Le Chiffre du Jour: La masse monétaire US a triplé en cinq ans sans effet sur l’économie réelle

Le Chiffre du Jour: La masse monétaire US a triplé en cinq ans sans effet sur l’économie réelle

Suite à la crise de 2008, celle dont les financiers attribuent volontiers la cause à l’explosion de la bulle des crédits la Réserve fédérale américaine à procéder à Impression de monnaie à gogo (impression de 85 milliards de dollars chaque mois ainsi que plusieurs injections de monnaie fraîche lors du «Quantitative Easing» I et II (presque 3000 milliards), de l’historiquement jamais vu, et à une baisse drastique des taux d’intérêts dans le but de relancer la machine économique. Conséquence, la masse monétaire aux Etats-Unis aura triplé sur la période 2008-2013 et atteint désormais les 4 billions de dollars.

A titre de comparaison, avant la crise financière de 2008, celui-ci ne dépassait pas 900 millions. Pour rappel, les actifs portés au bilan de la Fed sont notamment composés d’obligations du Trésor pour 2.200 milliards de dollars, de titres adossés à des créances hypothécaires pour 1.500 milliards et d’autres actifs immobiliers.

Il est judicieux de faire la distinction entre M0 et M2 qui sont pour rappel des notions de comptabilité nationale. M0 (base monétaire) représente l’ensemble des pièces et billets en circulation auquel vient s’ajouter les réserves des banques commerciales déposées auprès des banques centrales tandis que M2 représente l’ensemble des pièces et billets en circulation auquel vient s’ajouter l’ensemble des dépôts. Historiquement, il existe une relation relativement stable entre M0 et M2.
Cette relation a été cependant chamboulée à partir de 2008, où l’on constate une augmentation massive de M0 par rapport à M2. Il est possible d’expliquer ce phénomène par le fait que les banques commerciales qui se sont vu octroyées du cash n’ont pas forcément à leur tour redistribué ce nouvel argent sous forme de prêt et que pour l’instant, il est thésaurisé dans les coffres de la FED rémunéré à 0% ou injecté dans le marché des actions ce qui expliquerait les new high de cette année.

Permalien de l'image intégrée
Mais au niveau de l’économie réelle la volonté de la Fed à imprimer de l’argent n’a pas changé le taux de participation au marché du travail qui a continué de plonger.

Et malgré l’impression massive de la Fed du 4 billions de dollars, le revenu médian réel des ménages américains a baissé puis stagné tandis que le revenu des 1% les plus riches a atteint des niveaux stratosphériques.

Permalien de l'image intégrée



Catégories:Emploi, formation, qualification, salaire, Etats-Unis, Le Chiffre du Jour, Marchés Financiers et Boursiers Actions, Mon Banquier est Central, Monétarisme

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. La grande déflation monétaire du XXIe siécle va-t-elle se poursuivre ? Par Pierre Leconte « Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  194 followers

%d bloggers like this: