1984

Notre Plaidoyer pour les élections européennes (Actualisé au 24/5/2014)

Notre Plaidoyer pour les élections européennes (Actualisé au 24/5/2014)

La chute du mur de Berlin, l’euro, l’Europe, l’ordre mondial, la guerre….

Il y a mille raisons pour lesquelles il faut voter eurosceptique, europe-sceptique.

photography animated GIFfunny animated GIF

Le débat européen est escamoté. Tout se déroule à l’image de cette construction européenne qui  a été mise en place malgré la volonté des peuples : tout est subreptice. On est même aller jusqu’à violer les conclusions des consultations populaires référendaires pour fabriquer une construction européenne dont on n’a jamais explicité le projet, dont on n’a jamais osé dévoiler les contours, dont on n’a jamais osé précisé les objectifs.

Tout au long de nos textes, jour après jour, nous soulignons les conséquences néfastes du carcan de la monnaie unique. Nous mettons le doigt sur le caractère non démocratique du fonctionnement des institutions européennes. Nous donnons à voir le marché de dupes dans lequel la France est engagée face à un partenaire allemand hégémonique. Nous suggérons de plus en plus clairement et avec une conviction sans cesse réaffirmée que l’Europe, telle qu’on la conçoit, s’inscrit dans un projet mondial de mise en ordre de l’empire américain. L’Europe n’y joue qu’un rôle de vassal. La classe des dominants est devenue globale, au service de l’imperium américain, elle sert les intérêts de ce grand pays tels qu’ils ont dérivé et tels qu’ils se sont pervertis depuis l’advenue du nouveau système économique, celui qui est devenu financier. Celui qui s’incarne dans cette classe dominante des kleptocrates.

Les raisons pour lesquelles il faut voter contre l’euro et contre l’Europe actuelle ne sont pas des raisons financières. Ce ne sont pas des raisons économiques. Ce sont des raisons géopolitiques. Il faut refuser cette Europe-là qu’ils nous construisent pour éviter la guerre.

Nous irons à l’essentiel.

En 1971, l’Amérique était à bout de souffle. Elle touchait ses limites économiques et financières alors qu’elle était engagée dans la guerre froide. Une guerre  ruineuse. Le refus des alliés des Américains de partager le fardeau du financement de la défense de l’Occident face à l’Union Soviétique a déterminé Nixon à faire sauter toute limite à la création de dollars et de crédit. Les vassaux européens ont baissé la tête et accepté. De Gaulle n’était plus là.

A la faveur de cette décision fondatrice d’un nouveau système, les Etats-Unis ont pu financer, ce que personne n’avait réussi à faire auparavant, à la fois le beurre et les canons. C’est à dire à la fois le consensus national et les dépenses d’armement. Une course s’est engagée avec l’URSS qui a abouti à l’effondrement du système soviétique et à la chute, en novembre 1989, du mur de Berlin.

Ce fut le tournant de l’Histoire. On allait pouvoir concevoir un monde nouveau, toucher les dividendes de la paix, comme on a dit à cette époque. L’imperium américain allait muter: d’un imperium guerrier, gagné par les armes, il allait se transformer en un imperium culturel, économique, financier, légal, théorique, scientifique, intellectuel. Domination sans partage qui allait nous faire passer d’un monde dangereux où proliféraient les guerres locales et où planait la menace de la guerre totale à un monde paisible, ouvert. Un monde où la confrontation allait être remplacée par la concertation. Immense espoir. Immense programme.

Immense programme du tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et qui s’articulait autour des points suivants :

-      bonne gouvernance mondiale sous l’œil bienveillant des Etats-Unis.

-      libéralisation des échanges et des mouvements de capitaux.

-      lutte contre la prolifération nucléaire.

-      lutte pour les Droits de l’Homme.

-      règne de la loi et de la fiscalité.

-      lutte contre les effets du changement climatique.

Vaste programme qui reposait sur l’illusion d’un monde de « win-win » , c’est à dire gagnant-gagnant, un monde dans lequel tous les participants étaient gagnants à la différence du monde ancien caractérisé par le zero sum game, un monde où le jeu est à somme nulle.

Mais hélas, rêve qui allait rapidement être rattrapé par la réalité : la géopolitique ancienne, celle des nations, celle des races, celle des religions, n’a pas disparu avec l’effondrement idéologique communiste. L’erreur, l’incroyable erreur des dirigeants du monde, et en particulier des Occidentaux,  a été de croire que la cause des divisions et des affrontements était idéologique et qu’une fois l’idéologie disparue, tous les conflits allaient pouvoir être résolus par la concertation.

Hélas, erreur funeste, erreur contre l’esprit et l’intelligence, ce qui est premier et quasi éternel, c’est la force, la volonté de survivre dans son identité telle qu’en soi-même. Tout ce qui est humain veut perdurer envers et contre tout. Derrière l’idéologie de l’ouverture globale, derrière l’idéologie du marché, derrière l’idéologie de la coopération et de la concertation, il y a toujours et il y aura toujours les égoïsmes, le chacun pour soi, la volonté de puissance. Les Etats-Unis ont donné l’exemple de cet égoïsme, ce qui les a déconsidéré en abusant des privilèges seigneuriaux du dollar et surtout en conduisant des guerres de conquête inique et des entreprises de « nation building » imbéciles.

Au lieu de se contenter de favoriser la mise en place d’un ordre global bénéfique à tous, ils ont voulu utiliser leur imperium pour modeler le monde en fonction de l’idéologie d’une coterie. Ils ont voulu, non seulement le beurre et l’argent du beurre, non seulement le confort de leur population et les drones, mais aussi reconstruire le monde, mettre en place des régimes qui leur convenaient. Ils ont voulu utiliser leur position impériale pour exploiter, pour drainer vers eux, pour contrôler. Progressivement, le rêve s’est écroulé progressivement, le monde global, lequel était en cours d’unification, s’est remorcelé. Les blocs se sont reformés.

Nous sommes dans une nouvelle phase de l’histoire, nous avons tourné une page de ce chapitre qui avait commencé de s’écrire avec la chute du mur de Berlin. Les idéologies, mises à part l’Américaine, sont mortes, mais quelque chose de bien plus redoutable, de bien plus fondamental, de bien plus puissant, resurgit : le nationalisme. Le nationalisme, c’est le fondement de la vie en société. C’est le vivre avec et c’est pour cela qu’il est éternel et plus puissant que l’idéologie. Et qu’il resurgit quand l’idéologie s’effondre. De nouvelles lignes de partage du monde se sont reformées. Il y a le bloc chinois avec sa périphérie. Il se constitue sous nos yeux par le biais des dépenses militaires, par la tentative de maîtrise des routes maritimes, par les revendications côtières. Il se constitue, comme tout nationalisme, par opposition au vassal japonais, c’est à dire indirectement par opposition à l’empereur américain.

Et puis, il y a la Russie. Les Etats-Unis ont échoué à piller la Russie par les opérations Gorbatchev et Eltsine. Ils ont échoué dans leur tentative sur le pétrole russe par le biais des oligarques. Ils ont non seulement subi la venue de Poutine mais le camouflet de sa réélection. Ils ont bu la coupe jusqu’à la lie avec la Georgie, maintenant avec la Crimée, hier avec l’Iran et la Syrie. La liste des défaites géopolitiques des Etats-Unis s’allonge de jour en jour. Et elle se magnifie par les pitoyables sanctions -autant d’aveux d’impuissance- mises en place contre les Russes avec l’aide des vassaux.

Nous soutenons depuis de nombreux mois que le monde global est en train d’éclater sous nos yeux, que l’histoire est à nouveau en marche. Que les imbéciles qui ont prétendu la mort de l’histoire sont de faux prophètes et de vrais escrocs. Que la Chine, que l’Inde, que la Russie, que l’Iran, entre autres, montrent chaque jour, d’abord qu’elles ont compris dans quel monde nous vivions, ensuite quelles étaient les intentions de domination de l’empire américain, enfin, qu’elles acceptaient le risque de relever le défi et de refuser un ordre du monde, non seulement inique, mais profondément contre-nature.

