Allemagne

Geopolitique Friction du Dimanche 20 Avril 2014: Il faut oser menacer l’optimum des Allemands Par Bruno Bertez (Actualisé le Mardi 22 Avril)

Geopolitique Friction du Dimanche 20 Avril 2014: Il faut oser menacer l’optimum des Allemands Par Bruno Bertez (Actualisé le Mardi 22 Avril)

L’historiographie dominante est fondée sur un kolossal mensonge: l’existence de ruptures en matière historique. On veut, aux plus hauts niveaux, faire croire aux peuples que l’Histoire n’est pas continue, qu’il y a des « avant » et des « après ». Par exemple, un avant Hitler, avec Stresemann qui aurait été un type bien, ouvert,  et par exemple, un après la défaite avec Adenauer et autres.  La réalité est que l’histoire est un continuum, qu’elle a des fils conducteurs et que c’est en suivant ces fils que l’on peut la comprendre. L’Allemagne est une « une », continue, telle qu’en elle-même, voilà ce qu’il faut cacher.  Avec sa volonté de puissance et de domination. Et ce n’est pas un hasard si après  le « non » au référendum, en 2005, l’ordre a été donné d’intensifier la propagande en France, de réécrire les livres scolaires et de les infléchir dans le sens européiste. Nous y reviendrons.

Hitler n’est pas un accident, une aberration de l’Histoire.  Il est l’émergence de courants qui traversent aussi bien l’Allemagne, le peuple allemand que la France, le peuple, la société française. Voilà ce qu’il faut oser dire, l’Allemagne ne serait pas devenue nazie s’il n’y avait pas eu le risque bolchevique, si les patrons français n’avaient pas rêvé de la Révolution Nationale, si la synarchie n’avait pas travaillé souterrainement. Et si le capital anglo-saxon n’avait pas joué cette carte.

Déjà dès 1923, avec Stresemann, l’Allemagne préparait sa revanche, et réarmait en cachette avec l’aide des  Anglo-saxons déjà, la signature du Pacte de Locarno était une mystification, déjà la propagande essayait de préparer la fameuse « Europe » aux objectifs futurs, ceux des Anglo-saxons de constituer une zone unifiée sous l’hégémon allemand, au détriment de la France. Ce n’est pas pour rien si les Anglo-saxons ont trahi la France sur la question des réparations! Ce qu’ils voulaient, ce qui les intéressait déjà, c’était « le commerce et la finance ». 

Stresemann Chamberlain and Briand During the Locarn

stresemann-chamberlain-and-briand-during-the-locarno-conference.jpg (473×355)

Ce que l’on cache, c’est que la construction européenne n’était ni spontanée, ni européenne, mais une condition mise par les Américains à leur aide! C’était un chantage. Que l’on a habilement retourné, par le génie de la propagande, en son contraire. La construction européenne était un chantage, quelque chose d’imposé par les Américains que l’on a retourné en son contraire, à savoir une construction destinée à faire pièce, à s’opposer à eux! Il faut saluer le génie des propagandistes à faire accepter les vessies pour les lanternes, la construction européenne n’a jamais eu pour objectif de renforcer l’Europe face aux USA, mais d’en faire un vassal sous deux aspects .On a réussi à retourner ce qui était un acte de soumission en un défi, chapeau! Il faut relire le Général de Gaulle sur ces questions.

Les deux aspects qui intéressaient les Américains sont, dans une vision de long terme:

  • - aspect grand marché de libre échange dans lequel ils pénétreraient comme dans du beurre,
  • - aspect glacis protecteur contre la menace soviétique.

Lisez les mémoires de Kissinger et d’Acheson, c’est cyniquement clair.

L’euro, sous son aspect hégémonie allemande, est un carcan, il a pour fonction d’imposer les « valeurs » allemandes, pas seulement les valeurs économiques et financières. Il a surtout pour objectif d’interdire aux Français de recourir, comme ils l’ont toujours fait, aux dévaluations, pour, périodiquement, restaurer leurs équilibres économiques.

Permalien de l'image intégrée

L’objectif de l’euro est d’interdire ces dévaluations par lesquelles le Français se remettait en selle. Ce que l’on appelle la stabilité monétaire doit être vu sous son aspect symétrique, l’aspect carcan, blocage, qui étouffe.

L’Allemand par son euro-DM a eu l’intelligence, avec l’aide des Anglo-saxons de prendre le Français par son point faible, le goût de la rente, le goût séculaire du bas de laine. Il a eu l’intelligence, ou l’intuition, de capitaliser sur  son fonds commerce à savoir, le tropisme des ultra-riches français et du très Grand Patronat pour l’Ordre, la Discipline, la Résignation, bref sur la fascination pour la fameuse Révolution Nationale. Il suffit d’écouter Gattaz parler de la chienlit pour le comprendre.

L’arme des Allemands, c’est donc l’euro, le carcan qui enferme. Le carcan qui asphyxie et que l’on desserre, comme en ce moment, quand il faut être prudent et ne pas risquer,  par un vote aux européennes, de donner la part trop belle aux eurosceptiques.

