A Chaud!!!!!

Mister Market and Doctor Conjoncture du Samedi 7 Septembre 2013: L’ombre des élections allemandes, Draghi est un génie par Bruno Bertez

Mister Market and Doctor Conjoncture du Samedi 7 Septembre 2013: L’ombre des élections allemandes,  Draghi est un génie par Bruno Bertez

Il est de plus en plus évident que l’Europe est sous cloche. Tout est arrêté, quasi silencieux, on retient son souffle dans l’attente des élections allemandes prévues pour le 22 septembre. Chut, pas de bruit, pas d’éclats de voix, rien qui pourrait gêner Merkel. Tout est comme amorti.

C’est ce que nous avons pensé en suivant la dernière conférence de Draghi. Spontanément, il respecte la consigne implicite de la classe du Pouvoir Européen.

Il y en d’autres qui la respectent encore mieux, ce sont les journalistes. La conférence a donné sous cet aspect un spectacle affligeant. Ils, ces journalistes, sont plus banquiers centraux que Draghi. Ils ont adopté le code verbal, les raisonnements, les articulations de raisonnements. Le travail est tellement mâché pour Draghi, qu’en fait les questions comprennent déjà les réponses; à la limite, le patron du cartel européen des Banques Centrales n’a plus qu’à sourire d’un air entendu et à renvoyer sa future non-réponse à une date ultérieure. Mimétisme, en fait les journalistes viennent pour montrer qu’ils sont à la hauteur, pas pour, comme on dit, « cuisiner » l’interviewer. Les règles implicites, passez la vulgarité, « puent » la connivence, même pour ceux que l’on sent un peu critiques. On ne peut même pas dire que les fleurets sont mouchetés, il n’y a pas de fleuret.

Comme personne, dans l’assistance, n’a dépassé les cours de deuxième année de faculté sur la monnaie, n’a jamais essayé de voir ce qu’il y avait derrière les théories dominantes, on  n’apprend rien, hors ce que Draghi a choisi de dire. Ce qu’il a choisi de communiquer, rien hors de ce mot horrible, qu’il répète d’un air mi rusé, mi satisfait: sa « guidance ». Les pauvres, ils viennent pour se faire « guider »  pour être la courroie de transmission de la guidance du Maître.

Il ne faut pas compter sur ces gens pour faire autre chose que passer les plats, comme des larbins, pour être autre chose que des pisse copies, copiés-collés. Il ne faut  compter sur eux, ni pour démystifier les discours de la classe dominante, ni pour leur faire remonter quoi que ce soit des gens d’en bas.

Sur la Grèce,  question sur les nouveaux besoins de ce pestiféré.

On verra. Ce n’est pas le moment de poser la question d’un nouveau plan, de toutes façons, si nouveau plan il y a, il y aura des conditionnalités! Vous êtes renseignés. Est-ce que les nouveaux besoins sont de 14 ou de 80  milliards? Pas de réponse. Je suis transparent, mais pas au point de dire des choses intéressantes. Le programme en cours expire en 2014, contentez-vous de cela,  vos compétences et votre capacité d’anticipation ne sont pas assez grandes pour que vous ayez droit à ces informations, informations qui circulent en Allemagne. Rien sur une nouvelle PSI, une nouvelle restructuration.

Sur l’Espagne, les réponses sont un monument… d’imbécillité.

En Espagne, tout va bien. Tout est comme on dit, « on track », sur les rails. Les banques se restructurent, elles deleveragent, elles reconnaissent les pertes, elles vendent des assets, elles réduisent leur dépendance à l’égard du système européen. Pour le reste, pour la réalité, derrière le « extend and pretend », rien, circulez, rien à voir.

Les Pays Bas sont sur la bonne voie, mais beaucoup reste à faire.

Il faut des nouvelles mesures d’austérité, reformer les pensions, remettre de l’ordre dans le logement. Les ménages et les banques se désendettent, cela est normal.

On ne parle ni de la France  ni de l’Italie et, bien sûr,  pas de l’Allemagne.

On retiendra quand même quelques idées.

Draghi ne partage pas l’optimisme -de commande et monté en épingle- des gouvernements européens. Il considère que les résultats du second trimestre contiennent un effet climatique transitoire favorable qui les fausse. Il fait remarquer que la création de crédit, seul critère important, continue de régresser doucement. L’emploi ne s’améliore pas.

