Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Humeur de Loup du Lundi 11 Novembre 2013 : Du ras le bol fiscal à la Marche pour la Révolution Fiscale à la trahison des patrons Par Bruno Bertez

Humeur de Loup du Lundi 11 Novembre 2013 : Du ras le bol fiscal à la Marche pour la Révolution Fiscale à la trahison des patrons Par Bruno Bertez 

Où il est question des  erreurs stratégiques du Patronat. 

 « Ils n’ont pas compris le tourniquet des politiciens, ils n’ont pas compris que la spécialité de la classe politique, c’est de prendre ce que les gens gagnent par eux-mêmes et ensuite de le rendre sous forme de cadeau qui abaisse et rend dépendant. Ils confisquent, puis rendent, mais l’opération n’est pas nulle, car au passage ils raflent le pouvoir. Le patronat est complice du dirigisme, il s’en nourrit, mais au passage il étouffe la France et les Français! »

 C’est vrai, théoriquement, pour être lu, il faut commencer par l’exposé des faits; seulement après, on enfile les commentaires. Nous aimons faire l’inverse, débuter par nos réactions, nos émotions et ensuite, seulement ensuite, en venir aux faits. Pourquoi ? Pour donner le « la », pour mettre tout ce suite dans l’ambiance, pour être lu dans un certain état d’esprit. 

Le Patronat Français, comme la droite politique, est médiocre. Il n’a aucune vision, aucune stratégie. Il est dénué de vrai sens politique, dénué de sens social. Il ne «sent» pas le pays, le peuple, les salariés. Souvent, pour le qualifier, nous disons que les organisations patronales françaises pratiquent un socialisme cooptatif d’entreprise. C’est une élite étriquée, plus soucieuse d’ambitions et de rémunérations personnelles, que de mission de direction de l’économie du pays. En fait, ces gens ont renoncé. Au lieu d’être perçu comme le fer de lance du pays, le phare, le patron français est considéré comme un profiteur, sans cœur et sans conscience. 

La classe des patrons  n’a pas compris que dans un pays divisé, clivé, polarisé, il faut savoir nouer des alliances, il faut participer à un ou des fronts sociaux. Elle  n’a pas compris que sur le long terme, faire copain -coquin- avec la finance, la banque, les politiciens, cela ne suffit pas. Ce qui protège contre le socialisme, c’est le peuple, les classes moyennes, les entrepreneurs individuels, les petites entreprises, les artisans. Ce qui protège des hold-up des Sarkozy, des Hollande, c’est la vaste  classe qui produit, qui entreprend, qui risque, celle qui accepte les responsabilités. 

Dans une optique de long terme, ce qu’il faut faire, ce n’est pas déjeuner entre énarques pantouflards, inspecteurs des finances, polytechniciens ou centraliens ; Non, ce qu’il faut, c’est gagner le cœur  et la tête des gens, des citoyens. C’est avec les bataillons de la classe moyenne que l’on gagne la bataille de la liberté d’entreprendre, la bataille de l’économie de marché, la bataille de l’initiative privée. Et la bataille du profit. 

Le patronat français est absent de tous les combats culturels, de tous les grands débats, comme si ce qui se passe dans la société civile ne le concernait pas. Les choses se sont encore aggravées depuis que le MEDEF ou l’UIMM ont été pris la main dans le sac en train de distribuer des enveloppes. La découverte d’un pot aux roses, que tout le monde connaissait, a donné raison à ceux qui défendent l’idée que le patronat ne doit s’intéresser et ne défendre que l’entreprise. 

Comme si l’entreprise existait en dehors des hommes qui la composent! 

Ah le mythe de l’entreprise, comme il est utile pour défendre le profit tout en niant le capitalisme, comme il est utile pour défendre le salaire des dirigeants, mais pas la richesse des propriétaires. Comme il est utile pour passer les plats aux socialistes qui ne demandent que cela, que l’on défende les entreprises parce qu’elles créent des emplois, mais qu’on leur crache dessus parce qu’elles gagnent de l’argent et enrichissent leurs propriétaires.  