Le choix allemand de l’euro-DM, soutenu par les couches kleptos françaises et les sociaux-démocrates Collabos, est, comme prévu et écrit en 2000, un moyen pour obtenir reddition. Ce choix n’est pas un choix monétaire, c’est un choix politique. Comme l’ont écrit les Américains à l’époque, il faut qu’il s’impose de lui-même, sans vote, sans débat.  Les Américains ont théorisé cette idée que les colonisations, par le libre-échange et la finance, sont aussi efficaces que celles qui sont faites par les armes. Cela a été mis en œuvre, partiellement, en pratique, avec le Canada.

L’euro, dans sa fonction politique, repose sur l’interdiction des dévaluations externes et l’obligation de dévaluations internes.

Permalien de l'image intégrée

En l’absence de dévaluation interne, c’est à dire d’austérité pour les pays déficitaires, l’Europe se trouverait face à un choix, soit laisser filer l’euro à la baisse, soit pousser les Allemands et les pays du Nord vers la sortie. Pour les pousser vers la sortie, il suffirait d’exiger d’eux  qu’ils paient. Payer, c’est ce que l’on appelle recourir à  la solidarité. Comme en 39-45, les Allemands veulent bien conquérir, dominer, mais ils veulent que ce soient les pays conquis qui paient, leur propre asservissement, pas eux.

Il n’y a aucune raison pour que le mode de vie ou la productivité allemande ou encore la spécialisation économique allemande soient la norme européenne. La diversité du monde global montre bien que de nombreux cas de figure sont possibles, tout le monde ne s’aligne pas sur les Allemands. On vit bien, même en n’étant pas allemand!

BD968B41-FBB9-4BE4-A7C4-02E1E3770210_mw1024_n_s(2).jpg (570×366)

L’Allemand, visiblement à ce jour ne veut ni sortir, ni payer.

Il ne veut pas sortir car il ne veut pas perdre ses débouchés européens et voir sa devise s’envoler ce qui nuirait à sa compétitivité. Hors de l’euro, le nouveau DM retrouverait son statut, celui de monnaie de réserve, de spéculation et de repoussoir du dollar. Il perdrait aussi une grande partie des créances qu’il a sur le système européen, Target 2.Toute la politique économique et sociale de l’Allemagne vieillissante qui consiste à faire assurer les retraites de ses vieux par le reste du monde tomberait à l’eau.

gateway.aspx (750×500)

L’Allemand ne veut pas payer car cela nuirait à son niveau de vie, réduirait ses investissements, appauvrirait le pays, ce qui briserait le cercle vertueux dans lequel il s’inscrit. Les arguments moraux ne jouent pas en matière politique ou géopolitique. Par ailleurs, s’il payait, il y a fort à parier que les pays dits du Sud et la France s’installeraient dans le confort de la paresse, ils vivraient aux crochets de l’Allemand. C’est humain.

Le niveau de l’euro entre euro fort et euro moyennement fort, est un optimum. Il assure aux Allemands un pouvoir d’achat mondial élevé, un droit de prélèvement sur la richesse globale élevé, mais il permet l’équivalent d’une gestion mercantiliste. Sans être trop critiqué pour cela. On se souvient des attaques contre les Allemands dans le passé n’est-ce pas ? Là, ils sont tranquilles, couverts en quelque sorte par ces pestiférés du Sud et les Français.

Sacré optimum.

45859.jpg (468×280)

Il est sûr qu’un peu de perspicacité ou de sens de l’intérêt national dessillerait les yeux des pays du Sud et de la France. Ils joueraient de leur faiblesse, qui renversée devient une force, un peu comme au judo. Ils prendraient appui sur la force du maître pour jouer leur carte d’esclave. Ils menaceraient donc cet optimum. Et nul doute qu’ils rencontreraient des alliés en Allemagne. Ils rencontreraient des alliés en Allemagne, tout comme les maîtres Allemands trouvent des alliés en France, des collabos qui voient dans l’arrimage la possibilité de mater les citoyens Français, de les faire se tenir tranquille alors qu’ils leur imposent la régression.

Permalien de l'image intégrée

On nous demande souvent, mais qu’avez-vous contre la régression, ne vivons-nous pas au-dessus de nos moyens?

Nous répondons :

-Ce sont les gouvernements qui vivent au-dessus de nos moyens!

-Ce sont les fonctionnaires chéris de ces gouvernements qui vivent au-dessus de nos moyens!

-Ce sont les banques qui vivent au-dessus de nos moyens!

-Ce sont les assistés tricheurs qui vivent au-dessus de nos moyens !

Nous avons connu 35 ans de gains de productivité accélérés, nous avons été mis au chômage tellement il y avait de progrès dans les processus de production de richesse, tellement nous sommes efficaces, nous avons été privés des bénéfices de ces progrès et on voudrait en, plus que nous acceptions la régression? Non seulement nous avons été les laissés pour compte, mais en plus on veut confisquer ce qui reste!

