Brèves de Trottoirs

Brèves de trottoirs du 12 dec 10….en bord de route de la grande finance…

Brèves de trottoirs du 12 dec 10….en bord de route de la grande finance…

Il est parfois bon de s’arrèter sur les bas cotés…

PLUS DE BREVES EN SUIVANT :

Europe/Banques-Nouveaux stress tests en février

Les nouveaux tests de résistance sur les banques européennes prévus l’an prochain doivent débuter en février et «tireront les leçons des exercices passés», avec des critères plus exigeants, a indiqué le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn. «Nous avons continué à bâtir notre réponse systémique à la crise systémique. Et l’un des éléments est la préparation d’une nouvelle série de tests de résistance des banques, encore plus rigoureux et encore plus complets, qui doit commencer en février de l’année prochaine», a déclaré M. Rehn. «L’avis de la Commission est que nous devons opter pour la plus grande transparence quand nous mènerons les tests de résistance des banques», a-t-il encore dit. L’étendue et la méthodologie de l’exercice sont actuellement en discussion.

A noté que les dépôts bancaires atteignent un montant record en Espagne

La mise en place de Bâle III coûtera 960 M EUR aux banques françaises (étude)

La mise en place du nouveau cadre réglementaire dit Bâle III coûtera 960 millions d’euros aux banques françaises, dont 540 pour les huit principaux établissements de la place, selon une étude publiée mercredi par le cabinet Sia Conseil.

Les nouvelles normes de Bâle III doivent entrer progressivement en vigueur entre début 2013 et fin 2018. Elles imposent notamment aux banques de renforcer la quantité et la qualité de leurs fonds propres, de manière à mieux faire face aux risques. Le coût de mise en oeuvre évalué par Sia Conseil est étalé sur cinq ans, la partie la plus importante étant concentrée entre 2011 et 2013. Pour les huit principales banques françaises, BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE, Société Générale, la Banque Postale, Crédit Mutuel-CIC, Dexia et HSBC France les coûts varient entre 22 et 98 millions d’euros, L’étude définit six grands chantiers, dont le plus coûteux porte sur les risques de marché (30% de la facture). Viennent ensuite le risque de contrepartie (23%), les tests de résistance internes (17%), les fonds propres (13%), les ratios de liquidité (12%) et la rémunération (5%).

Les fonds étrangers accaparent l’immobilier espagnol

Selon un rapport du consultant DTZ pour le troisième trimestre, les fonds d’investissement étrangers ont acheté cette année plus de 56% des actifs immobiliers vendus en Espagne, rapporte Cotizalia. Cette proportion demeure similaire à celle constatée en 2008 et en 2009. Beaucoup de fonds institutionnels étrangers prévoient d’investir chacun une centaine de millions d’euros en Espagne. A la fin du troisième trimestre 2010, le volume des ventes sur le marché «tertiaire» espagnol représentait 1,18 milliard d’euros contre 489 millions pour l’ensemble de 2009

Zone Euro : la contribution du privé au mécanisme d’aide pourrait avoir des conséquences négatives

L’agence de notation Fitch a averti que la mise en place à partir de 2013 d’un mécanisme d’aide européen pour les pays les plus fragiles de la zone euro impliquant des créanciers privés pourrait avoir des conséquences négatives sur la note de ces pays.  «A ce stade, il n’y a pas suffisamment de détails sur le mécanisme de stabilité, notamment la participation des créanciers du secteur privé, pour se prononcer sur les conséquences exactes sur la notation de leur dette souveraine», écrit Fitch.  Toutefois, s’il s’avérait qu’un pays faisait appel aux créanciers privés pour rééchelonner sa dette, ceci entraînerait un abaissement de sa note, relève Fitch.  Les pays membres de la zone se sont récemment mis d’accord sur une «participation au cas par cas des créditeurs du secteur privé, dont les détails ne sont pas encore bien connus.

Risque de concurrence entre banques et Etats

La Banque centrale européenne (BCE) pointe le risque de voir naître une compétition entre banques et Etats pour leur refinancement au cours des deux prochaines années, dans son rapport semestriel de stabilité financière publié jeudi.

