Agefi Suisse

Analyse Marché du Jour : La complaisance n’est pas de mise par Simon Pickard / Carmignac Emergents

Analyse Marché du Jour :  La complaisance n’est pas de mise  par Simon Pickard / Carmignac Emergents

Simon Pickard de Carmignac Emergents prévoit de bons rendements à condition de tenir compte de l’inflation structurelle croissante.

  Carmignac Gestion a une longue expérience des marchés émergents. Leur fond Carmignac Emergents est ouvert depuis plus de quatorze ans ce qui en fait un des fonds les plus matures du marché. Avec plus de deux milliard d’euros d’actifs sous gestion et une performance de 11,08% annualisée sur les dix dernières années, le fond surperforme son index le MSCI Emerging Markets de 1,23% et les actions du même secteur de 2,62%.

PLUS DE PICKARD EN SUIVANT :

Après d’excellentes  années entre2005 et 2007 (+104.49%) et une année noire en 2008 (-55,88%), le fond s’est bien relevé en 2009-2010 (+99.34%) sans toutefois retrouver son maximum de septembre 2007. Il souffre d’un fléchissement depuis décembre, comme l’ensemble des fonds émergents, janvier ayant vu l’une des plus grosses sorties de fonds du marché avec 7 milliards de dollars en une semaine, la plus grosse sortie hebdomadaire depuis 2002 et la quatrième plus importante de l’histoire

Simon Pickard, gérant du fond, investit sur la base de l’analyse et des convictions de son équipe qui choisit les actions en dehors de toute référence à un benchmark et vise essentiellement la croissance domestique. La stratégie cible, pour les deux tiers, le marché de la grande consommation, le secteur bancaire et les infrastructures. Le tiers restant est consacré à la technologie et aux matières premières.

Le fond est investi pour 40% dans les pays à forte croissance (Chine 15%, Brésil 15%, Inde 10%), 20% dans les pays de future croissance (Indonésie, Turquie, Colombie), 20% dans les pays à forte exportation (Taiwan, Corée), 10% dans les pays «difficiles» (Mexique, Russie) et 10% en Afrique. L’allocation est de 60% sur les Large-Caps et 40% sur les Mid-Caps.

Au Brésil, le fond investit sur le leader de la distribution, Companhia Brasileira de Distribuicao, qui selon Simon Pickard y est plus efficace que Carrefour ou Walmart.

En Inde, il gère une position sur ITC Limited, un groupe qui s’est diversifié à partir du commerce des cigarettes vers la distribution de produits d’utilisation courante (principalement aliments emballés et confiserie) et une autre sur ICICI, deuxième groupe bancaire du pays.

En Indonésie, le fond a une position sur Astra, la plus grande entreprise de distribution de véhicules automobiles du pays. Dans le secteur des jeux, il gère une série de positions en Malaysie (Genting) et à Macao.

Simon Pickard privilégie les pays du Sud-Est asiatique à forte exportation car contrairement aux pays émergents, généralement pauvres en entreprises orientées vers la consommation, Taiwan et la Corée ont su développer une industrie comparable à celles des pays développés. Il compare la maturité de Samsung et d’Hyundai à celle d’Apple et de Nissan. Le rapprochement entre la Chine et Taiwan, matérialisé par l’accord de libre-échange entre Taipei et Pékin signé en été 2010, laisse augurer une exportation du savoir-faire taïwanais vers le marché domestique chinois. HTC ou Taiwan Semiconductor Manufacturing, la plus grande fonderie de semi-conducteurs du monde, font partie des entreprises qui apporteront à la Chine des procédés susceptibles de la guider dans la prochaine phase de son développement.

Vingt pour cent du fond est investi dans des entreprises productrices de matières premières (mines d’or, énergie, engrais) et dix pour cent sur des sociétés de technologie dont Infosys en Inde.

Les entreprises des pays « difficiles «, comme la Russie et le Mexique, sont largement critiquées pour leur carence en matière de gouvernance. Il n’est pas rare de voir les sociétés  des pays émergents sujettes à des abus et des scandales qui trahissent une éthique peu compatible avec la création de valeur pour l’ensemble des partenaires. Néanmoins, elles ont souvent des bilans de meilleure qualité que ceux de leurs équivalentes européennes et américaines.  Pour Simon Pickard, les entreprises russes, dans un pays au système politique contestable et à la démographie préoccupante, restent très sous-évaluées et offrent d’importantes possibilités de croissance. Même en Russie, il est possible d’identifier des entreprises bien gérées qui se négocient en dessous de leur valeur telle Sberbank , la plus grande banque d’Europe orientale, dont le nouveau management et la base dépositaire assurent un future solide. Le Mexique présente des opportunités similaires comme le groupe bancaire Banorte ou les brasseries FEMSA.

Les investissements en Afrique ciblent des sociétés non cotées actives à l’échelle du continent comme Shoprite, une société sud-africaine dont 30% de l’activité est en dehors de l’Afrique du Sud, la CFAO, une société pharmaceutique cotée en France ainsi que plusieurs compagnies minières au Nigéria et au Ghana.

Simon Pickard gère séparément le fond Emerging Discovery spécialisé dans les Small-Caps des marchés frontières, marchés à croissance forte peu exploités et modérément corrélés avec les marchés développés et émergents. Ces marchés peu liquides sont sous-évalués et offrent de bonnes opportunités de croissance.  Il cible par exemple l’industrie touristique au Sri Lanka qui à l’issue de plusieurs années de troubles politiques graves, n’attire que 300.000 visiteurs par an alors qu’elle a le potentiel d’en accueillir huit fois plus.

«Les marchés émergents étaient la tendance des dernières années et l’afflux massif de capitaux a créé une situation trop complaisante. Les capitaux basculent maintenant vers les pays développés comme en témoignent les sorties considérables de janvier.  L’inflation due à la hausse des denrées alimentaires est conjoncturelle mais une inflation structurelle plus importante, bien que toujours gérable, est en train de s’installer» explique Simon Pickard.

Source : nicolette de joncaire/agefi fev11

Image d’aperçu

 

 

 

Laisser un commentaire