A Chaud!!!!!

L’Edito du Dimanche 9 Février 2014: Faut-il suivre le Consensus? Non ! Par Bruno Bertez

L’Edito du Dimanche 9 Février 2014: Faut-il suivre le Consensus? Non ! Par Bruno Bertez

L’opinion dominante domine. On fait semblant de croire. Le consensus actuel est un consensus Potemkine sur une économie Potemkine et une finance mondiale zombie.

 Nos sociétés aiment le consensus. Nous irions même plus loin, elles ne peuvent plus s’en passer et encore moins s’en écarter. Il est presque devenu immoral de s’écarter du consensus de la pensée dominante. Le mouvement de « moralisation » de la société impose ses règles, ce qui fait de ceux qui ne les suivent pas, des renégats, des extrémistes, des fondamentalistes dangereux. Cela est vrai dans le domaine des mœurs, on le voit chaque jour lorsqu’on ouvre la télévision, les opposants aux innovations sont de dangereux fascistes.

Cela est vrai en matière économique ou financière. Ceux qui doutent des politiques menées, qui contestent le bien fondé des actions de régulation, ceux qui achètent de l’or, ceux qui conservent leurs liquidités sont des mauvais citoyens, des rebelles.

Permalien de l'image intégrée

Mieux, ils ont responsables, par leur doutes et leurs propagandes, de la médiocrité des résultats obtenus par les pouvoirs en place. Si on n’obtient que des résultats insuffisants, c’est parce que l’on rencontre des obstacles: il y a des gens qui s’opposent aux politiques justes et nécessaires, ils empêchent que l’on puisse les conduire aussi loin que l’on devrait. C’est la position de Krugman par exemple, et il n’hésite pas, en tant que représentant « du progrès », à stigmatiser ceux qui veulent mettre un frein ou un bémol aux aventures.

La dictature du consensus est l’un des éléments qui nous fait écrire qu’il n’y a plus, compte tenu de la dérive de la société, d’économie de marché, il n’y a plus ce que l’on appelle « confrontation ».

C’est un peu ce qui se passe en matière d’opinion, le débat a été remplacé par l’autocensure. Résultat, au lieu que la confrontation fasse ressortir un optimum, une vérité, on s’enfonce dans le sens unique des erreurs partagées, communes, dominantes. Dans ces conditions, ce qui ne va pas, ce qui n’est pas adapté, ne peut se manifester et se résoudre que par des crises violentes, par la non-linéarité explosive. La dissymétrie militaire produit le terrorisme, le consensus économique et financier produit le terrorisme de la Crise. Les règles du jeu sont balayées.

Le consensus, en ce début 2014, est que nous sommes sur la bonne voie. La reprise de 2013 a été modérée, mais celle de 2014 sera plus assurée. Surtout ses bases sont plus solides, ceci est confirmé n’est-ce pas, puisque la Réserve Fédérale américaine peut réduire ses achats de titres à long terme. Cette décision rend crédible le scénario dominant, pense-t-on. C’est une sorte de validation. 

De même, la baisse de l’or valide l’idée suggérée Mezzo Voce par Bernanke que les risques ont fortement diminués et que nous sommes sur la voie de la normalisation. La hausse des Bourses va dans le même sens, elle prouve, par leur performance, que l’activité mondiale va dans la bonne direction, que la confiance revient, que les vents contraires, comme l’on dit, sont moins forts. Peu importe que la reprise soit artificielle, qu’elle soit due à l’arrêt en Europe des efforts d’austérité, à la politique monétaire ultra-accommodante, aux taux d’intérêt nuls et aux assurances -Put- données par les Banques Centrales. Non, on veut croire que l’inversion des causes et des conséquences est efficace. Si les conséquences de la reprise sont là, alors c’est que la reprise va venir! Nous sommes au cœur du problème théorique posé par la crise, ce n’est pas le réel qui compte, ce sont les perceptions et, si on réussit à modifier les perceptions, alors on peut sortir de la crise. L’esprit produit la matière, les incantations. C’est une autre formulation du problème de la transmission. 