«La principale source d’inquiétude vient de l’interférence entre les problèmes de dette souveraine et la vulnérabilité de certains segments du secteur bancaire de la zone euro», écrit la BCE.«Et l’un des canaux de risque est la possibilité (de les voir entrer en) compétition pour l’épargne sur le marché des capitaux», a précisé le vice-président de l’institution financière de Francfort (ouest), Vitor Constancio, lors d’un point presse.

Les banques de la zone euro vont devoir trouver au cours des deux prochaines années plus de 1.000 milliards d’euros sur les marchés pour se refinancer, un montant équivalent à celui dont ont besoin les banques américaines, a-t-il indiqué. Et ces besoins vont se trouver confrontés à ceux des Etats. M. Constancio a toutefois jugé «impossible de prédire» si les instituts bancaires auront des difficultés à se refinancer et rappelé que le taux d’épargne avait récemment augmenté, mettant à disposition davantage de liquidités. Evoquant la situation économique de la zone euro, il a estimé qu’elle avait fait mieux en termes de croissance cette année que tout ce qui avait été anticipé, un scénario qui ne devrait pas se démentir en 2011.

«La croissance dans la zone est bien plus importante qu’attendu malgré les turbulences financières», a-t-il dit, jugeant que l’important pour ramener la sérénité sur les marchés est que «les gouvernements poursuivent leur politique de consolidation budgétaire».

Vous vous croyez meilleur que Trichet?

La BCE lance deux jeux vidéos gratuits. L’un permet de se glisser dans la peau de Trichet, président de la BCE, et jouer sur le taux directeur de l’institution.

Vous rêvez de vous glisser dans la peau de Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne (BCE)? C’est ce que proposent « €conomia » et « Inflation Island », les nouveaux jeux vidéo éducatifs lancés mercredi par la BCE.

Dans « €conomia – le jeu sur la politique monétaire », les joueurs doivent prendre des décisions sur le principal taux d’intérêt directeur de la BCE avec pour mission de maintenir l’inflation à un niveau proche mais inférieur de 2%, comme le prescrit le mandat de l’institution monétaire européenne.
« Inflation Island » enseigne aux joueurs les bienfaits pour la société de la stabilité des prix et les effets négatifs de la déflation et de l’inflation.
Les deux jeux sont gratuits et disponibles dans les 22 langues officielles de l’Union européenne sur le site de la Banque centrale européenne

(http://www.ecb.int/ecb/educational/html/index.fr.html)(1

  • Lien Télécharger les jeux vidéos de…
  • « Nous voulions vous toucher vous, les jeunes qui ont grandi dans un monde multimédia et connecté », a déclaré Jean-Claude Trichet lors d’une réception au siège de la BCE à Francfort (ouest), devant un parterre de lycéens internationaux invités à tester « €conomia » en avant-première.
    En cas de succès, la BCE envisage des applications des jeux sur iPhones et iPads, et prévoit de développer d’autres jeux pédagogiques dans les années à venir, selon un porte-parole.

    //////////////////////////////////////////////////////////////////

    Etats Unis  :  le problème des prix immobiliers reste chronique.

     L’indice Case et Shiller anticipe une nouvelle baisse moyenne de 10%, sans espoir de rebond jusqu’à ce que les maisons saisies soient vendues ou retirées du marché. Il est question d’accélérer les saisies afin d’atteindre plus rapidement les prix planchers ; encore faudrait-il que les litiges concernant la légalité du titre de propriété soient tranchés.

    USA: les régulateurs proposent des règles pour encadrer les swaps

    Le régulateur boursier américain, la SEC, a proposé de nouvelles règles visant à mieux encadrer les marchés des «swaps», contrats d’échanges financiers de gré à gré. Ces règles ont été établies en partenariat avec l’autorité de régulation des marchés des contrats à terme, la CFTC. Cette dernière avait proposé ces mesures, qui doivent encore être soumises aux commentaires du public avant d’être définitivement adoptées. «Elles définissent les catégories d’opérateurs de ces marchés, et soumettent ces entités à diverses exigences statutaires, y compris en termes de capital, de marges et de conduite», a expliqué Mary Schapiro, la présidente de la Securities and Exchange Commission.

