A Chaud!!!!!

Les Clefs pour Comprendre du Mardi 18 Mars 2014: Eva Joly au secours de Kerviel Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Mardi 18 Mars 2014: Eva Joly au secours de Kerviel Par Bruno Bertez

Pendant que Kerviel suit son chemin de croix, Eva Joly, la juge spécialisée dans les affaires financières, accepte de donner une interview. Enfin, elle s’est décidée à se pencher sur ce fameux dossier. Sa compétence ne fait aucun doute puisqu’elle a traité les plus grands dossiers bancaires de la place et qu’elle a traité la crise bancaire islandaise. Ce que nous avons toujours contesté chez Eva Joly, ce n’est pas sa compétence car elle est exceptionnelle, mais son engagement dissymétrique. Ici, son intérêt pour le dossier Kerviel va dans notre sens et donc nous vous disons ci-dessous ce que pense Eva Joly.

La Cour de cassation dira mercredi 18 Mars si elle casse l’arrêt condamnant l’ancien trader à 3 ans de prison et 5 milliards d’euros d’amende, ou si elle confirme la peine prononcée

 Elle a réétudié le dossier entièrement. Elle a pris contact avec l’avocat de Kerviel. Elle a eu accès aux pièces du dossier. Elle conclut : "La thèse du trader fou, isolé, agissant dans le dos de la banque, ne tient pas!"

Eva Joly a décidé d’étudier les pertes déclarées par la Société Générale. Elle conclut que le soupçon de manipulation est fondé. Les multiples affaires de la Société Générale conduisent à ne pas lui faire crédit dans ses affirmations. Eva Joly suggère que les pertes de 4,9 milliards sont des pertes apparentes. Ce sont des pertes importantes qui proviennent pour l’essentiel de la brutalité et du manque de discernement dans la liquidation des positions du trader. Selon elle, il est invraisemblable que les pertes provoquées par un débouclement en trois jours de positions aussi gigantesques aient été limitées à 12%. Eva Joly considère, et c’est exactement notre avis, que la Société Générale a fait elle-même, ou par institutions interposées, la contrepartie de ses ventes brutales. Ce qu’elle a perdu et qu’elle impute à Kerviel, elle l’a en fait regagné ailleurs en faisant la contrepartie indirecte sur les positions qu’elle était en train de liquider. C’est un processus classique que tout professionnel, non seulement comprend, mais soupçonne. Eva Joly suggère qu’il faut enquêter sur cette zone d’ombre et voir quelles étaient les contreparties qui étaient en face des ventes spectaculaires de la position de Kerviel. Toutes les données existent. Il suffit de consulter les relevés de la Chambre de Compensation. Bien entendu,  il faut aussi exiger de pouvoir vérifier les positions qui ont été prises par les filiales offshores de la Société Générale.

Cette conclusion d’Eva Joly nous fait évidemment plaisir car c’est ce que nous avons développé dès les premiers jours de l’affaire Kerviel. La Société Générale, le gouvernement et la Justice ont pris les Français pour des imbéciles.

Il y a un autre point sur lequel Eva Joly abonde dans notre sens et nous l’avons amplement développé en son temps. Il est tout à fait impossible que la Société Générale ait ignoré les positions prises par son trader. Pourquoi ? Tout simplement parce que  les positions de Kerviel étaient extrêmement importantes et, compte tenu de l‘évolution des cours, ces positions ont fait l’objet d’appels de marges qui ont été couverts, soit en collatéral, soit en numéraire. Or Kerviel n’avait pas le pouvoir de décision sur cet aspect ; la Société Générale a fourni des garanties et, fournissant des garanties, elle était obligée de savoir et de connaître ce qui se passait.