Dans le cadre de la dictature du consensus, il est mal venu de douter de la parole des Maîtres. Nous l’avons expliqué plus haut. Comme le disait Nietzsche, « fais ce que tu veux, mais ne t’écarte pas du troupeau ».  Celui qui réussit le mieux, tant que la Crise ne vient pas réconcilier le réel et les perceptions, c’est celui qui intériorise le mieux la pensée dominante. Et la pensée dominante dit: Ils ont réussi. 

politics SOCIALISM: SHUT UP AND OBEY

Pas tout à fait quand même, car il faut maintenir le paradis sur terre, le Goldie Locke généralisé: ils ont réussi, mais pas au point que l’on puisse se permettre de revenir à des taux d’intérêt normalisés ou sur la voie de la normalisation. Non, les taux, dit-on,vont rester bas très longtemps et les liquidités ne vont pas manquer. La manipulation des perceptions impose le paradoxe d’une situation en voie de normalisation mais, en même temps, suffisamment obérée pour que la croissance reste lente très longtemps et que le loyer de l’argent reste collé au plancher.  

Il en va de même du Risque! Peu importe la déstabilisation des émergents, de l’Inde, de la Russie, de la Turquie, l’impasse chinoise, rien n’affecte le prix du risque. Nous sommes dans un monde dissymétrique ou le « bien » gratifie, mais où le « mal » ne fait pas souffrir.  Le taper américain ne pénalise pas les Etats-Unis, au contraire, il pénalise les autres, on a réussi le miracle de la dissociation des coûts et des produits, des causes et des effets. C’est durable, la transmission, l’interconnexion des économies, des marchés, des banques, s’arrête aux portes de l’année 2014. Les émergents, locomotives de la croissance d’avant, sont en difficulté, voire en chute libre, ils font face à des pressions inflationnistes, à des déficits extérieurs impossibles à financer, à des masses de dettes difficiles à refinancer, ils doivent pratiquer des politiques monétaires restrictives, lutter contre le surendettement privé, freiner la chute de leur compétitivité ; pfutt, tout cela n’est que billevesées, détails mineurs. On nous vend la soupe du taper sans mal ou douleur! 

Le Brésil : un cas d’école

Le Brésil est un cas extrême avec une devise qui a été maintenue artificiellement à des niveaux insoutenables en attirant les capitaux qui profitaient de rendements supérieurs à 10% pour une inflation qui tournait entre 4 et 6%. Cela a creusé la balance courante des paiements avec un pic de 81Mds de $ en 2013, qui n’inquiétait nullement les investisseurs jusqu’à ce que les perspectives d’argent moins facile aient fini par faire peur aux investisseurs. Comme des moutons de panurge, ils se sont tous retirés à la hâte entraînant la chute de la devise. Il faut reconnaître que dans le cas du Brésil la correction sur la devise avait commencé bien avant l’annonce de la fin du QE et la hausse des taux depuis un an n’a pas pu arrêter la chute de la devise. Le Brésil, l’un des constituants du célèbre bloc des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Sud Afrique), est en plein désarroi avec une croissance économique revue constamment à la baisse passant de 4% espérés il y a un an à 2% actuellement pour 2014. Il y a des fortes chances que le résultat final soit encore bien inférieur à ce chiffre. Source Jacques Chahine

Peu importe la situation de la Chine, en attente de sinistre financier et bancaire, rien ne peut  affecter le scénario imposé par les dominants, nous sommes sur la voie du retour aux normes, on vous le dit. C’est la fin de l’histoire, la fin des marchés, ces institutions et lieux barbares où se confrontaient les contradictions et opinions contraires. Les individus, s’il en existe encore, sont conviés à se convaincre que si cela ne marche pas, c’est de leur faute, parce qu’ils sont récalcitrants, ils osent ne pas croire. Il n’y a plus de vie, plus d’incertain, il n’y a que des modèles auxquels le citoyen ou l’agent économique sont invités à a se plier, mieux, à se conformer car plier ne suffit pas, il faut intérioriser. 

La Chine présente un autre danger systémique

Le pays présente une balance courante excédentaire de 200Mds de $, en recul certes par rapport aux années avant la crise à400Mds, mais largement suffisante pour voir sa monnaie continuer de s’apprécier. Le problème spécifique à la Chine est son « shadow banking » bien connu de tous et que tout le monde s’accorde à voir éclater un jour.

Un point nous a toujours frappé dans l’économie Chinoise : c’est la précision avec laquelle une croissance économique décrétée par le haut se réalisait à la décimale près. Ainsi, le Parti ayant décidé de faire passer le rythme de croissance de 9.5% à 7.5%, le résultat 2013 est pile 7.7%. Il est assez amusant pour un statisticien de constater qu’il n’existe pas une série de PIB en valeur absolue ou en valeur réelle corrigée de l’inflation.