Nous sommes dans cette phase où les escarmouches et les affrontements se multiplient. Le monde est redevenu une mosaïque de guerres. Une mosaïque complexe avec des alliances paradoxales. Ainsi les Etats-Unis sont quelquefois alliés aux sunnites, responsables des attentats du 11 septembre ; ici il soutiennent les Frères musulmans, ici, ils soutiennent des militaires ennemis des droits de l’Homme. Le jeu devient incohérent. Il n’y a plus de possibilité de mettre tout cela en ordre proprement. Le pragmatisme, le cynisme, s’imposent à nouveau. Et tout ce qui restait de consensus et d’adhésion vole progressivement en éclats. Mais il y a une logique et c’est cette logique que l’on s’efforce à vous cacher, c’est cette logique qui se dissimule derrière la construction européenne.

Le statut de l’Europe constitue la pierre angulaire de l’action géopolitique. Les Etats-Unis ont besoin d’une Europe vassale, d’une Europe alignée pour affronter l’étape qui est en train de se préfigurer. Pour retourner à un monde d’affrontements, le monde a besoin que l’Europe abandonne son histoire, sa souveraineté. Besoin que l’Europe abandonne son identité et sacrifie ses intérêts à long terme. Besoin qu’elle ne soit rien d’autre que La Voix de son Maître. Alors que l’effondrement des idéologies a provoqué la résurgence de la géopolitique, les Etats-Unis, on le voit bien, ont accepté sous la pression des néocons, des (faux)cons et des vrais criminels, de jouer la carte du passage en force. Sur tous les plans, financier, économique, monétaire, culturel, légal, etc… Les Etats-Unis se conduisent comme s’ils avaient déjà abandonné leur objectif d’ordre du monde définitivement pacifié, d’ordre du monde fondé sur la concertation et la complémentarité. Ils font croire par la propagande que ceci est de la faute des Chinois, des Russes, des Iraniens, des Indiens, mais ceci est faux. Ceci n’est la faute de personne, c’est simplement la manifestation de la résurgence de l’histoire. L’antagonisme est la loi du monde. L’homme est un loup pour l’homme. Les nations n’ont que des intérêts.

Il n’existe qu’une seule parade dans un monde de force : c’est l’équilibre des forces et des alliances. Face à un monde où l’empire cherche par la force, malgré ses faiblesses, à perdurer, voire à s’étendre, il n’existe qu’une possibilité : la multipolarité. Et il n’y a qu’un ensemble qui puisse faire le poids pour que l’on puisse revenir sur le chemin d’un monde multipolaire, c’est l’ensemble européen. C’est à dire un ensemble de nations unies par des intérêts communs, par un projet commun, qui leur appartiennent, à elles, et non pas à celui qui prétend les dominer. Cette Europe-là ne peut exister avec des dirigeants à courte-vue, comme Hollande, ou des obsédés de la finance, comme les Anglais, ou des marchands, comme tous ceux que nous ne citerons pas. Cette Europe-là ne peut exister que si elle prend conscience du fait que la construction actuelle est la négation de son autonomie et de son indépendance, la négation de son rôle dans l’histoire.

L’enjeu est colossal car en fonction du côté où tombera l’Europe, le monde deviendra de plus en plus instable, de plus en plus dangereux. De plus en plus vicieux et de plus en plus militaire.

EN BANDE SON: 

Au centre de la revendication démocratique, il y a la sanction.

Nous sommes des obsédés de la Sanction.

Nous y revenons souvent, chaque fois que nous en avons l’occasion, chaque fois que nous nous cognons sur le mur de la démocratie retournée en son contraire, c’est à dire chaque fois qu’elle devient instrument de confiscation de la souveraineté.

Nous nous répétons rageusement, cette horreur:

"La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours".

Nous nous répétons cette phrase ignoble, indigne que nous avons entendue de Mitterrand:

"Ils ne sont pas contents? Oui! Et après".

Nous développons cette idée dangereuse selon laquelle nos systèmes fondés sur le détournement, la propagande et la non transparence sont des systèmes de viol c’est à dire de violence et qu’à ce titre, ils appellent cette même violence. Nous affirmons que le combat dissymétrique que les classes dominantes mènent contre les peuples dans leurs alliances scélérates est la cause de la montée des réponses elles-mêmes dissymétriques que sont les actes terroristes. Nous soutenons que ce n’est pas un hasard si les polices des pays occidentaux se militarisent dans leurs fonctions, leurs entrainements et leurs armements.

En même temps nous constatons l’épaisseur de la chape de plomb qui pèse sur les peuples.

Les prises de conscience sont lentes, biaisées, détournées. Il y a des oppositions, c’est vrai, mais elles ne sont pas produites par les bonnes causes, par la clairvoyance, par la raison.

Elles viennent souvent de la souffrance, de l’indignation voire du ressentiment. Ainsi à partir de nos analyses eurosceptiques, Europe-sceptiques et de notre refus d’un monde unipolaire dominé par l’impérialisme des classes dominantes américaines et pro-américaines, nous conseillons, pour ceux qui votent, de voter en faveur des formations dites euro sceptiques ou à tendance euro sceptiques.

Cela ne veut pas dire que adhérions à quoi que ce soit de leurs idées, programmes ou principes, non! Cela veut dire qu’en attendant que d’autres possibilités de sanctions deviennent possibles, il n’y a que ce vote pour en imposer une.

On dit souvent que les citoyens ont du pouvoir et peuvent exercer leur souveraineté en votant. Quel est l’exercice souverain si, tout vote est équivalent, si nous sommes dans un système blanc-bonnet/bonnet blanc? Quelle est la sanction dans un système UMPSCFDTMEDEF? Vous connaissez la réponse, il n’y en a aucune.

Donc il faut en imaginer, temporairement d’autres. Et voter pour sanctionner ce n’est pas la même chose que voter pour élire à un poste de gouvernement ou de gestion. Voter pour sanctionner c’est tirer la sonnette d’alarme afin que le peuple soit écouté. C’est hurler: stop!

Dans les temps anciens, on écoutait les grondements du peuple et implicitement, on en tenait compte. Maintenant, face aux grondements, on couvre, on communique, on étouffe, on enfume. On divise. On fabrique des Affaires, on distrait.

On gouverne par défaut. Alors il faut renverser la dialectique et voter par défaut. Le vote par défaut c’est le vote Sanction, le vote blanc, l’abstention. Chacun peut choisir en fonction de ses principes et de son tempérament. Le vote Sanction est le Vote Noble par excellence car il dépasse l’intérêt et les préférences personnelles. C’est le vote pour l’intérêt supérieur, c’est le contraire du vote corporatiste ou alimentaire. Celui qui sanctionne s’élève. Il dépasse ses propres déterminations au nom de principes supérieurs auxquels il adhère.

Il faut refuser l’argument éculé du vote utile qui est précisément le vote le plus inutile dans la mesure où il conforte les classes dominantes et l’UMPSCFDTMEDEF.

Voter utile selon leur conception du vote utile, c’est voter pour eux, c’est voter contre vous. Ils se passent les plats, le sel, le poivre, les postes, les prébendes, les honneurs. Les recalés d’un jour sont les nominés du lendemain, les replanqués, les recasés. Ils pantouflent sur votre dos, dans leur solidarité de classe.

Il y a une profonde solidarité objective entre eux. Et ils jouent sur votre subjectivité qui vous divise. Vous, conservateur qui refusez de mêler vos voix au Front de Gauche, vous progressistes qui refusez de coucher avec Marine, vous Citoyens de bonne volonté qui essayez vainement de trouver quelque chose de bien dans l’UMPSCFDTMEDEF, oubliez votre subjectivité pour une fois. Prononcez un vote objectif.

Toute société ne survit, dans le long terme que de l’adaptation, L’adaptation n’est possible que si les comportements adaptés sont récompensés et les comportements inadéquats sanctionnées.

Un monde libre est un monde de responsabilité et donc un monde de sanction.

