Brèves de Trottoirs

Brèves de trottoirs du 7 nov 10….en bord de route de la grande finance…

Brèves de trottoirs du 7 nov 10….en bord de route de la grande finance…

Il est parfois bon de s’arrèter sur les bas cotés…

PLUS DE BREVES EN SUIVANT :

G7:  la part d’économie mondiale des pays du G7 chutera d’environ 70% au milieu des années 1980 à moins de 50% en 2012.

La Chine, l’Inde et le Brésil (BIC) ainsi que de nombreux pays émergents situés principalement en Asie enregistrent, depuis 5 ans, la majorité de la croissance mondiale, et la tendance se poursuit. Les pays occidentaux s’habituent graduellement à des vitesses de croissance de leur PNB entre 1,5% et 2,5% l’an. Le pouvoir économique mondial passe graduellement en Asie, avec toutes les conséquences politiques qui s’en suivent, notamment la dépendance croissante des pays occidentaux.

/////////////////////////////////////

Allemagne:  croissance du PIB attendue à 3,4% cette année, soit plus du double des 1,4% annoncés au printemps.  L’indice IFO a repris son ascension.Le marché de l’emploi continue à s’améliorer en Allemagne : chômage stable à 7,5% (6,4% dans la partie ouest du pays) mais création de 35 000 postes en septembre (après 38 000 en août). Le maintien de l’indice IFO à un niveau proche de ses plus hauts sur vingt ans laisse attendre une poursuite de cette amélioration.

/////////////////////////////////////////////////////////////

 Dans le nord de l’Europe, les chiffres annoncés en Finlande et en Suède (confiance des industriels et des consommateurs) montrent que cette région (hors zone euro pour la Suède mais important partenaire commercial) reste sur la voie d’une croissance soutenue. Celle-ci compense l’influence négative des pays du sud de la zone euro et de l’Irlande. A titre d’exemple, la Finlande a un PIB égal à celui de l’Irlande.

////////////////////////////////////////

A un niveau global, l’indice de perception de la situation économique de la zone euro (source :Commission européenne) a retrouvé son niveau du premier trimestre 2008. Dans cette perspective,un des développements les plus importants de ces deux derniers mois concerne le redressement de l’activité bancaire dans la zone euro. Selon les dernières statistiques (septembre), le crédit aux entreprises a cessé de se contracter et, pour le deuxième mois consécutif, il a connu une expansion  limitée. Les chiffres confirment également la poursuite de la croissance du crédit aux particuliers(crédit hypothécaire notamment).  les PME faisant état d’une aggravation de l’accès aux prêts bancaires ont chuté à 24% contre 42% il y a six mois.

////////////////////////////////

 GB:  les rendements des Gilts sont tombés à leur plus bas niveau depuis que le Chancelier a déclaré la BoE libre de «déployer des outils de politique monétaire».

////////////////////////////////////

Irlande:  le marché obligataire pourrait bénéficier du lobbying des fonds de pension pour un changement de réglementation visant à augmenter leurs achats de dette domestique.

//////////////////////////////////

 Asie:  en affaiblissant les monnaies de pays comme la Corée du Sud, Taiwan et la Thaïlande, la première hausse de taux d’intérêt en Chine depuis 2007 assombrit leurs perspectives de dépenses dans le premier  marché d’exportation.

///////////////////////////////////

Recul des frets secs

Les prix du transport maritime de matières sèches se sont repliés pour une deuxième semaine consécutive, sur un marché peu animé, tandis que les tarifs du fret de pétrole brut remontaient légèrement, aidés par un renforcement de la demande.

L’indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des prix pratiqués sur 24 routes mondiales de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a terminé vendredi à 2678 points contre 2727 points sept jours auparavant.

«Sur l’Atlantique, le marché est resté plat et sans éclat» pour les navires de taille moyenne, et «l’importance du tonnage disponible a continué d’exercer une pression sur les prix», relevaient les analystes de l’agent maritime Fearnleys.

