1984

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 13 mars 2014: La Fed recherche la normalisation , pas la hausse des marchés! Par Bruno Bertez

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 13 mars 2014: La Fed recherche la normalisation , pas la hausse des marchés! Par Bruno Bertez

EN LIEN:  L’Edito Spécial du Mercredi 12 Mars 2014: Poutine le macho contre les femmelettes ! Par Bruno Bertez

Nous avons ces dernières semaines mis l’accent sur ce qui est souvent occulté en matière d’investissement, à savoir la théorie de la valeur des choses. Nous avons soutenu que la valeur, cela se promène entre deux pôles, un pôle solide articulé autour du concret, le travail , l’effort, la rareté, l’utilité etc et un pole offre/demande, désir, relatif et lié à une époque, une mode, un rapport de forces.

Nous avons suggéré ainsi à la fois la fragilité des valeurs et  l’incertitude fondamentale de leur statut. Nous considérons que cette incertitude va au delà de l’incertitude traditionnelle sur l’avenir et qu’elle a à voir avec l’arbitraire, l’historicité  des théories dominantes; elles sont le produit d’un moment, d’un état de la société, d’un rapport de domination.

Les pays archaiques ou émergents sont encore du côté de la valeur travail, effort, besoin, rareté etc . les pays développés sont du côté des valeurs que nous appelons par commodité imaginaires; l’affrontement Russie/USA est un affrontement type de ces deux pôles. La Russie produit des commodities, rares, du hard les USA produisent pour simplifier du soft, du vent, du désir; des formes.

Nous continuons de mettre les points sur les « i » et sur les conséquences qui découlent de l’analyse de « la valeur » pour l’investisseur.

Il y a une valeur que l’on peut dire d’origine. Ce qui tourne autour de la valeur-travail, la valeur d’usage, bref ce qui est encore assez près de l’utilité et du concret.

Et il y la valeur qui découle de la confrontation des offres et des demandes lesquelles sont fondées à la fois sur l’usage, l’utilité et de plus en plus le désir.

Le fondamental n’est plus qu’un sous-jacent dont on s’éloigne de plus en plus.

A part la satisfaction des besoins fondamentaux, tout est culturel. Mais c’est culturel à des degrés divers. On peut par la publicité et la manipulation faire en sorte que la valeur s’éloigne de plus en plus de la satisfaction des besoins et de l’utilité. La kleptonomy recouvre ce glissement qui éloigne de plus en plus de l’utilité et du travail et devient dominé par le désir.

Le monde moderne s’analyse comme une lutte, une tension entre le fondamental et l’acquis, le désir, le relatif.

Le fondamental, c’est ce à quoi les investisseurs traditionnels se refèrent, l’analyse financière, la méthode Buffet ou Graham, les cash flows estimés etc; mais il faut reconnaitre qu’elle n’est fondamentale que sur le plan de la méthode, elle ne l’est pas sur le plan des inputs, des données et paramètres que l’on y injecte. Ces inputs, comme les cash flows prévisionnels et les taux d’intérêt retenus sont des hypothèses très incertaines. Ce qui veut dire que les résultats obtenus sont très incertains. D’une incertitude liée au monde réel.

Le saut de la modernité depuis plus de 30 ans est de dire si le fondamental est incertain, allons plus loin, n’en parlons plus, passons à autre chose. Considérons comme Walras et Menger que les choses valent ce que l’on est prêt à payer pour les avoir. Passons au marginalisme et à la pure tautologie. N’ évaluons les assets qu’à ‘l’intérieur de la sphère de la finance unifiée. Réduisons tout à un seul et même ensemble, le fameux portefeuille global dont les composantes ne se distinguent entre elles que par le rendement et le risque ; et appelons ce risque/risk, la volatilité et faisons comme si cela exprimait l’incertitude ancienne de la valeur fondée sur le fondamental. Ce que j’appelle séparons l’ombre du corps.

