Agefi Suisse

Chine: Vers l’augmentation de la natalité

Chine: Vers l’augmentation de la natalité

 Les autorités communistes pourraient abandonner la directive de l’enfant unique pour en tolérer deux par couple.

La Chine est le pays le plus peuplé de la planète avec près de 1,35 milliard d’habitants, soit environ 20% de la population mondiale à fin 2012. Cependant, l’accroissement de la population ralentit. En effet, elle a progressé de 1,07% sur la décennie des années 1990, de 0,57% entre 2000 et 2010 et elle augmentera de seulement 0,4% pour la décennie en cours. La population vieillit sous l’effet de l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance qui est passé de 60 ans en 1970 à 76 ans en 2010 et d’une faible natalité, fruit de la directive introduite en 1979 préconisant un enfant par couple. Cette législation est toujours appliquée dans les villes, mais deux enfants sont tolérés dans les campagnes. Or, les Chinois quittent les champs pour aller habiter en ville. Ainsi, la population urbaine a passé de 36,1% en 2000 à plus de 50% aujourd’hui. Il est encore prévu de déplacer près des 250 millions de personnes des campagnes vers la ville où le coût de la vie est plus cher, particulièrement pour élever un enfant. Il en résulte qu’on dénombre 1,6 enfant par femme, ce qui est insuffisant pour éviter une stagnation de la population. Une modeste croissance de la population requiert un taux de fécondité de 2,1 enfants.

Selon plusieurs études, le nombre d’habitants ne progressera guère à l’avenir et plafonnera aux alentours de 1,44 milliard d’ici à 2050. Par contre, le vieillissement de la population en sortira renforcé et se traduira par un recul continu de la main d’oeuvre disponible. Pour la première fois en 2012, la population en âge de travailler (15 à 59 ans) a régressé de 3,45 millions de personnes, passant de 74,5% de la population à 74,3%. Cette proportion continuera de diminuer et sera inférieure à 60% en 2050. La part des moins de 14 ans ne représente plus que 16,6% de la population contre 20% en 2000. Par contre, la proportion de personnes âgées de plus de 60 ans a augmenté à 14,3% contre moins de 10% en 2000. Leur nombre devrait passer de 194 millions aujourd’hui à plus de 230 millions en 2020 et à 480 millions en 2050, soit environ un tiers de la population.

La croissance de la Chine a essentiellement été basée sur l’investissement et les migrations internes. Ces dernières ont procuré une main d’oeuvre abondante et bon marché permettant de développer le secteur manufacturier. Ceci a permis de grossir chaque année les rangs de la classe moyenne. Aujourd’hui, les autorités cherchent à promouvoir la consommation grâce à des hausses de salaire. Ceci renchérit la production domestique et freine l’investissement. Le recul de la main d’oeuvre active suite au vieillissement de la population pénalisera la croissance économique, car il abaisse la proportion de personnes actives et entraîne d’importants coûts pour la société, principalement en matière de santé et de retraites. Dans ce domaine, les autorités songent déjà à augmenter l’âge de la retraite actuellement fixé à 55 ans pour les femmes et à 60 ans pour les hommes à 65 ans pour les deux sexes, car les plus de 65 ans représenteront près d’un quart de la population dès 2040. Le graphique ci-dessus montre la profonde détérioration du ratio personne active par rapport aux personnes de plus de 65 ans, un phénomène par ailleurs général, mais qui est particulièrement abrupt pour la Chine. En 2050, il n’y aura plus que 3 actifs pour financer la pension d’un retraité. La progression des rentes payées par le fonds de pension pour les résidents urbains qui couvre 304 millions de personnes (en hausse de 7,2% sur un an) a été supérieure à celle des entrées de cotisa- tion en 2012. Les dépenses ont progressé de 21,9% à 1,56 billion de yuans et les recettes de 18,4% à 2,9 billions. L’actif du fonds n’est que de 2,4 billions de yuans. La fortune de la caisse de sécurité sociale, créée en 2000, atteint à peine 1 billion de yuans, ce qui signifie que le gouvernement devra bientôt participer à son financement, car un déficit de 18,3 milliards de yuans est prévu pour cette année. En matière de santé, les autorités prévoient de doubler le nombre d’infirmiers qui devrait passer à 4,5 millions en 2020. Il en va de même du nombre de lits dans les maisons de retraite. Les rentes à verser vont également presque doubler dans cet intervalle.