Permalien de l'image intégréetumblr_static_dont_tread_on_me1.png (576×288)

Complément documentaire :

Bien entendu, la censure règne sur tout ce qui pourrait jeter le doute sur la "pureté des intentions" européennes exprimées à la fois par les "visionnaires" de l’Europe, les politiciens stipendiés par l’étranger, les médias et les faux chercheurs. Même pris la main dans le sac du mensonge historique, ils nient et mentent. La répétition des mensonges se charge du reste, faire oublier, travestir. 

L’ennui est qu’aux Etats-Unis, il existe encore des  obligations de transparence. Elles sont de plus en plus bafouées, mais elles sont encore, comparées à la situation Européenne, considérables. 

La déclassification des documents secrets est périodique, elle permet de comprendre l’histoire, ce qui est essentiel, mais surtout de toucher du doigt l’un des ressorts de cette histoire récente: la manipulation. 

La lecture des documents déclassifiés permet d’étayer certaines intuitions, comme celles de de Gaulle, ou certaines thèses dites conspirationnistes. Tout ceci complète fort bien la lecture attentive des mémoires des grands acteurs de l’histoire. Certes, ces mémoires sont biaisées, mais elles fournissent une trame essentielle pour la compréhension et la restitution des faits. 

Ainsi, les documents des services secrets américains ont été déclassifiés en 2000. 

Bien peu de chercheurs les ont compilés, surtout en Europe. 

Le correspondant Européen du Daily Telegraph à Bruxelles, Ambrose Evans-Pritchard l’a fait. Voici ce qu’il écrit le 19  septembre: 

"Des documents secrets du gouvernement américain qui viennent d’être déclassifiés montrent que la communauté des services secrets américains a mené une campagne, tout au long des années 50 et 60 afin de promouvoir l’unification européenne. 

Les dirigeants du Mouvement Européen étaient tous stipendiés comme des employés par leurs parrains Américains. Le rôle des Etats-Unis fut camouflé comme pour une opération secrète." 

Les documents expliquent en effet que l’argent transitait par l’ACUE, American Committee on United Europe, il venait des fondations des kleptos chefs, Ford et Rockfeller. 

Selon le journaliste Britannique, "Une note émanant de la Direction Europe datée du 11 Juin 1965, conseille au Vice-président de la Communauté Economique Européenne, Robert Marjolin, de poursuivre de façon subreptice l’objectif d’une union monétaire. Cette  note recommande d’empêcher tout débat jusqu’au moment où l’adoption de telles propositions deviendraient virtuellement inévitables". 

Ces documents ne sont en général consultés que par de vrais chercheurs, ceux qui refusent de prendre pour argent comptant l’historiographie tronquée des livres scolaires et des propagandistes aux ordres. La lecture d’ouvrages soigneusement cachés au grand public comme ceux de Pierre de Villemarest ou d’Annie Lacroix Riz fait saillir quelques émergences, vite balayées par les chiens de garde journalistiques de la bien-pensance. 

Il suffit, avec ces informations présentes à l’esprit, de relire les discours du Général de de Gaulle et en particulier son intervention du 15 Mai 1962 pour faire les liaisons qui manquent. 

L’activité interventionniste et manipulatrice des services américains est colossale en Europe. Elle se fait par de détours bizarres, mais non contestables. Certaines loges maçonniques, et pas seulement en Italie, sont contrôlées à la tête. Ainsi les Services sont intervenus de façon appuyée en France lors de l’élection de Mitterrand. L’argent américain a coulé à flots jusqu’au départ des communistes. Les canaux étaient: certaines associations étudiantes et groupuscules violents, certains syndicats anti-communistes, la secte Moon en réalité émanation spirituelle artificielle contrôlée par la CIA, une partie du patronat au plus haut niveau, des élus, des officines. Nous même, avons été aux premières loges, objet de sollicitations "par des intermédiaires disposant de valises de billets neufs" afin de favoriser certaines opérations de propagande et déstabilisation…. 

Le nerf de la guerre de tout activisme, c’est l’argent. Sans argent on ne fait rien et les Américains n’ont aucun scrupule, ils utilisent tous les canaux, qui vont de l’Unesco aux syndicats jaunes, aux sectes religieuses, aux groupuscules dits trotskistes, etc. Les multiples contrôles sur les circuits de l’argent occulte en Europe, les opérations mains propres, paradoxalement, renforcent le  pouvoir discret des services Américains, tout le monde est touché à la caisse par les contrôles sauf eux, cela leur laisse le champ libre.

EN LIEN:  Ambrose Evans-Pritchard – Bruxelles

Daily Telegraph, le 19 septembre 2000

Des documents déclassifiés du gouvernement américain montrent que la communauté du renseignement des États-Unis a mené une campagne dans les années 1950 et 1960 pour favoriser l’unification de l’Europe. Celle-ci finança et dirigea le Mouvement fédéraliste européen.