C’est en fonction de cette seconde conception, moderne que travaille la Fed et son bras séculier la Fed de New York quand elle parle du fameux portefeuille mondial qui sert de base théorique justifiant les Quantitative Easing. C’est à partir de ce raisonnement et des modèles qui en découlent que l’on a mis les taux à zéro, crée un excès de cash mistigri et que l’on a ainsi forcé les financiers à se débarrasser du mistigri et à acheter des assets de plus en plus risqués.

La crise pour la Fed n’est pas causée par le surendettement et la destruction de valeur des subprImes, elle n’a jamais prononcé l mot fatidique de surendettement. Elle travaille sur des modèles qui n’intègrent pas la notion de surendettement. Non la crise pour la Fed et ses modèles c’est l’apparition brutale de l’incertitude sur la valeur, c’est l’intrusion du risk, de la volatilité. Ce n’est pas l’introduction du risque fondamental, celui du réel. Donc son action est cohérente: 

———Face à l’incertitude sur la valeur, la Fed:

  • 1) remet la valeur du portefeuille global à un niveau qu’elle considère comme satisfaisant pour solvabiliser les banques et le shadow,
  • 2) elle détruit la volatilité pour montrer qu’il n’y a plus d’instabilité et d’incertitude et habituer les gens aux cours, aux niveau atteints par le portefeuille global
  • 3) quand elle a atteint son objectif, à la fois en niveau et en stabilité, pour éviter le retour à l’instabilité par une spéculation excessive et fragilisante, elle « taper » afin de faire atterrir les marchés, afin de les stabiliser en douceur sans que cela remette en cause le niveau du portefeuille mondial ou que cela entraine de déstabilisation du leverage global.

Si on nous suit sur cette analyse, sur la conception qui en découle et les objectifs de la Fed, nous sommes dans la phase ou le niveau souhaité pour le portefeuille mondial a été atteint et ou la priorité c’est d’éviter le retour de l’incertitude sur la valeur.

Ceux qui jouent les marchés à la baisse jouent vraiment , frontalement contre la Fed.

Ceux qui sont restés sur la touche depuis 5ans, soit « hedgés », soit en position défensive, ont beau continuer à espérer un retour aux normes historiques, il a peu de chance d’intervenir, la Fed n’en veut pas. Ce retour aux normes historiques n’interviendra que si et seulement si, le réel refait irruption sous forme de nouvelle crise. Toutes les petites tracasseries du type Ukraine par exemple sont insuffisantes pour faire perdre à la Fed le contrôle de la situation. Et on le voit chaque jour. Il n’y a que si quelque chose de fondamental dans la sphère monétaire intervient, type crise bancaire en Chine ou autre, que la Fed sera en difficulté. Ceci explique la prudence des anglais et de la City dans le jeu des sanctions lors des affrontements en cours, avec les Russes et/ou les Chinois, ils savent que les sanctions minent la solidité financière globale en fragmentant l’espace financier. Les sanctions  nuisent à la prégNance de la valeur imaginaire.

Les oligarques se sont particulièrement bien intégrés à la haute société anglaise. Ils occupent, notamment, des bâtiments comme une partie du One Hyde Park, parmi les plus chers et luxueux de la capitale britannique. Ils mettent aussi leurs enfants dans les écoles privées les plus chères. On compte actuellement 2150 enfants russes dans les pensionnats les plus chics, soit des frais de scolarité d’environ 90 millions de francs suisses par an. «L’élite britannique a une mentalité de hedge fund qui peut prendre des accents d’activiste. Elle ne produit rien elle-même, mais elle vit d’une rente qu’elle prend sur l’argent étranger, notamment de Russie.

