Art de la guerre monétaire et économique

Les Clefs pour Comprendre du Dimanche 3 Aout 2014: Le nouveau paradoxe des taux longs, un révélateur Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Dimanche 3 Aout 2014: Le nouveau paradoxe des taux longs, un révélateur Par Bruno Bertez

Les commentateurs soulignent le comportement paradoxal des taux longs. Malgré la perspective de la fin des achats de titres à long terme aux USA, malgré la progression des achats à crédit, malgré une accélération de la croissance, malgré le frémissement de la hausse des prix, malgré un réveil du « bargaining power » de certaines catégories de salariés, ils ne montent pas. 

Click to View

Tout cela recouvre une évidence que les économistes n’ont pas encore assimilée: la mutation de la fonction de l’intérêt. L’intérêt n’est plus le prix de l’argent ou du capital, comme le croient encore beaucoup d’économistes et banquiers centraux. Depuis 1971, c’est à dire il y a belle lurette, l’équilibre offre/demande d’épargne n’est plus déterminant car le crédit remplace l’épargne. Ce qui était, soulignons-le, l’objectif poursuivi par la rupture du dollar avec l’or et les dérégulations financières qui ont suivi. Ces mesures avaient pour but de repousser les limites, en particulier celles de l’insuffisance d’épargne, les limites du crédit et de la solvabilité. Repousser également les limites de la rareté des fonds propres des banques en leur permettant de titriser et de spéculer pour bonifier leur rentabilité. Il s’agissait de compléter la demande produite par les revenus par la demande produite par le crédit et, in fine, la production de dollars. Nous sommes entrés dans un autre système où les uns produisent des biens et services et les autres produisent monopolistiquement des promesses. 

The consumer is taking on debt to compensate for falling real wages and rising costs of living: 

L’intérêt long a cessé d’être constaté, c’est à dire d’être une résultante, pour devenir un outil, un paramètre. Le champ de l’intérêt s’est unifié, le « long » a cessé d’être de nature différente du « court ». C’est de cette époque que date la nouvelle doctrine. Le « long » est une succession de « courts ». L’autre innovation qui a unifié le champ, c’est l’introduction du risque mesuré par la volatilité, c’est à dire mesuré, non par ce qui se passe dans le monde extérieur, mais ce qui se passe dans le champ unifié des marchés. Mais c’est une autre histoire. 

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’intellectuellement, on ait pu émettre une théorie des taux fondée sur la relation avec la hausse des prix, voire la hausse du CPI: la nouvelle limite à l’émission de crédit et de dollars est en effet devenue l’inflation. D’où la doctrine: on peut continuer tant que les anticipations inflationnistes sont ancrées. 

Mais une nouvelle mutation subreptice s’est peu à peu imposée. Les déficits produits par la sur-stimulation US, lesquels déficits sont une manifestation détournée de l’inflation, ces déficits ont produit des excédents chez les exportateurs et, une fois de plus, la notion de taux et de nature de l’intérêt a muté. Pour masquer, tout en expliquant le phénomène, Greenspan a appelé cela « le Conendrum », puis le Savings Glut . En gros, si les taux restaient bas, trop bas, ce n’était pas de sa faute, mais c’était parce qu’il y avait un Savings Glut global et cet excès d’épargne recyclé aux USA produisait des taux bas, puis un trop grand recours au crédit et donc des déficits. 

Réguler l’économie US dans ces conditions sur la base de l’évolution interne du CPI est une imbécillité. C’est comme réguler son thermostat de chauffage de son appartement sur la température de sa chambre froide, il n’y a aucun rapport. C’est ce qui explique la persistance des déficits commerciaux US et, bien sûr, la tendance bullaire, séculaire, du prix des actifs financiers: on régule sur la base de quelque chose qui est inadéquat, le CPI US! On régule sur la base de la consommation alors que l’argent créé sert à acheter des assets! 

