Cela se passe près de chez vous

Humeur de Loup du Mercredi 16 Avril 2014: C’est un suicide collectif! Par Bruno Bertez

Humeur de Loup du Mercredi 16 Avril 2014C’est un suicide collectif! Par Bruno Bertez

C’est un suicide collectif, prévu, programmé, voulu; et le travail des politiciens est de faire croire :

  • -Qu’ils n’en sont pas responsables alors que tout cela était écrit dans les travaux préparatoires au grand marché européen
  • -Qu’ils luttent contre les conséquences de ce qu’ils ont programmé, ils veulent faire croire que l’on peut à la fois travailler à produire plus de chômage et en même temps œuvrer à le résorber.

Au lendemain des élections européennes, une grande offensive en faveur de la flexibilité et de l’assouplissement des rigidités du marché du travail va être menée à la demande des organismes internationaux. Ce sont les fameuses réformes exigées par Merkel, mais qu’elle a accepté de repousser après les élections. Ces réformes viseront à l’égalisation, en Europe, des coûts du travail afin de la rendre globalement plus compétitive.

C’est comme les inégalités, ils les créent par la politique monétaire et financière, mais ils jurent qu’ils luttent contre elles.

Comme le disait le nouveau porte -parole du gouvernement, Le Foll tout ce que l’on fait est bien, mais ce sont les Français qui ne comprennent rien! Que l’on fasse une chose un jour et le contraire le lendemain, c’est bien ! Que l’on annonce un programme et que l’on fasse le contraire, c’est encore bien ! Qu’on claironne vive la croissance et que l’on ne prenne que des mesures déflationnistes, c’est encore mieux ! Et tout est à l’avenant.

Il faut dire que les français ne valent pas mieux que leurs rois, eux qui donnent 58% de popularité à Valls. Eux qui acceptent les nominations des copains/coquins du Président. 

15 replies »

  1. Mr Bertez, faites confiance aux français, ils comprennent lentement, certes, mais surement. Je suis très confiant pour l’avenir, le peuple a toujours repris la main sur son destin, l’Histoire a sa morale, et nous en a déjà fait la démonstration.

    La progression du taux d’abstention sur ces 20 dernières années et la fuite des parties oligarques , UMP et PS, en sont la démonstration par les urnes. La seule donnée que nous ne maitrisons pas, est la forme de ce retournement qu’elle prendra et quand, la violence de la rue, ou l’expression par référendum redonné au peuple sous sa seule pression.

    J'aime

    • Vous tous qui suivez ici régulièrement les lucides analyses de l’auteur, sachez qu’il n’est qu’un seul mouvement politique sérieux et intègre à décrire la situation réelle.
      Il est le seul à s’adresser à l’intelligence des français sous la forme de conférences brillantissimes, ou d’articles d’une extraordinaire clairvoyance.

      Il ne fait aucun doute que le plus grand nombre d’entre vous sera captivé par ces exposés qui poussent plus loin encore l’analyse du Loup.

      http://www.upr.fr/

      J'aime

      • l’UPR se personnalise au travers de son unique fondateur et activiste connu, Francois Asselineau. Brillant, son discours est séduisant, mais on peut lui reprocher de ne pas mouiller sa chemise en n’animant que de belles conférences, se soustrayant à la discipline imposée quand on se lance en politique, aller au contact des citoyens sur les marchés … en d’autres termes, faire le sale et fastidieux boulot. Sans celà, l’UPR ne fait que des coups dans l’eau, Asselineau en tête, à trop s’écouter en comité fermé.

        Dommage.

        J'aime

      • Je pense que l’UPR organise une conférence à Paris avec ses têtes de liste d’ici peu. Si vous voulez en mettre les coordonnées, n’hésitez pas car nous n’avons pas d’ennemis dans le camp eurosceptique!

        J'aime

  2. Il n’est aucune solution dès lors qu’on ne comprend pas que l’objectif est de liquider la FRANCE
    que ceux qui sont "aux manettes" depuis 40 ans sont soumis à 2 puissances étrangères USA et Israel(pardonnez le pléonasme)
    et toutes les analyses ne permettront pas l’économie d’un MOUVEMENT MASSIF des Français
    BLOCAGE TOTAL DU PAYS
    L’écueil vient du Français combinard qui se pense plus malin que les autres alors qu’il est manoeuvré
    il veut se planquer et que les autres bougent
    Mais LE PLAN est d’obtenir 100% de chômeurs
    pour retirer du panorama notre pays
    qui dispose (encore pour peu) d’une indépendance nucléaire et d’un siège permanent à l’ONU et droit de veto
    TOUT EST DIT
    le reste c’est tourner en rond
    c’est bien ainsi qu’ils laissent les sites et blogs faire leur petite cuisine
    car
    c’est toujours l’autre
    LE RESPONSABLE
    Mettre les mains dans le cambouis et risquer de prendre sur les ongles
    mieux vaut laisser ça ….à l’autre
    Pourtant se fédérer permettrait d’éviter qu’un prochain Mai 68 inévitable ne devienne une nouvelle TERREUR tout aussi inévitable avec ce genre de comportement
    C’est l’explication de mon silence depuis …un moment
    Voir loin a quelque chose de pénible
    et ceci est mon dernier post
    car je ne vois que des intellectuels
    alors pensez CAMBOUIS
    ou chômage en attendant d’être raccourcis par
    une déferlante nommée CHAOS car là
    "Dieu reconnaitra les siens"

    J'aime

    • Liquider la France ? mais bien sûr.. ils n’en ont rien à foutre de la France.. chez nous y a pas de pétrole. Quand les français parlent de "délocalisation", la Najat Belkassem nous explique qu’il s’agit en fait de "relocalisation"… mais elle ne dit pas que les entreprises sont relocalisées en Israêl… Prenez Alcatel Lucent qui licencie des milliers de personnes et qui ouvre un grand centre en Israël… on ne s’étendra pas sur SFR qui vient juste d’être cédé aussi devinez à qui….
      Vous ne croyez tout de même pas qu’Israël avec ses 5% de chômage, son expansion qui n’en finit pas a poussé comme ça par l’action du saint esprit… Pour le Grand Israel, il faut des juifs, il faut du travail, des logements… etc… tout ce qui fait la croissance chez eux et la décroissance chez nous.
      Allez voir le salon à Paris pour l’Alya des juifs et toutes les incitations fiscales pour les entreprises et pour ceux qui prendraient la nationalité… vous verriez vite où se trouve le plus grand paradis fiscal… et puis, ça vous donnerait une autre approche de l’attitude de Valls et de comment il nous la joue avec cette pseudo montée d’antisémitisme en France… 600 000 juifs à faire partir, ça mérite bien un sketch avec Dieudonné Non ???
      Je plains vraiment cette communauté et l’instrumentalisation qui en est faite… et bien dommage qu’on ne puisse pas plus s’exprimer sur cette question sans être agressé.

      En attendant, on va faire comme les trois singes… au moins, on aura pas de nœud dans la cervelle a essayé de comprendre, l’incompréhensible. La vie m’a appris que la connerie est toujours insondable.

      J'aime

    • Cette remarque est très importante.

      J’attire votre attention dessus. La marge qui sépare la critique du sionisme de l’antisémitisme est très étroite. Seuls ceux qui sont parfaitement informés, qui ont beaucoup étudié et qui savent s’exprimer précisément réussisent à tirer leur épingle du jeu dans cet exercice délicat de la critique d’Israel. Il ne fait aucun doute qu’Israel est criticable, mais c’est un exercice très difficile que de le critiquer. Seul celui qui a l’âme totalement pure, peut tenter de le faire.

      Et encore! Nous lisions récemment l’ouvrage phare d’Israel Shahak intitulé "Histoire Juive, religion Juive, Le poids de trois Millénaire". C’est un ouvrage indispensable pour qui, honnête homme, veut comprendre Israel, l’influence du fondamentalisme religieux, la société Israelienne, les juifs dans le monde. Bien que l’auteur soit juif, fondateur de La Ligue israelienne des Droits de l’Homme, ses critiques du chauvinisme religieux peuvent être mal interprétées.

      Bien peu sont capables de le faire sans tomber dans l’équivoque. La confusion entre la critique d’un système, la critique d’une politique étrangère ou d’une géopolitique s’introduit aisément. Déja , le travail que nous faisons et qui consiste à faire l’analyse critique de la dérive financière et kleptocratique, ploutocratique de nos sociétés est délicate. certains sont tentés de franchir le pas et nous devons être vigilants pour qu’ils ne le fassent pas. Ce qui est en cause c’est un Système qui a ses lois de fonctionnement, ou plutot ses biais de dysfonctionnement. Les personnes. même celles qui croient avoir un rôle de direction dans le Système n’en sont que les apparents gestionnaires, ce sont ce que j’appelle des possédés, ce qui fait sourire quand on sait que ce sont en même temps des ultra possédants.

      Le racisme est un piège ignoble qui a été tendu par les ultra-possédants aux classes moyennes lors de la derniére grande crise des années 20. Cela a été pour eux le moyen d’éviter le bolchevisme et quand Hitler à disparu, alors ces fauteurs de guerre, ces réels fascistes ont retourné leur veste et ont été les premiers à dénoncer ce qu’ils avaient suscité. D’ou la citation prêtée à Churchill que nous rappelons souvent.

      Pour ces raisons, nous seront radicalement prudents, aux limites de l’intolérance.

      J'aime

      • Tres pertienent point que vous soulevez là !: l’homme devient possédé par ce qu’il souhaite posséder de manière démesurée . En fait ils (les klepos) sont à plaindre , ils sont en fait plus esclaves que nous !

        J'aime

  3. Gattaz s’est fait baiser!

    Désolé d’être grossier, mais il faut savoir appeler un chat un chat et utiliser les mots qui parlent. Inutile d’atténuer ce qui, normalement, mériterait d’être amplifié. Gattaz n’a aucun sens politique, ou alors, s’il en a, c’est pour jouer contre son camp. Qu’il le veuille ou non, dans l’esprit du public, il est associé à l’UMP et quand on le ridiculise, eh bien, c’est l’UMP qui est ridiculisée.

    C’était le but recherché par les rusés de l’Elysée et il est atteint.
    Rien de tel que de faire passer le Patronat et l’UMP pour antisocial, le couteau entre les dents, pour passer soi-même comme social.

    La nouvelle gauche peut ainsi à bon compte passer comme défenseur des travailleurs et des jeunes en criant haro sur le baudet Gattaz !

    Quelle honte. La nouvelle gauche, habile il faut le dire, est en train d’essayer de faire avaler la pire politique antisociale qui se puisse imaginer. Elle se couche devant l’Allemagne, qui n’a qu’une hâte, c’est que l’on baisse le niveau de vie des Français et qu’on leur rabatte leur caquet. L’Allemagne veut que, plus jamais, il ne soit question de solidarité en Europe et qu’elle ne soit plus jamais mise à contribution. Pour cela, il faut, pour maintenir le niveau de vie allemand, baisser celui des autres, procéder à ce que l’on appelle des dévaluations internes. C’est la logique du Pacte de Responsabilité: dévaluer, baisser les prix de revient des entreprises, en amputant les transferts et salaires indirects.

    La logique politique, politicienne, de l’opération est de transférer la responsabilité du chômage sur les patrons, le Medef, la droite, les chefs d’entreprise, etc. Et nos idiots n’ont pas compris le piège: maintenant si le chômage ne baisse pas, ou pas assez, ce sera la faute des patrons, de la droite, bref des classes sociales qui ne votent pas socialiste. Comme cela s’est produit avec les cadeaux scélérats faits aux naifs hôteliers restaurateurs, ils sont apparus comme des profiteurs irresponsables, sans cœur; ils ont touché les cadeaux fiscaux et ils n’ont pas tenu parole, ils ont augmenté leurs marges au lieu d’embaucher et de monter les salaires.

    Voilà notre Don Quichotte qui part en guerre contre le SMIC en reprenant la mesure honnie, sur laquelle la droite s’est cassé la figure, la mesure d’un SMIC pour les jeunes. C’est une mesure qui fait l’unanimité contre elle. Même Parisot est venue claquer notre Gattaz et faire le lit des socialistes. Pour une fois, je crie « vive Parisot ».

    L’Elysée l’a intoxiqué, lui a fait croire que c’était d’actualité, du genre « armons nous, partez » et notre Gattaz est tombé dans le panneau; ils n’ont eu qu’à tirer le tapis et notre chef zozo est tombé, le nez dans le ruisseau, comme on dit.