L’erreur majeure du patronat est de ne pas comprendre que tout se tient, précisément réuni dans un entité concrète, une vraie réalité qui est celle de l’entreprise et cette réalité englobe les salariés, les clients, les propriétaires et les managers. Et pas seulement Gattaz, Moscovici, Sapin, Hollande ou Gallois. Lorsque le gouvernement a voulu spolier les salariés au niveau de leur salaire direct ou indirect, avez-vous entendu une voix de ces gens pour s’y opposer, pour dire: Attention, gare! Non l’austérité, le rabotage des salaires, des retraites, des prestations, ils aiment cela, ils aiment jouer à la lutte des classes, grimacer avec le couteau entre les dents. Ils aiment apparaître comme les ennemis du peuple, voilà leur ligne directrice. Pas un n’a dit attention, si vous réduisez le pouvoir d’achat, vous réduisez nos débouchés, vous nous forcez à licencier. Le mythe de l’exportation est complémentaire du mythe de l’entreprise. Avec l’entreprise, on occulte la nécessité du capital et de l’accumulation et de la richesse ; Avec l’exportation, on se permet d’oublier qu’il faut d’abord et avant tout un marché national fort, prospère. Une base pour étaler ses frais, ses charges, ses coûts. Il faut que les salariés gagnent de l’argent. 

Avez-vous entendu un officiel du patronat prendre position, débattre de la financiarisation, du poids du secteur bancaire, s’indigner que l’on presse le citron des citoyens pour honorer les créances des banques? Non, pas un n’a élevé la voix. La malheureuse ancienne présidente, Parisot, n’est intervenue que pour mentir et oser affirmer, avant d’être démentie 15 jours plus tard par le FMI, qu’il n’y avait pas de problème chez les banquiers. C’est là où l’on voit le glissement, glissement qui fait que le pouvoir passe de la production à la finance et à la banque. Sûr, qu’ils seront contents quand on confisquera 10%  des dépôts bancaires des Français, cela évitera les augmentations de capital et les managers pourront rester en place. 

Le 1er Décembre, les gens qui sont contre le système libéral, contre le système capitaliste, contre la propriété privée vont défiler. Le thème de leur rendez-vous sera  « Pour la Révolution Fiscale ». En clair, ils vont défiler pour que ce soient les autres qui paient, pas eux. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Alors que le vécu de la société civile, c’est le ras le bol fiscal, ce que veulent ces gens, c’est que les autres paient, pas eux. Pas les troupes des socialistes solfériniens, pas les troupes de Mélenchon, pas celle de Sud ou des syndicats de fonctionnaires. Non la révolution fiscale à laquelle ils pensent, c’est celle qui tondra encore plus les classes moyennes supérieures et les classes moyennes tout court. Avec encore plus de surveillance, de contrôles et de brimades. 

Et eux ne se gêneront pas pour faire les amalgames avec les fameux cadeaux aux patrons: les sociétés globales qui ne paient pas d’impôts, les sociétés qui bénéficient de dégrèvements fiscaux  et sociaux, les managers du CAC 40 qui se versent des millions d’euros  plus ou moins fiscalisés, etc.  Ils feront tout pour vous enfoncer, pour vous faire passer pour des profiteurs,  comme si c’était vous qui bénéficiez de tout cela. 

L’un des thèmes majeurs, et ils ont bien choisi, ce sera le cadeau aux patrons des 20 milliards du CICE, le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi. Quoi de plus scandaleux,  en effet, que ce cadeau financé par les citoyens, par la hausse de 7 milliards de la TVA au premier janvier. Le CICE, c’est la moitié de l’impôt sur les sociétés, ce n’est pas rien.  Est-ce que cela va améliorer la compétitivité, créer des emplois ? Bien sûr que non, car, en l’absence de demande, il faudrait être idiot pour investir. Les bénéficiaires de la CICE seront d’abord  le commerce, puis la construction. Seuls 20% du CICE irait à l’industrie. Parmi les firmes, celles qui seront les plus favorisées seront GDF, EDF, Vinci et Carrefour. Ont-elles vraiment besoin d’aide? D’aide sur le dos des contribuables et des consommateurs? 

L’exemple de ce qui s’est passé avec le cadeau fiscal aux hôteliers et restaurateurs n’a pas servi de leçon. On leur a fait un cadeau idiot qu’ils ont accepté en échange d’embauches et de hausses de salaires, et pendant deux ans, on les a traités de voleurs, de profiteurs, leur image déjà mauvaise a encore trouvé le moyen de se dégrader. 