Permalien de l'image intégrée

Compte tenu de la masse des excédents dans le monde global, le prix marginal, aussi bien du crédit que du capital, dépend essentiellement des choix qui sont faits par les pays excédentaires, les créditeurs. En particulier, leur régulation et leur stratégie de long terme, et leur modèle de croissance. 

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Les Chinois ont parfaitement assimilé le système, mieux que les occidentaux hors USA, ils l’utilisent pour leur propre régulation à deux niveaux: au niveau de la politique du crédit intérieur qui est adossée à leurs réserves en dollars et au niveau de la gestion de leur change, de la parité du Yuan. 

Permalien de l'image intégrée

Donc la demande de  Treasuries, TSY, est fonction réelle, non pas des paramètres magiques anciens, mais de la politique des émergents et de la Chine, de leur régulation. Le fait que ceci soit à la marge ne change rien, car, en matière financière, c’est la marge qui compte et fixe les prix. 

Permalien de l'image intégrée

Permalien de l'image intégrée

Les Chinois ont frôlé la catastrophe bancaire et l’éclatement de la bulle il y a quelques mois et ils semblent avoir décidé de temporiser et éviter d’aller plus loin dans le stress financier. Donc ils font une pause dans leur processus d’assainissement et la mutation du modèle de croissance. Donc ils reprennent la voie ancienne qui consiste à faire de la croissance par les investissements fixes et l’export . Le nouveau modèle mis temporairement en veilleuse est le modèle fondé sur la consommation intérieure et le pouvoir d’achat des masses, c’est à dire la hausse du pouvoir d’achat mondial du Yuan. Si on abandonne temporairement ce modèle nouveau, si on revient à l’ancien, on a besoin de reprendre une répartition des revenus ancienne, défavorable aux masses, ce qui passe par le besoin de tenir le Yuan bas, de contrôler le change et donc d’accumuler des dollars et des Treasuries, les TSY.

 La Chine a enregistré une solide croissance ce printemps, mais le rebond de la Chine est surtout le fruit des mesures de relance mises en œuvre par le gouvernement l’hiver dernier. Un plan qui repose surtout – comme par le passé – sur des dépenses massives en infrastructures qui alourdissent la dette nationale, déjà très élevée.

Permalien de l'image intégrée

«L’économie n’aurait absolument pas pu atteindre la barre de 7,5% de croissance sans ces mesures de relance», confirme la firme Everbright Securities, de Shanghai, dans une note financière.

En fait, plus de la moitié (54,4%) de la croissance chinoise repose sur «des mesures de soutien», dont la construction de rails, la rénovation des logements sociaux et des assouplissements du crédit, précise la banque française Natixis. Autrement dit, le secteur privé et le consommateur chinois, de qui on attend beaucoup, ont peu contribué à cette remontée.

Permalien de l'image intégrée

Les mesures, les conséquences

Pour prévenir un ralentissement de l’économie et des débordements sociaux, le gouvernement avait dévoilé en avril une batterie de mesures de relance.

Abaissement de la fiscalité des PME, accélération de la construction de nouveaux quartiers et construction de 6600 km de chemins de fer cette année… autant de mesures qui ont fait bondir les investissements en actifs fixes au pays (+ 17,3% sur un an en juin).

Or, tout ça a été réalisé grâce au crédit.

Permalien de l'image intégrée

Les financements bancaires en Chine ont ainsi bondi de près de 17% en juin – à 1080 milliards de yuans (128,5 milliards d’euros) -, contre 870,8 milliards en mai et 774,7 milliards en avril, a annoncé la banque centrale chinoise (PBOC).Ce niveau, qui surpasse les attentes des analystes, s’établit également bien au-delà des 860,5 milliards de prêts enregistrés il y a un an, en juin 2013.

L’agrégat appelé «social financing» – une mesure large du crédit, qui inclut aussi les financements disponibles en dehors du système bancaire – a gonflé en juin à 1970 milliards de yuans contre 1400 milliards de yuans en mai, a précisé la PBOC.