Pas question, dans ces conditions, de prendre des sanctions contre Vladimir Poutine, qui affaibliraient la City. Lundi 3 mars, Hugh Powell, conseiller à la Sécurité nationale, l’a révélé involontairement. Quand ce haut fonctionnaire s’est rendu chez le premier ministre britannique, il tenait sous le bras son mémo, qui a été photographié en gros plan au téléobjectif, révélant son contenu. Il y était notamment écrit que le Royaume-Uni ne devait pas «fermer le centre financier de Londres aux Russes». Source le temps

Ceux qui ont suivi et accepté les hypothèses d2veloppées ci dessus ne se mettront pas « short », vendeurs, ils modifieront leur politique en devenant sélectifs, c’est le temps de la sélectivité. Une sorte de normalisation….

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 14 Mars 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

)

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE ( Source et Remerciements à Maître Confucius)

COLLAPSE UPDATE:

FRANCE:…clivage des 40 ans, France système, France précaire prouvent la paralysie du pays

I…passé 40 ans, trop vieux pour travailler, trop jeune pour la retraite…appauvrissement inquiétant pour les personnes chargées de famille…quid du financement des retraites actuelles et à venir

2…<40ans, pas de travail, pas de stabilité, très mal payé  et ou faut 5 ans d’expérience pour son premier job

3…= vers l’inévitable explosion sociale  étant donné que les + de 50 ans détiennent dans l’ensemble le pouvoir, argent, décision

http://www.express.be/business/fr/economy/plus-de-40-ans-vous-etes-menace-par-la-trappe-de-lage-moyen/203231.htm

II…carrière rime avec bon réseau (bref, la France d’en haut des héritiers, rentiers, réseautage, copinage)

http://www.challenges.fr/management/20140311.CHA1385/les-reseaux-et-les-clubs-qui-permettent-de-cultiver-ses-relations-pour-reussir-sa-carriere.html

III…sortie du doc « se battre » sur la France de la précarité

http://www.dailymotion.com/video/x1gdtw5_politique-premiere-se-battre-le-potrait-d-une-france-qui-souffre-12-03_news

FRANCE:…fonds d’aide aux collectivités si elles abandonnent les poursuites judiciaires contre leur banque sur les prêts toxiques

http://www.agefi.fr/articles/le-fonds-d-aide-aux-collectivites-prend-forme-1311623.html#xtor%3DEPR-133

FRANCE:…accès à l’enseignement supérieur stagne

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203365992513-acces-a-l-enseignement-superieur-la-france-stagne-656114.php

Gel des retraites

https://www.youtube.com/watch?v=eNzu9emmZuU

Baisse de charges sur les bas salaires

https://www.youtube.com/watch?v=wlC46MKe574

Emeutes nocturnes en Moselle après l’interpellation d’un jeune de cité

http://www.dailymotion.com/video/x1gdzqr_moselle-emeutes-nocturnes-a-behren-les-forbach-apres-l-interpellation-d-un-jeune-de-cite-12-03_news

Fusion dans les télécoms = perte de 3 milliards pour l’Etat sur l’achat des licences de fréquences, somme déjà dépensée par l’Etat

https://www.youtube.com/watch?v=fmE_AFAgsr4

FRANCE:…100 000 emplois d’avenir…vers des droits rechargeables de l’assurance chômage?. Salaires et retraites…Monaco et blanchiment…faillite d’un fabricant d’auto électrique

http://www.challenges.fr/emploi/20140311.CHA1376/selon-hollande-100-000-emplois-d-avenirs-ont-ete-crees-en-2013.html

http://www.lefigaro.fr/social/2014/03/11/09010-20140311ARTFIG00300-assurance-chomage-la-cfdt-veut-des-droits-rechargeables.php

http://www.atlantico.fr/decryptage/salaires-et-retraites-qui-vraiment-gagne-qui-perdu-depuis-10-ans-1007783.html

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20140311trib000819375/une-banque-monegasque-visee-par-une-information-judiciaire-pour-blanchiment.html

http://poitou-charentes.france3.fr/2014/03/12/mia-electric-mis-en-liquidation-431603.html