Au second semestre, les secteurs privé et bancaire vont continuer de se désendetter, de deleverager, ceci va peser sur l’activité économique. Par ailleurs, de nouvelles mesures d’austérité vont entrer en vigueur et prendre leur effet. La prévision de « croissance » de la BCE pour 2013  est cependant, si on peut dire, améliorée, on ne régressera que de -0,4% au lieu de -0,6%; pour 2014, on révise en légère baisse les prévisions à +1% au lieu de +1,1%.

L’inflation officielle reste maîtrisée avec une prévision de 1,8% en 2013 et de 1,3% en 2104. Les anticipations de moyen terme sont tout à fait dans la ligne souhaitée par la BCE.

Comme nous l’avons dit, le crédit est un point noir, il continue de s’étioler; M2 ralentit encore à +2,2% en Juillet contre 2,4% en Juin. Les prêts aux ménages stagnent à +0,3%; les prêts au secteur non financier poursuivent leur régression. La « weak loan dynamics » se poursuit en raison des ajustements de bilans des agents économiques.

Euro zone money supply and private sector loan growth

Sur l’action future de la BCE: La Banque Centrale s’opposera à la hausse des taux si les conditions de liquidité viennent à se resserrer. Elle maintiendra un biais vers la baisse des taux administrés. Elle ne s’opposera pas aux hausses de taux de marché qui seraient provoquées par des nouvelles économiques, mais elle veillera à ce qu’il n’y ait pas de « overreaction ».

La BCE constate une régression de la fragmentation  laquelle, on le sait,  est liée aux craintes sur la re-dénomination des créances/dettes que provoquerait un éclatement de l’euro. Le maintien de liquidités excédentaires s’explique par la nécessité de lutter encore comme la fragmentation.

A noter, petite pique, les taux trop bas en Allemagne ne dépendent pas de la BCE; si les taux sont trop bas en Allemagne, c’est parce que ce pays constitue un « safe haven » qui attire les capitaux peureux ; quand la fragmentation régressera,  les taux allemands remonteront vers des niveaux plus satisfaisants, satisfaisants au sens de la Buba. Bref la relation entre les taux de la BCE et ceux des Bunds n’est pas aussi simple qu’il y parait.

Pourquoi l’OMT a-t-il été aussi efficace? Parce que Draghi est un génie. Il a conçu l’OMT à la perfection pour lutter contre la re-dénomination (voir plus haut) et il était accompagné de conditionnalités crédibles ; cela a suffi  à revaloriser la dette des périphériques cotés sur les marchés secondaires. Donc, surveillez la crédibilité des fameuses conditionnalités!

Enfin, attention, préparez-vous, le fameux « Asset Quality Review » des banques n’est ni un mythe ni une arlésienne, il interviendra bien à la mi-octobre. Enfin, on va savoir ce qu’elles ont dans le ventre! Non, ne rêvez pas, nous croyons comprendre que tout cela ne sera pas aussi transparent que vous auriez pu le craindre ou l’espérer. Nous y reviendrons. Ce qui est sûr, c’est que nous croyons de moins en moins à une opération Vérité.

BRUNO BERTEZ Le Samedi 7 Septembre 2013

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

 

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

4 replies »

  1. Attendons de voir si l’OMT est accepté par les sages de Karlsruhe… si c’est le cas alors oui Draghi pourra être taxé d’être un génie au sens de Machiavel

    J'aime

  2. Dimanche 8 septembre: De qui se moquent-ils?

    La baisse du niveau de vie en France s’accélère. Elle accélère par la hausse des multiples prélèvements fiscaux et sociaux, par la dérive considérable, cachée des prix des biens de consommation courante, elle accélère par la disparition du rendement de toute épargne. Par le fait que beaucoup de choses auparavant gratuites deviennent payantes.

    Les prix sur les marchés populaires, ceux des familles ont fait un bond de 20% sur la plupart des choses courantes. fruits et légumes, poisson, viande: La pomme de terre la moins chère est à 1,5 euro le kilo, le prix moyen pour des variétés spéciales ressort à 2,35 euros. Convertissez en francs d’avant la BCE pour vous faire une idée. Le poisson de base va de 18 euros à 22 , la viande rien de correct en dessous de 22 à 26 euros. Et tout , absolument tout est à l’avenant. pas de possibilité de refuge , même dans les consommations les plus banales..Les carburants sont à un sommet , merci monsieur Fabius le va-t-en guerre.