    Le patronat n’a pas à jouer les supplétifs des politiciens, même s’il est honoré d’être reçu dans les palais présidentiels. Il n’a pas autre chose à faire et à dire que ceci: « démerdez-vous, mais faites-nous une politique qui conduit à la prospérité pour tous ». Voilà le seul langage que peut et doit tenir un responsable. Tout le reste est confusion des genres et des rôles, piège, et, par conséquent, affaiblit, dans le pays, le soutien aux entreprises, aux chefs d’entreprises et même aux cadres. Un système ne survit que s’il a des alliés, des soutiens; il ne survit pas en se faisant l’apôtre de la misère et de la régression.

    Quand on mange avec le diable, Gattaz, il faut une longue cuiller. Et ce n’est pas en couchant avec la deuxième gauche, les Saint-Simoniens et les gens du Club du Siècle, que l’on acquiert une légitimité. On se fait des copains, ou des complices, rien de plus.

    Non, la légitimité, c’est quand on est fier de mener une mission d’intérêt général, la production de richesses, et que l’on explique bien clairement que tout le monde doit en bénéficier.

    Nous soutenons que l’existence du SMIC est l’une des causes du chômage, en particulier du chômage des jeunes et des gens sans qualification. Nous soutenons que chacun doit être libre d’offrir la seule chose qu’il a, sa force de travail, au prix qui lui convient. Chacun doit être libre de choisir la dignité et de se dire, je vais réussir, je gagne peu maintenant, mais j’ai le pied à l’étrier, je vais me rattraper plus tard.

    Nous soutenons que le SMIC, c’est un moyen de bloquer, de cartelliser le marché du travail au profit des gens en place, et de ceux qui sont largués, dépassés, inefficaces. Le SMIC est une mesure de protection contre les jeunes et les gens peu qualifiés. Il faut oser le dire.

    Notre analyse est incontournable, on a voulu la mondialisation, la mise en concurrence de tous les travailleurs du monde, il faut en tirer les conséquences et permettre que nos travailleurs, avec leurs atouts, relèvent le défi. Le seul avantage de la mondialisation, c’est la baisse des prix, la déflation des prix, tout doit devenir moins cher, plus abordable. Mais on empêche la baisse des prix car cela gêne ces messieurs les banquiers et les grands endettés. Alors on refuse la baisse des prix, l’ajustement des salaires et on met les jeunes et les moins qualifiés au rencart. La vraie lutte des classes , elle est là, dans cet antagonisme. Nous soutenons qu’une fois le SMIC supprimé, cela libérera les vraies énergies, pas celles des fonctionnaires bien sur; les forces vives seront enfin lâchées. Le coût du travail s’ajustera à sa valeur, compte tenu des qualifications, des formations, des compétences et des mérites et, bien sûr, des outils disponibles. On arrêtera de nous bassiner avec la solidarité qui tue l’effort et on investira, on relèvera, sans chaînes aux pieds, les défis de la modernité.

    Cela, c’est le Patronat et l’UMP qui devraient le dire. C’est l’intérêt général, que de dire: « il faut faire confiance aux Français, ils sont capables de se réveiller, de sortir de la rente, de se battre et, au terme d’une période d’adaptation, d’envisager d’avoir, enfin, à nouveau un avenir. Hélas, personne n’est en charge de l’avenir, personne ne pense aux générations futures, personne ne dépasse le petit catégoriel douillet du moment.

    J'aime

  4. Je suis d’accord avec l’article, je m’étonne des 58% pour Valls ! Comment peut-on encore croire que les politiques (Gauche, Droite ou Centre) nous sortiront d’un trou noir. J’ai rencontré Olivier Delamarche la semaine dernière et nous sommes restés interrogatif sur un point : Après tout ce qui s’est passé en Grêce, en Espagne, ou à Chypre comment se fasse t-il que personne n’en soit venu au meurtre d’un ou plusieurs membres de Chez Goldman Sachs !
    Sommes-nous devenus des moutons aseptisés, tout juste bon à la révolution derrière un écran PC ?

    J'aime

    • 58% de satifaits pour valls …..perso je n’y crois pas ,ce n’est qu’un mensonge de plus de la part des merdias à la botte de l’élysée ; quand à faire la peau à des membres de goldman machin , ça ne doit pas être évident , ces foireux là vivent dans des endroits blindés et innaccéssible tant ils sont conscient de la grande haine qu’ils provoquent de par leurs saloperies à l’égard des citoyens ;

      J'aime

  5. C’est le retour à la case départ le petit peuple du monde du travail a oublié que la lutte des classes c’est un combat sans merci et sans honneurs mais pour qu’il y est un combat il faut un adversaire ainsi toute l’intelligence de la classe dirigeante n’a été de cesse de nous expliquer que la lutte des classes c’était du passé grâce aussi il faut le rappeler à la traitrise des syndicats maintenant on est tous des collaborateurs ça fait bien dans la conversation !… mais en réalité ce mot est employé à bon escient car en effet on collabore au retour de notre mise en servage !….