51 replies »

    • slidescape
      « Le suffrage universel peut conduire à la dictature des imbéciles lorsqu’il n’est pas assorti à une instruction publique éclairant les esprits »….Condorcet

      Pour cette raison,tu partageras sûrement ces remerciements au Blog à Lupus,comme chacun de nous qui l’apprécions tant

      Affectueusement

      J'aime

      • Comme à l’école, il y a ceux qui apprennent vite (les bons élèves) , ceux qui qui n’apprennent jamais (les feignants) , et enfin, les plus intéressant à mon sens, ceux qui prennent un chemin tout autre (les plus utiles). voilà pour les élèves.

        Quant aux instructeurs, libre à eux de transmettre LEUR vérité, c’est ce qu’il y a de plus dangereux … surtout pour les bons élèves qui avalent tout ! (ce propos ne s’adresse pas à LUPUS bien sûr)

        La boucle est bouclée

        J'aime

        • c’est une conclusion un peu tirée par les cheveux et un peu méprisante je trouve…
          Rien dans tout ces constats sur ce monde n’a à voir avec une quelconque parcelle "d’intelligence"… pour assimiler ce monde, essayer de le comprendre, à mon sens ça relève plus de la "sensibilité"… c’est notre sensibilité qui nous pousse à chercher et analyser les causes de ce qui ne tourne pas rond.

          Ceux qui n’apprennent pas ne sont pas pour autant des fainéants… dites plutôt qu’ils n’ont pas la même sensibilité que vous, c’est plus joli.

          La tolérance, elle commence chez chacun d’entre nous…

          J'aime

    • La 1ère mesure:
      IMPOSER,
      NOUS, LA POPULATION:

      UN JUBILEE

      pour annuler les dettes
      à l’échelle de la FRANCE
      de l’EUROPE….et + si affinité

      en fonction des résultats des Elections dans toute l’UE

      qui peut s’en charger?

      LES MEDIAS INTERNET UNIS?

      J'aime

  1. L’analyse de la situation est claire, juste et lucide. En revanche le vote eurosceptique n’apparait pas évident lorsqu’il constitue le point d’appui des nationalismes crétins et absurdes. Réformer l’Europe pour en faire un ensemble géopolitique et économique cohérent est en soi le but initial de Schumann qui visait une paix durable en Europe par l’amalgame des nations et des cultures dans une organisation supra-nationale aveugle aux différences régionales, militant pour une uniformisation des économies par la concurrence. Le dévoiement de l’Europe est née d’une dissociation de rythme entre le temps politique national et le temps politique communautaire. La médiocrité des vues politiques en France depuis 1981, l’étroitesse d’esprit et la myopie de nos gouvernant successifs (A l’exception de Michel Rocard qui avait néanmoins accepté la vanité et l’imprudence Mitterandienne) ont conduit la communauté européenne sur le chemin d’une Nationalisation de la construction de l’Union alors que le principe fondateur était une supra-nationalité de l’intérêt commun.

    J'aime

    • Schumann: cia
      integration europeenne de l’apres guerre: travail americain pour isoler russie et fabriquer marché interieur pour US (annie lacroix riz) (il en est d’ailleurs de même pour l’apres 1ere guerre mondiale, ou les US se sont servi de l’Allemagne comme tête de pont)

      J'aime

    • Hisser cette supra-nationalité en affaiblissant les nations et cela pour servir un prétendu intérêt commun relève de la même logique erronée qui prétend qu’un Etat construit au détriment des libertés des individus pourrait conduire au bonheur de tous.
      Il n’est pas surprenant que chacun de ces deux processus tende naturellement vers le totalitarisme.

      Supra-nationalité pour un intérêt commun : un oxymore de la novlangue, une ombre parmi tant d’autres projetées sur le mur de la caverne …

      J'aime

      • Le rapprochement que vous faites est très riche et va au-delà de la comparaison. Nous sommes en présence d’une même logique.

        J'aime

  2. Bravo et merci pour ce magnifique billet qui rejoint les analyses de Jacques Sapir (le Nouveau XXI siècle) ou Aymeric Chauprade . Hélas, nous expérimentons tous, tous les jours, comme il est difficile de rendre cela perceptible à tous ceux qui se raccrochent, comme des naufragés à leur bout de planche , à l’antienne "l’Europe c’est la Paix". J’en ai encore fait le constat hier avec des membres de ce nouveau parti issu de la "société civile" , Nous Citoyens.

    J'aime

  3. ce dimanche (c’est la deuxième fois que je vote autrement qu’avec mon fric alors que j’ai 39ans ):
    je vote poutine aux élections européennes

    J'aime

  4. Exposé limpide qui nous oblige réflexions.

    Nous sommes dans des politiques du fait accompli.

    Dernier exemple en date avec ces 341 trains (venant d’un concurrent d’Alstom…) n’ayant pas les dimensions des quais. Pas d’autres choix, soi-disant, que d’adapter les infrastructures aux nouveaux wagons, avec en prime des contribuables qui passeront encore à la caisse, des usagés qui prendront leur mal en patience, des responsables non coupables, des dessous de table bien juteux, des élus hypocrites qui feront semblant de s’indigner, des entrepreneurs bien complaisants qui remporteront les contrats et une presse aux ordres qui transformera la tragédie en un comique de répétitions.

    Et il n’y a même pas un an, une catastrophe ferroviaire démontrait déjà qu’un expert automobile était plus apte à mener l’enquête qu’un expert en voies ferrés ! À partir de là, une nouvelle catastrophe semble inévitable.

    C’est une image fidèle de notre Europe et voter revient à cautionner ce système, car même les opposants n’auront jamais le pouvoir de changer l’ordre établi. Les jeux sont faits, avec ou sans votre bulletin qui ne servira qu’à mesurer la courbe d’une droite.

    "L’enjeu est colossal car en fonction du côté où tombera l’Europe, le monde deviendra de plus en plus instable, de plus en plus dangereux. De plus en plus vicieux et de plus en plus militaire"

    Militaire et policière… mais je ne vois pas comment modifier le processus en cours sans soulèvements populaires d’envergures. La lente destruction continue son œuvre, l’accident est plus que probable, il est même déjà inéluctable. La régression est en marche.

    J'aime

  5. Trés bon article. L’enchainement est excellent les pro euro ou plus les anti FN devraient être capable de comprendre que voter euro-sceptique, donc FN, ne veut pas dire que l’ont vote pour le FN, mais dire que seul le FN a pris conscience des enveux géostratégique de l’europe et de la paix mondial. Soustraire l’europe au états unis c’est ni plus ni moins que de garantir une possibilité de paix mondiale. Et que suivre les pro euros c’est suivre l’empérialisme américain qui n’hésitera pas a tenter pas tous les moyens d’utiliser l’europe contre toute politique visant l’égémonie américaine. D’ailleurs d’un certains point de vue voter euro-sceptique c’est faire prendre conscience aux américains que leurs plans désastreux, pour eux et pour nous leur vassaux, a encore la possibilité d’échouer pour le bien de tous.
    Dans les affaires les bons compromi valent toujours mieux qu’une mauvaise guerre.

    J'aime

    • Les gouvernements d’alternance, la gauche aujourd’hui, la droite depuis 1995 n’ appliquent qu’une politique subjectile, c’est à dire qu’elle n’est que dans la posture de l’artifice et refile à celui qui vise le "Trône for Game" la patate chaude de l’incompétence crasse.

      Aujourd’hui la droite d’opposition elle, est repliée de manière subjective sur un individu qui nous pont des tribunes absurdes.
      Un individu qui maintient le doute d’un probable retour et ça plait à tout un électorat qui paradoxalement vomissait son hyperactivité, et son brassage de vent mais en fait le messie, le sauveur probable.
      Tous, qu’ils se disent de la cuisse de jupiter ou prétendent avoir créer le fil à couper le beurre se revendiquent Gaulliste.
      Quelle supercherie quand même.