Les résultats des banques sont opaques, mais il est évident que ceux de la Société Générale, au cours de cette période, le sont encore plus qu’à l’accoutumée.  Ainsi, dans ses comptes, la Société Générale enregistre un gain non-identifié de 15 milliards d’euros. Cette somme est tellement colossale qu’elle met la puce à l’oreille. Quelle est son origine, quelle est sa décomposition ? Nous sommes quasi sûrs que ces 15 milliards d’euros ont un rapport indirect avec des positions prises sur dérivés lors de la liquidation des postions de Kerviel. En quelque sorte la Société Générale a peut-être regagné, et au-delà, ce qu’elle dit qu’elle a perdu à cause de Kerviel. Il est évident qu’il faut passer ses comptes au peigne fin. Il est évident qu’il faut cuisiner les commissaires aux comptes de la Société Générale. N’ont-ils pas dit, ce qui n’a été relevé par personne, que les pertes liées aux dénouements des positions de Kerviel étaient provisoires ?

http://www.dailymotion.com/embed/video/x1gwczx

Entretien  LES INROKS/Eva Joly du 12 février 2014  

A la veille du pourvoi en cassation de Jérôme Kerviel, l’ancienne candidate des Verts, et ex-juge d’instruction, estime que “de nombreuses questions restent en suspens” dans ce dossier.

les Inrocks: Le pourvoi en cassation de Jérôme Kerviel est examiné le 13 février. Sa condamnation en appel à trois ans de prison ferme et à 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts a de grandes chances d’être confirmée. Si c’est le cas, pensez-vous que ce jugement soit équitable ?

Eva Joly – Je pense que Jérôme Kerviel n’a pas disposé du meilleur procès possible. Tout se passe comme si il était le coupable idéal qui permettait de ne pas aller au fond des choses. Pour moi, de nombreuses questions restent en suspens. Au vu des informations dont on dispose et qui mériteraient d’être creusées, il est difficile d’imaginer que l’ancien trader junior soit le seul responsable et que la banque ignorait ce à quoi il se livrait. Ce point est déterminant. Or le minimum pour savoir quel était le degré de connaissance de la Société Générale n’a pas été fait. Si la justice entérine sa responsabilité, elle délaisse l’exigence de vérité. 

Vous êtes une ancienne juge d’instruction, notamment dans des affaires financières. Selon vous, l’instruction de cette affaire a-t-elle été bien menée ? 

Il faut bien comprendre que dans ce genre de dossiers, tout est fait pour que la complexité technique rende opaque l’entrelacs des responsabilités. Ce qu’on appelle les aveux de Kerviel ont joué à mon sens un rôle important. Dès lors qu’il a avoué, le réflexe a été de croire la version de la banque qui aurait pourtant dû être examinée et davantage remise en question. Dans les dossiers financiers aucune déclaration ne peut être prise pour argent comptant, si j’ose dire. Et, en l’espèce, le cas est exemplaire : ces aveux ont été recueillis par la banque et retranscrits par la seule banque ! Mais Mediapart a révélé que les bandes comportaient des silences  – des coupes ? Au final, il semble que ce soient plus de deux heures d’explications qui manquent. A tel point que la défense a porté plainte pour faux et usage de faux. L’employeur de Kerviel, la banque, raconte sa version : selon elle, c’est l’histoire d’une fraude qu’elle ignorait. Le rôle de la justice est d’établir l’exact déroulé des faits. 

Jérôme Kerviel ne nie pas ses responsabilités mais il a toujours clamé que sa hiérarchie était au courant de ses prises de risques. Ce que la hiérarchie, intéressée en bonus sur les gains de ses traders, nie. Pensez-vous que la position de la Société Générale soit plausible ? 

Que savait la banque ? C’est ce que l’instruction aurait dû établir avec certitude, et qui de mon point de vue n’a pas été fait. Si on avait saisi les boîtes mails de la hiérarchie, on en saurait certainement davantage. Comment les supérieurs de Kerviel pouvaient-ils ignorer ses activités ? L’élément clef de cette affaire est qu’il n’y a pas eu d’expertise. Kerviel a été condamné à la mort civile en s’appuyant sur un tableau produit par la banque. Il ne faut jamais oublier ce que George Soros m’a dit un jour : “Pour nous les spéculateurs, tout ce qui peut être fait le sera.” Avoir fait porter tout le poids des pertes sur Kerviel sans expertise, c’est du jamais vu dans les annales internationales. Le délit d’abus de confiance pour lequel il est condamné n’existe pas si on prouve que la banque connaissait l’énormité de ses opérations antérieures. Sa condamnation pénale n’était possible que si la banque prouvait qu’elle ne savait pas. Je ne m’explique pas que des juges d’instructions chevronnés aient passé outre l’expertise. 