P.BECHADE du jour

https://www.youtube.com/watch?v=Nj8xpN0_hik

https://www.youtube.com/watch?v=FQ8VZwIP4wc

EUROPE:…hausse des salaires des fonctionnaires…l’Allemagne accepterait la planche à billet BCE

http://www.express.be/business/fr/economy/chut-ne-le-dites-a-personne-les-salaires-des-fonctionnaires-de-lue-viennent-detre-augmentes-en-toute-discretion/203314.htm

http://www.lecontrarien.com/les-allemands-favorable-a-un-blitz-dinjection-monetaire-en-zone-euro-un-changement-majeur-12-03-2014-edito

ESPAGNE:…baisse des ventes de logements 2013

http://www.lecontrarien.com/espagne-nouvelle-baisse-des-ventes-de-logements-en-2013-12-03-2014-espagne

DUBLIN:. Etudie baisse d’impôts contre gel des salaires

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140311trib000819349/dublin-etudie-un-echange-de-baisses-d-impots-contre-le-gel-des-salaires.html

ALLEMAGNE:. Reconnaît que les bas salaires sont un avantage déloyal

http://www.bfmtv.com/economie/lallemagne-reconnait-bas-salaires-sont-un-avantage-deloyal-717500.html

ROYAUME-UNI:…imposer aux handicapés assistés à se remettre au travail?

http://www.blogapares.com/royaume-uni-les-handicapes-ces-assistes-que-les-conservateurs-britanniques-veulent-remettre-au-travail/

UKRAINE:..2 drones us abattus en Crimée…War arrive…Poutine veut protéger l’Iraq?

http://french.irib.ir/info/international/item/317623-l-arm%C3%A9e-de-la-crim%C3%A9e-abat-deux-drones-us

http://www.youtube.com/watch?v=AhxZxL56B00

http://www.youtube.com/watch?v=SEcZFgSnVP0

http://www.whatdoesitmean.com/index1752.htm

ITALIE:…perte de 1,44 milliards pour Monte Paschi + 14 milliards pour Unicredit

http://www.capital.fr/bourse/actualites/monte-paschi-publie-une-perte-2013-de-1-44-milliard-d-euros-917120

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203365229886-unicredit-annonce-une-perte-de-14-milliards-d-euros-en-2013-656090.php

AUTRICHE:…Vienne autorise une injection de capital dans la banque Hypo

http://www.capital.fr/bourse/actualites/vienne-autorise-une-injection-de-capital-dans-la-banque-hypo-917172

USA:…associés de Goldman Sachs vendent leurs actions, avant le prochain krach?

http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/banksandfinance/10688522/Goldman-partners-sell-down-their-stake-in-the-bank.html

USA:..DHS se construit une force militaire d’envergure

http://offgridsurvival.com/dhs-security-building-a-domestic-military-force/ 

USA:…centrales électriques vulnérables aux attaques

http://freebeacon.com/report-u-s-electric-grid-inherently-vulnerable-to-sabotage/

IRAN:…..accord russe pour 2 nouvelles centrales nucléaires

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140312-iran-russie-accord-moscou-construire-deux-centrales-nucleaires-bouchehr/

VENEZUELA:…pénurie donc la file d’attente se fait avec un chiffre sur le poignet

http://www.express.be/business/fr/economy/isocialisme-muertei-un-numero-inscrit-sur-le-poignet-pour-ceux-qui-font-la-queue-pour-entrer-au-supermarche/203311.htm

http://fr.sott.net/article/20004-Etats-Unis-contre-Venezuela-la-Guerre-froide-devient-chaude

TECHNO:…un robot bat un champion de ping pong….lunette espion pour tous
http://www.youtube.com/watch?v=tIIJME8-au8#t=117

http://www.express.be/business/fr/technology/ces-lunettes-de-reconnaissance-faciale-permettront-de-stopper-les-crimes-avant-quils-ne-soient-commis/203352.htm

6 replies »

