Commentaire de Marché

Beat Kappeler : Nostalgie d’une valeur à jamais perdue

Un ingénieur s’offusquait des pertes économiques causées par la crise financière en s’exclamant: «En physique, il existe la loi de la conservation de l’énergie. Comme l’énergie peut changer de forme mais ne se perd jamais, les sommes perdues doivent se retrouver quelque part; il y a donc manipulation.» C’était une belle occasion pour élucider la différence entre les sciences naturelles et les sciences sociales, la science économique en particulier.

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

 En effet, les flux en économie nationale sont dynamiques et n’obéissent pas à ce jeu de somme zéro.

Si les maisons américaines, anglaises ou encore espagnoles avaient pris de la valeur et que les banques avaient créé du crédit, tous les propriétaires auraient été plus riches qu’avant. Mais, quand la vague tourne, tout le monde fait des pertes.

 La valeur de l’ensemble des maisons, des actions, des banques donc, résultent des quelques unités négociées à chaque moment.

Mais l’argent qui change de mains n’en constitue qu’une petite partie. Seuls les quelques propriétaires qui avaient vendu leur bien lorsque les prix étaient au sommet bénéficient d’un transfert réel des avoirs.

Ces effets dynamiques constituent l’essentiel de l’économie

BILLET PRECEDENT : Beat Kappeler : Europe/ Loin des vieux schémas gauche-droite, l ‘exploitation des PIGS par des BIG PIGS (cliquez sur le lien)

Laisser un commentaire