    J'aime

  6. Il faut oser menacer l’optimum des Allemands.

    En l’absence de dévaluation interne, c’est à dire d’austérité pour les pays déficitaires, l’Europe se trouverait face à un choix, soit laisser filer l’euro à la baisse, soit pousser les Allemands et les pays du Nord vers la sortie en exigeant d’eux, pour que l’euro tienne, qu’ils paient. Payer, c’est ce que l’on appelle accepter la solidarité.
    Il n’y a aucune raison pour que le mode de vie ou la productivité Allemande ou encore la spécialisation économique Allemande soient la norme européenne. La diversité du monde global montre bien que de nombreux cas de figure sont possibles, tout le monde ne s’aligne pas sur les Allemands. On vit bien, même en n’étant pas Allemand!
    L’Allemand, visiblement à ce jour ne veut ni sortir, ni payer.

    Il ne veut pas sortir car il ne veut pas perdre ses débouchés européens et voir sa devise s’envoler ce qui nuirait à sa compétitivité. Hors de l’euro, le nouveau DM retrouverait son statut, celui de monnaie de réserve, de spéculation et de repoussoir du dollar. Il perdrait aussi une grande partie des créances qu’il a sur le système européen, Target 2.Toute la politique économique et sociale de l’Allemagne vieillissante qui consiste à faire assurer les retraites de ses vieux par le reste du monde tomberait à l’eau.
    L’Allemand ne veut pas payer car cela nuirait à son niveau de vie, réduirait ses investissements, appauvrirait le pays, ce qui briserait le cercle vertueux dans lequel il s’inscrit. Les arguments moraux ne jouent pas en matière politique ou géopolitique. Par ailleurs, s’il payait, il y a fort à parier que les pays dits du Sud et la France s’installeraient dans le confort de la paresse, ils vivraient aux crochets de l’Allemand. C’est humain.

    Le niveau de l’euro entre euro fort et euro moyennement fort, est un optimum. Il assure aux Allemands un pouvoir d’achat mondial élevé, un droit de prélèvement sur la richesse globale élevé, mais il permet l’équivalent d’une gestion mercantiliste. Sans être trop critiqué pour cela. On se souvient des attaques contre les Allemands dans le passé n’est-ce pas ? Là, ils sont tranquilles, couverts en quelque sorte par ces pestiférés du Sud et les Français;
    Sacré optimum.

    Il est sûr qu’un peu de perspicacité ou de sens de l’intérêt national dessillerait les yeux des pays du Sud et de la France. Ils joueraient de leur faiblesse, qui renversée devient une force, un peu comme au judo. Ils prendraient appui sur la force du maître pour jouer leur carte d’esclave. Ils menaceraient donc cet optimum. Et nul doute qu’ils rencontreraient des alliés en Allemagne. Ils rencontreraient des alliés en Allemagne, tout comme les maîtres Allemands trouvent des alliés en France, des collabos qui voient dans l’arrimage la possibilité de mater les citoyens Français, de les faire se tenir tranquille alors qu’ils leur imposent la régression.

    On nous demande souvent, mais qu’avez-vous contre la régression, ne vivons-nous pas au-dessus de nos moyens?

    Nous répondons :

    -Ce sont les gouvernements qui vivent au-dessus de nos moyens!
    -Ce sont les fonctionnaires chéris de ces gouvernements qui vivent au-dessus de nos moyens!
    -Ce sont les banques qui vivent au-dessus de nos moyens!
    -Ce sont les assistés tricheurs qui vivent au-dessus de nos moyens !

    Nous avons connu 35 ans de gains de productivité accélérés, nous avons été mis au chômage tellement il y avait de progrès dans les processus de production de richesse, tellement nous sommes efficaces, nous avons été privés des bénéfices de ces progrès et on voudrait en, plus que nous acceptions la régression? Non seulement nous avons été les laissés pour compte, mais en plus on veut confisquer ce qui reste!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s