1984

Marc Faber : le FMI, ces escrocs…

Marc Faber : le FMI, ces escrocs…

Marc Faber présente le profil intéressant d`investisseur ouvert à tout (actions, obligations, immobilier, métaux précieux, etc.) mais extrêmement prudent dans ses choix. Dans sa dernière interview sur KWN, il nous livre ses impressions sur l`état économique du monde.

la_ferme_des_animaux_andy_serkis_a_la_realisation.jpg (1600×1119)

« Je voyage beaucoup, mais je dois dire que je ne vois pas beaucoup d`améliorations économiques où que j`aille. En fait, lorsque je voyage en Asie, je ne vois plus la croissance à l`œuvre… Si les banques centrales disent que nous avons besoin d`une inflation de 2 %, j`estime qu`une déflation de 2-3 % par an pourrait être préférable, car si les prix alimentaires, de l`énergie et des soins diminuent, cela signifie que les ménages disposent d`un plus gros pouvoir d`achat.

Cependant, on en est loin : les impôts ont augmenté pour la plupart des gens. Ce n`est peut-être pas visible, mais à chaque fois qu`ils utilisent des transports en commun, qu`ils prennent le bus ou le train pour se rendre de A à B, ou qu`ils payent un péage, c`est beaucoup plus cher qu`auparavant.

Je pense que les banques centrales disposent du soutien des médias, et je dois dire que vous, au moins (KWN), vous présentez une image objective de ce qui se passe à travers le monde, tandis que les médias dominants ne font que promouvoir les actions des banquiers centraux, alors qu`en fait, la politique de la planche à billets fait mal aux ménages.

Et comme je l`ai entendu récemment, les politiques monétaires poursuivies par les banques centrales à travers le monde empêchent les marchés d`être réévalués et l`économie de réellement progresser. On assiste à un creusement des inégalités entre les riches et les pauvres, non pas des 1 % mais même des 0,1 % de la population, qui deviennent immensément riches car la planche à billets offre aux acteurs financiers et aux grands propriétaires immobiliers de quoi jouer, tandis que la majorité s`appauvrit.

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Ces faits sont corroborés par les statistiques mêmes de la Fed. Depuis 2007, la majorité des Américains sont plus pauvres de 40 %, tandis que les 0,1 % sont beaucoup plus riches. C`est le noeud du problème. Lorsque les inégalités entre les riches et les pauvres grandissent aux dépens de la majorité, vous avez des gens comme François Hollande en France qui disent « si les choses vont mal, si vous souffrez, c`est la faute des riches qui abusent du système. »

Les riches n`ont pas abusé du système, ils se comportent de façon capitaliste. C`est la Fed qui a abusé du système en usant et abusant de la planche à billets, qui a créé une situation dans laquelle le coût de la vie augmente pour les plus faibles revenus à cause des prix alimentaires, énergétiques et de mobilité qui augmentent.

Les riches ne souffrent évidemment pas de cette situation, car cela ne représente qu`un fragment de leur budget. Comparé à leurs dépenses pour leur jet privé, ces frais ne représentent rien. Mais si vous avez un revenu annuel de 40.000 $ pour votre ménage, et que vous dépensez entre 30 à 40 % de ces revenus en alimentation et en énergie, cette hausse des prix vous impacte directement. Pour la majorité des gens, la vie est devenue plus difficile, tandis que les 0,1 % sont au paradis. Mais selon moi, cela ne pourra pas durer.

La meilleure blague vient cependant d`Europe. La présidente du FMI, une organisation pourrie cela dit en passant, souhaite une taxe sur les riches, une taxe unique de disons 20 % sur leur patrimoine. Je ne sais pas trop comment cela se passerait concrètement vu que la richesse est détenue le plus souvent via des entreprises, mais soit.

Mme Lagarde ose faire cette proposition alors qu`en tant qu`employée du FMI, elle ne paye pas un centime d`impôt. Mais bon, ce sont des fonctionnaires… C`est comme Obamacare, qui est fantastique pour tous les Américains, mais qui ne s`applique pas aux membres du Congrès. Cela fait furieusement penser à « La ferme des animaux » de George Orwell : certains animaux sont plus égaux que d`autres.

J`essaye aussi de faire passer un message différent de celui des médias dominants, qui sont au service des élites à la tête du système financier. Ils sont tous en faveur de la planche à billets.

Tant que les marchés battent des records, les médias dominants conservent encore quelque peu de crédibilité, même si elle s`érode grâce à l`émergence de médias comme le vôtre. Après tout, les gens préfèrent entendre la vérité que des mensonges. »

Source KWN/OR.ARGENT.EU/ 4/4/2014

http://or-argent.eu/marc-faber-le-fmi-ces-escrocs/#.U1dt-pt_Adp

Bonheur et luxe, des valeurs en baisse ? Par Marc Faber 

Dernièrement, j’ai assisté à une conférence où l’un des orateurs suggérait aux investisseurs d’acheter des "actions du bonheur", comprenant par là les actions d’entreprises du secteur du luxe comme LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton), L’Oréal, Prada et Tiffany (il a également prôné les actions de fabricants de bateaux de plaisance haut de gamme) ainsi que Nestlé (parce que cette entreprise fabrique et distribue des chocolats). A en croire cet expert des biens de consommation, les gens dans le monde entier essaient d’acheter du bonheur, et justement ces entreprises fournissent des "biens du bonheur".