La croissance du PIB chinois se réalise comme un métronome

L’explication de ces performances est à la base du système économique chinois. La consommation des ménages, qui est le secteur libre, ne représente pas plus de 36% du PIB, contre plus des 2/3 aux Etats Unis. A l’inverse l’investissement, majoritairement sous le contrôle de l’Etat et des provinces, représente presque la moitié du PIB. Il est donc possible pour le gouvernement central de décréter le type et le montant des investissements parfois pharaoniques qui sont à faire. D’où la création de villes fantômes avec des aéroports fantômes dans des provinces reculées et des investissements industriels sans étude sérieuse de rentabilité. Et quand ce n’est pas l’Etat ou les provinces qui ont investi, le « shadow banking » a fait le complément avec des rendements sur le papier alléchants. Or la contraction de la demande mondiale suivie d’une forte détente sur le prix des matières premières a rendu beaucoup de projets fortement déficitaires. Les premières faillites sont apparues dans le secteur avec un trust de 500M$ qui a prêté à 12% à une compagnie minière qui est maintenant acculée à la faillite. Des incidents de même nature dans le passé ont été soigneusement compensés par les autorités et le système bancaire pour ne pas effrayer. Derrière ce trust, se cache la plus grosse banque chinoise ICBC qui n’a plus très envie de porter le chapeau. Est-on à la veille de l’éclatement du « subprime » à la chinoise ?

L’investissement représente 48% de l’économie chinoise !

L’environnement chinois est appelé incontestablement à se modifier et plutôt rapidement, car une croissance basée sur une économie où l’investissement représente 50% du PIB n’est plus soutenable, d’autant plus que l’investissement planifié à la méthode communiste présente ses limites. Les exportations ont également cessé d’être le moteur principal de la croissance : leur part est passée de 9% avant la crise à moins de 3% actuellement sous l’effet de pays émergents plus compétitifs, une mécanisation devenue rentable avec la hausse des prix et le début du « reshoring » ou rapatriement de certaines activités délocalisées. C’est le cas notamment des Etats Unis où l’effondrement des prix de l’énergie et particulièrement du gaz de schiste a permis ces mouvements.Le parti communiste chinois pourra de moins en moins décréter les niveaux de croissance à réaliser et devra résorber les bulles qui se sont accumulés dans le système financier en laissant le marché décider de la rentabilité des investissements.

De la même manière qu’il faut participer aux croisades contre l’alcool, contre la vitesse en voiture, contre l’obésité, contre le sexisme, contre le racisme, contre les discriminations, contre le sida, contre la maladie d’Alzheimer, il faut participer à la bien-pensance économique. Le bon citoyen n’est pas seulement celui qui accomplit tout ce que la pression sociale lui impose, non! Il faut qu’il pense juste en matière économique et financière: qu’il arrête de rappeler que deux et deux font quatre, que les dettes ne font que s’accumuler, que les chiffres du chômage ne veulent rien dire, que la précarité devient insoutenable, que les inégalités mettent en péril les équilibres sociaux et économiques, que les retraites et la protection sociale ne sont plus financées, que l’éducation périclite,… que les soi-disant succès sont dus à la répression, à la multiplication des mensonges et à la dissimulation, aux pertes de libertés… 

On peut cependant, on en a encore le droit, faire quelques observations qui doivent modérer l’enthousiasme béni oui-oui. 

1.           On a déjà connu en 2010 des débuts de reprises  semblables à celles que l’on connaît maintenant, puis on en a encore connu fin 2011, début 2012: sans lendemain..

2.           La reprise actuelle aux Etats-Unis repose sur un stockage anormal, hors effet de stockage, la demande finale reste atone malgré la baisse de l’épargne. On navigue sur une croissance de la demande finale de 1,6 à 1,7%..Le rythme de  progression de la demande finale depuis le début de la reprise est moitié moindre que le rythme historique d’avant 2007.

3.           La reprise du logement n’est pas le fait des utilisateurs de logements, mais elle est due à la monétisation de l’asset logement locatif par les géants financiers qui ont accès à l’argent gratuit.

4.           Le ratio  de dette des ménages sur les revenus ne s’est amélioré que partiellement.  Le ratio est à 109% contre 135% au sommet de la crise, mais le ratio normal historique est un peu au-dessus des 70%. Certes il y a une marge pour une reprise intercalaire, temporaire, avant la rechute, mais l’assainissement est d’autant plus insuffisant que le service des dettes n’est pas à son prix, il est subventionné par la politique de la Fed. 

