Douce France

Un livre à lire d’urgence : Mon Banquier, la crise et moi d’Olivier Magnan

Si ce n’est déjà fait bien entendu car le livre date de Mars 2009 mais il reste hélas tout à fait d’actualité… Voici un ouvrage plein d’humour « noir » au pays des Banquiers, au pays des Banksters Français là ou la vie est plus chère à cause des commissions et des rackets en tout genre sur vos comptes de dépôts pour services plus ou moins bien  rendus…

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Voici  un  voyage à l’intérieur même de votre Agence ou vous découvrirez que votre Banquier n’est ni votre ami , ni même un bon conseiller faute la plupart du temps  des compétences nécessaires…Juste un bon commerçant payé à la com. pour vous « fourguer » produits bancaires et assurances maisons….Bref vous comprendrez enfin pourquoi en France la monnaie est un bien trop précieux pour que vos finances soient confiées à la seule gestion des Banquiers….

http://www.amazon.fr/Mon-banquier-crise-moi-conseiller/dp/2354170432/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1255881336&sr=1-2 (cliquez sur le lien pour commander le livre)

Faut il nationaliser la Banque, émission  c’est dans l’air  du 10 mars 09 avec OLIVIER MAGNAN :  http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1106  (cliquez sur le lien )

OLIVIER MAGNAN SUR RMC :   http://www.rmc.fr/blogs/bourdinandco.php?post/2009/03/10/Olivier-Magnan-decrypte-votre-banquier  (cliquez sur le lien)

Mon banquier, la crise et moi

Interview de l’auteur, Olivier Magnan, qui explique pourquoi il ne faut pas toujours faire confiance à son banquier

Frédéric Lorenzini | 31-03-09 morningstar

Un des chapitres de votre livre débute sur cette interrogation « Puis-je faire confiance à mon conseiller ? »

A priori, on peut difficilement faire confiance à son banquier même si cela n’a rien de systématique. Il faut en effet être attentif à ce qu’il vous propose et ne pas signer les yeux fermés. Tout simplement parce que votre conseiller est d’abord là pour vous vendre des produits financiers comme des autorisations de découvert, des « packages » plus ou moins attractifs, les placements à court ou à long terme, des crédits à la consommation ou immobiliers, etc.

Votre banquier est d’abord là pour vous vendre des produits. En outre il est là dans la majorité des cas pour vous vendre les produits maison, ce qu’il a en catalogue. Quand il met en avant un produit financier, cela ne signifie pas que le produit correspond à votre besoin, cela signifie que lui a un intérêt à vous faire acheter ce produit.

Bref, il faut garder à l’esprit que son banquier n’est pas un tiers de confiance au même titre que le gendarme, le médecin, le notaire ou l’avocat que vous rémunérez pour qu’il soit à votre service !

Quelles sont les chausse-trappes à éviter ?

Le premier piège réside sans doute dans les frais. Les banquiers préfèrent parler de « commissions ». Ce sont souvent de petites sommes qui mises bout à bout finissent par représenter un budget conséquent sur l’année. Alors qu’au sein de l’Union Européenne les frais bancaires que supportent les particuliers s’élèvent en moyenne à 70 euros, la moyenne en France s’établit à 140 euros ! Cela ne tient pas compte bien sûr des intérêts d’emprunt.

Dans ces frais on trouve les agios pour découvert, les différents frais liés par exemple à des virements à ou des incidents de paiement. Ainsi que les divers abonnements que votre banquier vous propose de souscrire dans le cadre de « packages » ou de « conventions ». En réalité ces frais peuvent représenter jusqu’à 80% du PNB (produit net bancaire) de certaines banques. C’est dire s’ils sont importants pour elles.

Depuis février 2009, la réglementation en France fait obligation aux banques de communiquer à leurs clients au moins une fois par an l’ensemble des frais qu’ils ont payé sur la période. Mais pour l’heure, il semble que cette mesure n’ait pas suscité énormément de réactions chez les clients : le Crédit Agricole avait anticipé cette mesure en commençant plus tôt à communiquer cette information à ses clients, la banque fait état de remontées de pas plus de 1% de ses clients.

Il y a un autre élément important qu’il faut avoir à l’esprit, c’est la façon dont votre banquier vous note. Votre « note » va schématiquement de A si vous êtes un très bon client que l’on souhaite garder à D si on a plutôt envie de se séparer de vous ou de vous ficher à la Banque de France.