 Les documents confirment des soupçons émis à l’époque : en coulisse, l’Amérique travaillait avec acharnement à pousser la Grande-Bretagne à s’intégrer à un État européen. Un memorandum, daté du 26 juillet 1950, donne des instructions pour une campagne visant à promouvoir un véritable parlement européen. Il est signé par le Général William J. Donovan, chef du Bureau américain des services stratégiques en temps de guerre (OSS), l’ancêtre de la CIA.

 Certains de ces documents, découverts par Joshua Paul, chercheur à l’Université de Georgetown à Washington, avaient été mis à disposition par les Archives nationales américaines. Le principal levier de Washington sur l’ordre du jour européen était le Comité Américain pour une Europe Unie (ACUE : American Committee on United Europe), créé en 1948. Donovan, qui se présentait alors comme un avocat en droit privé, en était le président.

 Le vice-président, Allen Dulles, était le directeur de la CIA pendant les années 1950. Le comité comptait parmi ses membres Walter Bedell Smith, le premier directeur de la CIA, ainsi que d’anciennes personnalités et des responsables de l’OSS qui travaillaient par intermittence pour la CIA. Les documents montrent que l’ACUE a financé le Mouvement européen, l’organisation fédéraliste la plus importante d’après-guerre. En 1958, par exemple, l’ACUE a assuré 53,5 % du financement du mouvement.

 L’European Youth Campaign, une branche du Mouvement européen, était entièrement financée et contrôlée par Washington. Son directeur belge, le Baron Boel, recevait des versements mensuels sur un compte spécial. Lorsqu’il était à la tête du Mouvement européen, Joseph Retinger, d’origine polonaise, avait essayé de mettre un frein à une telle mainmise et de lever des fonds en Europe ; il fut rapidement réprimandé.

 Les dirigeants du Mouvement européen – Retinger, le visionnaire Robert Schuman et l’ancien premier ministre belge, Paul-Henri Spaak – étaient tous traités comme des employés par leurs parrains américains. Le rôle des États-Unis fut tenu secret. L’argent de l’ACUE provenait des fondations Ford et Rockefeller, ainsi que de milieux d’affaires ayant des liens étroits avec le gouvernement américain.

 Paul Hoffman, directeur de la Fondation Ford et ex-officier de l’OSS, fut également à la tête de l’ACUE à la fin des années 1950. Le Département d’État y jouait aussi un rôle. Une note émanant de la Direction Europe, datée du 11 juin 1965, conseille au vice-président de la Communauté Économique Européenne, Robert Marjolin, de poursuivre de façon subreptice l’objectif d’une union monétaire.

 Elle recommande d’empêcher tout débat jusqu’au moment où « l’adoption de telles propositions serait devenue pratiquement inévitable ».

Traduit de l’anglais par Laurent Dauré.

http://www.upr.fr/actualite/europe/des-federalistes-europeens-finances-par-des-chefs-de-lespionnage-americain

156813599_d29a757530.jpg (500×400)

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 20 Avril 2014 (Actualisé le 21 et 22 Avril)

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON: 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

16 replies »

  1. OBJECTIVITE

    Pensez …partie d’Echecs
    La partie se termine
    Il nous reste quelques pions esseulés face à un adversaire disposant de sa reine,,tour,fou,cheval etc…
    et on interrompt la partie en philosophant. expliquant aux observateurs ce qu’il serait possible si….
    et les embarquant dans du conditionnel
    Voyez dans cet "interlude" la tête de l’adversaire qui SAIT la suite.Son sourire amusé…

    -l’ami de ma fille vient régulièrement chez nous et c’est réciproque;il est chez nous comme chez lui.Il est Allemand.et à la maison cette semaine

    "Prendre un repas à la terrasse au soleil ,en Avril!….
    en Allemagne,vous n’y pensez pas!"

    Pour un" pays de soleil",vous ne pensez quand même pas qu’il vont éternellement vivre sous la pluie?chez eux?
    Non,proposer de les pousser vers la sortie!vertigineux!

    il faudra que je lui en parle

    Il faut revisiter "La cigale et la fourmi"

    Le DRAME Français,c’est que les 15% des Français qui vivent au-dessus de NOS moyens s’accrochent à leurs privilèges injustifiés quand le navire commence à sombrer
    Navire "FRANCE"-(souvenir)que nous avons ensemble construit. ce navire.
    ils nous ont remplacé (la main d’oeuvre) par des robots,nous ont mis à fond de cale (smic) et trouvent qu’il faut délester et nous passer pas dessus bord
    N’y aurait-il pas mieux à faire?

    La réponse se trouve dans mon dernier post d’hier
    apprécié par 1 d’entre vous(Il OSE.Je le salue)

    Vous pourrez tourner autour du pots si vous voulez,mais le navire coule
    et les Allemands ne vont pas écoper
    ni les 15%
    Nous ferons le travail
    à NOS CONDITIONS
    INTERESSEMENT AUX BENEFICES
    par une LOI
    RATIFIEE par LE REFERENDUM
    du toujours PEUPLE SOUVERAIN
    si vous daignez l’ENSEIGNER
    Sinon
    TOUT LE MONDE COULERA
    et LES ALLEMANDS S’INSTALLERONT….CHEZ VOUS

    Jean-Pierre Forrez

    Mon nom est le prix de ma LIBERTE à VOTRE service

    Très amicalement

    J'aime

  2. Je ne comprends pas trop où vous voulez en venir avec cet article de même que celui que vous avez écrit il n’y a pas si longtemps sur le même sujet (les allemands). Que reprochez-vous aux allemands ? D’être des allemands ? Ils ont tjs agit ainsi depuis le siècle dernier, Bismarck etc.
    Il fallait réfléchir avant de faire cette foutue monnaie unique car cela faisait parti des risques de départ.
    Alors on peut tjs éructer, menacer, les allemands ne changeront pas. C’est une impasse. Qui plus est la France est isolée. Les autres pays du Sud ne nous suivent pas, on l’a vu avec les pitoyables tentatives de notre gouvernement-poire d’aller taper à la porte des italiens et des espagnols pour les rallier à une position commune contre l’Allemagne.
    Les autres pays du Nord sont aussi derrière les allemands.
    D’ailleurs on ne nous impose pas gd chose. Le pacte de stabilité ? Un petit retour aux 3% de déficit ? 3% qd même ! 60MM de déficit par an ? C’est très loin de l’austérité ou de la regression, c’est juste un peu moins la gabegie et l’abondance.
    Depuis que Draghi a réussi par sa parole à stabiliser les taux on est dans le statu-quo.
    Avec en plus un jeu de dupe, car avec un tel niveau de dettes, et vu le niveau exécrable de l’économie mondiale, je vois mal les pays endettés se refaire une santé, avec ou sans l’Euro.
    Le dénouement sera politique et/ou géopolitique. L’Allemagne est loin d’être notre pb n*1 non ?

    J'aime

    • Ce qui n’est pas reconnu comme angoissant, effrayant, menaçant dans la période de veille, le jour, revient vous hanter la nuit sous forme de Nightmare. Cauchemard.

      Vous verrez la suite de nos développements sur ce thème dans les semaines qui vont précéder les élections européennes. Le blog est conçu comme un feuilleton, les épisodes se suivent avec des fils conducteurs

      .L’un des fils conducteurs est la Collaboration franco-Allemande, façon année 30 puis Vichy, puis post Vichy avec la soi-disante construction d’une Europe digne et indépendante en réalité Mitteleuropa souhaitée par les pangermanistes et les américains.

      Ah la Révolution Nationale, comme on en a la nostalgie! Sait-on que le père de l’Europe, Schuman, a été ministre de Vichy, a voté les pleins pouvoirs à Pétain et a été menacé d’indignité à la Libération? Sait-on qu’il était stipendié des services de renseignements américains ? Sait-on….

      Vous verrez mieux le rapport plus tard, patience:

      Le peuple maté, l’ordre qui règne, le sacrifice généralisé pour l’Etat et les Entreprises…tout cela ne vous dit rien

      Tout cela est une opportunité, non pas è balayer d’un revers de main, mais de lire et surtout d’étudier l’histoire, pas la propagande.

      J'aime

  3. Bientôt le 800è anniversaire de la bataille de Bouvines qui opposa le 27 juillet 1214 Philippe Auguste à une coalition formée notamment des trois plus puissants princes d’Europe (Othon IV de Brunswick Allemagne Jean Sans Terre Angleterre et Ferrand de Portuga (Flandre).

    Petit rappel

    En 1214, le royaume est menacé : le roi d’Angleterre, Jean sans Terre, décide de s’emparer du royaume de France. Il réussit à monter, contre Philippe Auguste roi de France, une vaste coalition avec Renaud de Dammartin comte de Boulogne, Guillaume Ier comte de Hollande, le fils cadet du roi de Portugal Ferrand comte de Flandre, Henri Ier duc de Brabant, Thiébaud Ier duc de Lorraine, Henri III duc de Limbourg et surtout l’empereur romain germanique Otton IV. La plupart des seigneurs installés entre l’Escaut et le Rhin se joignent à cette coalition. L’année précédente, alors que Philippe Auguste guerroyait déjà contre Ferrand de Flandre, les Anglais avaient anéanti la flotte française dans le port de Damme (31 mai 1213). Les coalisés envisagent un plan d’invasion d’envergure dans lequel les troupes anglaises de Jean sans Terre attaqueraient par La Rochelle et Otton et ses alliés à la tête de 100 000 hommes1 par le Nord. En Flandre, Philippe Auguste ne contrôle plus que les villes de Douai et de Cassel.

    Philippe Auguste dépêche le prince Louis – le futur Louis VIII de France – garder la Loire à la tête d’une armée de 14 000 hommes. À la nouvelle de la victoire de la Roche-aux-Moines, Philippe Auguste décide de prendre l’initiative sur le front nord avec le reste de son armée, avant que les renforts lorrains et allemands ne rejoignent les troupes de l’empereur.