Quels points l’expertise aurait-elle pu approfondir ? 

Pour chaque transaction, la banque doit consigner ce qu’on appelle des appels de marge. Le responsable du bureau de surveillance des marchés chez Eurex a confirmé qu’ils étaient bien déposés, et pour des montants colossaux, en espèce et en obligations. Le service en charge ne pouvait donc pas ne pas voir que ce trader plaçait et jouait bien plus que tous les autres réunis. Chacun doit comprendre que pour réaliser ses gains Kerviel dépassait allègrement les plafonds auxquels il avait droit en théorie. La banque n’en n’aurait rien su ? Quand même, il y a une part de folie dans ces chiffres : en janvier, au moment où la banque dit “s’apercevoir” des positions prises par Kerviel, il a placé 50 milliards d’euros, soit quelques milliards de plus que l’ensemble des fonds propres de la banque. Que cela soit passé inaperçu est inconcevable : il y a soit une grande incompétence soit un grand laisser-faire. 

D’autant plus, que certains mouvements de trésorerie ne sont que partiellement gérés par Kerviel, comme les dépôts d’obligations. Le témoin Philippe Houbé, courtier de la Fimat, a vu passer les ordres et alertes de Kerviel. Il sait que beaucoup de monde était au courant dans la banque. Il a dit à la barre qu’il y a eu des virements d’autres traders sur le compte de Kerviel. A l’audience, la juge Mireille Filippini aurait pu demander un complément d’enquête. Mais tout s’est passé comme si on n’avait pas voulu entendre ce témoin. Toutes les expertises ont été refusées. C’est problématique. 

Avez-vous le sentiment que Kerviel paye pour la Société générale,  renflouée en 2008 par Christine Lagarde à hauteur de 1,7 milliard que la banque a pu déduire de ses impôts du fait des pertes dues au trader ? 

On est en droit de se le demander. Prétendre aux 1,7 milliard supposait que la banque ne soit pas impliquée elle-même dans la fraude. Il y avait un enjeu très important pour elle à ne pas être condamnée pour défaillance de contrôle grave. La jurisprudence Alcatel du Conseil d’Etat stipule qu’“une société ne peut bénéficier d’une déduction fiscale suite à une fraude si la société a failli dans ses contrôles ou fait preuve de carence manifeste”. Le fisc a offert ces 1,7 milliard d’euros en réduction d’impôts alors que la jurisprudence du Conseil d’Etat ne l’autorisait pas. Interrogé à ce sujet, Moscovici avait promis de faire toute la lumière mais il se retranche désormais derrière le secret fiscal. Ce qui est totalement inadmissible, il s’agit d’emploi de fonds publics. Je ne vois pas comment en ces temps de recherche d’économies on peut faire l’impasse sur une telle somme et la recherche des responsabilités. Convenons que notre démocratie ne va pas bien, quand six ans après, il est toujours impossible de savoir qui a autorisé cette opération en violation de la jurisprudence Alcatel, et pourquoi ? Une certaine idée de la justice et la capacité de résistance de nos sociétés aux forces de l’argent se joue avec le procès Kerviel.

Par Anne Laffeter / Les Inrocks le 12 février 2014

A LIRE AUSSI:  http://www.huffingtonpost.fr/eva-joly/5-questions-sur-laffaire-kerviel_b_4755088.html?utm_hp_ref=tw

 http://www.lesinrocks.com/2014/02/11/actualite/denis-robert-pour-jerome-kerviel-11471729/#.UvqX2mvnfSx.twitter

BRUNO BERTEZ Le Mardi 18 Mars 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

6 replies »

  1. Pur bon sens . C’est clair que Kerviel est juste l’esclave là pour encaisser .
    Il ne fait pas partie de la classe , ne sort ni de centrale , ni de polytechnique , et a cru
    pouvoir faire autre chose que cirrer les pompes .
    Au travers de sa condamnation d’une sévérité inouie , les juges et magistrats nous disent : restz dans le rang . Gauchistes ?

