Art de la guerre monétaire et économique

Politique Friction du Lundi 30 Juin 2014 : Il y a trop de pactes sous cette Présidence…de Pactes Sataniques ! Par Bruno Bertez

Politique Friction du Lundi 30 Juin 2014 : Il y a trop de pactes sous cette Présidence…de Pactes Sataniques ! Par Bruno Bertez

Trop de pactes qui masquent l’impuissance.

Le recours aux pactes est donc tactique.

Mais il y a plus grave car la prolifération des pactes traduit une philosophie du monde, de la vie économique et de la vie sociale.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Pacte, cela rappelle Méphisto, Faust etc; par des pactes on peut s’exonérer des lois éternelles, de tout ce qui fait que nous sommes "hommes", humains; de la mort, de la finitude, de la rareté. Le pacte c’est l’illusion de la toute-puissance… par contrat.

Tout est possible par un ou par des Pactes. Hélas on peut faire des Pactes entre nous, décider que nous bannissons la mort, nous resteront toujours mortels.

On peut faire des Pactes entre PS et MEDEF, il restera toujours les lois de l’économie. On peut faire un Pacte social sur la disparition des genres, il faudra toujours un homme et une femme pour procréer.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Faire des pactes, c’est tenter de créer un monde dont Dieu, la fatalité, la nature, l’histoire sont évincés. Par les pactes, on tente d’affirmer la toute-puissance de la politique et si cela ne marche pas, ce n’est parce que le Pacte est contre-nature ou qu’il s’oppose à des lois éternelles, non, c’est parce qu’il y a des méchants!

Instaurer une politique des revenus est un pacte social et on voit bien la tentation des gens au pouvoir, elle est d’instaurer une politique des revenus.

La répression fiscale et monétaire est une politique des revenus qui ne dit pas son nom. Elle est pratiquée au niveau mondial et c’est pour cela que cela échouera et que nous affirmons que la grande crise est inéluctable. Il existe un taux d’intérêt naturel n’en déplaise aux Bernanke, Summers et Yellen.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

  • Une politique des revenus correspond à un Pacte implicite qui se formule comme suit:

Peu importe la quantité de facteurs de production mise en œuvre, les produits doivent être répartis en fonction des personnes et non en fonction des facteurs mis en œuvre.

Ce faisant, on s’écarte des lois de l’économie qui veulent que chaque facteur soit à son prix pour que le système fonctionne. On introduit un déséquilibre majeur. Le Pacte, bien sûr, bute, il débouche sur une impasse, qui est généralement l’insuffisance des investissements ou d’épargne et la pénurie puis le rationnement et/ou l’inflation.

Permalien de l'image intégrée

Les pactes visent à prétendre dominer la nature, les lois éternelles, l’histoire; ils font redescendre le ciel sur la terre, ils nient qu’il y a des choses que l’on ne peut modifier ou alors très lentement. Les pactes nient la pesanteur et entretiennent l’illusion que les volontés sont toutes puissantes.

Le voudraient-ils, que les patrons ne pourraient respecter le Pacte de Responsabilité car il y a des choses, la conjoncture, la concurrence, l’ordre du monde, dont ils ne sont pas responsables.

Permalien de l'image intégrée Permalien de l'image intégrée

BRUNO BERTEZ Le Lundi 30 Juin 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :    

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

7 replies »

  1. Le choix du mot "pacte" est très habile de la part de nos politiciens manipulateurs : immédiatement il met l’autre en position d’ accusé : ex : les patrons qui ne pourront le satisfaire pour les raisons que vous avez décrites et seront conspués comme ayant brisé le pacte. Par ailleurs , le refus de ces derniers de signer le pacte sera aussi traduit comme un comportement inacceptable et refus de coopération . Bref , parfait exemple de manipulation …

    J'aime

  2. L’intérêt d’un banquier
    Surveiller le court terme et voir loin
    La société ,sa famille devra y vivre à l’aise
    Rien de scandaleux!
    Une population multiple,cultivée et à visage Humain,mais à fond Humain également,c’est l’Avenir
    L’intelligence de la Société c’est donner les meilleurs outils à CHACUN,pour le bénéfice de TOUS
    La qualité de l’individu se traduit par la qualité de son apport,à sa place.
    On aurait pas "inventé" l’Humain aucune solution brillante ne serait réalisable
    Le bafouer,,insulter son intelligence,c’est la certitude d’un résultat désastreux pour TOUS.
    Le petit nombre de malfaisants :des "SATANISTES" ne sont corrosifs que si le BANQUIER n’est pas suffisamment clairvoyant,et les malfaisants savent l’endormir en lui faisant miroiter un monde d’élite,alors que l’éliite:c’est un enfant qui vient au monde avec dans sa corbeille autre chose que ….des dettes
    Le BANQUIER tient le monde entre ses mains
    DES ROBOTS ou DES HUMAINS.

