L'Etat dans tous ses états, ses impots et Nous

Une Répression financière « à la Polonaise » souffle un Vent de panique à la Bourse de Varsovie

Une Répression financière « à la Polonaise » souffle un Vent de panique à la Bourse de Varsovie

La panique s’est emparée de la Bourse de Varsovie dont le principal indice WIG 20 a perdu plus de 7% depuis l’annonce par le gouvernement polonais d’un transfert d’avoirs du privé au public dans le cadre d’une réforme des retraites. Avec des ventes massives d’actions, l’indice des vingt valeurs vedettes de Warsaw Stock Exchange (WSE), la principale place boursière en Europe centrale, a chuté de 4,63% jeudi, après avoir déjà perdu 2,49% mercredi.

Afin de réduire la dette publique, le gouvernement de Donald Tusk a décidé de transférer la moitié des avoirs des fonds de retraite privés (OFE), investis dans les bons du Trésor, à l’Office de sécurité sociale (ZUS), un organisme d’Etat qui verse les pensions et retraites et dont l’endettement est endémique.

5 replies »

    • C’est vrai, en France on pourrait mettre dans cette catégorie beaucoup de choses: les retraites madelin, les perco, les perp, les article 83 ….tous ces produits dont on ne peut sortir avant la retraite..Ca va donner des idées à Bercy..
      Cette décision polonaise est assez incroyable mais vraie hélas. Après Chypre, il semble se confirmer que le recours à l’expropriation en Europe n’est plus seulement un phantasme réservé aux « findumondistes ». On spolie ses citoyens pour protéger les créanciers étrangers, de quoi nous faire réfléchir

      J'aime

  1. L’enjeu de la crise c’est de savoir qui va payer !

    La crise est, tous les exemples de crise aigüe le démontrent, une crise d’excès de dettes, excès d’endettement, singulièrement, pour les gouvernements. A partir du moment ou en 2009, on a refusé la seule solution juste, à savoir la restructuration des dettes, les haircuts, les moratoires et conversions, tout était joué, la seule question était de savoir qui au plan national et international allait payer pour que la classe des usuriers fasse son plein et que les politiciens continuent comme avant.

    Compte tenu du fait que les gouvernements sont en déficit, que les banques sont en faillite si elles ne sont pas remboursées, il ne reste que le secteur privé. Et compte tenu du fait que les entreprises, tout en étant riches font le chantage à l’emploi, il n’y a donc que les ménages: C’est écrit depuis 2009.

    Tout le reste n’est qu’habillages et degrés. Amputer les retraites en douceur comme en France par des soi-disant réformes, ou prendre comme au Portugal ou en Pologne n’est qu’une modalité. Une modalité parmi d’autres.
    Il faut que l’argent passe de ceux qui l’ont et qui en gagnent, les ménages, dans les poches de ceux qui en manquent , les gouvernements et les banques.

    Le tout est de bien gérer les alliances sociales et électorales pour que ceci se fasse sous une apparente démocratie, c’est à dire avec l’accord des victimes. D’où l’alliance contre nature que je dénonce mais que l’on touche du doigt : classe politique, banques, kleptocratie, minorités, déviants, immigrés, fonctionnaires nationaux et internationaux pour tondre la classe productive moyenne nationale.

    C’est une question d’arithmétique. Quand je m’occupais d’élections, dans les dernières semaines, c’est ainsi que nous raisonnions, par segmentation: On ajoutait des promesses socio professionnelles et catégorielles au projet d’ensemble pour compléter la majorité insuffisante par l’adjonction de minorités. L’entourage de Giscard avait commencé à montrer la voie. Raymond Barre dans sa sagesse l’avait stigmatisée. Il était contre cette coalition d’intérêts catégoriels, qu’il épinglait du nom de corporatisme, comme mode de conquête du pouvoir. Cette pratique, encore marginale alors, s’est largement généralisée. Avec les socialistes Français, on a atteint un sommet.

    C’est une perversion de la démocratie que de constituer des majorités qui n’en sont pas et qui en fait ne sont d’accord sur rien, sauf sur des bénéfices catégoriels. La chute de popularité de tous les présidents, peu de temps après leur élection s’explique par ce phénomène. Personne n’a en vue l’intérêt général. C’est « ôte-toi de là que je m’y mette », c’est la revanche, la spoliation à courte vue.

    J'aime

  2. Le problème économique est politique et économique majeur est la dette des Etats. Il n’y a évidement aucune solution pour les Etats. Mais il y a une solution pour les habitants. Quitter le pays contrôle par l’Etat avant que l’Etat ne confisque tout. N’en doutons pas! L’Etat volera les biens des habitants, s’il le faut, pour espérer survivre quelques mois de plus.
    Aller dans un Etat dirigé par un Etat ayant une gestion normale est, amha, le seule solution pour continuer sa carrière normalement, pour continuer à faire des économies sans risquer de les voir, soudain, englouties.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s