Personnellement, je trouve ce concept "d’actions du bonheur" assez bizarre car chacun a une conception différente de ce qui le rend heureux, tout dépend de son statut socio-économique. Ceux qui ont des revenus faibles peuvent se considérer heureux s’ils ont assez d’argent pour acheter de la nourriture, payer leur loyer, acheter d’autres biens nécessaires de la vie courante et si en plus il leur reste quelque chose pour acheter des cigarettes, de l’alcool, des sucreries, des tickets de cinéma, des billets de loterie, de l’électronique, des vêtements, etc.

D’un autre côté, les gens riches, eux, peuvent considérer que le bonheur réside dans le fait d’avoir assez d’argent pour acheter une maison de prestige ou un yacht, une montre de luxe, des vins fins, des vêtements de marque, des œuvres d’art et des pièces de collection, etc. Dans les deux cas, chaque achat donnera à l’acheteur une certaine satisfaction initiale (bonheur), indépendamment du fait qu’il s’agisse d’un produit de luxe ou d’un produit de la vie courante.

Le bonheur en tant que thème d’investissement

En d’autres termes, le "bonheur" revêt des formes diverses et variées, tout dépend des préférences du consommateur. Mais je comprends ce que l’orateur de cette conférence voulait dire. Des centaines de millions de personnes à travers le monde entrent aujourd’hui dans la classe moyenne, les marques de luxe étant les premières bénéficiaires de cette tendance sociale.

Au cours des dernières années, la demande pour les produits de luxe a été principalement portée par les consommateurs des pays émergents (en particulier les Chinois) qui ont acheté ces témoins de l’amélioration de leur statut social. Par conséquent, si nous supposons qu’il y avait — et qu’il y a encore — un malaise dans les économies émergentes, un ralentissement de la demande pour les produits de luxe est quasiment une certitude.

Je me dois également de mentionner que la concurrence entre les produits de luxe est féroce et que certaines marques peuvent avoir vu trop grand en ouvrant des magasins dans des endroits très chers. Que tout ne soit pas rose au Pays du Luxe est une évidence si l’on considère la récente performance du cours des actions de plusieurs entreprises. LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton) est en dessous de son plus haut de 2012 et L’Oréal est plus bas qu’elle ne l’était en 2011. Au cours de cette même période, le maroquinier américain Coach a implosé.

Plus de taxes, moins de plus-values ?

Dans la plupart des pays, nous assistons à une augmentation de la richesse et des inégalités de revenus. Afin d’apaiser la majorité de ceux dont les revenus et la richesse n’ont pas pu beaucoup augmenter, les impôts sur les plus-values, sur les actifs et sur les produits de luxe vont sans doute augmenter. Prenons l’exemple de Singapour. Selon le Financial Times du 6 février 2014 :

"A Singapour, les ventes de ‘super-voitures’ se sont effondrées de plus de 90% pour atteindre leur plus bas niveau des années après que les mesures gouvernementales prises pour réduire les inégalités sociales croissantes ont commencé à avoir des effets néfastes. Le nombre de plus en plus important de milliardaires dans la Cité-Etat asiatique a été un aimant pour les fabricants automobiles comme Maserati, Lamborghini et McLaren. (…). Mais le gouvernement, de plus en plus inquiet à propos de l’écart important entre la population riche et la population pauvre de Singapour (…). Une des mesures a consisté à augmenter la taxe sur les véhicules tandis que l’autre a augmenté la proportion de l’acompte dont les conducteurs ont besoin pour acheter une voiture via un prêt. Ces mesures ont fait dégringoler les ventes de voitures de luxe : ainsi, les immatriculations de Ferrari ont chuté de 92% au deuxième semestre de l’année dernière par rapport au premier semestre".

Certes, cela ne signifie pas que les taxes augmenteront sur les carrés Hermès, les produits de beauté L’Oréal, les vêtements Chanel, les sacs Louis Vuitton et les polos Ralph Lauren. Mais si le climat social se détériore, les riches pourraient décider de réduire leurs signes d’opulence.

Je reviens au secteur du luxe parce qu’il est probable que nous sommes au beau milieu d’une énorme bulle dans ce secteur (propriétés à Mayfair, dans les Hamptons, à Manhattan et à Newport Beach, montres, vins fins, lieux de loisirs, magasins de mode, chirurgie esthétique, palaces, jets privés, franchises sportives, œuvres d’art et objets de collection, etc.). Ce secteur est extrêmement vulnérable face aux bureaucrates du fisc du monde entier et face au ressentiment de 50% des ménages parmi les moins aisés.

Où que j’aille, j’entends parler de la façon dont les étrangers (principalement des Chinois, des Latino-Américains, des Moyen-Orientaux et des Russes) achètent ou achèteront dans le futur ces propriétés, les peintures de tel artiste, des montres de luxe, telle voiture de prestige, etc. Si l’on considère le ralentissement significatif des économies émergentes, l’affaiblissement de leur monnaie surtout en Chine "la source de toutes les bulles de crédit", je serais bien moins enthousiaste à propos du secteur du luxe.

Source Economie Matin 4/4/2014

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/9348-luxe-crise-bulle-speculation-mecontentement-risque

1 reply »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s