      Je n’ai jamais connu De Gaulle, trop jeune, mais il me semble qu’il avait d’autre corones que ceux qui courent les jupons de stars de guitares ou font les vaudevilles joli coeur en scooter avec notre pognon.

      Je n’ai jamais pu blairer les socialistes, mais depuis 1995 et l’ostrogot Balladur, puis Sarcowboy je ne supporte plus la droite.
      Comme disait W Churchill;
      « Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses.
      La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. »
      je crois que tout est dit.

      Comme souvent, le FN fait la bonne analyse de la situation et un constat lucide de l’environnement politique hostile auquel nous sommes confrontés tant au niveau national qu’Européen.
      J’ai un temps écouté prosaïquement Mme Le Pen, mais elle finit par me fatiguer.
      Ça tourne en rond, c’est brouillon, c’est pas clair. Je trouve qu’elle a moins de gnak.
      Par contre, bien qu’il n’est jamais caché son réel patriotisme, j’avoue avoir été surpris du ralliement de M Chauprade à la cause FN.
      Je lis régulièrement son blog, il a comme M Bertez en éco, une vision géostratégique pointue et claire
      notamment sur les positions et oppositions Russie vs US.
      Ce peut en effet être un signe important.

      Cependant j’ai au fond de moi le sentiment que "l’appareil" est entrain de se servir de la montée Nationaliste comme il l’a fait dans les années 30 avec l’Allemagne.

      "L’appareil" ou "le dispositif" comme le nomme M Bertez est une sacrée machine.
      N’allez pas croire que les Ricons sont naïfs, d’autant qu’ils ont leur frère du Royaume Uni avec un pied dans l’Europe, comme le souligne l’article.
      Les démocrates comme les républicains sont maitres en la matière.

      J'aime

      • De toute façon l’EU as été un mauvais choix, certes imposé de force. Est un mauvais choix qui coutera cher aux européens, même si les reseaux routiers se sont amélioré et qu’internet ait été déployé.L’europe est le cul entre deux chaise, géographiquement lié a la russie et politiquement lié au US. Nos dirireants, corronpu ont choisi les US parce que eux ils paient cash dans des paradis fiscaux bien loin des polices financiéres. C’est pas plus compliqué que cela, nos élus nous ont vendu aux US et nous avons mis 30 ans a nous en rendre compte. Mais il n’est pas trop tard pour faire basculer la table de ses négociations anti démocratiques EU/US. Mais de toute façon cela nous aura couté cher, donc a nous de faire en sorte que cela cesse. Lorsque l’on voie que l’état commande des trains trop grand a l’étranger alors que alstom est en train de se faire dépeucé. Soit ont vote UMPS-front gauche soit ont vote FN. Même si ont n’as jamais voté FN au paravent, c’est mon cas. Il n’y a pas d’autre choix que de foutre le bordel dans l’eu est de ralentir voir réduire sa capacité de nuisances et d’humiliations, grece espagne portugal et bientot ukraine.

        J'aime

        • L’UE n’est pas un mauvais choix c’est tout simplement le choix d’une minorité d’individus appartenant à une caste qui ont formaté par étape et depuis 1897 date des accords de Bâle la population occidentale.
          Il a fallu pour plier la masse 2 guerres et à chacune d’elle des accords à long terme que l’ont nomme réformes, pour nous mener au résultat d’aujourd’hui et très certainement vers une 3eme guerre pour enfoncer le clou.
          Après la garantie de protectorat, c’est l’heure de payer l’addition.
          Le seul homme qui s’y est opposé parce qu’il connaissait l’issue c’est De Gaulle ce qui lui a valu la "révolution de 1968" pour le contraindre à la démission. La suite ont la connait. Pompidou a bien travaillé, dès son arrivée, et avant de partir avec la Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 et Giscard a fait le reste.
          Aujourd’hui, mis à part des discours, du paraître et des promesses de menteurs, je ne vois aucune formation politique qui peut inverser par son charisme et par sa loyauté à l’égard de sa population, la tendance actuelle.
          La politique nous prend pour des cons, parce qu’elle en a besoin, alors elle nous fabrique.
          Les cons d’hier ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui et nous ne serons pas les mêmes que les cons de demain. C’est comme ça que je vois les choses.

          J'aime

          • Gean tu seras Géant quand tu t’animeras
            L’Homme du Futur est collégial
            nous en sommes tous sur Internet pour commencer
            L’Election est un tremplin vers l’Emancipation
            "Donnes-moi "1000 blogs à Lupus et on refait un monde équitable
            Le Charisme ne le cherches-pas en un homme mais en des groupes qui tendent vers l’intérêt commun(ne laisser personne sur le bord du chemin "charte")
            De Gaulle avait bien compris
            c’était sa vision qui a été dévoyée :Régionalisation-Participation
            ça n’avait rien à voir avec le démantèlement du pays (projet de l’UE)

            J'aime

            • Pardonnez moi mais je,ne suis pas d’accord avec vous sur la collégialité.

              D’abord internet..
              Je pense que si nous partageons les mêmes analyses et constats du monde et en distinguons les mêmes maux en règles générales, la collégialité est apparente.
              Elle s’exerce parce que nous communiquons seul devant un clavier dans une certaine autarcie ou solitude.
              Nous avons donc une perception différente, plus sage et respectueuse centrée sur un intérêt, l’échange,accrut par le fait que nous avons au travers de nos réponses un certain pouvoir et une égalité dans nos expressions et sentiments.

              Pour la collégialité de ou en groupe.
              Elle perd vite de l’intensité. Je le vois régulièrement quand je participe à des "réunions collégiales" dans l’entreprise ou en dehors pour le boulot. La nature humaine prend vite son coté animal.
              En dehors des égos qui tuent définitivement l’esprit collectif, quand il s’agit de prendre une décision ça brode, ça tourne en rond.
              Je suis quotidiennement confronté à me battre pour que les entreprises fassent leur travail, à les poussées au cul pour qu’elles tiennent les délais. J’ai appris une chose. Si il n’y a pas à un moment donné quelqu’un pour stopper la collégialité a rechercher le consensus, rien n’avance.

              La collégialité, nous y sommes en plein. La réunion de la réunion qui prépare les assemblées de groupe avec les élus sur un projet, ça vous bouffe un temps fois 2 qui pourrait être consacré à produire autre chose pour moins de frais avec autant de qualitatif.
              Je parle en connaissance de cause.

              Enfin concernant le blog à Lupus pour ma part il n’en faut qu’un.
              1000 blogs finiront par se bouffer le foie, se dévoyer de leur rôle et perdre en qualité d’analyse.
              C’est au millions de gens à venir le lire. ;-)

              J'aime

              • Merci de partager avec sincérité
                Pour l’instant ,on n’a pas d’autre De Gaulle dans le tiroir,il va falloir encore creuser!:-)

                J'aime

                • Gean,Bonjour,Bon Jour à tous
                  Pour trouver une solution:visualiser peut aider
                  L’intérêt de la dette Héritage de 40 ans de gestion PS+UMP qui sont allés dans les poches de qui on sait et que nous payons chaque année sont
                  Des fourgons pleins de billets de 50 Euro ,culs à à culs tout autour d’un stade de foot-ball
                  c’est pour 50 milliards
                  c’est aussi ce que sort tous les jours de son "garage":LA FED
                  on peut imaginer ….LA DETTE des uns et des autres
                  Aussi un effort,des efforts de CONCORDE seront utiles
                  Nous sommes tous des hommes de bonne volonté
                  Combien d’utopies sont devenues la réalité?
                  On commence par ….voter :-)

                  J'aime

  6. Je vais faire circuler cet article…
    Je voterais dimanche pour François Asselineau (UPR).. même si je sais que l’espoir est mince de sortir de cette europe. Les Ukrainiens qui ne veulent pas y aller ont fini carbonisés.

    Il est venu le temps de la désobéissance.. Il faut se lever maintenant… sortir notre cul de nos canapés et aller dire tout haut ce qu’on pense tout bas.