    Bofa: hypothèques durablement dans le rouge

    Brian Moynihan, le patron de Bank of America, a estimé mardi lors d’une conférence d’investisseurs que l’activité de prêts hypothécaires de la première banque américaine allait continuer à perdre de l’argent pendant encore un certain temps.  Les coûts des prêts hypothécaires «vont rester élevés» et «vont continuer à peser sur les résultats pendant un certain temps», a averti M. Moynihan lors d’un conférence organisée par la banque Goldman Sachs.  «Cela va prendre du temps pour que (cette activité) redevienne bénéficiaire», a-t-il ajouté.

    Outre les taux d’intérêt bas, Bank of America fait aussi face à l’examen d’une centaine de milliers de prêts hypothécaires en défaut faisant l’objet de procédures de saisies, ce qui a entraîné une hausse des employés dans cette division

    Bright Foods: reprise imminente de GNC pour 3 milliards de dollars

    Le géant chinois de l’agroalimentaire, Bright Foods, est proche d’un accord pour racheter la chaîne américaine de magasins de vitamines GNC Holdings pour 2,5 à 3 milliards de dollars, affirme le Wall Street Journal mardi sur son site, citant des sources proches du dossier. GNC, dont le siège social se trouve à Pittsburgh (nord-est des Etats-Unis), appartient au fonds d’investissement Ares Management et au Conseil d’administration du fonds de retraite des enseignants de l’Ontario.

    USA: hausse inattendue du crédit à la consommation

    Le crédit à la consommation a augmenté aux Etats-Unis en octobre, pour le deuxième mois d’affilée et de façon inattendue, selon des données publiées par la banque centrale américaine. L’encours des crédits à la consommation a progressé de 1,7% en rythme annualisé par rapport au mois précédent, a indiqué la Réserve fédérale (Fed), qui a revu en baisse de 0,5 point, à 0,6% la progression du mois précédent. C’est la hausse la plus forte de ces crédits depuis juillet 2008. En données corrigées des variations saisonnières, le volume des crédits à la consommation a augmenté de 3,3 milliards de dollars, selon les chiffres de la Fed alors que les analystes estimaient qu’il avait baissé de 2,5 milliards, selon leur prévision médiane. Le crédit à la consommation n’a connu que trois mois de hausse aux Etats-Unis depuis la panique financière de septembre 2008

    L’indice ajusté des variations saisonnières de la Mortgage Bankers Association a reculé de 0,9% au cours de la semaine achevée le 3 décembre. Cet indice comprend les demandes des prêts hypothécaires et celles pour le refinancement. L’indice des demandes de refinancement a baissé de 1,4% pendant la semaine passée. Mais les demandes des prêts hypothécaires, elles, ont été en hausse de 1,8%. Le taux hypothécaire fixe à trente ans a été en moyenne de 4,66%  la semaine dernière, au plus haut depuis la semaine cloturée le 23 juillet.

    Selon Wall Street Journal, Fannie Mae et Freddie Mac seraient en discussions avec le gouvernement au sujet des programmes destinés à aider les propriétaires des maisons qui doivent maintenant plus que la valeur actuelle de leur logement

    La Réserve fédérale américaine devrait maintenir son taux directeur à 0,25 %, mardi prochain, selon la totalité des 76 économistes sondés par Bloomberg.Rappelons que le taux directeur est demeuré inchangé depuis la fin de 2008, alors que les États-Unis plongeait en crise économique.

    Légère amélioration pour les fonds de pension US en novembre

    En novembre, les actifs des fonds de pension américains ont baissé moins rapidement que les engagements, ce qui a pour résultat un taux de couverture moyen de 80,5 %, selon les chiffres mensuels de BNY Mellon Asset Management. C’est une légère amélioration par rapport au mois d’octobre, où le ratio de financement avait atteint en moyenne 80,3 %

    États-Unis: les ménages se désendettent

    Les ménages américains ont continué de se désendetter de façon draconienne au troisième trimestre et se sont globalement enrichis, selon des chiffres officiels. La dette des ménages a reculé pour le dixième trimestre de suite de juillet à septembre, indiquent les tableaux de la comptabilité nationale publiés par la banque centrale américaine. La baisse a été d’environ 1,75% en rythme annuel, indique la Fed. Elle a touché en premier lieu l’encours des emprunts immobiliers, première source d’endettement des ménages. Celui-ci a baissé de 2,5%, soit à peu près autant qu’au printemps. L’encours des crédits à la consommation, deuxième grand poste au passif des ménages, a aussi baissé, mais moins rapidement qu’au trimestre précédent: de 1,5%, contre 3,25%.