5.           Par ailleurs les revenus réels salariaux stagnent ou régressent par le temps partiel. L’an dernier, le revenu réel a enregistré sa plus forte chute depuis 1974. Le revenu médian des salariés a chuté pour la cinquième année consécutive. Pour compenser, il a fallu que le crédit à la consommation progresse de 22% au cours des trois dernières années. La dette totale de consommateurs américains a rejoint les 11, 4 trillions. Plus de 46 millions d’Américains vivent sous le seuil de pauvreté, les foods stamps, autre nom de la soupe populaire, sont distribués à 47 millions de familles. Enfin la durée moyenne du chômage continue de monter, on est à 37,1 semaines contre moins de 20 semaines il y a cinq ans. La soi-disant reprise ne touche que la partie plutonomique de la population.

6.           L’épargne est la moitié de ce qu’elle était dans les trente années d’avant l’an 2000

psr0207614

7.           L’emploi est un village Potemkine. Le vrai taux de chômage, si on corrige pour tenir compte du découragement des demandeurs d’emplois, le taux de chômage est supérieur à 11%, plus près de 12. La participation au marché du travail, seul véritable critère qui témoigne de la solidité de ce marché, est de  62,8% contre une moyenne de plus de 66%. Le pourcentage d’Américains au travail ne cesse de chuter, on est à 58,6% contre 60,6% il y a cinq ans.

he unemployment rate fell from 6.7% to 6.6% while the U6 underemployent rate fell from 13.1% to 12.7%. Both remain higher than any point from 1995 to 2008.

unu6jan14

Even labor force participation rose to 63.0% (1978 levels).

lfpjan14

Average hourly earnings rose 1.9% YoY. Here is a chart against real median household income (green).

wagesrmincjan

8.           Le chômage des hommes rejoint celui des capitaux, les bénéfices ne servent pas à investir, mais à racheter les actions, à augmenter les distributions, à soutenir les cours  de bourse, à inflater les trésoreries. Et engraisser les firmes de Private Equity.

Apple rachète 14 milliards de dollars de ses actions

Sous la pression du milliardaire Carl Icahn, le groupe informatique américain Apple a accéléré le rachat de ses propres actions lors des deux dernières semaines et n’exclut plus d’acquérir de grosses entreprises.

Dans un entretien au Wall Street Journal publié jeudi sur le site internet du quotidien des milieux d’affaires new-yorkais, le directeur général, Tim Cook, a révélé que la marque à la pomme avait racheté pour 14 milliards de dollars de ses propres actions. L’opération s’est faite en deux étapes: Apple a d’abord racheté «en accéléré» et en bloc 12 milliards d’actions et, ensuite, il s’est procuré 2 milliards sur le marché.

Elle entre dans le cadre de son programme de rachat de 60 milliards d’actions sur deux ans annoncé l’an dernier, a précisé le successeur du charismatique Steve Jobs. En un an, le groupe en est déjà à 40 milliards d’actions rachetées, selon son dirigeant, qui dit avoir été surpris par la chute du titre après la publication de ses résultats annuels fin janvier. L’action du fabricant des iPhone et iPad avait dégringolé de 8% dans la foulée de ses résultats sur des craintes au sujet de sa rentabilité future. Elle a terminé quasi stable jeudi, à 512,51 dollars, à Wall Street.

Plus de dividendes

Cette annonce intervient alors que l’investisseur activiste Carl Icahn lui demande d’intensifier son programme de rachat d’actions, une façon indirecte de rémunérer ses actionnaires et de valoriser le titre. Le milliardaire, réputé pour ses raids boursiers hostiles et son interventionnisme sur les activités des entreprises où il investit, a accru ces derniers jours ses investissements dans Apple et possède désormais quelque 0,9% du capital.

Carl Icahn entend demander aux actionnaires, lors de l’assemblée du groupe le 28 février, de voter une augmentation de 50 milliards de dollars du programme de rachat annoncé, ce qui représenterait un plan total de 110 milliards, soit quasiment le quart de la valorisation (457,15 milliards de dollars) d’Apple jeudi soir à la bourse de New York. Source Le Temps

9.           Le taux de profit global a touché un sommet entre la fin 2012 et la mi-2013. Le système capitaliste est un système de production de profit et  le taux de profit est le moteur du système tant en tant qu’objectif qu’en tant que carburant, son cycle précède les véritables cycles plus visibles. 