    J'aime

  7. Si les trois principaux partis eurosceptiques que sont le FN l’UPR et DLR dépassent les 51 % au élections européennes alors l’espoir pourra renaître et les partis qui ont gouvernés le pays depuis 40 ans seront obligés de revoir leurs copies.

    A cet instant "T" on pourra considérer la naissance d’une dynamique politique portant sur des choix sociaux et économiques dont le principal moteur sera la récupération de notre souveraineté et j’ose espérer que les querelles d’égaux s"effaceront afin de sauvegarder l’intérêt général.

    Pour ma part je voterai Front National et souhaite autant de succès à l’UPR et DLR qu’au mouvement politique auquel j’adhère…..

    J'aime

    • L’UPR n’est pas eurosceptique… il y a longtemps qu’il n’a plus aucun doute… l’UPR est le seul parti à être anti-Europe… quand aux eurosceptiques, ceux qui ne veulent que "changer d’Europe"… dites vous bien qu’il y a plus de 6000 traités à modifier avec unanimité des 28 requis. Pour le changement donc, autant vous le dire tout de suite, c’est toujours pas maintenant et ça ne sera jamais.
      IL faut sortir de cette vaste fumisterie…

      Exemple :

      http://www.forumfr.com/sujet442011-quand-le-contribuable-francais-finance-les-delocalisations-de-renault.html

      Et moi, je suis peut être la seule à le penser, mais l’Europe est une construction voulue par les EU et nous nous sommes fait bouffer en "douceur" par les mêmes cons qui chez nous on fait les louanges de cette construction.

      Avaient ils le choix ou on ils été contraints de nous faire adhérer à ce truc… la question reste ouverte mais les "sans c……e qui nous dirigent, avec leurs bons sentiments plein de bave, leur humanisme à quatre sous… perso, j’en ai plein le dos.

      Je veux de la hargne…

      Je ne peux plus en souffrir un seul… Asselineau est le seul à mes yeux qui fait preuve d’honnêteté intellectuelle et qui a compris que la vraie démocratie, elle passe par le savoir. Il se heurte bien sûr au mensonge généralisé, à la censure… mais il fait son chemin et surtout, il donne à ceux qui l’écoutent la possibilité de choisir en "toute connaissance de cause"…

      Pour ma part, MLP fait partie intégrante du système UMPS… quand le PS joue la carte de l’angélisme sur des sujets qui nous exaspèrent, MLP rapplique aussitôt derrière et récupère tous les votes contestataires… c’est à se demander si le PS ne s’est pas créé sa "propre opposition" pour évincer la fausse droite… dans tous les cas, quand on voit le merdier dans ce pays, on se dit que la place doit être surement bonne, parce qu’il faut sinon avoir une sacrée dose de "désintéressement" voire être un saint pour vouloir le poste suprême de président.

      J'aime

      • Je suis totalement d’accord avec vous,j’ai voté Hollande sans grande conviction tout en sachant que c’etait un young leader donc pro atlantiste ,j’ai eu la naiveté de penser qu’en atteignant les plus hautes fonctions de l’etat,une sorte d’elan patriotique allait l’habiter,QUE NENNI
        L’UPR repond à mes attentes et pour la premiere fois de ma vie ,j’ai adhéré à un parti politique et je ne suis plus toute jeune ,mais j’estime tout comme vous qu’il faut se bouger tant qu’on peut encore le faire et qu’il y a péril en la demeure

        J'aime

  8. Merci pour cet article.
    Je partage cette vision du monde et de son évolution actuelle, retour des nationalismes par rapport à des panXXXXXismes qui échouent partout: pan-arabisme, pan-germanisme, pan-islamisme, pan-européanisme etc idéologies utopistes… Tout ceci rejoint les analyses d’Eric Hobsbawn dans sa trilogie (age des révolutions, âge du capitalisme, âge des empires)…. , ceux de David Harvey dans son histoire du néo-libéralisme, ceux plus récents de Ha Joon Chang dans son nouveau livre sur l’économie. En revanche, je ne suis pas d’avis que les États-Unis sont le grand méchant loup moteur derrière toute cette évolution, le 11 septembre 2001 est déjà loin. Il y a des gens en Amérique qui ont bien conscience que les neocons sont dans l’erreur. Il est intéressant de lire les articles suivants sur Project Syndicate:

    Les insaisissables fondements de l’unité européenne > http://bit.ly/1nulpvs
    Les limites étroites de la démocratie européenne. > http://bit.ly/1nuoMCr.
    La transcendance politique européenne. > http://bit.ly/1nur7xo

    Je signale aussi le livre de Thomas Piketty "le capital aux 21e siècle"; ce livre rencontre un énorme succès aux États-Unis et suscite bien des débats > http://bit.ly/1nuszQj

    et la revue qu’en a faite Dany Rodrick "Piketty et l’air du temps" > http://bit.ly/1nuv84O

    J'aime

    • Prsonne ne pense que le peuples américains soit méchant mais le gouvernement américains et tout comme le gouvernement européen un gouvernement qu’il renverser pour la tranquilité de cette planéte. J’espére que les gans savent faire la différence entre peuple et gouvernement. C’est un peut comme en ukraine c’est le gouvernement qui est pourri pas le peuple. Le probléme reste pour ceux qui soutiennent de tel gourvernement sont’il pourri et méchant ou tout simplement stupide et idiot ?
      J’ais eu l’occasion de parler avec un étudiant américains il y a 3 ans, ça na court pas les rues :) :) :).
      Et se que j’en retient et que l’amérique a conplétement changer de cap, que leurs liberté ont été réduites et qu’il se sentent épié par leur propres gouvernement.

      J'aime

  9. Jeudi 22 mai 2014 :

    Coup de tonnerre dans le secteur automobile : la Citroën C3 ne sera plus fabriquée en France, à Poissy. La Citroën C3 sera fabriquée à Trvarna, en Slovaquie.

    Pourquoi cette délocalisation ?

    Parce qu’en France, le coût horaire du travail est de 35 euros, tandis qu’en Slovaquie le coût horaire du travail n’est que de 8,80 euros.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui sont en compétition les unes contre les autres.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui sont condamnées à baisser toujours plus les salaires de leurs ouvriers pour attirer les entreprises sur leur territoire.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui font une course sans fin vers les salaires bas, vers les salaires les plus bas, vers les salaires toujours plus bas.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    Dimanche, votons pour que la France sorte de l’Union Européenne :

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    J'aime

    • Lafarge qui se tire en Suisse… c’est quoi ???
      C’est une entreprise qui va vers un pays ou le salaire est à 4000 FCH…soit 3200 €..
      Le critère financier n’est pas tout…

      Ce qui pêche, c’est que des "planificateurs" ont décidé et financent le départ de nos entreprises parce qu’il faut aussi sortir les pays pauvres du marasme.

      Lutter contre la pauvreté chez nous en la laissant à nos frontières, je doute que ce soit comme cela, qu’on s’en sortira…

      Même si j’ai la "vomitude" de l’Europe, je garde le sentiment que tout le monde à droit au gateau.

      On ferait comment si on était à leur place ? Je me suis toujours posé la question et je n’ai jamais trouvé la réponse… mais je leur accorde le bénéfice du doute.

      Le vrai problème à combattre, c’est plutôt la spoliation par les castes et non pas la répartition de l’activité.

      Que doivent dire les Australiens quand ils voient arriver nos ressortissants ???

      Si on ne fait plus de C3 on devrait bien pouvoir trouver autre chose à faire… Mais pour ça, il faut investir dans la recherche et dans l’innovation… On n’a pas fabriqué des DS toute notre vie, il en sera de même pour la C3…

      J'aime

  10. l’europe , si elle avait été construite sur des bases saines , avec des individus sensés , honnêtes , qui auraient travaillé pour leur pays et le bien des citoyens , si , si , si , …hé ben on n’en serai pas là ;les responsables de tout ce merdier ce sont bel et bien les dirigeants des pays européens , leur mentalité de valets , et je ne parle pas de l’argent que tout ces gens là palpent pour récompenser leur obéissance ;et il faudrait soutenir cette europe là ? et mon cul , c’est pas du poulet ?