    DESHUMANISER LA SOCIETE:c’est LE SATANISME

    Le bonheur d’un père:c’est quoi?

    Le regard fier sur un monde de Fraternité

    J'aime

  3. Il y a un proverbe qui dit qu’il ne faut jamais souper avec le Diable même avec une longue cuillère en bois !….

    J'aime

    • Il semble que de nos jours nos dirigeants lui offrent le souper tous les soirs et qu il met ses "pompes" sur la table ;-)

      J'aime

  4. Le machin Européen, une machine à tromper !

    A propos de Pacte, il y en a un qui a du plomb dans l’aile, c’est celui de Stabilité en Europe. Comme tous les pactes qui s’opposent au réel, il est intenable, donc on le contourne.

    Lors de la dernière réunion du Conseil Européen, il a donc été question d’échanger le sel, c’est à dire Juncker, contre le poivre, c’est à dire l’assouplissement des règles budgétaires.

    C’est l’Italien Renzi qui a mené la danse. De retour dans son pays, il s’est vanté d’avoir remporté un grand succès au sein du Conseil. Il déclare avoir obtenu une interprétation plus souple des règles fiscales du Pacte de Stabilité.

    L’Allemand Schauble lui répond dans le FT, frontalement. Il affirme: "En Europe je n’ai pas entendu cette exigence de règles plus flexibles ni de la part des Italiens ni de la part de qui que ce soit d’autre. En Allemagne, nous avons des accords au sein de la Coalition et le Vice Chancelier, Gabriel a explicitement exclu de demander des ajustements dans la procédure de réduction des déficits excessifs, c’est tout le contraire".

    Nous vous rappelons que l’objet du débat est de savoir si on n’a le droit de tricher avec les règles, en n’incluant pas certaines dépenses dans les calculs de déficits.
    Les pays du Sud veulent reprendre les bonnes pratiques antérieures à la faveur des taux bas pratiqués sur les dettes souveraines depuis 2012, ils espèrent que ces taux seront bas durablement grâce aux achats japonais.

    Nous vous rappelons que la solution à la crise en termes généraux, est fournie par notre Maître à tous Juncker, "Quand cela va mal, vous devez mentir", you have to lie! »

    Nous vous rappelons que tous ces gens rejettent la réalité et même nient son existence, ce qui compte ce sont les perceptions, c’est la sémantique, et du moment que l’on se met d’accord au sommet, alors cela suffit, pas besoin de traiter les problèmes réels. Le mensonge, l’opacité, les incantations, le bluff suffisent.

    La question britannique tourne autour de tout cela. Les britanniques sont en Europe, le pays "rogue", le pays voyou qui refuse les solutions trompe l’œil au nom de sa conception du libéralisme. C’est la raison pour laquelle Cameron fait semblant de menacer…

    Tout cela, c’est du bidon. On peut tricher, mentir, opacifier … tant que l’on est à l’ abri du voile impudique des politiques monétaires laxistes. Le jour ou la liquidité disparaitra, alors on verra comme en 2010 avec la Grèce, qui se baigne nu.

    Le pire c’est qu’ils sont tellement stupides qu’ils ne se rendent pas compte que l’on se rapproche du moment fatidique- ils ne lisent ni la presse américaine, ni la presse japonaise- et que c’est à cela qu’il convient de se préparer.

    J'aime

  5. J’écoute BFM Business ce matin, et j’entends Alain Madelin tentant de nous amadouer en nous faisant comprendre que la mesure du PIB a changé, et qu’il faut à présent parler de (accrochez vous bien .. " CROISSANCE DEFLATIONNISTE" , donc en d’autres termes l’appauvrissement générale des uns qui sont la majorité pour l’enrichissement des autres qui ont les manettes.

    Quelle propagande !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s