie, et si les créations de monnaie les finançaient alors on verrait de l’inflation dans les indices de prix .

      Pour fabriquer de l’inflation il faut un mécanisme de transmission qui transforme la monnaie potentielle en revenus et pouvoir d’achat.

      J'aime

  2. La Grèce est en faillite.

    Le Portugal est en faillite.

    Lisez ces deux articles :

    Mardi 20 août 2013 :

    Pour Schäuble, la Grèce aura besoin d’un troisième plan d’aide.

    Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré mardi que la Grèce aurait besoin d’un nouveau plan d’aide international.

    « Il faudra qu’il y ait un autre plan en Grèce », a-t-il dit lors d’un meeting électoral dans le nord de l’Allemagne.

    Vendredi 30 août 2013 :

    Portugal : le Premier ministre évoque le scénario d’un autre plan d’aide.

    Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho n’a pas écarté vendredi la nécessité d’un deuxième plan de sauvetage si le Portugal n’arrive pas à mettre en oeuvre une réforme de l’Etat permettant de réduire durablement les dépenses publiques.

    Réagissant au rejet jeudi par la Cour constitutionnelle d’une mesure d’austérité, M. Passos Coelho a évoqué l’hypothèse que le Portugal ne soit pas en mesure de poursuivre son programme de rigueur « sans davantage de financement, sans un deuxième programme d’aide ».

    « Si nous ne sommes pas capables dans les prochains mois de montrer à nos créanciers que la réforme de l’Etat nous permet de réduire les dépenses d’une manière durable, il se peut que nous ne soyons pas en mesure de poursuivre notre chemin sans davantage de financement, sans un deuxième programme garantissant au pays les moyens dont il a besoin », a-t-il déclaré lors d’un déplacement à Bragance (nord).

    http://www.romandie.com/news/n/Portugal_le_Premier_ministre_evoque_le_scenario_d_un_autre_plan_d_aide37300820131941.asp

    Dettes publiques en Europe au premier trimestre 2013 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

    J'aime

  3. Vendredi 30 août 2013 :

    Un article incroyable, ahurissant, sur les mensonges de l’Union Européenne : pendant que l’Union Européenne faisait la morale à la Grèce pendant la journée, elle alimentait la Grèce en billets de banques la nuit en cachette !

    En Grèce, l’argent tombe du ciel.

    par Effy Tselikas (Athènes)

    La Grèce, à court de liquidités, a évité l’implosion grâce à la livraison secrète de cash par l’UE. C’est l’envers du décor de la crise grecque : un pont aérien nocturne a fait ainsi transiter plus de 20 milliards d’euros en billets, ni vu ni connu. Récit.

    http://fr.myeurop.info/2013/08/30/en-gr-ce-l-argent-tombe-du-ciel-12108

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s