    J'aime

  11. Dans cette vidéo, à la 13ème minute, Olivier Berruyer dit la chose la plus importante à propos des pays membres de la zone euro : en réalité, la zone euro, c’est un schéma suicidaire.

    La zone euro, c’est un mécanisme suicidaire.

    En une seule minute, Olivier Berruyer dit tout ce qu’il fallait dire :

    "Vous êtes dans un schéma sans fin. D’une part, il n’y a plus de flottement des monnaies, donc il n’y a pas d’ajustement par les monnaies. Donc l’ajustement, il est par les salaires. On est en concurrence, en guerre, sans arrêt, les uns contre les autres.

    L’Allemagne a commencé par baisser ses salaires. Comme les autres pays européens ne l’ont pas fait pour des raisons sociologiques, ça marche plutôt bien pour l’Allemagne pour le moment. Les autres sont obligés de réagir. Dans ce cas-là, ça va aller moins bien pour l’Allemagne, qui en remettra une deuxième couche. Et c’est sans fin. Quand les salaires baissent, l’inflation finit par baisser dans la zone euro.

    Si on continue à se faire la guerre comme ça dans une zone de monnaie unique, c’est juste suicidaire. Et ça va mal finir."

    J'aime

  12. J’aquiesce à cet article mais j’ai du mal à en comprendre la logique .
    Vous énoncez une liste Win-win comme une idéologie , une hérésie par rapport à la vraie foi , celle qui est oecuménique : le nationalisme . Ainsi les Américains auraient été les premiers mécréants en pratiquant le nationalisme . Mais chez eux cela n’est pas contraire au nationalisme . Par contre les autres : Russie , Chine , Iran , Brésil et aussi Europe s’ils ont pratiqué des rites de l’hérésie ont continué l’adoration des vieilles reliques : incarnées par un fort secteur public , renforcées d’ailleurs , révélant par là leur mauvaise foi .
    Si j’étais Américain j’en déduirai qu’il faut détruire ces idoles , par la ruse sinon par la force .
    et nous Européens les aider en cela par une purification exemplaire et communier avec eux dans le méme nationalisme . Un pur libéral Européen devrait soutenir l’Europe et le ttip .

    J'aime

  13. Les Citroën C3 ne seront plus produites en France, à Poissy. Les Citroën C3 seront produites à Trnava, en Slovaquie.

    Conséquence : le nombre de CDI à Poissy passera de 5 800 à 3 000. Le site de Poissy va ainsi subir 2 800 suppressions d’emplois.

    Union Européenne : quel est le coût horaire du travail ?

    1- Suède : 43 euros.
    2- Belgique : 41,20 euros.
    3- Danemark : 39,80 euros.
    4- Luxembourg : 35,60 euros.
    5- France : 35 euros.

    En bas du tableau :
    22- Slovaquie : 8,80 euros.
    23- Hongrie : 7,80 euros.
    24- Pologne : 7,40 euros.
    25- Lettonie : 6,50 euros.
    26- Lituanie : 6,20 euros.
    27- Roumanie : 4,70 euros.
    28- Bulgarie : 3,70 euros.

    Pourquoi ces délocalisations vers l’Europe de l’est ?

    Parce qu’en France, le coût horaire du travail est de 35 euros, tandis qu’en Slovaquie le coût horaire du travail n’est que de 8,80 euros.

    L’Union Européenne, c’est un grand marché intérieur, sans aucune frontière, dans lequel 28 nations sont en compétition les unes contre les autres.

    Dimanche, votons pour que la France sorte de l’Union Européenne :

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    J'aime

  14. Contrairement à ce qu’affirme Monsieur Schulz , une mesure comme le vote en catimini de la réforme des contrats par ordonnance signe plutôt l’Europe de la Casse sociale … Car ce sont bien également les contrats de droit social qui sont concernés .
    Le gouvernement et les lobbies qui lui dictent ce qu’il doit faire ont désormais les mains totalement libre grâce à cette trahison sans précédents de nos députés (tous partis confondus) .

    http://reseauinternational.net/coup-detat-lieu-pacte-transatlantique-deja-adopte/

    J'aime

  15. Au centre de la revendication démocratique , il y a la sanction.

    Nous sommes des obsédés de la Sanction.

    Nous y revenons souvent, chaque fois que nous en avons l’occasion, chaque fois que nous nous cognons sur le mur de la démocratie retournée en son contraire, c’est à dire chaque fois qu’elle devient instrument de confiscation de la souveraineté.

    Nous nous répétons rageusement, cette horreur:

    "la dictature c’est ferme ta gueule , la démocratie c’est cause toujours".

    Nous nous répétons cette phrase ignoble, indigne que nous avons entendu de Mitterrand:

    "ils ne sont pas contents? Oui! Et après".

    Nous developons cette idée dangereuse selon laquelle nos systèmes fondés sur le détournement , la propagande et la non transparence sont des systèmes de viol c’est à dire de violence et qu’à ce titre , ils appellent cette même violence. Nous affirmons que le combat dissymétrique que les classes dominantes mènent contre les peuples dans leur alliance scélérates sont la cause de la montée des réponses elles mêmes dissymétriques que sont les actes terroristes. Nous soutenons que ce n’est pas un hasard si les polices des pays occidentaux se militarisent dans leurs fonctions, leurs entrainements et leurs armements.

    En même temps nous constatons l’épaisseur de la chappe de plomb qui pèse sur le peuples.

    Les prises de conscience sont lentes, biaisées, détournées. Il y a des oppositions, c’est vrai, mais elles ne sont pas produites par les bonnes causes, par la clairvoyance, par la raison.

    Elle viennent souvent de la souffrance, de l’indignation voire du ressentiment. Ainsi à partir de nos analyses euro-sceptiques, europe-sceptiques et de notre refus d’un monde unipolaire dominé par l’impérialisme des classes dominantes américaines et pro-américaines, nous conseillons, pour ceux qui votent, de voter en faveur des formations dites euro sceptiques ou à tendance euro sceptiques.

    Cela ne veut pas dire que adhérions à quoi que ce soit de leurs idées, programmes ou principes, non! Cela veut dire qu’en attendant que d’autres possibilités de sanctions deviennent possibles, il n’y a que ce vote pour en imposer une .

    On dit souvent que les citoyens ont du pouvoir et peuvent excercer leur souveraineté en votant. Quel est l’exercice souverain si , tout vote est équivalent , si nous sommes dans un système blanc-bonnet/bonnet blanc? Quelle est la sanction dans un système UMPSCFDTMEDEF? Vous connaissez la réponse, il n’y en a aucune.

    Donc il faut en imaginer, temporairement d’autres. Et voter pour sanctionner ce n’est pas la même chose que voter pour élire à un poste de gouvernement ou de gestion. Voter pour sanctionner c’est tirer la sonnette d’alarme afin que le peuple soit écouté. C’est hurler :stop.

    Dans les temps anciens, on écoutait les grondements du peuple et implicitement, on en tenait compte. Maintenant, face aux grondements, on couvre, on communique, on étouffe, on enfume. On divise. On fabrique des Affaires, on distrait.

    On gouverne par défaut. Alors il faut renverser la dialectique et voter par défaut. Le vote par défaut c’est le vote Sanction, le vote blanc, l’abstention. Chacun peut choisir en fonction de ses principes et de son tempérament. Le vote Sanction est le Vote Noble par excellence car il dépasse l’intérêt et les préférences personnelles . C’est le vote pour l’intérêt supérieur, c’est le contraire du vote corporatiste ou alimentaire. Celui qui sanctionne s’élève. Il dépasse ses propres déterminations au nom de principes supérieurs auxquels il adhère.

    Il faut refuser l’argument éculé du vote utile qui est précisément le vote le plus inutile dans la mesure ou il conforte les classes dominantes et l’UMPSCFDTMEDEF.