Mais attention, votre note peut évoluer assez rapidement : vous êtes A aujourd’hui avec une situation confortable et un « potentiel à développer », votre banquier vous chouchoute et vous appelle dès que vous avez de l’argent à placer ou au contraire si une découvert s’annonce. Si 18 mois plus tard votre situation se dégrade, votre note passera à B ou C et là il y a des chances qu’il ne prenne même plus la peine de vous appeler en cas de découvert…

Quels sont vos conseils pour bien travailler avec son banquier

Si le courant ne passe pas avec votre conseiller, essayer d’en changer en discutant avec le directeur de l’agence. Ou même essayer de l’avoir lui comme conseiller : il a un pouvoir de décision plus important et sans doute une vision de la relation à plus long terme alors que les conseillers changent souvent.

Quoi qu’il en soit, il ne sert à rien de s’énerver avec son banquier. Restez courtois, d’abord parce que votre banquier peut vous chasser, décider qu’il ne veut plus de vous comme client ! Cette situation existe et dans le cas, si on a des crédits, il faut procéder à des remboursements anticipés avec le cas échéant les pénalités prévues.

Rester courtois ne signifie pas accepter n’importe quoi, au contraire. Si vous ne comprenez pas quelque choses, les frais qui vous sont prélevés, les placements qui vous sont proposés… dites-le simplement et clairement. De préférence par écrit, en formulant des questions factuelles, l’humour et l’ironie ne vous serviront à rien.

Si vous en avez les moyens, avoir une deuxième banque peut être une bonne chose. Pas tant pour « faire jouer la concurrence », dans ce domaine il faut être un peu fortuné pour obtenir un traitement privilégié, mais pour votre propre confort : savoir qu’on n’est pas pieds et mains liés avec son banquier donne une grande liberté psychologique et permet de dialoguer d’égal à égal avec lui.

Enfin garder à l’esprit que comme avec n’importe quel fournisseur, les relations avec votre banquier ne doivent pas être unilatérales. Certes, il faut se demander si votre banquier vous sert bien, mais en retour il faut comprendre que lui aussi se demande si vous êtes un intéressant pour lui… Imaginez par exemple que vous cherchiez un crédit immobilier, vous faites le tour des banques juste pour connaître le meilleur taux de chacun. Certains banquiers appellent cela un « lapin », un client qui court dans tous les sens et qui ne sera sans doute pas fidèle. On déroule rarement le tapis rouge pour un tel client. Si en revanche vous arrivez avec un dossier bien ficelé, cela rassurera le banquier qui aura alors envie de vous garder.

Si on ne peut pas faire confiance à son banquier, quels conseil alors donner en matière de placements ?

D’abord faites attention aux phénomènes de mode : il y a 2 ans par exemple il fallait acheter de l’immobilier à n’importe quel prix, aujourd’hui on dit qu’il faut attendre, que les prix vont baisser. Même si les prix baissent encore, sur le long terme l’immobilier résidentiel pour se loger représente toujours un bon choix. D’abord parce que l’on a tous la nécessité de se loger ; et aussi parce que la France connaît un déficit de logements et que ce marché est donc structurellement porteur.

Concernant les placements financiers, la règle de base est de ne jamais signer si on ne comprend pas. N’hésitez pas à poser des questions, à votre conseiller mais aussi à des proches, en surfant sur internet, etc. Et si, après cela, la façon dont vous être susceptible de gagner de l’argent avec un placement demeure un mystère… alors il faut savoir passer son chemin.

Ne jamais oublier qu’il n’y a pas de placements miracles : si vous ne voulez prendre aucun risque, il faut opter vers un Livret A ou une autre épargne réglementée (PEL, CEL, LDD, etc). En tout état de cause, un placement dont le rendement est sans surprise ni à la hausse ni à la baisse, de l’ordre de 2,5 à 3,5% par an. Si vous souhaitez obtenir plus, alors il faut prendre des risques et investir dans des fonds actions ou obligataire. Mais attention : un fonds actions peut rapporter 6, 10 ou 15% une année et perdre 6, 10 ou 15% l’année suivante…

Actuellement, les marchés actions ont beaucoup reculé et il est tenté d’y aller ; mais les marchés boursiers peuvent encore baisser. Don si votre horizon de placement est à court terme, de l’ordre de 2 ans dans l’attente de faire un achat immobilier par exemple, il n’est pas raisonnable d’aller sur les actions.

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s