    J'aime

  2. Bonjour,

    Je suis d’assez loin l’affaire Kerviel. Je ne connais donc de l’affaire que ce que les médias en disent et vu leur niveau de fiabilité générale (légèrement proche de 0) , permettez-moi d’être plutôt circonspect en la matière quelque soit le parti adopté.
    Les propos tenus par Eva Joly que vous rapportez sont intéressants. Si je suis très critique quant à son positionnement politique et à son action dans ce domaine, je la respecte profondément en tant que magistrat. Je m’étonne cependant de l’entendre réagir si tard, peut être avec raison, sur ce dossier qui me paraît emblématique de ce qu’on peut appeler "le capitalisme de connivence" qui caractérise, hélas, notre pays. Jérôme Kerviel est-il coupable ou victime? Olivia Dufour, journaliste spécialisé qui tient l’excellent blog "La plume d’Aliocha" (http://laplumedaliocha.wordpress.com/), a suivi de près les deux procès de cette affaire. Elle en a tiré un ouvrage (que je n’ai pas lu, je le précise) "Kerviel, enquête sur un séisme financier" publié chez Eyrolles: "De manière très factuelle, Olivia Dufour aborde successivement le parcours de Jérôme Kerviel, les faits constituant l’affaire de 2005 à 2008, l’enquête, l’instruction, le procès et le jugement. Tout est abordé de manière concise et efficace, on comprend, les termes techniques sont présentés pour bien comprendre le côté hermétique de ce scandale." (http://efelle.canalblog.com/archives/2012/06/17/24518329.html). Je la crois sincère dans sa démarche et avec 45 billets (que je vous invite à lire: http://laplumedaliocha.wordpress.com/category/affaire-kerviel/) consacrés à cette affaire, je crois qu’on peut affirmer qu’elle connaît assez bien le dossier. Bien que ses conclusions quant à la culpabilité de l’intéressé soit en contradiction avec les vôtres, je ne pense pas qu’elle ne partagerait pas tout ou partie de vos vues sur les zones d’ombre qui entourent les agissements du trader et de sa banque.
    "Les condamnés en justice sympathiques ont un avantage non-négligeable sur les autres, ils plaisent aux médias. Ils leur plaisent même si fort que ceux-ci sont prêts à envoyer paître les règles de base du métier de journaliste, vérification, recoupement etc. pour se lancer à corps perdu dans d’étranges exercices d’empathie fusionnelle." (http://laplumedaliocha.wordpress.com/2013/12/11/quand-le-journalisme-derape-dans-lempathie/). Deux procès ont conclu à la culpabilité de Jérôme Kerviel: "Pour ceux qui connaissent le dossier en effet, – et qui ont donc au minimum assisté aux deux procès qui ont duré trois semaines chacun et lu à peu près 300 pages de décisions de justice sans compter l’examen des pièces et les interviews avec les parties, des experts etc. – l’intéressé a commis des infractions qu’il reconnait lui-même et a été condamné". (http://laplumedaliocha.wordpress.com/2014/03/07/des-dangers-de-lapproximation-et-aussi-du-silence/). Je crois me souvenir que l’intéressé s’est plutôt mal défendu, pas très bien conseillé par ses avocats et conforté dans ses positions par une opinion publique qui a toujours les yeux de Chimène pour David quand il s’attaque à Goliath. Je l’ai déjà dit, je suis assez circonspect sur cette affaire mais je me garde bien d’une quelconque affirmation dans un sens ou un autre mais les zones d’ombre existantes n’enlèvent rien à la culpabilité de l’intéressé.
    La Société Générale, elle, me semble être un état dans l’état avec une très et bien trop grande porosité entre sa direction et les centres de pouvoir étatique. Nous sommes clairement en face du pouvoir kleptocratique que vous dénoncez très justement. Pour avoir énoncer certaine vérité, un célèbre blogueur financier a récemment été condamné (http://www.france24.com/fr/20131118-autorite-marches-financiers-amf-sanction-blogueur-societe-generale-reponse-jean-pierre-chevallier/). Bien que l’Autorité Bancaire Européenne (EBA) semble lui donner raison sur ces méthodes de calcul, on ne voit pour le moment rien venir surtout du monde médiatique. Quiconque se met alors, ou se trouve en travers (je pense aux magistrats instructeurs ou à ceux du procès), de ce mastodonte est semblable à cet étudiant chinois de la place Tien An Men face à un char. Difficile d’arrêter le char, non? Il a pour lui un canon, des mitrailleuses, sa masse et surtout son blindage. Dans ce pays, la classe politique et gouvernante s’est toujours ingénié à passer entre les gouttes et à bien se protéger. C’est même devenu sa marque de fabrique et c’est ce qui explique en grande partie le rejet dont elle est actuellement l’objet. A titre personnel, je considère que le véritable combat est contre ces protections indues et l’impunité quasi-générale dont bénéficie cette population. Pour un Jérôme Cahuzac pris la main dans le sac, combien d’indélicats libres de leur geste? Un juge est souvent seul, les avocats peuvent être plusieurs. Regardez quelques épisodes de l’excellente série "The good wife" (http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Good_Wife) pour comprendre, si besoin en était, le mode de fonctionnement des gros cabinets d’affaire. Au passage, vous noterez, je crois, l’intéressant éclairage que cette série porte sur le système judiciaire américain assez méconnu en France. Pas sûr que l’élection du juge soit la solution aux problèmes réels ou non que vous soulevez.