    Voter utile selon leur conception du vote utile, c’est voter pour eux, c’est voter contre vous. Ils se passent les plats, le sel, le poivre, les postes, les prébendes, les honneurs. Les recalés d’un jour sont les nominés du lendemain. les replanqués , les recasés. Ils pantouflent sur votre dos, dans leur solidarité de classe.

    Il y a une profonde solidarité objective entre eux. Et ils jouent sur votre subjectivité qui vous divise. Vous , conservateur qui refusez de méler vos voix au Front de Gauche, vous progressistes qui refusez de coucher avec Marine, vous Citoyens de bonne volonté qui essayez vainement de trouver quelque chose de bien dans l’UMPSCFDTMEDEF, oubliez votre subjectivité pour une fois. Prononcez un vote objectif .

    Toute société ne survit , dans le long terme que de l’adaptation, L’adaptation n’est possible que si les comportements adaptés sont récompensés et les comportements inadéquats sanctionnées.

    Un monde libre est un monde de responsabilité et donc un monde de sanction.

    J'aime

    • Bonjour, Monsieur Bertez ainsi qu’à vos lecteurs du loup-garou.

      "Au centre de la revendication démocratique , il y a la sanction."

      "Un monde libre est un monde de responsabilité et donc un monde de sanction. "

      LES votes sanctions, depuis longtemps déjà, se sont exprimées… très clairement.

      Vos analyses sont sans ambiguïtés, c’est tout à votre honneur. Cependant, les solutions ne représentent RIEN, par rapport aux bonnes questions.

      Pourquoi s’asseoir à une table de jeu, sachant pertinemment que non seulement les dés sont pipés mais les règles sont iniques et ceux qui les rédigent sont des fraudeurs ?

      La première règle, c’est de ne jamais, au grand jamais, négocier avec des escrocs.

      La deuxième règle, c’est de ne jamais accepter un centime de ces escrocs.

      La troisième règle, c’est de ne rien attendre quoi que ce soit de ces escrocs.

      Oui, les sanctions auraient dû être prises en compte. Non, elles ne le sont pas et ne seront jamais prononcées, pire, les règles sont modifiées au fur et à mesure des découvertes frauduleuses. Même les crises s’adaptent, que voulez-vous, c’est…l’humain qui est derrière!

      Donc, je maintiens que l’abstenions devient une arme redoutable, mieux qu’un vote blanc, car pris en décompte, mieux qu’un vote "sanction" car l’inutile reste dérisoire donc superflu… réduisant à néant un vote "utile" si cette abstention est exprimée en masse à plus de 50%.

      Quelques preuves irréfutables :

      35 ANS d’arguments stériles :

      Mais le roi sait qu’il est nu, et un roi n’a pas de scrupules ou de hontes. Non, mais alors pourquoi le roi doit mentir et prendre des précautions ?

      La réponse est dans vos analyses, Monsieur Bertez ! Ce n’est pas simplement et uniquement la triche, la fraude, non-non. Il est interdit d’exposer les bonnes questions, car le tableau est déjà trop bien rempli, il n’y a plus de place…pour faire sa place ! façon de parler. L’équation donne toujours un résultat.

      Voilà pourquoi, ils en sont réduits à modifier constamment leurs chiffres, leurs règles, leurs statistiques, leurs sondages,…c’est leurs raisons d’êtres ! ils n’existent que si nous le permettons. Les fautifs, ce sont ceux qui jouent encore et toujours leur jeu…

      Bon dimanche à tous.

      J'aime

  16. Pour les personnes qui doutent de l’utilité de leurs prises de position et de leur rôle nous détournons cette citation de Paulo Coelho dans l’Alchimiste.

    "Quoi qu’elle fasse, toute personne sur terre joue toujours le rôle principal de l’Histoire du monde. Et normalement, elle n’en sait rien"

    J'aime

  17. Belgique :

    Les nationalistes flamands, vainqueurs des élections législatives avec environ 33% des suffrages, veulent former un gouvernement.

    Les nationalistes flamands, grands vainqueurs des législatives de dimanche en Belgique avec environ un tiers des voix côté néerlandophone, veulent essayer de former un gouvernement fédéral, a déclaré leur chef, Bart De Wever.

    Avec quelque 32 à 34% des voix côté néerlandophone, tant au niveau du scrutin fédéral que régional, Bart De Wever a gagné son pari de franchir le seuil symbolique des 30%, alors que les autres formations s’étaient liguées contre lui.

    Autriche :

    L’extrême droite finit troisième et en forte hausse, avec 20,5% des suffrages.

    L’extrême droite a enregistré une forte poussée aux élections européennes dimanche en Autriche, remportées par le parti de centre-droit ÖVP.

    Le FPÖ, qui espère constituer un groupe commun avec notamment le Front national français de Marine Le Pen dans le prochain Parlement européen, est troisième du scrutin avec 20,5% des suffrages, contre 12,7% en 2009.

    Grèce :

    Le parti néonazi Aube Dorée atteint environ 10% lors des élections européennes.

    Le parti d’extrême-gauche Syriza obtiendrait entre 26% et 28% des voix et Nouvelle-Démocratie entre 23% et 25%.

    En troisième position arrive le parti néonazi Aube dorée avec un score compris entre 9% et 10%, ce qui pourrait lui donner au moins deux députés européens sur 21 élus grecs, une première pour ce parti qui a prospéré sur la crise et avait atteint 0,46% en 2009.

    En juin 2012 lors des dernières législatives, ce parti avait obtenu 18 députés au Parlement grec, avec un score de 6,9%.

    Allemagne :

    Les conservateurs d’Angela Merkel en tête, poussée des anti-euro.

    Les conservateurs de la CDU/CSU obtiennent 36% des voix, devant leur allié au sein du gouvernement de grande coalition, le SPD, qui obtient 27,5%.

    Le nouveau parti anti-euro AFD, créé au printemps 2013, qui plaide pour une dissolution de la monnaie unique européenne, réalise un score de 6,5%, qui lui permet de faire son entrée au parlement européen, d’après de premiers chiffres diffusés par les télévisions publiques allemandes.

    J'aime

  18. Près de 130 députés europhobes pourraient siéger au Parlement européen.

    Tour d’Europe des performances des extrêmes dans les pays de l’Union européenne :

    1- Les pays où les extrêmes arrivent en tête :

    – En France, le Front national obtiendrait un score historique de 24,4 % des suffrages, devançant largement l’UMP (20,4%), selon un sondage Harris Interactive pour «Le Parisien»-«Aujourd’hui en France». Le FN décrocherait avec ce score 23 à 25 sièges sur les 74 accordés à la France. Le PS arrive en troisième position (14,2%), son pire score à une élection européenne depuis 1994. Avec 10,6% des voix, l’alliance des centristes (UDI-Modem) passerait devant Europe Ecologie-Les Verts (9,6%) qui dégringole par rapport à son score de 2009 (16,28%).

    – Au Royaume-Uni, le parti europhobe UKIP serait en tête devant le Labour (gauche) et le Parti conservateur avec 24 sièges contre 22 et 17, selon le quotidien allemand Die Welt.

    – Au Danemark, l’extrême droite (Parti du peuple danois) devancerait les sociaux démocrates et le centre droit avec 23,1%, contre 20,5% et 17,2%.

    – En Grèce, pays très durement touché par l’austérité, le parti de la gauche radicale Syriza d’Alexis Tsipras semblait arriver en tête, légèrement en avance sur la Nouvelle-Démocratie (droite, au pouvoir). Le parti néonazi Aube dorée espérait également avoir des élus et obtiendrait entre 8 et 10% des voix .

    2- Les pays où les extrêmes font une percée ou progressent :

    – En Allemagne, le parti anti-euro AFD, créé au printemps 2013, réaliserait un score de 6,5% qui lui permettrait de faire son entrée au parlement européen. Mais les conservateurs de la CDU/CSU restent largement en tête, crédités de 36% des voix, devant les sociaux démocrates qui amélioreraient leur score à 27,5% (contre 20,8% en 2009).

