Formation a la gestion de portefeuille

Mister Markets and Doctor Conjoncture du Dimanche 22 Juin 2014:Vu de l’intérieur de la bulle, le discours de la névrose Par Bruno Bertez

Mister Markets and Doctor Conjoncture du Dimanche 22 Juin 2014:Vu de l’intérieur de la bulle,  le discours de la névrose Par Bruno Bertez

Avertissement très important!

Nos articles habituels, depuis quelques mois, sont des articles qui observent et analysent la situation économique, financière et politique de très haut. Nous nous plaçons, dans ces textes, du point de vue d’un extra-terrestre, venu de Sirius, et qui ignore tout de ce qui se dit en bas. Il essaie de mettre un peu d’ordre dans le chaos global, en se fiant à ce qu’il voit et non pas à ce qu’ « ILS » disent. D’où l’originalité et le caractère paradoxal des convictions de notre petit bonhomme de Sirius. Présenté autrement, notre observateur de Sirius n’est pas dans la bulle terrestre, prisonnier de la névrose économique et financière actuelle, il se situe hors de la bulle de verre, de la cloche qui recouvre le tout, réel, perceptions, discours, propagande. Ou encore il ne participe pas au monde des illusionnistes, faux psychiatres encore plus fous que leurs patients, ces illusionnistes qui sont persuadés que la prospérité peut couler, jaillir des printing press et des clics sur des claviers d’ordinateurs. Notre petit bonhomme est un matérialiste forcené. Il ne croit pas aux incantations des zozos faux prophètes,  mais vrais escrocs.

De temps à autre, il faut bien redescendre sur terre et au lieu de critiquer et de penser le monde, il faut gérer. Gérer, c’est rentrer dans la bulle, c’est se plonger dans la névrose, c’est accepter la vision dominante. De fait, dans son quotidien, le menuisier ne se préoccupe pas de savoir si la matière n’est faite que de vide ou d’oscillations ondulatoires,  comme le dit la science; non, il taille et rabote dans le solide, le bois.

Le présent texte et donc « in », il s’inscrit dans la névrose. Ce n’est pas le discours de la méthode, c’est le discours de la névrose.

L’indice S&P 500 vient d’inscrire un nouveau record à 1959. Il l’a fait au lendemain des propos de Yellen dans lesquels elle a réaffirmé que les taux allaient rester bas très longtemps et que les actifs financiers n’étaient pas surévalués.  Notez que par solde, cependant, l’effet positif des propos de Yellen a été faible, on n’a gagné que 10 points au S&P.

Le nouveau sommet est faible, avec peu de volume, une faible extension/diffusion, sans véritable locomotive. Ce sommet est acquis après une avance marginale, symbolique, hésitante. Il est en divergence avec le comportement des petites valeurs, les small caps qui elles ont clôturé en recul. 

Beaucoup d’auteurs, dans la bulle, c’est à dire qui participent à la névrose, pensent que l’on s’achemine, soit vers un processus de formation de « top », soit vers une correction mineure. La situation est bien résumée par Stovall, « Don’t boost your exposure to stocks, resist the siren’s song ».

Mary Evans/Everett Collection

The Sirens. Photo by IBL/Mary Evans/Everett Collection

Ce n’est pas un conseil de vendre ou d’acheter, c’est un conseil d’attentisme. Conseil raisonnable car il est probable qu’il y a peu à gagner à court terme alors que les incertitudes de toutes sortes sont grandes. Guerres, tensions géopolitiques globales, hausse du pétrole, envol d’une petite hirondelle inflationniste le mois dernier, etc. Mais attention, la mesure du risque préférée des névrosés, c’est le VIX, et lui reste collé dans ses plus bas. De même, la mesure du stress financier par la Fed  de Saint Louis, mesure assez bien suivie, est, elle aussi, dans les plus bas dans toutes ses composantes.

Au plan psychologique, c’est à dire au niveau du sentiment, on est hyper bullish, hyper-haussier avec une mesure de l’optimisme qui ressort à 67,4%. Les commentaires sont bullish, ainsi on voit de plus en plus de papiers qui disent: finalement on est sorti de la crise, que les remèdes ont fonctionné. Ceci explique que les opérateurs n’hésitent pas à acheter sur marge, à crédit. 

Permalien de l'image intégrée

Click to View

Les leading indicators font leur quatrième hausse consécutive, et pointent vers une légère accélération conjoncturelle au 4e trimestre. A noter que les appréciations sur la situation économique sous-jacente sont toutes du même ordre, elles ne commentent que l’actif du système, la croissance, les indicateurs conjoncturels etc., elles font comme si le passif, du système, les dettes, le gonflement des déséquilibres entre les promesses et les moyens de les honorer,  les désajustements entre le court et le long, n’existaient pas, voire étaient « irrelevant ». De même, personne ne s’interroge sur l’origine des marges élevées des entreprises, bien peu savent qu’elles sont la contrepartie de la stagnation des salaires et donc qu’elles ont rapport avec l’absence d’épargne et les déficits. 

somerecovery employtellen

L’analyse technique traditionnelle, que les Maîtres du marché connaissent aussi bien que nous, ne donne aucun signal baissier, aucun avertissement de retournement proche. Les moyennes mobiles ne sont pas menacées, la 50 est à 1895, la 200 est à 1818. Il y a de la marge.

 Nous vous rappelons que, depuis le plus bas du cycle, on a fait près de +190%, que depuis le début de l’année on a fait +6%. Les corrections, consolidations, sont de plus en plus rares et faibles. On a corrigé de 16% en 2010; de 19% en 2011; de 9,9% en 2012; de 7,7% en 2013, si nous ne nous trompons pas. 

Click to View

La configuration est de plus en plus tendue, avec très peu de rétro et des acheteurs qui avidement tentent de « buy the dip », d’acquérir du papier à bon compte sur chaque toute petite baisse. 

Click to View

La légère tension sur les taux des Treasuries à 10 ans n’inquiète pas, puisque les autorités et les gérants connivents font le forcing pour faire croire que les taux longs ne peuvent que rester bas en raison d’une croissance durablement modeste, d’un excès d’épargne (Savings glut de Summers), d’une absence de concurrence aux assets financiers, des besoins de « match » de leurs engagements de certaines institutions etc. etc. Les taux se sont tendus de 20 pbs à 2,64% depuis le plus bas récent du 28 mai. 

 Click to View

Voilà, maintenant, faites vos jeux !

 BRUNO BERTEZ Le Dimanche 22 Juin 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

2 replies »

  1. Bonjour et merci. Vous auriez pu aussi mettre la chanson d’ Accept " Russian roulette"…
    La vraie question est : tant qu’il n’y aura pas de dedollarisation du monde ( et Chine et Russie sont trop mouillés en dollars pour se tirer une balle dans le pied encore), les assets peuvent-ils s’effondrer ? Vous le dites formidablement bien : le Fed a pour l’heure toujours la situation en main. A moins d’un déséquilibre en Irak ou ailleurs bien sûr. Les ratios de dette du Japon nous laissent de la marge à nous pays occidentaux. …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s