Etats-Unis

Interventionnisme politique rime souvent avec catastrophisme et crétinisme….

A l’image de la « Voix de son maitre Guaino » l’interventionnisme politique tout azimut a souvent des conséquences funestes…L’avocaillon de l’Elysée et son énarchie  si prompts à affirmer des contre vérités feraient bien de temps à autre de s’en souvenir….

 Deux exemples parmi d’autres aux Etats Unis : la politique agressive d’encouragement de la propriété immobilière…et la fronde contre la FED menée par le Libertarien Ron Paul… 

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

 Un facteur est souvent oublié en accusant trop rapidement les marchés dans l’évaluation de la crise actuelle: la politique agressive d’encouragement de la propriété immobilière des Etats-Unis. Dès 1992, le Congrès américain poussa Fannie Mae et Freddie Mac, les deux agences hypothécaires semi-étatiques qui ont joué un rôle déterminant dans le boom immobilier, à octroyer en masse des prêts hypothécaires aux ménages à revenu modeste. En 1996, le Département fédéral du logement et du développement urbain fixa à 42% le quota d’emprunts hypothécaires devant aller à des ménages dont le revenu était inférieur au revenu moyen de leur agglomération. Ce quota a été relevé à 50% en 2000 et à 52% en 2005, observe avec acuité Anna Schwartz(ancienne coéquipière de Milton Friedman). En 1996, le même Département décréta un quota de 12% de prêts «spécialement accessibles» devant être octroyés à des ménages dont le revenu était inférieur à 60% du revenu moyen. Ce quota a été relevé à 20% en 2000 et à 22% en 2005. En 2008, il aurait dû atteindre 28%. Fannie Mae et Freddie Mac ont atteint ces «objectifs» chaque année en prêtant à des ménages disposant généralement de moins de 10% des fonds nécessaires à l’achat de leur maison. Cette stratégie politique faisait également l’objet de faveurs électorales, Fannie Mae et Freddie Mac sponsorisant les campagnes de politiciens indulgents….

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES :

De l’inconsistance, de l’inconscience, et de l’inefficacité des plans de relance à la mode keynésienne (cliquez sur le lien)

Idées courtes, idées fausses : ce n’est pas parce qu’on vous le dit ou qu’on l’écrit que cela est vrai… (cliquez sur le lien)

Autre exemple : Les Libertariens US  Ron Paul en tète , prouvant une fois de plus qu’ils n’ont rien compris au film  et aux sources de la prospérité de leur propre pays tentent de mettre fin à l’indépendance de la FED, ce qui fait d’eux comme d’habitude et bien qu’ils s’en défendent les alliés objectifs des Néokeynésiens Socialistes…. 

—————————-

Le vice-président de la banque centrale américaine (Fed), Donald Kohn, a déclaré jeudi être opposé à ce que la politique monétaire de son institution soit contrôlée par la Cour des comptes (GAO).

En autorisant un audit de la politique monétaire par le Government Accountability Office (GAO), on risque de « jeter un froid sur les délibérations de politique monétaire », a déclaré M. Kohn devant une sous-commission de la Chambre des représentants.

« Bien que des responsables de la Réserve fédérale expliquent régulièrement les raisons de leur décisions de politique monétaire en public [notamment au Congrès, NDLR], le processus de débat d’idées et de propositions » lors des réunions de politique monétaire de la Fed, « dont un grand nombre ne sont jamais mentionnées dans les décisions politiques, pâtirait de la menace que celles-ci puissent être rendues publiques », a-t-il ajouté.

Si les membres du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) devaient croire que les audits du GAO pourraient se traduire par la publication d’analyses sur leur discussions politiques, ils pourraient se montrer moins enclins à participer aux débats internes très variés et sans retenue qui sont essentiels pour identifier les meilleurs choix de politique monétaire », a ajouté M. Kohn.

« Qui plus est, la publication de résultats d’audits du GAO consacrés à la politique monétaire et aux délibérations qui lui sont liées » risque de « compliquer la communication des intentions du FOMC en matière de politique monétaire à destination des marchés financiers et de l’opinion publique en général », a-t-il dit.

M. Kohn a tenu ces propos lors d’une audition consacrée à l’indépendance de la Fed.

Il a averti par ailleurs que les agences de notations financières risqueraient d’abaisser la note des Etats-Unis s’il leur semblait que l’indépendance de la banque centrale était menacée, ce qui aurait pour conséquence d’augmenter le coût des emprunts d’Etat américains, à l’heure où ceux-ci explosent.

Le député républicain Ron Paul a déposé au Congrès un projet de loi destiné à soumettre la Fed au contrôle du pouvoir politique, en lui imposant une surveillance accrue sous la coupe du GAO, organisme qui dépend du Congrès.

M. Paul affirme que son texte a le soutien de plus de la moitié de la Chambre des représentants. 

Accusée par certains de cultiver le secret sur ses activités et ses décisions, la Fed s’est beaucoup ouverte depuis l’arrivée à sa tête de Ben Bernanke en 2006. 

Néanmoins, ses réunions de politique monétaire se tiennent à huis clos. Les minutes rendant compte (non intégralement) de ces rencontres sont publiées trois semaines après leur tenue

9/7/09 afp

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s