Si bien que la poussée du crédit en Chine a excédé la croissance économique du pays à chacun des trimestres depuis 2008, selon des données de Bloomberg.

D’autres sources indiquent qu’en ajoutant le fameux financement «non officiel» en Chine, une activité parallèle au système bancaire et surnommée «shadow banking», la hausse du crédit serait plutôt de l’ordre de 40% en un mois.

Permalien de l'image intégrée

Lourde dette

Résultat: l’ensemble des dettes – privées et publiques – représentait 206% de l’économie chinoise (PIB) à la fin du deuxième trimestre 2014, selon Bloomberg, contre 202% au trimestre précédent.

D’autres analyses, dont celle de la société de gestion Gavekal (Charles Gave), de Hong Kong, évaluent plutôt le poids de la dette chinoise à 240% du PIB à la fin de 2014, contre 220% à la fin de 2013. Un niveau dangereusement élevé qui excède celui des pays les plus endettés d’Europe, dont la Grèce (environ 175%) et le Portugal (130%).

De toute évidence, Pékin est préoccupé ces jours-ci par les risques d’un ralentissement économique, surtout dans le fragile secteur immobilier et ses milliers de logements tout neufs encore vacants. Une crise immobilière serait catastrophique en Chine, cette industrie générant plus de 20% de l’activité économique du pays.

L’an dernier, le pouvoir chinois avait pourtant signalé sa volonté de tolérer une croissance plus faible à l’avenir après deux décennies de gains à deux chiffres, afin de mettre en oeuvre des réformes structurelles. Celles-ci sont indispensables si la Chine doit moderniser son modèle économique à bout de souffle, qui repose sur la fabrication de bas de gamme, les exportations et les investissements dans la brique et le mortier.

Mais actuellement, c’est la croissance qui prime. Quitte à remettre à plus tard le lourd travail de restructurer l’économie et de s’attaquer à la dette. Source : Richard Dupaul La Presse 21/7/2014

Les taux dans le monde sont en grande partie la résultante du régime choisi par les Chinois. Et ce régime est un choix géopolitique. La compétition stratégique avec les USA a muté, elle s’est transformée en rivalité stratégique et les Chinois se sentent menacés par la réorientation de la diplomatie et des forces militaires US vers la zone Pacifique intervenue récemment et par le réarmement japonais. Ils détiennent la clef de la régulation globale et/ou en concurrence avec les USA , lesquels ont un outil supplémentaire, la maîtrise du clavier de « printing » et l’ancienne arme non conventionnelle qui en fait devient conventionnelle, les achats de titres à long terme, les QE. 

La notion de taux s’est quasi vidée de tout son contenu ancien, ce qui est extraordinaire, car on voit les apprentis sorciers économistes continuer à faire leurs incantations magiques. Et triturer leurs équations… pour constater… qu’elles ne marchent pas. Ces gens font l’économie du 21ème  siècle avec les idées du 19ème. Comment peut-on encore parler de taux d’intérêt naturel, ou même simplement de taux d’équilibre, quand l’offre et la demande de capitaux sont déconnectées de la logique économique, quand la géopolitique est devenue la discipline reine. Il n’y a aucun intérêt attaché magiquement à l’argent court, long, ou au capital, ce qu’il y a, c’est l’intérêt égoïste, propre à chaque pays. Il n’y a aucun intérêt tombé du ciel, attaché aux choses: certains ont des intérêts et les imposent, voilà le réel. Ils les imposent ou les confrontent à ceux des autres. 

Il est évident que la théorie des taux ayant muté, ce n’est pas sans conséquence sur les théories de la valeur de tous les assets financiers, ce que nous ne cessons de tenter d’expliciter depuis deux ans.