La fin du QE sonne le retour vers les fondamentaux, et le moins que l’on puisse dire est que les résultats Q4 et surtout les perspectives 2014 ne sont pas appétissants. 2013 se termine sur une hausse de 7% des profits, partiellement gonflée par la sortie des indices de sociétés déficitaires comme Sprint ou TMobile. Les prévisions 2014 sont revues à la baisse, passant de 10 à 8% en l’espace de deux mois. Nos objectifs inchangés sont de 5.5%. Source Jacques Chahine

Notre conviction est que: 

  • 1)           On confond, par le jeu des moyennes, la reprise avec la poursuite de l’enrichissement des plus riches et ultra-riches 
  • 2)           Une vraie reprise doit toucher le fond du pays, il faut que les alevins prospèrent pour que les gros poissons grossissent, et faute d’alevins, la reprise va manquer de relais 
  • 3)           La régression du déficit du gouvernement va accélérer l’érosion des marges bénéficiaires, à moins que les mises au chômage ne recommencent à progresser 
  • 4)          Le taper est psychologiquement et ensuite mécaniquement l’équivalent d’un resserrement, lequel est masqué temporairement par les mouvements de capitaux qui fuient la périphérie.

President Obama Laughs with Aides on Air Force One

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 9 Février 2014

llustrations et mise en page by THE WOLF

EDITOS PRECEDENTS: L’Edito du Lundi 3 Février 2014: Une autre vision de la Crise, une bien triste sortie de Crise par Bruno Bertez

EN BANDE SON:

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE ( Source et Remerciements à Maître Confucius)

COLLAPSE UPDATE

1…lancement du paiement via reconnaissances des veines..ce qui rejoint la volonté de la FED d’instaurer un moyen de paiement plus rapide..us postal se lance dans la monnaie numérique

http://www.my9nj.com/story/24654417/a-new-way-to-make-payments

http://www.americanbanker.com/issues/179_24/fed-pushes-ahead-with-vision-of-faster-payments-1065420-1.html

http://www.foxnews.com/us/2014/02/06/bankers-balk-as-postal-service-floats-plan-for-payday-loans-digital-currency/ 

2…karlsruhe condamne l’omt mais renonce à agir

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140207trib000814195/bce-karlsruhe-condamne-l-omt-mais-renonce-a-agir.html 

3…la crise des émergents nécessite la création d’une union (zone asiatique ou union mondiale directement?)

http://www.thedailybell.com/news-analysis/34996/What-Emerging-Markets-Crisis-Create-a-Union/ 

4…turbulences

http://www.wsws.org/fr/articles/2014/fev2014/turb-f03.shtml

http://www.businessinsider.com/tom-demark-fears-market-crash-2014-2 

5…plafond de la dette us

http://www.lecontrarien.com/dette-les-usa-doivent-eviter-une-nouvelle-crise-de-confiance-07-02-2014-usa

6…appel pour une monnaie mondiale de la Chine

http://endoftheamericandream.com/archives/top-adviser-to-the-chinese-government-calls-for-a-global-currency-to-replace-the-u-s-dollar 

7…manipulations des marchés

http://www.infowars.com/market-manipulations-become-more-extreme-more-desperate/ 

FRANCE:…8 embauches sur 10 en CDD…PME renoncent à embaucher…suicides des petits patrons…hausse des faillites 2013

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140206trib000813981/plus-de-8-embauches-sur-10-se-font-en-cdd.html

http://www.challenges.fr/entreprise/20140206.CHA0172/sondage-en-depit-de-leurs-besoins-tpe-et-pme-francaises-renoncent-a-recruter.html#xtor=EPR-7-[Quot18h]-20140206

http://www.express.be/business/fr/hr/un-tabou-franais-lepidemie-de-suicides-des-patrons/201949.htm

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203300747942-defaillances-d-entreprises-62-252-cas-en-2013-soit-1-7-648841.php 

FRANCE:..coût d’une maison de retraite, 3000€ à paris, 2000€ en province….conséquence multiplication des expulsions à prévoir

http://www.dailymotion.com/video/x1bdlor_l-eco-du-soir-sejour-en-maison-de-retraite-un-cout-d-hebergement-hors-de-prix-pour-les-retraites-fra_news

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/07/expulsion-maison-retraite-vieille-dame-impayes_n_2423628.html

http://www.midilibre.fr/2013/10/12/l-expulsion-du-couple-de-retraites-ne-passe-pas,769145.php