    – En Italie, le Mouvement Cinq étoiles de l’ex-comique Beppe Grillo est crédité de 26,5% des suffrages selon les premières estimations, derrière le Parti Démocrate du Premier ministre Matteo Renzi (33%) et devant le Forza Italia de Silvio Berlusconi (18%).

    – En Autriche, le parti d’extrême droite FPÖ progresserait nettement et arriverait en troisième position, avec 19,9% des suffrages, en hausse de plus de cinq points par rapport à 2009, derrière les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates au pouvoir. Ce parti espère constituer un groupe notamment avec le Front national.

    – En Suède, les nationalistes (Démocrates suédois) arrivent en sixième position mais avec 7% des suffrages selon les premières estimations, et feraient leur entrée au Parlement européen pour la première fois.

    – En Finlande, les Vrais Finlandais arrivent en troisième position selon les sondages à la sortie des bureaux de vote et obtiendraient ainsi trois sièges au Parlement européen, un de plus qu’en 2009.

    – En Hongrie, le Jobbik arriverait en deuxième position derrière le parti conservateur avec 15% des suffrages et obtiendrait trois sièges au Parlement européen.

    – En Espagne, le Parti Populaire (droite) au pouvoir et le PSOE (gauche) cèderaient respectivement 8 et 9 sièges. Cela profite à l’extrême-gauche, issue du mouvement des Indignés. Podemos, né de la mouvance des indignés, entre au Parlement européen avec cinq sièges.

    3- Les pays où les extrêmes sont en échec :

    – Aux Pays-Bas, en revanche, le parti anti-islam PVV a subi un échec, en n’obtenant que 12% des voix contre près de 18% il y a cinq ans.

    – La Roumanie semblait de son côté se singulariser, avec une très large victoire de l’alliance de centre gauche créditée de 41% des voix. Le parti d’extrême droite Romania Mare (PRM), en chute libre depuis plusieurs années, a obtenu environ 2,5% des voix, privant son chef historique Corneliu Vadim Tudor du siège qu’il détient actuellement à Bruxelles.

    http://www.leparisien.fr/elections-europeennes/europeennes-la-poussee-attendue-des-extremes-se-confirme-dans-les-urnes-25-05-2014-3870283.php

    J'aime

  19. Lundi 26 Mai un lendemain d’élections européennes… on a toujours la gueule de bois.
    Hormis les 25.2% du FN qui n’ont surpris personne… tout le monde était dans la spéculation et personne dans les calculs… 1/3 des sièges, ça va pas changer grand chose à ce qu’on avait samedi.
    On progresse, on progresse… et on attends maintenant 2017…

    "Il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage…l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses"….

    J'aime

  20. En attendant l’édito post élections: cela commence bien !

    La presse amorce l’intoxication sur le taux du livret A. Si on en croit la propagande distillée «rien ne justifie le maintien du taux du livret A à 1,25%".
    "Le gouvernement n’a aucune raison de subventionner un taux supérieur à 1% alors que l’inflation est, en apparence en recul".

    Le taux du Livret A ne rémunère pas l’inflation comme on cherche à le faire croire, mais le fait d’épargner. Et même plus particulièrement, le fait pour les classes populaires d’être prudentes et de préparer leur retraite ou l’éducation de leurs enfants.

    Autant le dire clairement, le taux de rémunération de l’épargne populaire c’est à dire du Livret est dans la logique des Pouvoirs fixé de façon à subventionner les spéculations -les prises de risque- des banques et de la classe ploutocratique. C’est un transfert pur et simple de richesse, on prend dans la poche des épargnants populaires et on donne aux ultras riches. Et aux banquiers pour qu’ils puissent se verser des bonus.

    Ainsi ils peuvent bénéficier du fameux effet de levier dont l’utilité est de gonfler la valeur des assets, entendez par là, la valeur des patrimoines.

    Rétablir une rémunération honnête de l’épargne populaire devrait faire partie des mesures urgentes en faveur de la croissance, de la justice. Laminer l’épargne populaire est une erreur qui complète la politique d’austérité qui a fait tant de mal; et c’est poursuivre dans la voie de la répression financière qui tue les efforts de prévoyance des classes moyennes.

    J'aime

  21. Ce qui se passe en Europe , se place dans un contexte plus global . L’échec du ‘libéralisme’ s’est révélé à mon avis lors de la crise financiére de 1997/98 . C’est là que les bienfaits attendus chez les émergents se sont révélés illusoires , en particulier en Russie . D’ ou le revirement nationaliste partout …sauf en Europe qui a d’ailleurs échappé à la vague à l’époque . Grace à l’Euro ?
    En fait Schumpeter nous donne la clé avec ses Bussiness Cycles ( ses Kondratievs) il nous décrit l’équilibre dynamique du néo-libéralisme qui par là échappe à l’équilibre statique , destin du libéralisme classique . C’est à dire point mort final , antichambre du socialisme . Bien !
    Mais quel est le paramétre qui fait passer d’un équilibre à un autre ( cyclique) si ce n’est : la création monétaire !
    Si l’on pousse encore le paramétre qu’obtient t on comme attracteur ? : une divergence …à l’infini ( et non un autre point-mort comme le croyait Schumpeter .)
    Ce n’est plus alors à une destruction créatrice qu’on à affaire , mais une destruction , tout court ! çà ne se termine que par le chaos : une chute brutale , imprévue , due à l’envol d’un papillon quelque part . En Europe je vois quelques papillons mais surtout des papillons de nuit , des moches .

    J'aime

  22. L’échec du ‘libéralisme’ s’est révélé à mon avis lors de la crise financiére de 1997/98 .

    Rrrrrrrrrrrrrrrr……………..

    J’ai pas envie d’être désagréable… mais Isidore, je vous recommande d’étudier vos fondamentaux… et parlez moi de la 1ère économie du monde, la Suisse Libérale…

    j’adore ça !!!

    http://www.dantou.fr/

    J'aime

  23. Je suis désolé , je m’excuse , je ne savais pas qu’on les appelait astro-zombies .
    A vrai dire je suis parfaitement conscient que par glissement progressif les mots ne correspondent plus aux choses et mémes maintenant désignent le contraire .
    Ainsi aux Etats Unis maintenant les démocrates sont au Nord et les Républicains au Sud . Toutefois je me suis cru obligé pour communiquer d’employer les mots au sens convenus actuellement .

    J'aime

    • j’avais compris votre commentaire, mais il est vrai que si je combats le système, je combats également le mensonge qui sert ses intérêts.
      Il ne faut pas les laisser nous laver le cerveau.. et c’est justement, ce "glissement" qui nous est néfaste.
      Je trouve que ce phénomène s’amplifie de jour en jour… il fût un temps où je ne réagissais que dans mon for intérieur, mais il est temps de remettre de l’ordre et appeler un chat un chat.
      Ce mensonge entretenu, ce n’est que le "masque" qu’ils se collent tous sur la gueule…
      Aujourd’hui on en est arrivé à nous dire que la Gauche est à Droite, que la Droite est à droite, c’est la valse des étiquettes.
      Tous ces mafieux et tous autant qu’ils y sont dès qu’ils le peuvent, ils nous collent au milieu d’un discours de désastre de l’ultralibéralisme… Stop à tout ça… qu’on revienne à un peu de sérieux et qu’on se mobilise contre cette propagande antilibérale. Parlons d’ultra-étatisme, parlons du capitalisme en précisant "de copinage"… Soyons clairs !

      A mon avis, c’est un des premiers combats à mener.. il faut leur démolir "le portrait", faire tomber les masques.

      J'aime

  24. […] Nous avons indiqué, dès nos premiers commentaires, que l’enjeu des élections européennes serai… Et nous avons même tendance à dire maintenant que le second point est devenu plus important que le premier. En effet, les scores dès lors qu’ils n’atteignent pas un niveau critique susceptible de mettre en difficulté les partis de gouvernements et les classes dominantes, ces scores sont vite escamotés. La mémoire est courte. La chape de la propagande est épaisse. Ce qui reste donc, ce sont les commentaires, les interprétations, les mises en forme. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s