Cycle Economique et Financier

Meredith Whitney et le cercle vicieux d’une faiblesse autoentretenue de l’économie

Meredith Whitney  et  le cercle vicieux d’une faiblesse autoentretenue de l’économie Américaine

  Pourquoi est-Meredith Whitney une des plus célèbres des analystes de Wall Street  est elle devenue   pessimiste en toute occasion  sur les choses qui ont trait à l’économie ?

 Peut-être parce qu’elle perçoit en bonne visionnaire que  l’économie ressemble essentiellement à ceci:  Un cycle perpétuel de faiblesse.

 Vous savez comment cela fonctionne: destruction d’emplois saisies ==> ==> des valeurs plus basses pour  l’immobilier ==> baisse des recettes fiscales == lacunes> budget de l’Etat ==> etc 

 Le tableau ci dessous est de son excellent  rapport sur les finances municipales US, un de ses chevaux de bataille :   Click here for a full summary of the report > 

chart of the day, home prices cycle weakness, feb 2011

source The Business Insider

PLUS DE WHITHNEY ET BANQUEROUTE EN SUIVANT :

EN COMPLEMENT : Le spectre de la faillite plane sur les villes américaines

 La situation financière des municipalités aux Etats-Unis s’enfonce dans le rouge. En 2008, elles ont emprûnté 122 milliards de dollars à court terme et à taux variables. Une grande partie de leurs créances arrivent aujourd »hui à échéance. 

En 1994, le comté d’Orange, en Californie, s’est mise sous la procédure de faillite (chapter 9), après avoir investi sur les marchés de dérivés et perdu 1,6 million de dollars.

L’Etat américain n’est pas le seul à s’endetter dangereusement. La situation financière des municipalités s’enfonce, elle aussi, dans le rouge. Selon le Wall Street Journal, celles-ci ont emprunté 122 milliards de dollars à court terme et à taux variable en 2008. Une bonne partie de ce financement s’est faite grâce à des lettres de crédit garanties par les banques. Il s’agissait à l’époque de palier à l’effondrement de la demande sur le « muni bond market », le marché des obligations des Etats, collectivités locales et agences gouvernementales.

Aujourd’hui, beaucoup de ces lettres de crédit arrivent à expiration. Les municipalités doivent donc payer leur dû. Les emprunteurs les plus fragiles, qui souffrent toujours d’un manque de ressources, ont deux solutions pour honorer leur dette : emprunter à nouveau sur le marché des « muni bonds » à un coût prohibitif (le taux à 30 ans vient d’y dépasser 5% revenant au niveau atteint en plein credit crunch) ou renégocier avec les banques, ce qui se traduira – si elles acceptent – par des coûts supplémentaires.

chart

Si Los Angeles faisait faillite…

La situation financière des municipalités risque donc de se détériorer un peu plus en 2011. D’autant qu’un autre problème les guette. Jusqu’ici, elles tiraient une partie (environ un tiers) de leurs revenus des Etats. Mais comme ces derniers éprouvent eux aussi des difficultés financières (le Wall Street Journal évoque notamment des problèmes financiers dans le New Jersey et le Texas), ils risquent d’être moins généreux avec les villes dans les mois qui viennent.

Du coup, c’est le spectre d’un défaut de paiement qui ressurgit. En 1994, la montée des taux d’intérêt avait déjà été fatale au comté d’Orange en Californie. Si Los Angeles, San Diego ou Miami ne peuvent plus faire face à leurs obligations en 2011, Wall Street connaîtra un sérieux coup d’arrêt. Or c’est justement ce que prévoit l’analyste Meredith Whitney, devenue célèbre pour avoir anticipé en 2007 la crise bancaire aux Etats-Unis.

 Sébastien Julian l’expansion.fr jan11

Laisser un commentaire