Celui qui donne tout, peut aussi tout reprendre et tout cadeau a une contrepartie, en particulier en terme de perte de liberté. Au lieu de ne demander qu’une chose, la liberté de gérer, les patrons français baissent la tête et tendent la main. Ils n’ont pas compris le tourniquet des politiciens, ils n’ont pas compris que la spécialité de la classe politique, c’est de prendre ce que les gens gagnent par eux-mêmes et ensuite de le rendre sous forme de cadeau qui abaisse et rend dépendant. Ils confisquent, puis rendent, mais l’opération n’est pas nulle, car au passage ils raflent le pouvoir. Le patronat est complice du dirigisme, il s’en nourrit, mais au passage il étouffe la France et les Français.

BRUNO BERTEZ Le Lundi 11 Novembre 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

10 replies »

  1. Monday, 11 November 2013
    Un cerf…un sanglier…..et c’est quoi ça Papy
    Pitchounette:c’était un socialiste
    et c’était quoi un socialiste Papy
    -Ce qu’on sait,c’est que ça se trouvait pas dans les têtes
    dans les têtes c’est simple:on n’a rien trouvé
    Posted by Robertespierre at 07:18 No comments:
    Email ThisBlogThis!Share to TwitterShare to Facebook

    J'aime

    • Pendant une dizaine d’années au moins et jusqu’en 2008
      il suffisait de « placer » même un peu dans le système boursier
      l’argent rapportait
      les multi nationales l’ont bien compris
      chacun à son niveau est devenu une banque
      tant que ça va :on ferme les yeux
      pendant ce temps le type qui continuait à croire à la valeur travail comme moi était le couillon
      conscient mais couillon
      aujourd’hui
      « je » vous présente la facture
      « fainéants :bossez » c’est ce que vous entendez à pôle emploi(mieux enveloppé la formule!)
      ah! mais y’a plus de boulot
      forcement
      « je » n’ai pas été très nombreux
      ceci dit
      dans mon pays je suis bien désolé que les meilleurs dans l’ensemble y aient laissé leur peau14-18
      que voulez-vous..on fait avec les restes
      c’est tellement plus facile d’aboyer avec la meute
      et mettre des « étoiles jaunes » pour de la musique
      mais vous avez quoi dans la tête?
      c’est pas un film bon sang
      d’abord:commencez à bosser sur le fait que les retraites c’est une invention du 20ème siècle
      et maintenant on est dans le 3ème millénaire
      et votre retraite vous devrez aller la chercher avec vos dents

      en Français on dit
      Y’A PLUS DE SOUS!

      J'aime

  2. Même les patrons de PME indépendantes ou familiales n’ont rien vu . Ils ont commencé à voir lorsque Depardieu vrai créateur de richesses comme eux s’est fait cracher dessus. L’affaire Cahuzac a commencé à renverser la vapeur.

    J'aime

  3. je vous remercie de ce petit texte en forme d’humeur qui présente à merveille les conservatismes de la société française. Et la pertinence de vos propos sur ce que vous appelez le « patronat  » français. Nul doute qu’il a aussi sa part de responsabilité dans la situation actuelle. Peut-être parce que c’est avant tout un patronat orienté vers la consommation (et non plus vers la production) obligé de quémander avec les pouvoirs publics pour organiser son système de rente… à voir … en tout cas, je le trouve lamentable.
    Je profite de cette tribune pour faire la promotion de mon blog : http://www.limperialiste.com qui parle aussi d’économie, finance.
    Et merci pour le votre, dont je rate rarement les tribunes et les superbes infographies.
    Fulgence Ridal

    J'aime

  4. le patronat francais est pour la non monnaie euro fort qui detruit l ` economie france en imports , normal , plus il est fort plus ils paient moins cher les delocalisations d`usines et l`export des emplois vers les pays a monnaies faibles , les produits de ces usines , reviennent en imports par la grece et les pays de l`est , vendus en rayons en euro fort avec une marge de 170 % en moyenne , de plus le grand patronat france a delocalise leurs sieges sociaux dans les paradis fiscaux , pas besoin d`aller loin , les pays bas suffit , ca leur permet de payer moins d`impots , resultat , la france utilise une non monnaie qui ne sert que le grand capital , les banquiers sans frontieres…le peuple il agonise…vive l`euro !!!!

    J'aime

  5. Pour faire simple et rapide : Le fordisme des trente glorieuses c’était l’Etat au service des salariés (et de la classe moyenne), le néolibéralisme ce n’est pas la place au marché, comme il disent, c’est l’Etat au service du capital (grand). Le marché n’est qu’un prétexte… comment le marché, qui fonctionne par optimisation à court terme, pourrait-il produire un projet à long terme ? Impossible car une addition d’optimisations successives de court terme ne peut générer, par exemple, un projet de développement principalement autocentré.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s