Permalien de l'image intégrée

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 3 Aout  2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON : 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE ( Source et Remerciements à Maître Confucius)

COLLAPSE UPDATE: 

CENSURE:…la liberté d’informer bâillonnée par le secret des affaires

http://www.challenges.fr/media/20140801.CHA6565/la-liberte-d-informer-bientot-baillonnee-au-nom-du-secret-des-affaires.html

FRANCE:…restauration sous pression….faut-il se réjouir de la baisse des taux?….Société Générale exposée en Russie…baisse du marché auto en juillet….fermeture du H&M de Perpignan….contraction du secteur manufacturier….hausse de 0,6% du nombre de demandeurs d’emploi indemnisés

http://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/0203675239233-la-restauration-reste-sous-pression-1029021.php

http://www.lepoint.fr/economie/dette-francaise-faut-il-se-rejouir-de-la-baisse-des-taux-31-07-2014-1850615_28.php

http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/socgen-trimestriels-en-hausse-incertitudes-en-russie-990726.php

http://www.capital.fr/bourse/actualites/baisse-de-4-3-du-marche-automobile-en-juillet-952593

http://www.lindependant.fr/2014/07/31/le-15-aout-le-magasin-h-m-a-perpignan-tire-le-rideau,1913162.php

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140801.REU7168/la-contraction-dans-le-secteur-manufacturier-s-accentue.html

http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/le-nombre-des-demandeurs-d-emploi-indemnises-en-hausse-de-0-6-en-juin_1563433.html

FRANCE:…hausse du nombre des auto entrepreneurs mais baisse du chiffre d’affaires

http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/le-nombre-d-auto-entrepreneurs-continue-de-croitre-952647

FRANCE:…Société Générale renforce ses provisions pour litiges…faillite du propriétaire de CADDIE…faillite du n°1 de la literie 

http://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0203680054425-la-societe-generale-renforce-ses-provisions-pour-litiges-1029682.php

http://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/0203680495548-le-groupe-altia-proprietaire-de-caddie-depose-le-bilan-1029743.php

http://www.lesechos.fr/pme-innovation/actualite-pme/0203678184770-le-numero-un-francais-de-la-literie-cauval-brandit-la-menace-dun-redressement-1029445.php

  1. ..les demandes de délais de paiement aux URSSAF au plus haut

http://www.capital.fr/bourse/actualites/les-demandes-de-delais-de-paiement-aux-urssaf-au-plus-haut-952031

FRANCE:…faillite de la mutuelle étudiante LMDE…prêts toxiques validés… Pernod Ricard supprime 900 postes… baisse de la fréquentation et des recettes dans l’hôtellerie….déprimes des banques françaises…100 000 destructions de poste dans le secteur privé en 2013…perte de 4,3 milliards pour BNP

http://www.mediapart.fr/journal/france/280714/le-gouvernement-encore-au-chevet-de-la-lmde-mutuelle-des-etudiants

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/28/touche-pas-a-mes-mutuelles-etudiantes_4463965_3232.html

http://www.mediapart.fr/journal/france/250714/prets-toxiques-le-conseil-constitutionnel-donne-raison-letat-contre-les-collectivites

http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0203673137847-pernod-ricard-envisage-900-suppressions-demplois-1028700.php

http://www.lepoint.fr/societe/hotellerie-frequentation-et-recettes-en-baisse-en-juillet-30-07-2014-1850208_23.php

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140731trib000842468/100.000-destructions-de-postes-dans-le-secteur-prive-en-2013.html

http://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0203676930761-bnp-paribas-perte-de-43-milliards-apres-lamende-americaine-1029246.php

BELGIQUE:…800 000 futurs retraités d’ici fin 2019

http://www.express.be/business/fr/economy/pres-de-800-000-belges-prendront-leur-retraite-dici-la-fin-de-cette-decennie/206700.htm

ITALIE:…BNP décroche

http://www.agefi.fr/articles/la-banque-de-detail-de-bnp-paribas-decroche-en-italie-1327798.html

ROYAUME-UNI:…le bénéfice de la Lloyd’s fond de plus de moitié

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20140731trib000842485/le-benefice-net-de-la-banque-britannique-lloyds-fond-de-plus-de-moitie.html

CHYPRE:…autorise la saisie de maisons pour réduire les prêts immobiliers impayés (faillite bancaire = saisie)

http://tempsreel.nouvelobs.com/immobilier/monde/20140731.OBS5251/chypre-autorise-la-saisie-des-maisons.html

http://www.lesechos.fr/monde/europe/afp-00610158-chypre-le-gouvernement-approuve-une-loi-autorisant-les-saisies-de-maisons-1029316.php

UKRAINE:….Kiev envoie 4 missiles balistiques…actes terroristes imminents….accord secret Allemagne/Russie

http://www.lecontrarien.com/flash-special-4-missiles-balistiques-ukrainiens-tires-vers-les-zones-des-separatistes-31-07-2014-scoop

http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/07/31/avertissement-des-actes-terroristes-planifies-par-la-junte-de-kiev-seraient-imminents/

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/land-for-gas-secret-german-deal-could-end-ukraine-crisis-9638764.html

UKRAINE:…en récession au 2eT… http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140730trib000842308/le-pib-ukrainien-a-chute-de-23-au-deuxieme-trimestre.html

RUSSIE:…accord avec l’Inde pour se passer du dollar

http://www.zerohedge.com/news/2014-07-31/russia-and-india-begin-negotations-use-national-currencies-settlements-bypassing-dol

Atlantico analyse un article du New York Times sur 2014, année de la 3e guerre mondiale?….USA/RUSSIA WAR

http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2014/08/yes-it-could-happen-again/373465/

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-2014-pourrait-bien-etre-annee-declenchement-troisieme-guerre-mondiale-gerard-francois-dumont-pierre-verluise-1686297.html

http://www.infowars.com/global-elite-agitating-for-war-against-russia/

http://www.mcall.com/opinion/national/la-oe-mcmanus-column-foreign-policy-chaos-20140730,0,1161050.column

USA:…700 000 milliards de produits dérivés des banques…. http://www.bloomberg.com/news/2014-07-30/wall-street-facing-new-u-s-scrutiny-of-derivatives-rule-tactic.html

4 replies »

  1. oui le 1er taper a fait apparemment peur aux chinois (ai été surpris des achats!)
    si les us disposent de la fonction print
    les chinois de la fonction buy

    dans une logique rotschildienne de manipulation de cours dont vous nous avez expliqué les tenants et aboutissants, les oucrs sont au plus hauts depuis 1789 sur l’oat!

    J'aime

  2. L’Etau court:-)
    Il a perdu 300 points Jeudi le Dow Jones
    en 1 journée: »Le fait que l’indice vedette de la place financière new-yorkaise, le Dow Jones, soit revenu sous son niveau de fin 2013, effaçant au passage tous ses gains de l’année « déprime aussi un peu les investisseurs », selon Mace Blicksilver. »

    http://www.boursorama.com/actualites/wall-street-rattrap-e-par-ses-interrogations-sur-les-intentions-de-la-fed-4cc1034e916da901a29c67bc10e5ed1a

    Perdre en 1 jour tous les bénéfices depuis le 1er Janvier
    ça m’étonne que ça ne fasse réagir personne

    -4% en 3 jours pour le CAC
    Ces 2 semaines m’intéressent au plus haut point
    La manière de glisser du CAC m’impressionne

    En cas de « coup dur »
    les banques ont bien le droit de fermer 7 jours en bloquant tous les comptes
    une faillite générale à la clé
    et on est tous « rincés »
    N’est-ce pas le choix de Lagarde….RESET?

    C’est fou ce que je sens ce coup tordu
    pour le WE du 15 Août

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s