La réglementation de l’enfant unique a des effets pervers en ce sens que naissent 120 garçons pour 100 filles, ce qui signifie qu’en 2020, 24 millions de jeunes hommes n’auront aucun espoir d’avoir des enfants. Elle pousse à des avortements forcés, à des stérilisations, à des décès à cause de grossesses cachées, à l’infanticide des filles et à l’abandon de bébés. Ces éléments néfastes ont d’ores et déjà amené plusieurs politiciens à demander l’abandon de cette directive. Il est fort probable que la politique de l’enfant unique soit officiellement supprimée avant la fin de l’année ou au début de 2014 au profit d’une nouvelle règlementation autorisant chaque couple à avoir deux enfants. Des avantages fiscaux pourraient même être envisagés afin de favoriser l’augmentation de la natalité, surtout en milieu urbain. Le nombre des naissances est actuellement d’environ 16 millions par an, ce qui signifie que la population des enfants de 0 à 4 ans ne progresse que de 0,9% par an. Les experts estiment que le changement de politique familiale entraînera une hausse des naissances d’environ 4 millions par an, dont les deux tiers en milieu urbain, car la directive n’est plus vraiment appliquée dans les campagnes. Ainsi, les enfants de 0 à 4 ans seraient au moins 100 millions en 2018 contre des prévisions actuelles de 83 millions. Ce boom des naissances procurera une importante progression des ventes dans plusieurs segments d’activité liés à la petite enfance.

Le marché des produits pour bébés connait d’importants taux de progression malgré le nombre restreint de naissances, car le revenu disponible augmente ainsi que les besoins en hygiène. Il est important de noter que les prévisions ne tiennent pas compte de l’abandon de la politique de l’enfant unique. Les consommateurs urbains favorisent les produits de marque, au contraire des campagnards qui se concentrent sur les articles meilleur marché de type premier prix (produits sans marque) car leur revenu est nettement inférieur à celui des citadins. Plusieurs segments d’activité bénéficieront de l’accroissement de la natalité, dont la nourriture infantile, les langes et les soins de bébés, qui représentent aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 20mrds de dollars. Les ventes ont enregistré une progression de 24% par an sur la décennie, ce qui signifie que le marché a été multiplié par huit depuis 2000. Le plus grand segment est la nourriture infantile qui représente environ 60% du total, mais le plus fort taux de progression est réalisé par les langes qui représentent environ 30% du marché. Les soins de bébés sont le plus petit segment (environ 10%) et son taux de de croissance est le plus faible (environ 17%). Le confort de bébé, soit les jouets, accessoires et meubles est un segment en plein essor. A terme, l’éducation et la santé seront également des secteurs à favoriser, de même que la distribution, grâce à la hausse de la population.

Le marché de la nourriture infantile progresse actuellement d’environ 23% par an. Les multinationales dominent le marché, car elles ont fortement bénéficié du scandale du lait contaminé à la mélamine qui a affecté les producteurs locaux. Le seul marché du lait pour bébés est estimé à plus de 10mrds d’euros en 2016, soit le double de 2010, ce qui en fait le premier marché au monde. Mead Johnson Nutrition en est le leader. La société a augmenté sa part de marché récemment à environ 13% à fin 2012. Nestlé, suite à l’acquisition de la division nourriture infantile de Pfizer, a environ 10% du marché. Elle est talonnée par un acteur local Hangzhou Beingnmate avec environ 9,5%. Danone perd un peu de terrain mais a toujours 8,6% du marché. Yili reste stable récemment à 7,2% et Biostime (5,2%) gagne des parts de marché.

Le marché des langes est très dynamique, avec un taux de progression supérieur à 25% et il est également très concentré. La progression des ventes fléchit récemment, car elle était supérieure à 30% au début de la décennie, ce qui s’explique par la généralisation du produit. Sans surprise, Procter & Gamble (Pampers) est le leader du marché avec une augmentation régulière de sa part à plus de 45% en 2012. Le producteur domestique Hengan Intl Group a subi une importante érosion de sa part qui ne représente plus que 10%. Il est désormais talonné par Kimberly-Clark et Unicharm qui représentent un peu moins de 9%, mais dont la part de marché augmente régulièrement.