Le Baltic Panamax Index (BPI), qui comporte sept routes (dont la plupart concernent les céréales) empruntées par les navires dont les dimensions sont adaptées au passage du canal de Panama, a cependant réussi à progresser à 2410 points, contre 2219 points le vendredi précédent, sa première hausse hebdomadaire depuis début septembre. Mais ce rebond n’a pas suffi à compenser un recul du Baltic Capesize Index (BCI), qui compile les prix des «capesize» (navires obligés par leur taille trop importante à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance), descendu à 4262 points contre 4373 points une semaine plus tôt.

Les résultats du brésilien Vale, le premier producteur mondial de minerai de fer, qui a enregistré une hausse de 250% sur un an de son bénéfice net au troisième trimestre, «apportaient cependant une note positive au marché», a précisé Amrit Singh, analyste de NCB Research.

Pour leur part, les tarifs des frets de pétrole brut rebondissaient légèrement. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur onze routes de transport de pétrole brut, a ainsi terminé vendredi à 758 points contre 734 points la semaine précédente.

//////////////////////////////////////////

Grande-Bretagne. 8,9% de diplômés sont à la recherche d’un emploi six mois après avoir quitté l’université.

Le taux de chômage chez les étudiants fraîchement diplômés est le plus élevé en Grande-Bretagne depuis dix-sept ans, avec 8,9% d’entre eux à la recherche d’un emploi six mois après avoir quitté l’université, selon une étude publiée lundi.

En janvier 2010, 21.000 étudiants tout juste diplômés étaient à la recherche d’un emploi, révèle cette enquête intitulée «Que font les diplômés?» et réalisée par l’organisation non-gouvernementale britannique HECSU (Higher Education Careers Services Unit) auprès de 82% des étudiants diplômés en 2009.

Il faut remonter à 1993 pour trouver un taux de chômage plus important (11,6%). En un an, le taux de chômage parmi les étudiants fraîchement diplômés est passé de 7,9% à 8,9%. Ces mauvais chiffres coïncident avec la récession de l’économie britannique en 2008-2009.

Les étudiants qui ont le plus de difficultés à trouver du travail sont diplômés en nouvelles technologies (16,3%). Les jeunes ingénieurs ont aussi beaucoup de mal à s’imposer sur le marché du travail, avec 13,3% de chômeurs parmi les ingénieurs en électronique.

A l’inverse, les étudiants diplômés en droit, géographie et psychologie sont moins touchés, avec des taux de chômage de 6,2%, 7,4% et 8,3% respectivement.

Le secteur public est l’un des rares secteurs à avoir recruté plus de jeunes diplômés que l’année précédente. Mais l’annonce en octobre de coupes budgétaires sans précédent destinées à effacer la quasi-totalité du déficit budgétaire et la suppression d’un demi-million d’emplois dans le public d’ici 2015 pourraient inverser cette tendance, note l’étude.n

///////////////////////////////

JPMorgan: soupçonné de fraude sur un produit financier complexe

La banque américaine JPMorgan Chase ferait l’objet d’une enquête des autorités boursières (SEC) qui la soupçonnent d’avoir indûment permis à un fonds d’investissement de déterminer la composition d’un produit financier complexe. Cette affaire, qui rappellerait l’accusation de fraude ayant valu à Goldman Sachs le paiement de 550 millions de dollars pour échapper à des poursuites, remonterait à 2007, selon Pro Publica, un organe indépendant et à but non-lucratif qui «enquête dans l’intérêt du public». Selon ce site, JPMorgan aurait laissé le fonds Magnetar choisir la composition d’un produit d’investissement baptisé «Squared», composé de dérivés de crédits. Magnetar aurait ensuite acheté les composants les plus risqués de ce produit, dans le cadre d’une stratégie de pari sur la baisse du marché des crédits immobiliers. JPMorgan aurait perdu 880 millions de dollars dans cette opération, tandis que Magnetar aurait gagné 290 millions de dollars.