    USA: la valeur des maisons a chuté de 9000 milliards de dollars depuis 2006

    L’éclatement de la bulle spéculative dans l’immobilier résidentiel aux Etats-Unis a fait chuter de 9000 milliards de dollars la valeur des maisons américaines depuis le pic de juin 2006, a estimé un site internet d’évaluation immobilière, Zillow. Zillow tient à jour depuis 1996 l’estimation de la valeur d’un parc de 72 millions de maisons dans le pays, en agrégeant des données publiques sur les transactions immobilières. Sur la seule année 2010, selon ses projections, la baisse de la valeur du marché devrait atteindre 1700 milliards de dollars (soit l’équivalent de 12% du PIB des Etats-Unis), contre 1000 milliards l’année précédente. «Les inverventions du gouvernement comme le crédit d’impôt pour les primo-accédants ont contribué à revigorer le marché au second semestre de 2009 et au premier de 2010, mais nous avons assisté à un retournement de tendance lors du second semestre de cette année», a commenté l’économiste en chef de Zillow, Stan Humphries

    La bourse américaine se négocie légèrement au dessus de sa juste valeur économique

    Le “Market Fair Value” de Morningstar évalue que le marché boursier américain est actuellement légèrement surévalué de 3 %. Les actions américaines se retrouvent actuellement légèrement plus évaluées que leur valeur d’équilibre 

    Le “Market Fair value” de Morningstar est à 1,03. 

    Selon cet indicateur, le marché américain est légèrement surévalué de 3 %.

    Comme l’indique le tableau suivant, sur les 12 secteurs répertoriés par Morningstar, 8 sont surévalués et 4 sont sous-évalués. Les secteurs du matériel informatique (+11%) et des médias (+8%) sont les plus surévalués alors que celui des services d’affaires est le plus sous-évalué (-9%).

    12 secteurs Évaluation*
    Logiciels -2%
    Matériel informatique +11%
    Média +8%
    Télécommunications +1%
    Santé -6%
    Services aux consommateurs +5%
    Services d’affaires -9%
    Services financiers -4%
    Matériel industriel +2%
    Services publics +4%
    Biens de consommation +5%
    Énergie +3%
    Marché américain +3%

    *+ = surévalué en %, 0 = justement évalué, – = sous-évalué en %

     À moyen terme et long terme, le marché revient toujours à sa valeur économique.

    La décision du gouvernement américain d’empêcher tout forage au large de la Floride et de la côte atlantique américaine jusqu’en 2017 pourrait s’avérer un facteur de soutien des prix du pétrole sur la durée (moins de découvertes, donc possible accélération du déclin de la production américaine). Dans le gaz, notons que les réserves américaines ont progressé de 11% en 2009 malgré une diminution du prix utilisépour les mesurer de 33%… Les gaz de schiste représentent dorénavant 20% du total et cela va aller croissant. Les prix du gaz (hors rebonds liés aux frimas hivernaux) vont rester durablement bas.