FRANCE:…Renault va produire en Inde…suspension du délai de 15mn VTC…bureaux vides à la Défense…Alcatel Lucent vend une filiale et ses 1400 salariés..déficit 74 milliards

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20140205trib000813753/renault-va-produire-son-monospace-marocain-lodgy-a-bas-couts-en-inde.html

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20140205trib000813763/le-delai-de-15-minutes-pour-les-vtc-suspendu-par-le-conseil-d-etat.html

http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/bureaux-vides-a-la-defense-du-jamais-vu-depuis-vingt-ans-07-02-2014-3567359.php

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/02/06/alcatel-lucent-la-bourse-applaudit-les-salaries-s-inquietent_4361013_3234.html

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203300873274-budget-bercy-confirme-un-deficit-de-l-etat-de-74-9-milliards-d-euros-en-2013-648827.php

FRANCE:…hausse du prix de l’essence pour 2015…journée péage gratuit sous manif..grève à Libération

http://www.challenges.fr/entreprise/20140205.CHA0038/les-prix-des-carburants-devraient-augmenter-en-2015.html#xtor=EPR-7-[Quot18h]-20140205

http://www.20minutes.fr/tv/afp-actus/97702-journee-d-action-nationale-de-la-cgt-peage-gratuit

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/medias/actu/0203299099644-greve-a-liberation-pas-de-journal-vendredi-648555.php

FRANCE:..1 ado sur 5 a tenté de se suicider

http://fr.sott.net/article/19363-Une-adolescente-sur-cinq-a-deja-tente-de-se-suicider 

USA:..Morgan Stanley paie 1,25 milliards $ d’amende…rachat d’actions chez Apple

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140205trib000813716/subprimes-morgan-stanley-paie-a-son-tour-pour-eviter-les-poursuites.html

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203300677495-apple-a-rachete-14-milliards-de-ses-propres-actions-en-deux-semaines-648784.php

USA:..28 signes de la disparition de la classe moyenne

http://theeconomiccollapseblog.com/archives/28-signs-that-the-middle-class-is-heading-toward-extinction

Retour des camps d’internement aux usa

http://www.thedailybell.com/news-analysis/34997/Scalia-Blows-the-Whistle-on-US-Internment-Camps/ 

Attaque d’un centre électrique en Californie

http://www.foxnews.com/politics/2014/02/05/2013-sniper-attack-on-power-grid-still-concern-in-washington-and-for-utilities/

USA:. Us postal achète des munitions…quand la finance investit dans le cannabis…frères musulmans rencontrent Obama….camouflage pour rendre invisible. Légalisation du chanvre

http://www.infowars.com/u-s-postal-service-announces-giant-ammo-purchase/

http://www.courrierinternational.com/article/2014/02/06/dealer-des-millions-en-toute-legalite

http://freebeacon.com/muslim-brotherhood-leader-meets-obama-in-white-house/

http://www.businessinsider.com/the-future-of-stealth-camouflage-in-special-operations-2014-2

http://benswann.com/federal-government-legalizes-hemp/ 

JAPON:…Sony supprime 5000 postes

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203296972396-dans-le-rouge-sony-cede-ses-ordinateurs-vaio-et-supprime-5-000-emplois-648396.php 

ESPAGNE:… Record des faillites

http://www.lecontrarien.com/espagne-record-historique-de-faillites-en-2013-07-02-2014-espagne

 ARGENTINE:…destruction des archives bancaires

http://www.brujitafr.fr/article-heureuse-coincidence-les-archives-bancaires-de-l-argentine-detruites-par-leu-feu-122442082.html

7 replies »

  1. Lundi 3 février 2014 :

    Deutsche Bank : "We’ve created a global debt monster" ("Nous avons créé un monstre de la dette mondiale")

    "Nous avons créé un monstre de la dette mondiale, qui est maintenant si grosse et si importante pour le fonctionnement du système financier et de l’économie que les défauts ont été de plus en plus minimisés par des réponses politiques manquant d’agressivité. C’est sans doute trop tard pour changer de cap maintenant sans d’énormes conséquences."