///////////////////////////////////

Sucre: au plus haut depuis trente ans

Le cours du sucre est monté à son plus haut niveau depuis trente ans à New York, soutenu par des achats spéculatifs sur fond de risques de rétrécissement de l’offre mondiale et d’inquiétudes sur les perspectives des exportations indiennes. Sur le marché NYBoT-ICE américain, le prix de la livre de sucre brut pour livraison en mars, contrat de référence du moment, est grimpé jusqu’à 30,64 cents, surpassant le seuil de 30,40 cents qui avait été atteint début février et renouant avec des niveaux sans précédent depuis janvier 1981. Il a bondi de près de 1,50 cent en l’espace d’une semaine. Sur le Liffe de Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mars est quant à elle monté jusqu’à 756,60 livres sterling, son plus haut niveau depuis le 26 janvier 2010. Les prix étaient portés par les inquiétudes croissantes du marché quant à des perspectives de production en berne face à une demande mondiale robuste et alors que les stocks des pays consommateurs restent à des niveaux historiquement très bas. Après deux années de déficit de la production mondiale du sucre, «les prévisions anticipées d’un surplus pour la saison 2010-2011 ont été ruinées par un impressionnant flot de mauvaises nouvelles sur le front de la production», relevait Emmanuel Jayet, analyste de Société Générale

//////////////////////////////////

Sec: encouragement à la délation

Le régulateur boursier américaine, la SEC, accusé d’avoir ignoré plusieurs signaux d’alarme dans l’affaire Madoff, a proposé de rétribuer davantage les informateurs qui le préviendraient de comportements frauduleux. Lors d’une réunion, le conseil d’administration de la Securities and Exchange Commission a approuvé à l’unanimité un programme permettant d’étendre les pouvoirs du gendarme boursier en la matière, comme le prévoit la réforme de la régulation financière promulguée en juillet. Le texte est désormais soumis aux commentaires du public jusqu’au 17 décembre, avant adoption définitive. Jusqu’à présent, la SEC ne pouvait payer ses informateurs que pour les cas de délit d’initié, et pour un montant plafonné à 10% des sanctions financières sur lesquelles débouche l’affaire.

////////////////////////////////////////////////

Sec: accès sans filtre aux plateformes d’échanges interdit

Le gendarme boursier américain, la SEC, a adopté une règle interdisant aux courtiers de fournir à leurs clients un accès «non-filtré» aux plateformes d’échanges. La Securities and Exchange Commission a adopté cette règle à l’unanimité au cours d’une réunion publique. La nouvelle réglementation est destinée à «empêcher des ordres erronés» ou encore «assurer le respect des exigences de régulation», selon un document de la SEC présentant la mesure. Le régulateur s’en prend ainsi aux «clients sophistiqués, en particulier les institutions et traders adeptes des échanges à fréquence très rapide», qui utilisent la technologie pour placer des ordres eux-mêmes.

//////////////////////////////////////////////

GM: prévoit de lever 13 milliards lors de son retour sur le marché

Le premier constructeur automobile américain, General Motors (GM), a annoncé qu’il avait lancé le processus de son offre publique d’achat, grâce à laquelle il compte lever 13 milliards de dollars lors de son retour en Bourse. Le groupe, dont l’Etat fédéral américain détient 61%, prévoit de mettre en Bourse 365 millions d’actions ordinaires «qui seront vendues par certains de ses actionnaires» à un prix compris entre 26 et 29 dollars par action. GM compte aussi émettre 60 millions d’autres actions («série B») convertibles au prix de liquidation de 50 dollars par action. Le groupe a par ailleurs annoncé qu’il tablait sur un bénéfice net compris entre 1,9 et 2,1 milliards de dollars pour le troisième trimestre. Ce serait le troisième trimestre bénéficiaire de suite, après un premier et un deuxième trimestres déjà dans le vert, mais dans une moindre mesure.

///////////////////////////////////////////////

L’indice ajusté des variations saisonnières de la Mortgage Bankers Association a été en repli de 5% lors de la semaine achevée le 29 octobre. Cet indice comprend les demandes des prêts hypothécaires et celles pour le refinancement. La moyenne mobile sur quatre semaines a été en hausse de 0,1%.

///////////////////////////////////////////

Le fonds pétrolier norvégien excelle

Le fonds de pension public norvégien, le deuxième plus gros fonds souverain au monde, a dégagé un rendement de 7,2% au troisième trimestre et vu sa valeur atteindre 2908 milliards de couronnes (355,9 milliards d’euros), a annoncé jeudi la Banque de Norvège chargée de sa gestion.

Investi en actions et obligations internationales, et désormais aussi dans l’immobilier, le fonds alimenté par les revenus pétroliers publics, et communément appelé «fonds pétrolier», a ainsi grossi de 199 milliards grâce à ses seuls placements.