    ////////////////////////////////////////////////////

    Performances en euros des marchés mondiaux d’actions
     
    Variation des indices MSCI en Euros
    Pays   Performance du 06/12/2010 Performance depuis le 30/11/2010 Performance depuis le 31/12/2009
    Amérique Latine   -0.04% 2.82% 19.86%
    Argentine   -1.48% 2.49% 83.24%
    Brésil   0.07% 3.41% 10.94%
    Chili   -0.34% 0.26% 52.21%
    Colombie   0.82% 4.31% 57.38%
    Mexique   -0.76% 1.26% 33.02%
    Pérou   1.64% 4.32% 65.03%
    Venezuela   0.00% 0.00% 0.00%
    Amérique du Nord   -1.32% 0.94% 18.60%
    Etats-Unis   -1.31% 0.90% 18.17%
    Canada   -1.39% 1.27% 22.78%
    Asie developpée   -0.08% 0.99% 17.09%
    Australie   0.30% 2.68% 12.66%
    Japon   0.17% 0.77% 17.09%
    Nouvelle-Zelande   -0.39% -0.01% 7.63%
    Singapour   -1.74% -0.52% 24.04%
    Hong Kong   -1.98% -1.21% 29.57%
    Asie emergente   -1.22% 0.73% 21.81%
    Thaïlande   -1.39% 2.00% 63.73%
    Indonésie   -2.13% 2.28% 42.88%
    Taïwan   -0.70% 1.41% 17.59%
    Sri Lanka   -1.66% -1.74% 85.72%
    Philippines   -1.17% 3.84% 36.79%
    Pakistan   -0.42% -0.74% 19.84%
    Malaisie   -1.72% -1.07% 37.31%
    Chine   -2.02% -1.16% 12.28%
    Corée   0.06% 2.48% 27.41%
    Inde   -1.73% 1.00% 23.59%
    Europe   -0.27% 3.39% 6.26%
    Grèce   0.28% 4.10% -37.10%
    Allemagne   -0.08% 4.17% 13.76%
    Autriche   -0.14% 5.87% 7.65%
    Belgique   -0.29% 4.01% 6.30%
    Espagne   0.65% 8.51% -18.37%
    Finlande   0.38% 5.18% 10.78%
    France   0.09% 3.98% -1.66%
    Irlande   -0.28% 5.67% -17.67%
    Italie   0.15% 4.90% -12.45%
    Pays-Bas   0.27% 4.57% 3.30%
    Portugal   0.72% 5.26% -6.52%
    Europe ex Euroland   -0.61% 2.23% 13.45%
    Suisse   -0.25% 1.50% 12.68%
    Suède   0.38% 4.46% 37.46%
    Royaume-Uni   -0.93% 2.01% 10.28%
    Norvège   0.26% 6.31% 7.11%
    Danemark   -0.71% 2.58% 32.79%
    Euroland   0.13% 4.76% -0.91%
    Europe Emergente & Moyen-Orient   0.69% 5.56% 24.24%
    Russie   0.44% 5.79% 22.98%
    Republique Tchèque   0.91% 5.59% -0.36%
    Pologne   2.28% 6.76% 20.10%
    Jordanie   -0.74% -1.01% -4.68%
    Israël   -0.12% -0.30% 5.19%
    Hongrie   3.08% 8.29% -1.29%
    Egypte   -0.81% -1.57% 11.44%
    Afrique du Sud   0.99% 6.34% 33.50%
    Turquie   -0.43% 3.03% 38.62%

    ///////////////////////////////////////////////////////////////

    Après avoir stabilisé ses prévisions de croissance économique pour différents pays occidentaux, le consensus des économistes révise à la hausse ses prévisions  après des révisions à la baisse au cours de l’été. Seul le Canada fait bande à part. Les prévisions ne sont  pas à la hausse avec 2.5% de croissance en 2011. Pour les  États-Unis : 2.6% (2.3% au mois antérieur). Les pays de la zone euro : 1.7%  au  lieu de 1.6%. La Suède surprend en 2010 avec des prévisions de 3.1% et 4.6% en 2010.

    Pour consulter les prévisions des économistes sondés par The Economist. 

    ////////////////////////////////////

    Forte hausse des frets pétroliers

    La semaine dernière était en revanche calme pour les frets secs. Le marché souffre toujours d’une surcapacité de tonnage.

    Les prix du transport maritime de matières premières se sont dans l’ensemble stabilisés la semaine dernière alors que les frets pétroliers ont nettement progressé, atteignant des sommets depuis plus de quatre mois, portés par une hausse de la demande en Asie comme en Europe. L’indice composite Baltic Dry Index (BDI), moyenne des prix pratiqués sur 24 routes mondiales de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.) est resté presque à l’équilibre la semaine dernière, terminant vendredi à 2168 points contre 2170 points sept jours auparavant.