  1. Ceci laisse t-il entendre que quand la fed joue avec du vent, les russes eux avancent leurs pions dans le hard (contrôle des ressources , de territoires ) . La fed par cette stratégie de stabilité à tout prix s’interdit d agir sur le réel et se faisant se piège de plus en plus . Intéressant partie de Go , futur sale temps pour nous , je crois que contrairement aux prudents anglais , nous ne misons que sur un des joueurs et pas forcément le bon …

    J'aime

  2. La Grande Manip des fausses causalités. L’arme des tyrans Par Bruno Bertez

    Voici une remarque fondamentale à la fois pour comprendre notre travail et, en même temps, pour analyser les situations. Elle complète une autre remarque, elle aussi fondamentale: la première des choses à faire quand quelqu’un parle, consiste à se poser la question de l’identité du locuteur et à se demander, « qu’est-ce qu’il veut », en s’exprimant. Derrière toute parole, il y a un désir, une intention, rien n’est innocent.

    L’un des ressorts les plus puissants du dirigisme, du constructivisme et de la manipulation des peuples par les gouvernements, est le recours aux fausses causalités.
    Par les discours officiels, par la répétition dans les médias, par la complicité des économistes de banque, on implante dans la tête des gens de faux liens de causalités. On escamote les vraies causalités, souvent cachées et complexes, pour les remplacer par d’autres plus faciles à comprendre, plus évidentes, mais fausses.

    La juxtaposition des évènements, les amalgames, ce que nous appelons la méthode des Renseignements généraux, des flics, tout cela sert à créer de fausses causalités.
    Ce que la Fed a réussi à imposer sur les marchés, grâce à la connivence des Goldman et autres, ce sont ces fausses causalités, multiples, croisées, en maillage et réseaux. Cela se donne à voir par ce que l’on appelle les corrélations. Et la prolifération des Quants.
    Le plus bel escamotage de cause économique des 5 dernières années, c’est celui de la notion de surendettement. Et pour cause, si la notion de surendettement venait à être reconnue, mise au grand jour, alors les gouvernements kleptos et socio-démos perdraient tout levier pour manipuler le monde. Ils se verraient imposer des limites. Confère la nouvelle récente que le monde global contenait maintenant 100 trillions de dettes, nouvelle qui n’a été, ni commentée, ni analysée, alors que c’est la nouvelle la plus importante de l’année.
    Autre exemple de fausse causalité, on vous fait croire que la montée des pouvoirs de l’Etat, de l’appareil répressif, est liée au terrorisme, alors qu’il est lié au besoin de faire se tenir tranquille les peuples que, maintenant, l’on craint. La militarisation de la police en est le signe le plus révélateur ainsi que les écoutes généralisées. Le terrorisme, « ils » n’en ont pas peur, ils le forment, ils lui fournissent des armes, ils combattent à ses côtés en Libye, en Syrie, et en Ukraine, par exemple.

    On vous fait passer de la géopolitique de conquête et de contrôle, pour de la lutte anti-terroriste à l’extérieur et de la menace terroriste à l’intérieur.
    Sous des dehors scientifiques et mathématiques, l’une des techniques utilisées pour cet enfumage est celle des corrélations.

    Qu’est-ce qu’une corrélation? C’est le constat que lorsqu’une chose se produit, alors avec une forte probabilité, une autre évolue d’une certaine façon, prévisible.
    Une corrélation, c’est l’établissement d’un arc de Pavlov. Je te montre un mouvement sur le yen qui sert de sous-jacent au carry global et hop, tu salives sur les marchés. Le maillage des corrélations, discours artificiel sur le réel, permet de faire disparaitre ce même réel. Le réel est peu à peu évacué des marchés, ils tournent en rond sur eux-mêmes. Même plus peur!