Il s’agit de la cinquième meilleure performance de son histoire, a souligné la banque centrale norvégienne.

«Les résultats meilleurs qu’attendu d’un certain nombre d’entreprises et le reflux des craintes d’un ralentissement économique en Europe ont contribué à la hausse du marché des actions», a expliqué Yngve Slyngstad, directeur général de la Direction des investissements de la Banque de Norvège (NBIM). La meilleure performance individuelle d’une action vient du groupe pétrolier britannique BP, dont le cours avait fortement chuté après l’accident de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique en avril, à l’origine d’une immense marée noire.

«Les préoccupations portant sur la dette souveraine de certains pays d’Europe du Sud se sont quelque peu apaisées», a ajouté M. Slyngstad.

Au cours du trimestre écoulé, le fonds a aussi récolté 49 milliards de couronnes supplémentaires grâce au versement par l’Etat de ses revenus pétroliers.

En revanche, les effets de change l’ont amputé de 132 milliards, l’appréciation de la couronne norvégienne réduisant mécaniquement la valeur d’investissements réalisés dans des devises étrangères.

Créé au début des années 90 et présent dans le capital de quelque 8300 entreprises, le fonds est destiné à financer le généreux Etat-providence norvégien le jour où les réserves d’hydrocarbures seront épuisées.

/////////////////////////////////////////////////////////

Café: nouveaux plus hauts à venir

Les cours du café, qui évoluent ces dernières semaines à leur plus haut niveau depuis 13 ans à New York, devraient continuer d’être soutenus par des inquiétudes sur l’offre mondiale, selon un rapport de l’Organisation internationale du café (ICO). «Les prix du café sont restés très solides au mois d’octobre (…) Les inquiétudes sur les approvisionnements ont contribué à conforter les cours, en raison de conditions météorologiques défavorables dans nombre de pays producteurs», relève l’institution. Les cours de l’arabica coté à New York a franchi le 22 octobre le seuil des 200 cents la livre pour la première fois depuis septembre 1997, et évolue depuis à des niveaux sans précédent depuis treize ans. De son côté, la tonne de robusta échangée à Londres ressort depuis le 20 octobre à ses plus hauts niveaux depuis plus de deux ans, ce qui lui a permis de réduire l’écart avec les prix de l’arabica.

///////////////////////////////////////////

USA: retour aux gains de productivité des entreprises

Les entreprises américaines ont renoué avec les gains de productivité au troisième trimestre, selon des chiffres publiés à Washington par le département du Travail. La productivité des entreprises privées (hors secteur agricole) a augmenté de 1,9% en rythme annuel par rapport au trimestre précédent, où elle avait baissé de 1,8%, indique le ministère. Cette première estimation du département du Travail est supérieure aux attentes des analystes, qui avaient estimé la hausse de la productivité à 0,9%, selon leur prévision médiane. La productivité est le rapport de la production aux total des heures travaillées. Sa hausse de l’été a résulté d’une augmentation de la production de 3,0%, supérieure à celle des heures travaillées (+1,1%), alors que les entreprises ralentissaient leurs embauches. Le ministère indique que la productivité des entreprises américaines a progressé de 2,5%.

////////////////////////////////////////////////////

JPMorgan: reprise des saisies

Le directeur des services financiers de détail estime que le processus ne devrait pas être retardés car cela porte préjudice à l’économie.

Le directeur des services financiers de détail de JPMorgan Chase, Charlie Scharf, a indiqué que la banque américaine comptait reprendre d’ici «deux à trois semaines» les saisies immobilières suspendues par crainte d’erreurs de procédures.

«Nous prévoyons de reprendre les demandes de saisies d’ici deux à trois semaines, a-t-il souligné, alors que le groupe a arrêté le processus de saisies sur des prêts dans 40 Etats américains, avec 127.000 prêts concernés. Nous pensons que les saisies ne devraient pas être retardées plus que nécessaire car cela nuit aux communautés concernées et à l’économie en général et que le stock de prêts en défaut doit être épuré», a-t-il justifié. «De plus amples retards pourraient nuire aux prix immobiliers (…), aux acheteurs immobiliers et au rythme de la reprise économique», a affirmé M. Scharf, ajoutant que les procédures de traitement des saisies avaient été renforcées.