    Il confortait ainsi son mouvement de stabilisation, après les cinq semaines de baisse consécutives qui l’avait fait tomber mi-novembre à son niveau le plus faible depuis début août, mais le marché restait fragile et souffrait toujours d’une surcapacité de tonnage, notaient les analystes.

    Pour les navires de petite taille, «l’activité sur le bassin Atlantique est faible et inhabituellement calme, dans le sillage des congés de Thanksgiving aux Etats-Unis. Quant à la mer Noire, elle est carrément devenue une mer morte…», soulignait-on chez l’agent maritime Fearnleys.

    Le Baltic Panamax Index (BPI) a légèrement progressé à 2382 points contre 2330 points le vendredi précédent. De son côté, le Baltic Capesize Index (BCI) est ressorti à 2983 points contre 3233 points une semaine plus tôt, son niveau le plus faible depuis deux mois.

    L’indice Baltic Clean Tanker Index (BCTI) a en revanche accentué sa hausse, jusqu’à 796 points contre 731 points sept jours auparavant, un plus haut depuis fin juillet.

    Nous assistons à une accélération de nouveaux ordres pour les chantiers navals de Corée et de Singapour. Il est intéressant de noter que sur ce secteur, la crainte d’une concurrence féroce de la Chine ne se matérialise pas malgré la forte augmentation de capacités disponibles dans ce pays. La principale raison en est le différentiel de qualité qui continue de pénaliser les bateaux construits en Chine. Sur le marché de l’occasion, les bateaux chinois se  négocient 15 à 20% moins chers que leur équivalent coréen ; leur valeur résiduelle chute beaucoup plus vite,du fait notamment d’un coût de maintenance et d’une consommation d’énergie plus élevés. En ce qui concerne la construction elle-même, la Chine reste moins chère mais avec la hausse du coût de la main d’oeuvre et de l’effet devise défavorable, cet avantage prix n’est plus, en définitive, que de 5 à 10%. Le cycle pour les porte-conteneurs, les gaziers,les pétroliers et les plateformes d’extraction, est en pleine reprise. Ces nouveaux ordres vont générer des marges bien supérieures aux ordres existants et les années 2012 et 2013, dates de comptabilisation des revenus liés à ces ordres, s’annoncent très bonnes pour des groupes comme Keppel Corp, Sembcorp Marine, Hyundai Heavy et Samsung Heavy.

    /////////////////////////////////////////

    Olivier Delamarche BFM Business 7/12/2010

    //////////////////////////////////////////

    Marc Fiorentino au salon Actionaria 2010

    /////////////////////////////////////

    IPO: montant record attendu pour 2010

    Introductions en Bourse : découvrez le classement mondial

    Copyright Reuters 

    Le montant des introductions en Bourse réalisées en 2010 devraient dépasser son précédent record de 2007 et s’inscrire au-dessus de 300 milliards de dollars, tirées par le dynamisme de l’Asie, selon une étude du cabinet Ernst & Young. Sur les onze premiers mois de l’année, les introductions en Bourse ont déjà permis de lever 255 milliards de dollars via 1199 opérations, ce qui laisse penser que le montant final pour l’ensemble de l’année 2010 devrait atteindre un nouveau niveau record, après les 295 milliards enregistrés en 2007. Trois opérations majeures ont retenu l’attention, représentant un quart des montants levés en 2010: l’introduction en Bourse d’Agricultural Bank of China, de l’assureur asiatique AIA (filiale de l’américain AIG) et le retour en Bourse de General Motors aux Etats-Unis. Cette solidité est liée au dynamisme des marchés asiatiques (près des deux tiers des montants levés) et aux bonnes perspectives pour le quatrième trimestre, sachant que 82 opérations sont prévues en décembre, soit un montant minimum de 16,9 milliards de dollars. De janvier à novembre inclus, les investisseurs asiatiques ont levé un montant jamais vu de 164 milliards de dollars contre un précédent record de 98 milliards en 2006. «Profitant de taux d’intérêt relativement bas dans les marchés développés et de liquidités abondantes, les investisseurs mondiaux ont cherché à bénéficier de la croissance asiatique et des autres marchés émergents sur les onze premiers mois de l’année», a indiqué dans l’étude Frank Sebag d’Ernst & Young.