    (déclaration de Jim Reid, stratégiste de la Deutsche Bank)

    http://www.zerohedge.com/news/2014-02-03/deutsche-bank-weve-created-global-debt-monster

    Dette publique du Japon : 240 % du PIB, soit plus de 1,1 million de milliards de yens.
    Dette publique des Etats-Unis : 17 321 milliards de dollars.
    Dette publique de l’Allemagne : 2126 milliards d’euros.
    Dette publique de l’Italie : 2068 milliards d’euros.
    Dette publique de la France : 1900 milliards d’euros.
    Dette publique du Royaume-Uni : 1431 milliards de livres sterling.
    Etc.

    Les obligations d’Etat forment des bulles qui deviennent de plus en plus colossales.
    Les bulles obligataires deviennent de plus en plus gigantesques.
    La question est donc :
    "QUAND vont avoir lieu ces défauts de paiement ?"

    J'aime

    • Non ce n’est pas la question: Les Cassandre se déconsidèrent depuis 2009 par des prévisions apocalyptiques. A force de crier au loup, ils sont mis hors jeu. Les marchés sont à sens unique. La bonne attitude, l’attitude scientifique honnête consiste:
      -d’abord à comprendre pourquoi tout cela a été mis en place
      -ensuite pourquoi cela tient malgré les anomalies et les risques
      -enfin qu’est ce qui peut changer qui ferait que les conditions se modifieraient
      Les marchés ont été nationalisés et ne sont que des instruments de politique économique et financière. Ceci a été confirmé hier par Yellen et c’est la seule chose qui compte: le nouveau statut des marchés est la création de ce que j’appelle dollar financier.

      Tout cela finira, il y aura un jour, ce que l’on appelle réconciliation, mais ce n’est pas en l’invoquant et jouant les pythies que l’on rend service aux gens.

      Continuez de nous fournir des chiffres, là vous rendez service, mais de grâce ne cherchez pas à jouer les prophètes.

      Souvenez vous de ce que je ne cesse de répéter, le pouvoir des MAÎTRES est de retarder l’inéluctable.

      Tout cela finira, il y aura un jour, ce que l’on appelle réconciliation , mais ce n’est pas en l’invoquant et jouant les pythies que l’on rend service aux gens.

      Continuez de nous fournir des chiffres , là vous rendez service, mais de grâce ne cherchez pas à jouer les prophètes.

      Souvenez vous de ce que je ne cesse de répéter, le pouvoir des MAÎTRES est de retarder l’inéluctable.

      J'aime

  2. Les banques italiennes ont dans leurs livres 149,6 milliards d’euros d’actifs pourris, soit 9 % de l’ensemble des crédits.

    Les banques espagnoles ont dans leurs livres 192,504 milliards d’euros d’actifs pourris, soit 13,08 % de l’ensemble des crédits.

    Lundi 10 février 2014 :

    L’Italie se déchire sur le traitement de sa crise bancaire.

    La banque centrale évoque la création d’une «bad bank». Le gouvernement s’y oppose.

    Ignozio Visco, le gouverneur de la Banque d’Italie, a avancé ce week-end l’idée de créer une structure de défaisance sous le contrôle de l’État (une bad bank dans le jargon des investisseurs anglo-saxons) destinée à débarrasser les banques du pays d’une partie de leurs mauvaises créances. L’objectif est d’alléger les bilans des grandes institutions financières italiennes afin de leur permettre de participer davantage au financement direct du système productif.

    Cette thérapie de choc n’est pas du goût du premier ministre Enrico Letta, qui la juge «contre-productive» et redoute une nouvelle dégradation de la note du pays par les agences de notation.

    Les banques italiennes se trouvent confrontées à une forte augmentation de leurs créances douteuses. Celles-ci atteignent, selon l’Association des banques italiennes, 149,6 milliards d’euros, soit 9% de l’ensemble des crédits, ce qui les situe à un niveau proche des sommets atteints fin 2008, au plus fort de la crise financière ayant suivi la faillite de la banque Lehman Brothers.

    Rappel :

    Le montant des créances douteuses en Espagne est au plus haut depuis… 1962.

    Ces créances, surtout présentes dans l’immobilier, s’élevaient à 192 milliards d’euros en novembre.

    Le volume des créances douteuses des banques espagnoles continue de gonfler. Ces créances, surtout présentes dans l’immobilier (crédits de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), s’élevaient à 192,504 milliards d’euros en novembre, soit un taux de 13,08%. Ce qui représente 1,5 milliard de plus qu’en octobre, lorsque leur taux avait atteint 12,99%.