    Plus fondamentalement, je te montre une politique monétaire non conventionnelle type ZIRP et QE, et tu salives le marchés des actions à la hausse, sans voir que le vrai facteur causal qui a produit et permis la hausse, c’est la décision discrète prise à la mi-mars 2009 de modifier les règles comptables du FASB et, ainsi, d’écarter tout risque de faillite des banques.
    Du coup, celles-ci sont miraculeusement devenues solvables, elles ont pu entrer dans le jeu de la politique non conventionnelle de la Fed et faire en sorte que personne ne « fight the Fed ». Elles ont joué le rôle de locomotive de la politique non conventionnelle, type JP Morgan dans les années de la crise de 29.

    Cela dit, il y a eu, et il y a toujours, une trace de la vraie situation réelle, c’est la prudence des banques qui emploient moins que leurs ressources et accumulent les réserves de précaution oisives.
    Cette méthode de manipulation/dirigisme par la création et l’implantation de fausses causalités, n’a, à notre connaissance, jamais fait l’objet de recherches sérieuses, alors que l’autre outil, la propagande, a lui été bien cerné et analysé.
    La constitution d’une nouvelle extrême droite populiste en Europe procède de la même méthode vicieuse, la constitution de fausses corrélations et, maintenant, il suffit aux partis traditionnels de gouvernements d’appuyer sur un bouton et, hop, ils font ainsi monter le racisme, les rejets, les populismes, qui constituent des impasses pour les électeurs, mais des boulevards pour les socio-démos.
    Ainsi, par la maîtrise des corrélations sociales et politiques, le Français Hollande a mis en place une stratégie de réélection, stratégie de long terme qui consiste à faire monter le Front National jusqu’au point où celui-ci passera devant l’UMP au premier tour des prochaines Présidentielles, ce qui assurera à Hollande la réélection dans un fauteuil. Le coup de Jospin, mais à l’envers. Hollande, le recours!
    Autre exemple, l’idée monétariste qu’il y a un rapport entre la politique monétaire non conventionnelle, l’effet de richesse et la reprise de la croissance. C’est l’exemple de l’établissement de fausses causalités qui a permis de faire des cadeaux aux banques tout en faisant croire que l’on aidait Main-Street.

    Les chercheurs ont montré qu’il n’y avait ni lien logique sérieux, ni lien pratique, entre les deux. La Fed elle-même reconnait ne pas avoir réussi « à comprendre par quels canaux, la politique monétaire non conventionnelle pouvait fonctionner » (Fed de San Francisco). Le rendement de la politique de la Fed est tellement faible, pour un risque colossal et non quantifié, que les économistes ont calculé qu’il aurait été cent fois plus rentable de se passer de la transmission par l’effet fictif de richesse et, à la place, de distribuer l’argent aux consommateurs. De même, plutôt que d’utiliser le carry et le levier et de faire remonter les prix de l’immobilier par les Blackrock et Blackstone, la Fed aurait pu, dès 2008, mettre en place une politique de rachat direct par le Trésor du parc immobilier excédentaire et faire gagner beaucoup d’argent à la collectivité.
    Cela dit, là aussi, il y a des traces de la non-efficacité des politiques de Wealth Effect, ce sont les évolutions réelles des « revenus gagnés » des ménages américains et bien sûr les chiffres réels de l’emploi. Tous deux sont catastrophiques en réel.

    La démocratie repose sur le savoir et la primauté de la Vérité, la tyrannie se développe sur l’entretien de l’ignorance. La manipulation des causalités entretient l’illusion du savoir et, à ce titre, constitue l’arme suprême des tyrannies.

    J'aime

  3. Notre thèse boursière

    La thèse que nous défendons dans l’article -la Fed recherche la normalisation-est originale, elle ne correspond pas aux opinions dominantes.

    L’opinion dominante est fortement haussière et croit à une pause avant un nouveau départ:
    Les contrarians, il en reste quelques-uns, croient à la chute.

    La soi-disant science boursière se résume souvent à ceci :
    -ou bien la météo reste demain comme celle d’aujourd’hui
    -ou bien après la pluie, le beau temps et inversement.
    Tout le reste n’est qu’habillage et baratin pour entretenir une classe de grands prêtres très couteux.