    Est ce qu’il y a une union monétaire? En Espagne , les mêmes produits étaient 40% moins chers , il y a quelques jours! Dans les supermarchés les écarts pour des produits de même marque que ceux que l’on trouve en France vont de 50%à 100%., si vous ajoutez le fait que tout le monde, comme au Portugal travaille au noir et touche le chomage, on comprend que là bas, soi disant en crise , on ait plus le sourire qu’en France.

    Sur le marché nous avons interrogé les gens, leur demandant trouvez vous que la hausse des prix accélère ou ralentit? Pas une personne n’a trouvé que la hausse ralentissait, pas une seule , tandis que près de 9 personnes sur 10 ont trouvé que l’accélération de rentrée était forte.

    Les mensonges officiels , ils ne s’en rendent même pas compte eux qui ne sortent jamais, , ne servent à rien , vous avez beau affirmer que l’inflation est maitrisée, les ponctions de hausse des prix sont là et ce qui est dépensé en hausse des prix n’est plus disponible pour acheter autre chose. Le vrai problème est là, la manipulation ne sert à rien car dans la réalité, ce qui compte pour faire tourner la machine économique et réduire le chomage c’est le vrai pouvoir d’achat , pas les indices. On ne paie pas avec des indices!

    Les malhonnètes comme Draghi affirment que les anticipations inflationnistes sont maitrisées, Ah bon! les quelles? Celles des ultra-riches qui ne connaissent le prix de rien , surtout pas celui de la botte de radis à 2 euros, ou celles de ceux qui consomment et paient avec leurs sous? Celles des banquiers qui jouent sur les marchés financiers et font des écarts entre les vehicules indéxés qui protègent de l’inflation et les véhicules non indéxés? La fameuse inflation implicite qui n’est rien d’autre que le résultat de la propagande et de l’intoxication des banquiers et gouvernements. Pour eux , il n’y a pas d’inflation , tant que les salaires réels baissent , c’est à dire tant que l’on peut faire baisser le niveau de vie:

    Le peuple , surtout les familles ne cessent de descendre dans la gamme et la qualité des produits achetés. Il y a les produits pour les planqués de l’arrière et les produits , de second choix, chinois, industrialisés, au contenu douteux , pour ceux qui vont au front du combat économique.

    Honte aux syndicats et partis de gauche qui , pour faire croire qu’ils servent à quelque chose avalisent une telle baisse du pouvoir d’achat. Honte à l’INSEE et son repaire de planqués , honte au Conseil Economique et Social.

    Seul le réel compte en termes économiques. Quand il n’y a pas de pouvoir d’achat et pas de possibilité de s’endetter, alors la machine ne tourne pas , pas besoin d’être Moscovici pour le savoir, inutile d’essayer de tromper les gens, le marché et sa dérive des prix sont là et ce sont eux qui disent la véritéde la situation.

    J'aime

  3. Dimanche 8 septembre 2013 :

    Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, n’a pas exclu dimanche une aide "supplémentaire" européenne et a espéré que la Grèce pourrait avoir recours aux marchés en 2014, si elle réalise les réformes réclamées par ses créanciers, UE et FMI.

    La dette grecque s’élève actuellement à 321 milliards d’euros et devrait atteindre 176% du Produit intérieur brut (PIB) fin 2013.

    Depuis le début de la crise de la dette en 2010, la Grèce a bénéficié jusqu’ici d’environ 240 milliards d’euros grâce à deux programmes de prêts successifs accompagnés de mesures de rigueur drastiques et dont le second s’étend jusqu’en juillet 2014.

    http://www.boursorama.com/actualites/grece-samaras-n-exclut-pas-une-aide-supplementaire-europeenne-74414613048bc8a764937b4feb36cac3

    Les contribuables européens ont déjà prêté 240 milliards d’euros à la Grèce. Résultat : aujourd’hui, la Grèce est en faillite totale.

    Donc en 2014 et 2015, les contribuables européens vont lui prêter 11 milliards d’euros supplémentaires. Ce sera le troisième plan d’aide. Résultat : fin 2015, la Grèce sera encore plus surendettée.

    Donc en 2016 et 2017, les contribuables européens vont lui prêter 11 milliards d’euros supplémentaires. Ce sera le quatrième plan d’aide. Résultat : fin 2017, la Grèce sera encore plus surendettée.

    Dette publique de l’Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d’euros. Je dis bien : 2150 milliards d’euros.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    J'aime

    • Il n’y a pas que l’Europe, toute la finance occidentale repose sur du vent, le crédit. Les USA ont une dette de 100 % du PIB, le Japon est à 250 %, ces pays sont en faillite

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s