/////////////////////////////////////////////////

USA: Obama refusera de prolonger les allègements fiscaux

La Maison Blanche a affirmé que le président Barack Obama refuserait de prolonger les allègements fiscaux pour les Américains les plus riches, adoptés sous son prédécesseur George W. Bush et qui arrivent à expiration à la fin de l’année. L’administration Obama et la plupart des démocrates souhaitent contre l’avis des républicains mettre fin aux allégements fiscaux pour les familles gagnant plus de 250.000 dollars par an. Mais ils veulent les prolonger pour les classes moyennes dont les revenus sont inférieurs.

///////////////////////////////////////////////////

Chiffres arrêtés au 4/11/2010

IMMOBILIER
Les prix – Indicateur JdF-SeLoger.com (octobre 2010) Appartements Paris 8.505 eur/m² Lyon 2.723 eur/m² Marseille 3.094 eur/m²
Les loyers – Indicateur JdF-SeLoger.com Appartements Paris 29,31 eur/m² = Lyon 11,11 eur/m² = Marseille 13,38 eur/m² =
Indice de référence de loyers (IRL) : Au 3ème trimestre 2010 : 118,70 Variation annuelle : + 1,10 %
Indice du coût de la construction (ICC) : Au 2ème trimestre 2010 : 1.517 Variation annuelle : + 1,27 %
Taux des crédits immobiliers Moyenne hors assurance (Crédit Logement/CSA – oct.) : 3,26 %
PLACEMENTS
Livret A, livret Bleu, livret de dév. durable : 1,75 %
Plan d’épargne-logement : 2,50 % hors prime d’Etat
Compte d’épargne-logement : 1,25 % hors prime d’Etat
TAUX
Eonia (jour le jour) : 0,57 %
Euribor 3 mois : 1,05 %
BCE (taux de refinancement) : 1,00 %
Emprunt d’Etat 10 ans, indice TEC 10 : 2,89 %
OAT 10 ans (3,75 % 05-21) : 2,86 %
MARCHE DE L’OR
Lingot : 30.250 eur
Once (Londres, 2e fixing) : 1.381,00 USD
Napoléon : 177,10 eur
20 francs suisses : 177,10 eur
20 $ US : 1.031,00 eur
50 pesos : 1.150,00 eur Voir notre rubrique or en page 30
VIE PRATIQUE
Indice des prix. Ensemble des ménages (base 100 en 1998), hors tabac : 119,88 à fin sept 2010 ; +1,6 % sur un an glissant.
Smic (taux horaire brut au 1/01/10) : 8,86 eur
Plafond de la Sécurité sociale (par mois) : 2.885 eur
Valeur du point Agirc (au 1/04/10) 0,4216 eur
Valeur du point Arrco (au 1/04/10) 1,1884 eur
FISCALITE
Plus-values des valeurs mobilières
Seuil de cession déclenchant la taxation : 25.830 eur
Imposition forfaitaire (prélèv. sociaux de 12,1 % inclus) : 30,1 %
Dividendes
Barème progressif de l’impôt sur le revenu. Abattement général : 40 % Abattement forfaitaire : 1.525 eur (personne seule) et 3.050 eur (couple)
ou imposition forfaitaire (prélèvements sociaux de 12,1 % inclus) : 30,1%
Coupons d’obligations, intérêts des livrets bancaires : prélèvement forfaitaire libératoire de 30,1 % (prélèvements sociaux de 12,1 % inclus).

 ///////////////////////////////////////////////////////

6,60 %

.

 
Prime de risque du marché élaborée par Natixis Securities. Cette prime mesure l’écart de rentabilité attendu entre un investissement en actions et un placement obligataire.
 

Catégories :Brèves de Trottoirs

2 réponses »

  1. Lundi 8 novembre 2010, vers 13h30 :

    Si le Portugal devait lancer un emprunt à 10 ans, il devrait verser un taux d’intérêt de 6,551 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR%3AIND

    Si l’Irlande devait lancer un emprunt à 10 ans, elle devrait verser un taux d’intérêt de 7,741 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR%3AIND

    Si la Grèce devait lancer un emprunt à 10 ans, elle devrait verser un taux d’intérêt de 11,286 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR%3AIND

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s