    Comme quoi ce n’est pas la première ni d’ailleurs la dernière fois où le sort de la France se jouera dans une seule partie et contrairement à une partie d’échec rien n’est rationnel dans l’instinct de conservation d’un peuple, non c’est une atmosphère fantasmée dans un refus d’abdiquer et nimbée d’une essence divine. Tout ceci se joue sur une partie de dés et non d’échec…… c’est la vision romantique que j’ai de mon pays…..

    J'aime

  4. Etant rompu à ce genre d’article, sévère mais factuel, disciple de Charles Gave, c’est tout de même dur de stabiliser ma pensée. Eu égard à la culture et l’histoire locale, si j’étais allemand je voterais AFD. Si j’étais anglais je voterais Farage. Je me demande encore pourquoi suis-je tenté ceux qui nous vendent le fédéralisme européen alors que concrètement il ne se matérialise pas et pire on sent dans la volonté des peuples européens de maintenir une compétition qui interdirait les transferts sociaux qui sauveraient les cigales aux détriment des fourmis. En tant que libéral je ne puis cautionner cette idée de transferts sans que la France et d’autres pays du club med n’aient fait des réformes structurelles mais dans le même temps je note l’absence cruelle et révélatrice d’alternatives politiques en France pour que la sauvegarde de l’euro ait un sens pour les français au lieu de le jeter avec l’eau du bain pour dévaluer et fabriquer de l’inflation, méthodes moult fois validées par l’expérience pour voler et ruiner le peuple, ce qui est pourtant paradoxalement ce que propose les extrêmes qui doivent essentiellement leurs bons scores à la frange grandissante de français en marge du système et en grande précarité… Comme quoi les politiques français n’ont qu’une qualité indéniable: Celle de nuire avec une efficacité méthodique impressionnante leur électorat. A titre personnel, étant perdu, je n’ai plus voté depuis pas mal de temps…

    J'aime

  5. Bonjour Mr BERTEZ,

    Je souhaitais intervenir sur un de vos articles intitulé "Survol de la bourse et de la crise de 2009 à 2017".
    Cet article tout particulièrement, je l’ai relu à plusieurs reprises parce que je le trouve particulièrement brillant au niveau de son analyse. C’est important pour qui veut comprendre la déconnexion qu’il y a entre la bourse et l’économie réelle. A ce titre j’ai donc quelques questions, histoire de comprendre comment tout processus devrait se terminer.

    Pour vous la fin de process est inflationiste, donc il n’y aura jamais d’arrêt de QE. Pourtant la FED s’est lancé dans sa réduction et certains analystes pensent même que vers octobre 2014, le QE pourrait s’arrêter, alors quel crédit accordez vous à cette inflexion politique de la FED?

    Ma deuxième question concerne l’évènement déclencheur que vous évoquiez en fin de cet article pouvant venir de la chine, es ce que vous sous entendez par là par ce facteur, que la chine face à ses problèmes de liquidité pourrait être responsable de la hausse des taux d’intérêt US par la vente massive des bons US?

    Je vous remercie d’avance pour votre éclairage sur ces points.

    Très cordialement

    Kader

    J'aime

  6. Pour une fois , pas du tout d’accord avec vous monsieur Bertez .

    Les allemands n’ont rien fait de mal .
    Le probleme : 1948 : 45 millions d’habitants : 1,7 millions de fonctionnaires ; 2013 :65 millions d’hab , 5,2millions de fonctionnaires .
    Le smic trop cher , la vraie valeur du travail ne rencontre pas son prix en France . Des classes de travailleurs ont des privileges exorbitants : cheminots , edf , fonctionnaires des hopitaux etc etc .
    Nettoyez tout cela et dans 8 a 10 ans notre dette totale passera de 2200 milliards a 1700 . la croissance passera a 1,2-1,6 %/an . Le chomage tombera a 8,8 % .
    Les jeunes resteront et les forces inventives seront a l’oeuvre .
    Dans le cas contraire et comme le dit franck Boizard , ce systeme periclitera de lui meme lorsque les caisses seront vides , cad dans 8 a 12 ans .

    J'aime

    • J’aime lorsque quelqu’un me dit "je ne suis pas du tout d’accord avec vous «et qu’il donne des arguments ou des chiffres qui … vont exactement dans le sens de mes propos.
      Merci, avec des opposants comme vous, je n’ai pas besoin de prosélytes.

      Plus sérieusement, détendez-vous, laissez votre esprit s’ouvrir. Vous ne risquez rien. On ne progresse pas en commençant par "Je ne suis pas d’accord"; dire cela équivaut à fermer une porte pour se protéger.

      Votre énumération sur les fonctionnaires, le SMIC, les privilèges, nous l’avons faite tellement souvent qu’il faut la dépasser et aller plus loin, prendre un autre angle. Et l’angle géopolitique, alors qu’une échéance électorale majeure se profile est tout indiqué.
      Si le fond de votre opposition non formulée est que vous êtes pro-allemand, père fouettard, ennemi de ceux qui jouissent et mènent une vie laxiste, vous avez le droit. Vous avez même le droit de militer et de vos battre pour une Europe "à la botte".