    Partant de l’hypothèse fondamentale qu’il n’y a plus de marché libre, mais qu’il n’y a que des marchés dirigés, pilotés, notre analyse s’intéresse à ce que pensent et voudraient réussir les directeurs/dirigistes. L’examen de leurs propos- ils ne cessent de répéter qu’il n’y a pas de bulles- donnent à penser qu’ils ne veulent pas la baisse. Elle remettrait en question les acquis.
    Comme au même moment ils ont peur des excès spéculatifs, en particulier dans les crédits redevenus subprimes et les » loans » de mauvaise qualité, nous en tirons la conclusion que la stratégie ne peut -être que celle de la stabilisation à un niveau élevé. Il faut modérer la hausse, tout en ne recréant pas d’incertitude sur la valeur des choses: il faut donner une impression de solidité. Telle est notre certitude.

    Si on nous suit, alors la chute des cours ne peut se produire que sur un évènement exogène, non prévu qui ferait que les directeurs/dirigistes perdent le contrôle de leur bébé.
    Les catalyseurs peuvent être multiples comme la géopolitique, le pion militaire mal joué, mais aussi et surtout, le dérapage incontrôlable de la situation des émergents et singulièrement de la Chine, l’Inde, la Turquie, Le Brésil ou autres. Ou le retour du Réel en Europe en liaison avec les prochaines élections.

    La contagion négative se ferait par les secteurs bancaires, puis par les marchés. Elle serait d’autant plus grave que le monde est une pyramide qui repose sur la pointe, nous n’y reviendrons pas.

    Les indicateurs techniques ont donné des signaux de baisse aux Etats-Unis, en particulier en début de cette semaine: Certains opérateurs croyaient mercredi que nous y étions, la sauce baissière allait prendre; Ils se sont trompés car dès mercredi en séance, on s’est aperçu que les ventes étaient peu suivies et le S&P500 s’est remis à la hausse.

    Sur les trois signaux techniques de vente fournis depuis le début de 2013, seul celui de la mi-septembre a donné des résultats jouables pour la spéculation, les autres ont été des pièges. La baisse de début 2014 n’avait pas été annoncée par des signaux fiables.
    Notre idée est la suivante. Nous sommes en train de tenter un processus fabrication d’un top de long terme, nous disons bien un processus pour signifier que cela sera étalé, mais il est très imprudent de shorter le marché tant que la situation globale reste bien en mains, c’est à dire conforme aux intérêts des Etats-Unis.

    Il faut être positionné car en bonne logique, la volatilité devrait revenir sur des niveaux plus élevés. En portefeuille, c’est le moment de revenir à la sélectivité, voire à la qualité.

    J'aime

  4. Atlantico, ni de droite ni de gauche …

    Le site Atlantico vient de publier une mise au point sur sa position à l’égard de la publication des enregistrements réalisés par Buisson. Il en profite pour discuter de son positionnement .

    D’abord une remarque d’ordre général:

    Aucun média, surtout déficitaire et jeune ne se prive de la possibilité de publier des scoops quelles qu’en soient les conséquences politiques. Publier un scoop c’est s’assurer des reprises, de la notoriété qui valent une campagne de pub. Et puis les journalistes s’insurgeraient malgré leur docilité. Ce qui fait que le scoop serait publié ailleurs.

    Ensuite, le biais politique des médias ne vient pas de ce genre de choses, à savoir la publication ou non de révélations: Non il vient de leur réseau. On leur balance une info parce qu’on les connait, on mange ou on couche ensemble. Les scoops c’est souvent une question de relations personnelles. Il suffit de savoir cela par exemple pour comprendre les scoops de Valeurs actuelles par exemple. Même la propriété capitaliste d’un média est mauvaise guide en la matière. Les patrons de presse ne peuvent intervenir sur tout et tout le temps. Ils ont leurs domaines sensibles.