Le marché des soins et accessoires progresse moins que les deux autres segments. Cependant, son taux de croissance a passé de 10% au début du siècle à plus de 17% aujourd’hui. Johnson & Johnson est le leader du marché avec environ 30% en 2012. Cependant, sa part de marché a régressé d’environ 10% depuis 2008. Un acteur domestique, Prince Frog a pénétré le marché en 2011. Il représente déjà 16% du total en 2012. Les autres acteurs sont principalement des sociétés domestiques et leur part de marché ne dépasse pas 4%.

Le marché des jouets est en plein essor. Les ventes ont progressé de 21% par an entre 2007 et 2011 pour atteindre plus de 8mrds de dollars. Le marché est très fragmenté, avec la présence de nombreux acteurs locaux. La production de jouets en Chine a connu d’importants problèmes de sécurité, ce qui a forcé le gouvernement à fermer plusieurs milliers d’entreprises. Les sociétés internationales (Mattel, Toys R US, Hasbro) augmentent leur part de marché et renforcent leur implantation en créant de nouveaux points de production et de vente.

L’impact de la nouvelle politique

Les multinationales occidentales dominent généralement le marché lié à la natalité en Chine. Cependant, pour la plupart d’entre elles, ce segment d’activité ne représente qu’une part modeste des ventes et des profits du groupe.

Par exemple, Danone réalise 6% de ses ventes en Chine et 9% de l’EBIT, une proportion qui pourrait doubler sur les cinq prochaines années. Pour Nestlé, cette activité représente un peu plus de 7% des ventes. Dès lors, la hausse prévisible du nombre de naissances en Chine n’aura qu’un impact marginal. Par contre, certains acteurs locaux réalisent l’essentiel de leurs bénéfices sur les principaux segments concernés.

Malheureusement quelques sociétés, dont Hangzhou Beingmate, ne sont cotées qu’en Chine, ce qui rend un investissement très compliqué pour les étrangers. Le secteur du lait a été secoué par une enquête du gouvernement pour fixation de prix. Des amendes ont été prononcées à l’encontre de six sociétés. Les compagnies actives dans ce segment ont réagi en abaissant les prix, ce qui devrait entraîner une modeste érosion des marges, mais ne met pas en péril la croissance du marché.

Mead Johnson Nutrition (MJN) est le leader mondial de la nutrition infantile, avec un chiffre d’affaires d’environ 4 milliards de dollars. La société réalise 30% de ses ventes et 37% de son EBIT en Chine. Les autres pays émergents représentent 40% du chiffre d’affaires et 42% de l’EBIT. La marge opérationnelle est impressionnante et stable au-dessus de 23%.

La société est toujours considérée comme une proie pour les autres grands acteurs de l’alimentation (Nestlé, Unilever) et se traite en conséquence à un multiple élevé. De plus, elle augmente régulièrement son dividende. Sa capitalisation est de 15,5 milliards de dollars et le P/E attendu 2014 est de 22 pour une croissance bénéficiaire de 11%.

Biostime Intl (1112 HK) est active dans la nutrition et les soins de bébé. Elle a augmenté sa part de marché régulièrement et prend la cinquième place dans la nutrition infantile avec 5,2%. Elle a bénéficié du scandale de la mélamine. La société a créé un club qui offre d’autres avantages aux jeunes mamans et qui compte plus de 1,4 million de membres. Elle est active dans tous les segments de prix et les produits sont principalement distribués dans les magasins spécialisés. La société capitalise 3,5 milliards de dollars et se traite sur un P/E estimé 2014 de 18. Les profits augmenteront de 36% cette année et de 31% en 2014.

Roland Duss  Gonet & Cie/Agefi Suisse 16/10/2013

http://agefi.com/marches-produits/detail/artikel/chine-les-autorites-communistes-pourraient-abandonner-la-directive-de-lenfant-unique-pour-en-tolerer-deux-par-couple.html?catUID=19&issueUID=436&pageUID=13034&cHash=ca436eb44feb03f8515999a0e357bf7f

4 replies »

  1. et donc plus personne ne se posera la question de la surpopulation mondiale… bientôt 9 milliards dans 100 ans 12 ou 15 milliards. est ce que c’est sérieux de penser qu’il n’y a pas de limites ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s