      Vous voyez comme je suis tolérant, je crois aux progrès par la confrontation, par l’antagonisme, l’homme est et doit être un loup pour l’homme.

      J'aime

  7. Certes, les fonctionnaires, les politiciens, les assistés et les banquiers vivent au-dessus de leurs moyens. Et c’ est par là qu’ il faudrait commencer le grand nettoyage.

    Pas le peuple, dites-vous ?

    Le peuple en France travaille 35 heures par semaine, payées à un SMIC beaucoup trop élevé qui ne devrait même pas exister, il est ultra-protégé par des lois sur le travail beaucoup trop rigides. Et il voudrait aussi partir à la retraite à 60 ans.

    Pourquoi ? Parce qu’ il le vaut bien, c’ est un droit, les fameux "zakissossios". Il est même d’ accord de se laisser tabasser fiscalement pour préserver ces privilèges (hormis quelques rebelles ça et là…. ça parle plus de mariage pour tous ou d’ islamisation, que d’ économie et d’ impôts délirants… on a les priorités qu’ on mérite).

    L’ Allemand, lui, sait que personne ne lui doit rien, la vie est dure et il faut se battre.

    J’ ai bien compris qu’ il fallait laisser les peuples faire ce choix, ne pas obliger les peuples du sud à devenir Allemands, s’ ils le veulent vraiment, qu’ ils restent toute la journée à boire du pastis sous le soleil, que leurs gouvernements s’ endettent à l’ infini et que la monnaie soit dévaluée chaque année.

    Mais ce jour-là, que serait l’ Europe ?

    Nous serions broyés, humiliés, un patin des Américains contre les Russes et vice-versa, un enième jouet des Chinois, etc… C’ est un peu le cas, déjà, mais ce serait encore pire.

    Bref c’ est bien le seul sujet ou j’ ai du mal à être en accord avec la ligne de votre blog, mais après tout, la vérité est un processus, une dialectique d’ opinions qui s’ affrontent ;-)

    J'aime

  8. Complément documentaire :
    Bien entendu, la censure règne sur tout ce qui pourrait jeter le doute sur la "pureté des intentions" européennes exprimées à la fois par les "visionnaires" de l’Europe, les politiciens stipendiés par l’étranger, les médias et les faux chercheurs. Même pris la main dans le sac du mensonge historique, ils nient et mentent. La répétition des mensonges se charge du reste, faire oublier, travestir.

    L’ennui est qu’aux Etats-Unis, il existe encore des obligations de transparence. Elles sont de plus en plus bafouées, mais elles sont encore, comparées à la situation Européenne, considérables.

    La déclassification des documents secrets est périodique, elle permet de comprendre l’histoire, ce qui est essentiel, mais surtout de toucher du doigt l’un des ressorts de cette histoire récente: la manipulation.

    La lecture des documents déclassifiés permet d’étayer certaines intuitions, comme celles de de Gaulle, ou certaines thèses dites conspirationnistes. Tout ceci complète fort bien la lecture attentive des mémoires des grands acteurs de l’histoire. Certes, ces mémoires sont biaisées, mais elles fournissent une trame essentielle pour la compréhension et la restitution des faits.

    Ainsi, les documents des services secrets américains ont été déclassifiés en 2000.

    Bien peu de chercheurs les ont compilés, surtout en Europe.

    Le correspondant Européen du Daily Telegraph à Bruxelles, l’a fait. Voici ce qu’il écrit le 19 septembre:

    "Des documents secrets du gouvernement américain qui viennent d’être déclassifiés montrent que la communauté des services secrets américains a mené une campagne, tout au long des années 50 et 60 afin de promouvoir l’unification européenne.

    Les dirigeants du Mouvement Européen étaient tous stipendiés comme des employés par leurs parrains Américains. Le rôle des Etats-Unis fut camouflé comme pour une opération secrète."

    Les documents expliquent en effet que l’argent transitait par l’ACUE, American Committee on United Europe, il venait des fondations des kleptos chefs, Ford et Rockfeller.

    Selon le journaliste Britannique, "Une note émanant de la Direction Europe datée du 11 Juin 1965, conseille au Vice-président de la Communauté Economique Européenne, Robert Marjolin, de poursuivre de façon subreptice l’objectif d’une union monétaire. Cette note recommande d’empêcher tout débat jusqu’au moment où l’adoption de telles propositions deviendraient virtuellement inévitables".

    Ces documents ne sont en général consultés que par de vrais chercheurs, ceux qui refusent de prendre pour argent comptant l’historiographie tronquée des livres scolaires et des propagandistes aux ordres. La lecture d’ouvrages soigneusement cachés au grand public comme ceux de Pierre de Villemarest ou d’Annie Lacroix Riz fait saillir quelques émergences, vite balayées par les chiens de garde journalistiques de la bien-pensance.

    Il suffit, avec ces informations présentes à l’esprit, de relire les discours du Général de de Gaulle et en particulier son intervention du 15 Mai 1962 pour faire les liaisons qui manquent.