    Indice de la vulnérabilité des banques, les créances douteuses ont commencé à grimper dans le bilan de tous les établissements financiers du pays après l’éclatement de la bulle immobilière en 2008.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20140117trib000810197/le-montant-des-creances-douteuses-en-espagne-est-au-plus-haut-depuis-1962.html

    J'aime

  3. "les "économomies" ont diminué de moitié depuis 2000"

    Bruno
    Ton travail mérite une audience maximum
    Le contenu a rejoint le graphisme qui est du très haut niveau
    et l’a surpassé
    et je prie de croire que la flatterie ,je l’ai en sainte horreur

    Ceci dit je me concentre sur l'"écureuil"
    4,5% pour le livret A puis 2% et on navigue sur une "crête" à 1%
    à l’origine c’était:une épargne
    combien peut-on retirer "librement" aujourd’hui et au bout de combien de rendez-vous reportés?
    La Caisse d’épargne protégeait les économies des "laborieux"
    maintenant sans le savoir ils sont devenus "créanciers de banque"
    J’ai reçu ce jour un courrier qui stipule
    prix départ usine…
    sous réserve de grosses fluctuations des matières premières
    (sous-entendu à la hausse)
    On peut raisonnablement en conclure …puisque je n’ai JAMAIS vu de rajout de ce genre
    que pour 2014 le risque est maximum
    Les économies des petits épargnants devraient D’URGENCE être placés en lieu sûr…chez eux en pièces or ou argent
    avant de devenir "créanciers d’un banquier INSOLVABLE" qui bénéficiera de 7 jours de fermeture consécutifs
    pour disparaître "corps et biens" laissant sur la rive désertée
    des millions
    D’ECONO…MOMIES
    souvent des personnes souvent âgées et crédules au delà des limites

    alors si un seul lecteur peut faire preuve de gentillesse avec l’une d’entre elles
    ça sera un beau geste avant qu’elles ne se désespèrent définitivement
    pour avoir crû en

    LA CAISSE D’EPARGNE et son livret A

    à toutes et tous
    Bonne journée

    J'aime

  4. Lundi 10 février 2014 :

    «Certaines banques européennes n’ont pas d‘avenir»

    Danièle Nouy, présidente du mécanisme de supervision bancaire européen, estime que certains établissements ne passeront pas l’audit de santé qui se déroulera cette année. Il faudra alors organiser leur faillite ordonnée.

    «Nous devons admettre que certaines banques n’ont pas d’avenir» confie l’ancienne haut fonctionnaire de la Banque de France, au Financial Times. Selon elle, ces tests de résistance européens – stress tests – ne seront crédibles auprès des investisseurs internationaux qu’à la condition qu’ils épinglent les banques les plus faibles.

    La présidente du Mécanisme de supervision unique reconnaît que l’ensemble des banques du Vieux Continent ont fait des efforts depuis l’éclatement de la crise financière afin de consolider leurs bilans. Mais, dans les cas où ces efforts ne suffiront pas, il conviendra alors d’organiser des faillites ordonnées.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/02/10/20002-20140210ARTFIG00139-certaines-banques-europeennes-n-ont-pas-d8216avenir.php

    Lundi 27 janvier 2014 :

    Les banques européennes ont une insuffisance de fonds propres d’environ 84 milliards d’euros au total, selon une information parue lundi dans l’hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche, qui cite une nouvelle étude de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE).

    Crédit agricole a le déficit de capitaux le plus important, de 31,5 milliards d’euros.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20140127trib000811970/les-banques-europeennes-ont-besoin-de-84-milliards-d-euros-de-fonds-propres.html

    Un rapport de l’OCDE vient de faire état d’un manque de fonds propres des banques européennes de 84 milliards d’euros. Sur ce montant le Crédit Agricole représente un montant de 31,5 milliards, soit un peu moins de 40% de toute l’Europe. Cette situation fragilise à la fois le système bancaire français et l’union bancaire européenne.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2014/01/31/4123/

    J'aime

  5. Bonjour, pour faire suite aux banques, que pensez vous de "l’arnaque SEPA" ?
    Un lien pour éviter le post trop long :
    http://www.test-achats.be/forum/Topic/54750
    En gros, n’importe qui peut taper dans mon compte en ayant récupérer mes données bancaires (et le vol de données informatiques, c’est très en vogue en ce moment) et c’est à moi de surveiller mes comptes et de dénoncer tout paiement non autorisé ?
    Pour moi, cela va être le tir aux pigeons pour les arnaqueurs de tout poil, ayant des sociétés bidon basées en Europe de l’est.
    Cordialement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s