    ///////////////////////////////////////

    Forte collecte pour les hedge funds en octobre

    Le secteur des hedge funds a enregistré une collecte nette de 16 milliards de dollars au mois d’octobre, selonles statistiques publiées par Trim Tabs Investment Research et BarclayHedge. Il s’agit du quatrième mois consécutif de collecte nette, avec un montant jamais vu depuis novembre 2009. Les hedge funds ont aussi enregistré une performance de 1,95% en octobre et de 7,10% pour les quatre mois suivant la glissade de mai-juin. Les fonds de distressed securities ont notamment drainé 3,8 milliards de dollars, soit 3,3% des actifs, en octobre, alors que les fonds dédiés aux marchés émergents ont attiré 2,2 milliards de dollars.

    Baisse de rythme pour les hedge funds

    L’indice Hennessee des hedge funds a affiché pour octobre une performance de 0,32 % contre 2,01 % en octobre et 3,71 % en septembre. Depuis le début de l’année, il a gagné 7,12 %. Les meilleurs résultats pour les onze premiers mois de l’année sont enregistré oar la stratégie événementielle (event driven) avec 13,24 %, devant le distressed (10,32 %), l’arbitrage de convertibles (9,01 %) et les marchés émergents (8,62 %). Pour novembre, toutefois l’arbitrage de convertibles et les marchés émergents perdent respectivement 0,93 % et 1,43 %. L’événementiel a perdu pour sa part 0,30 %.

    /////////////////////////

    Doutes sur les Cocos

    L’agence de notation Standard and Poor’s a estime que l’utilisation du capital préventif, de type «Cocos», obligations qui se transforment en capital quand la santé d’une entreprise se dégrade, pourrait ne pas rencontrer un vif intérêt de la part des investisseurs. Les «Cocos» sont des obligations qui se transforment automatiquement en capital quand la santé financière de l’émetteur de titres se dégrade, permettant à un établissement de lever des fonds sans avoir recours à une nouvelle augmentation de capital. Cette technique pourrait être intéressante pour les banques qui devront renforcer significativement d’ici 2019 la qualité de leurs fonds propres par rapport à leurs engagements, comme le leur impose le nouveau cadre réglementaire.

    L’agence de notation estime que les instruments de «capital contingent» sont pour l’heure peu utilisés mais que cette tendance pourrait changer avec Bâle III.

    S&P explique même que si les banques choisissaient cette technique pour remplacer les titres hybrides existants et remplir d’autres exigences en capital, elles pourraient en émettre au moins pour l’équivalent de 1000 milliards de dollars lors des cinq à dix prochaines années. Le seul problème, selon l’agence, réside dans le fait que la demande du marché pour ces instruments pourrait ne pas être suffisante, parce jugés trop risqués en raison des pertes éventuelles lors de leur conversion de en capital et faute d’un prix attractif

    ///////////////////////////

    Russie: fuite de capitaux privés

    La fuite nette de capitaux privés en Russie s’est établie à 9 milliards de dollars en novembre et à 29 milliards de dollars depuis le début de l’année, dépassant les prévisions établies, a déclaré mercredi le président de la Banque centrale russe (BCR), Sergueï Ignatiev. D’après les dernières données de la BCR, sur neuf mois, de janvier à septembre, la fuite nette de capitaux privés s’est établie à 16 milliards de dollars en Russie, un montant quatre fois moins élevé que sur la même période en 2009 (65,5 milliards). La BCR tablait dès lors pour 2010 sur une fuite nette des capitaux privés à hauteur de 22 milliards.

    ////////////////////////////////////////////////

    Des fonds souverains asiatiques investissent au Brésil

    Le fonds souverain de Singapour GIC, China Investment Corporation (CIC) et le conseil d’investissement d’Abou Dhabi (Adic) ont participé à l’augmentation de capital lancée par la banque d’investissement brésilienne BTG Pactual, rapporte Finance Asia. Un consortium d’investisseurs internationaux, dont GIC, CIC, un fonds de pension canadien, Adic et le groupe de capital ivnestissement JC Flowers, a très largement contribué à l’augmentation de capital de 1,8 milliard de dollars représentant une participation de 18,65%. BTG Pactual veut utiliser le produit de cette opération pour développer ses principaux métiers, la banque d’investissement, la gestion d’actifs et la gestion de fortune.