    L’activité interventionniste et manipulatrice des services américains est colossale en Europe. Elle se fait par de détours bizarres, mais non contestables. Certaines loges maçonniques, et pas seulement en Italie, sont contrôlées à la tête. Ainsi les Services sont intervenus de façon appuyée en France lors de l’élection de Mitterrand. L’argent américain a coulé à flots jusqu’au départ des communistes. Les canaux étaient: certaines associations étudiantes et groupuscules violents, certains syndicats anti-communistes, la secte Moon en réalité émanation spirituelle artificielle contrôlée par la CIA, une partie du patronat au plus haut niveau, des élus, des officines. Nous même, avons été aux premières loges, objet de sollicitations "par des intermédiaires disposant de valises de billets neufs" afin de favoriser certaines opérations de propagande et déstabilisation….

    Le nerf de la guerre de tout activisme, c’est l’argent. Sans argent on ne fait rien et les Américains n’ont aucun scrupule, ils utilisent tous les canaux, qui vont de l’Unesco aux syndicats jaunes, aux sectes religieuses, aux groupuscules dits trotskistes, etc. Les multiples contrôles sur les circuits de l’argent occulte en Europe, les opérations mains propres, paradoxalement, renforcent le pouvoir discret des services Américains, tout le monde est touché à la caisse par les contrôles sauf eux, cela leur laisse le champ libre.

    J'aime

  9. C’est le Traité de Versailles et la manière humiliante et excessive dont il a été appliqué qui a mené à Weimar puis à Hitler, ce n’est pas que l’Allemagne par elle-même. Avez-vous lu les péripéties qui ont menées à l’hyperinflation sous Weimar ? Les alliés ont tout fait pour humilier et asservir l’Allemagne qui, à peine la tête hors de l’eau, se voyait noyée aussitôt. On la mettait entre l’enclume et le marteau. "Malheur aux vaincus".

    La responsabilité écrasante des USA en matière industrielle des années vingt à la fin de la 2e guerre mondiale et après. Sans eux, il n’y avait pas de 2e guerre mondiale. Nos grands-parents se battaient contre des chars, avions et camions General Motors, contre des moyens de communication ITT, contre du fuel Texaco, contre des technologies IBM, autant de moyens fabriqués et vendus par des usines US installées … en Allemagne, utilisant des prisonniers comme main-d’oeuvre gratuite et que les alliés ne bombardaient pas !

    L’Allemagne vient à peine de terminer de payer ses dommages de la guerre de 40. Vous avez lu Fekete, vous avez lu comment, pour punir l’Allemagne, les alliés ont supprimé en 1918 le fonds des salaires connexe de l’étalon-or, sapant la base même de l’Union monétaire latine, faisant passer les transactions du commerce international de multilatérales à bilatérales.

    Cette UE est devenue une absurdité, on ne fait pas d’une chèvre des montagnes un ours et vice versa. Une UE de la Défense eût suffit. On lieu de çà, on démantèles les armées. On fait exactement l’inverse de ce qu’il aurait fallu faire.

    J'aime

    • Evitez de réciter les livres d’histoire européistes destinés aux potaches. ce n’est pas la question des réparations qui a produit Streseman , puis Hitler, c’est la malédiction Allemande, l’esprit pan-germaniste Allemand, c’est …. la mondialisation:

      Les Allemands ont voulu d’abord contester :
      1 la supériorité impériale des anglais sur les mers
      2 l’hegemon naissant des Etats -unis

      Ensuite ils ont voulu s’étendre à l’Est, pour disposer de ressources à la hauteur de leurs ambitions et de leur rang.
      La guerre contre la France était en quelque sorte une péripétie préparatoire à l’extension vers les territoires riches de l’Est. Elle n’était ni un motif, ni un objectif en soi.

      Vous récitez la propagande des européistes qui réécrivent l’histoire pour que l’on en arrive à penser: "mon dieu plus jamais cela", et ainsi on baisse la tête en disant amen à leur Europe. La propagande, développée depuis le "non" au traité de 2005 visent à faire croire que les guerres de 14 et 39 ont été provoquées par le nationalisme étroit. C’est faux. Lisez aussi le dernier ouvrage de Chevènement, il est très clair sur cette question. Il est plein de références sérieuses et indiscutables.

      La guerre contre la France est, comme dirait Le Pen, un détail de la seconde guerre mondiale, car le véritable objectif de Hitler était de conquérir des territoires, un hinterland à l’Est et non pas à l’Ouest. La guerre contre la France est non pas stratégique, mais tactique. Et liée aux délais des préparatifs. En fait Hitler a été obligé de brusquer les évènements et de lancer une offensive prématurée.

      Il faut lire les livres sérieux et parmi eux le livre d’Adam Tooze bien sûr et surtout ce fameux "second book" de Hitler ou il expose sa politique étrangère et ses grands principes, sa vision de politique étrangère. Un ouvrage exceptionnel pour comprendre… mais ils, le grand ILS, ne veulent pas que vous compreniez.
      La question des réparations a été utilisée à titre de propagande, oui, cela est vrai, mais elle n’est pas la cause des évènements.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s