    Bonne soirée

    PS: merci pour votre réponse sur mon commentaire précédent. J’ai apprécié et comprend une partie de votre position.

    J'aime

  3. @H

    L’interview d’Eva Joly a été publiée ce jour in extenso par Médiapart, on y trouve beaucoup de réponses à vos questions. Je n’ai sorti que les points essentiels qui correspondent à mes compétences et à ce que je sais de cette affaire, étant professionnel des marchés financiers, Eva Joly met le doigt sur le point le plus important pour la défense de Kerviel : la Société Générale savait car les positions de Kerviel devaient être "couvertes", garanties et ces garanties ne pouvaient être fournies par Kerviel lui-même, elles dépendaient d’un autre service auquel il n’ avait pas accès.

    J'aime

  4. Les cryptomonnaies çà pose question quand méme . Regardez ce qui se passe en Islande en ce moment . On sait que là bas la question de la crise bancaire a été négociée d’une maniére opposée à la façon grecque et autres .
    Mais tout n’est pas réglé malgré une croissance qu’on pourrait leur envier .
    En particulier reste en suspend la question du controle des changes . Les changes y sont étroitement controlés et limitent par là les investissements étrangers et les investissements des Islandais à l’étranger . Or il existe sur place
    une forte capacité d’investissement qui ne trouve pas à s’employer bien que le pays ait besoin de se diversifier .
    Mais plus singuliérement encore des hedges funds pour un montant de 13 milliards de $ d’aprés ce que j’ai pu comprendre y sont bloqués .
    Hors voilà le pére noel qui arrive avec ses cryptomonnaies . Le 25 mars va étre lancée l’ auroracoin . On s’attend a ce que çà devienne trés vite la 3e cryptomonnaie , et tenez vous bien une distribution de 200 $ , en coins , sera faite à tous les Islandais pour commencer . Ce n’est pas merveilleux ! l’argument principal du promoteur dont la résidence est inconnue et l’identité douteuse est justement de contourner ce controle des changes .
    L’analogie avec le bitcoin ne peut étre évitée , si on se rappelle que le Japon aussi est une ile , qu’ y siégeait la principale plate forme d’échange , et que le bitcoin a été lancé dans un moment similaire pour le Japon , au point de vue monétaire . C’est à dire accalmie du pb bancaire , fin de la déflation , reprise en main politique de la boj et baisse du yen .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s