    Enfin, le biais politique vient du recrutement, quand on recrute un journaliste, on sait ce qu’il a l’habitude d’écrire, son carnet d’adresse, ses parrains, sa culture etc bref on prend un journaliste parce que l’on sait ce que l’on achète.

    Il y a des journalistes dont on sait, pour les lire et les suivre, d’où ils tirent leurs infos, voire leurs idées. Recruter un journaliste ou un chef de département c’est d’une certaine manière introduire dans son journal, telle ou telle maison, telle ou telle officine. Un professionnel sait s’il recrute une âme damnée du Medef ou une plume de la CFDT ou un suppôt des banques kleptos.

    En général, les journaux ne sont pas homogènes, ils sont ce que ‘appelle vendus par appartements. Telle tendance a ses introductions auprès de tel journaliste ou chef de département, telle autre à ses entrées ailleurs.

    Tout média qui accepte et vit de la pub doit progressivement, pas à pas, s’aligner. C’est quasi insensible, mais irrésistible. Il est évident qu’à partir du moment où Atlantico a besoin et cherche de la pub, il est obligé nolens volens et même involontairement de s’aligner, de devenir conformiste. Il doit abandonner son côté sulfureux.

    C’est l’évolution que l’on a pu constater depuis le changement de contrôle. Atlantico s’est comme le Medef, important en matière de presse, rapproché du pouvoir, du gouvernement et des banques, et ce malgré des apparences encore discordantes. Le problème est que cela est une politique de court terme comme le montre le naufrage de Libération, le béni oui-oui du libéralisme social-sexuellement libéré. A un moment donné on est utile, à un autre moment on devient encombrant, entre temps on a perdu ses lecteurs.

    Il n’est pas possible de rester un média original, avec ses idées propres – pas sales- alors que l’on doit s’insérer dans le tissu économique dominant, marqué par la consommation de masse et surtout la financiarisation. Il faut faire des faits divers, créer un environnement de lecture ….faire du chiffre, de l’audience. Il ne faut jamais oublier qu’un journal vend, au sens propre son lectorat.

    Même les médias puissants types Bouygues ou Dassault n’échappent pas à ces obligations quel que soit l’intérêt politique personnel des propriétaires. De moins en moins, dans un monde ou plus de 58% de la dépense nationale dépend de l’Etat, on peut se permettre de cracher dans la soupe. Et encore moins dans celle de Publicis ou de Havas.

    La seule originalité dans le secteur vient de Marc de Lacharrière, il a ses idées, il est riche, il a une conception très atypique et très efficace, voire habile. Son groupe de presse est une œuvre intéressante.

    Médiapart est un semi brulot, mais il commence à s’institutionnaliser, il faut bien vivre. L’épisode de la TVA était intéressant, de même que l’expérience nouvelle d’interviews de ministres.

    J'aime

  5. Jeudi 13 mars 2014 :

    Le PIB de l’Irlande a baissé de 2,3% au quatrième trimestre.

    Le produit intérieur brut de l’Irlande s’est contracté de 2,3% au dernier trimestre 2013, une mauvaise nouvelle pour une économie qui montrait de timides signes de reprise après sa sortie l’an dernier d’un plan d’aide de l’Union européenne et du Fonds monétaire international.

    A propos de l’Irlande :

    Chômage : 11,9 %.
    Chômage des jeunes : 26 %.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-28022014-AP/FR/3-28022014-AP-FR.PDF

    2007 : dette publique de l’Irlande : 47,150 milliards d’euros, soit 24,9 % du PIB.
    2008 : dette publique de 79,602 milliards d’euros, soit 44,2 % du PIB.
    2009 : dette publique de 64,4 % du PIB.
    2010 : dette publique de 91,2 % du PIB.
    2011 : dette publique de 104,1 % du PIB.
    2012 : dette publique de 117,4 % du PIB.
    Fin septembre 2013 : dette publique de 204,696 milliards d’euros, soit 124,8 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22012014-AP/FR/2-22012014-AP-FR.PDF

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s