Art de la guerre monétaire et économique

Europe : Choisir entre l’intégration et la désintégration

La décision de sortir la Grèce du marché des capitaux évite sa ruine à court terme mais n’aura guère d’impact sur sa solvabilité à long terme, écrit Wolfgang Münchau, dans le Financial Times. L’hypothèse employée pour le plan de sauvetage est celle d’une Grèce capable de résister à une cure d’austérité de trois ans. C’est très optimiste.

 Il n’y a plus d’alternative après l’échec d’une union monétaire sans union politique.

 Trois propositions doivent être remplies pour une survie de l’eurozone: un système de résolution des crises, une meilleure coordination fiscale et la réduction des déséquilibres internes à la zone. Mais à terme, cela signifierait un début d’union fiscale et un marché obligataire unique. C’est politiquement impossible.

 L’Union européenne est à l’aube d’un choix historique, l’intégration ou la désintégration.

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s