    ////////////////////////

    Inde

    Le nettoyage des mauvaises pratiques d’affaires se poursuit. Sur fond d’accusation de manipulation de cours, la SEBI (le régulateur du marché indien) a interdit aux promoteurs de Akruti, Welspun, Brushman et Murtli Industries de passer des ordres. Les investisseurs deviennent logiquement extrêmement discriminants et favorisent les sociétés avec une bonne corporate governance.

    Le Gouverneur de la Reserve Bank of India (RBI) a déclaré  que les marges d’intérêts des banques devaient baisser. En d’autres termes, le Gouverneur invite les banques à relever la rémunération des dépôts dont la croissance (15%) est bien inférieure à celle des crédits (23%), ce qui constitue la principale raison expliquant le manque de liquidité dans le système bancaire. A cet effet, et de manière temporaire, la RBI a prolongé la possibilité pour les banques de n’investir que 23% de leurs dépôts dans les obligations d’Etat (contre 25% en temps normal) jusqu’au 28 janvier. La croissance du deuxième trimestre de l’année fiscale 2011 (juillet – septembre 2010) a été plus forte qu’anticipée, à 8,9% contre 8,1% attendus. Cependant, pour que cette forte croissance soit soutenue, il est primordial que la liquidité du système bancaire soit assurée.

    ///////////////////////////////////////////////////////////

    Chine

    L’inflation chinoise, qui progresse plus vite que prévu, a atteint en novembre 5,1% en glissement annuel, un niveau sans précédent depuis 28 mois, annonce samedi le Bureau national des statistiques.

    La veille, la Banque populaire de Chine avait relevé d’un demi-point le coefficient des réserves obligatoires pour éponger les excédents de liquidités et freiner la hausse des prix. Il s’agissait de la troisième hausse en un mois. L’inflation avait atteint 4,4% en octobre.

    Le gouvernement a fait savoir il y a une semaine que la politique monétaire serait dorénavant « prudente » alors qu’elle était auparavant « accommodante de manière appropriée ».Les chiffres dévoilées samedi pourrait lui donner les arguments nécessaires pour aller plus loin, tous les signes annonçant une croissance importante. La production industrielle, elle aussi supérieure aux attentes, a ainsi progressé de 13,3% en glissement annuel, le mois dernier, après une légère baisse en octobre. Les investissements ont par ailleurs augmenté de 24,9% depuis le début de l’année, par rapport à 2009, et les ventes de détails ont progressé de 18,7%. « Les meures administratives prises actuellement pour maitriser l’inflation peuvent faire baisser les prix pendant un moment, mais ils rebondiront une fois ces mesures passées », prédit Lin Songli, économiste chez Guosen Securities à Pékin.

    ///////////////////////////////////////////////////////////

    Une nouvelle crise économique et financière mondiale est de plus en plus probable et les Canadiens ne seront pas nécessairement bien placés y faire face, prévient la Banque du Canada.

    Dans l’édition de décembre de sa Revue du système financier, présentée jeudi, la banque centrale soutient que les problèmes de dettes en Europe se sont tellement aggravés depuis juin qu’ils présentent maintenant un risque pour le système financier canadien. L’institution souligne que malgré l’instabilité économique mondiale, la progression de la dette des ménages a continué d’excéder celle de leurs revenus au cours des six derniers mois. Cela les rend plus vulnérables aux contrecoups externes, qu’il s’agisse d’un ralentissement de l’économie mondiale ou d’un soudain revirement sur le marché de l’emploi.

    La Banque du Canada craint particulièrement que les difficultés budgétaires aiguës de certains pays «périphériques» de la zone euro et les vulnérabilités du système financier européen ne se répercutent négativement sur d’autres pays, dont le Canada…

    BREVES PRECEDENTES :

    Brèves de trottoirs du 5 dec 10….en bord de route de la grande finance…

    EN BANDE SON :

    Catégories :Brèves de Trottoirs

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s