Droit, propriété, propriété intellectuelle

L’affaire Strauss-Kahn en Une des grands journaux américains

L’affaire Strauss-Kahn en Une des grands journaux américains

L’arrestation à New York du directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, faisait dimanche la Une des grands journaux américains, qui soulignent les bouleversements à attendre pour la campagne présidentielle en France ainsi que pour le fonctionnement du FMI

PLUS DE DSK AFFAME EN SUIVANT :

Photos à l’appui, l’affaire de l’agression sexuelle dont est accusé le patron du FMI s’étalait en première page des versions internet du Washington Post, du Wall Street Journal , du New York Times et du New York Post, le quotidien new-yorkais qui a été le premier samedi à rapporter la nouvelle.

«Quelle que soit l’issue de l’affaire de samedi, elle risque fort de bouleverser le monde politique français et de mettre le parti socialiste dans l’embarras», pronostiquait le New York Times. Même analyse du Washington Post, qui estime que l’arrestation de DSK va «probablement modifier le paysage politique français».

Le Wall Street Journal s’inquiète surtout de voir «la direction du FMI dans la tourmente […] au moment où l’économie mondiale tente de se remettre de la crise financière de 2008 et quand l’Europe subit toujours les conséquences d’une série de crises de l’endettement public». «L’arrestation pose la question de la démission de M. Strauss-Kahn», relève le quotidien des affaires, qui observe qu’il a été «un dirigeant énergique dans la réponse à la crise de la dette en Europe».

Le New York Times note que «beaucoup de gens pensent que (DSK) a fait du bon travail» à la tête du FMI. Sur son site, le Washington Post publie plus de 400 commentaires d’internautes dont beaucoup semblent choqués par la nouvelle et enfoncent l’ancien ministre français.

 Dominique Strauss-Kahn risque 20 ans de prison

La comparution de Dominique Strauss-Kahn devant un juge new-yorkais qui doit décider dimanche de l’incarcérer ou non n’est que la première étape de la procédure judiciaire accusatoire qui pourrait valoir 20 ans de prison au patron du Fonds monétaire international

Contrairement au système inquisitoire français, dans lequel un juge d’instruction met en examen le prévenu puis décide ou non de le renvoyer devant un tribunal à l’issue d’une longue enquête à charge et à décharge, la justice américaine se fonde sur un système accusatoire.Autrement dit, le procureur rassemble les preuves pour démontrer l’éventuelle culpabilité de l’accusé. A la défense de prouver l’innocence de son client.

Une employée d’hôtel a porté plainte contre M. Strauss-Kahn pour tentative de viol, agression sexuelle et séquestration, des accusations passibles de 20 ans de prison dans l’Etat de New York.

Bien que les statuts du FMI ne prévoient pas expressément d’immunité pour ses employés, des experts se penchaient dimanche sur ce cas sensible. Il reviendra au juge de trancher la question.

Arrêté samedi, M. Strauss-Kahn a été interrogé par des policiers d’une unité spéciale pour les crimes sexuels (Special Victims Unit) qui lui ont notifié les charges dont l’accuse la plaignante. Il est à ce stade considéré comme «charged» ou inculpé. Il doit être présenté ce jour devant un juge qui décidera de le placer en détention provisoire ou plus vraisemblablement de le remettre en liberté moyennant une forte caution, qu’il récupérera s’il répond aux convocations judiciaires.

Au cours de cette audience, le juge décidera également de convoquer ou non un «grand jury», composé de 16 à 23 citoyens. Ce «grand jury», qui peut se réunir dans les prochains jours, écoute la position du procureur et celle de la défense puis décide ou non de son inculpation formelle («indictment»).Ses avocats ont annoncé que Dominique Strauss-Kahn plaiderait non-coupable. S’il décidait de finalement plaider coupable, il n’y aurait pas de procès mais un accord entre accusation et défense sur une peine allégée. Seules 10% des affaires criminelles à New York aboutissent à un procès, selon l’association des avocats new-yorkais

Les réactions en France

Suite à l’arrestation et à l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn, les petites phrases des politiques.

Anne Sinclair, l’épouse de Dominique Strauss-Kahna a affirmé dimanche qu’elle ne croyait «pas une seconde aux accusations qui sont portées contre (son) mari», dans un communiqué transmis à l’AFP.

François Baroin, le porte-parole du gouvernement français, a appelé dimanche à la «prudence» et au respect de «la présomption d’innocence». «Le gouvernement français respecte deux principes simples: celui d’une procédure judiciaire en cours sous l’autorité de la justice américaine, selon les modalités du droit américain, et le respect de la présomption d’innocence», a déclaré François Baroin, qui est également ministre du Budget, sur la chaîne France 2. François Baroin, premier membre du gouvernement français à réagir au coup de tonnerre de l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn, a précisé que Paris «n’ira pas plus loin dans le commentaire de cette affaire» dans l’immédiat. «Il faut être d’une extraordinaire prudence, dans l’expression, dans l’analyse, les commentaires, dans les conséquences», a-t-il ajouté, en soulignant que le patron du FMI, «qui va être entendu par un juge, aura la possibilité de s’exprimer, de donner sa version». (Agences)

Martine Aubry , la secrétaire générale du Parti socialiste français, s’est déclarée «stupéfaite ». Elle a parlé de «coup de tonnerre» : «Les nouvelles qui nous parviennent depuis cette nuit de New York sonnent comme un coup de tonnerre. Je suis comme tout le monde stupéfaite.» Elle a également insisté sur la présomption d’innocence dans son discours prononcé ce matin à Lille : «J’en appelle à attendre la réalité des faits, à respecter la présomption d’innocence et à garder la décence nécessaire.»

Ségolène Royal a déclaré sur Europe 1: «C’est un choc. J’ai appris cette nouvelle bouleversante à propos de laquelle tout reste à vérifier», a déclaré sur Europe 1. Ségolène Royal se présente à la primaire socialiste destinée en octobre à désigner le candidat du PS à la présidentielle de 2012. «Dominique Strauss-Kahn a droit comme tout citoyen à la présomption d’innocence tant que les faits ne sont pas prouvés. Ma pensée en cet instant va à sa famille, à ses proches et aussi à l’homme qui traverse cette épreuve», a ajouté Ségolène Royal.Pressée de questions sur les conséquences de cette affaire sur la vie politique française, Ségolène Royal a demandé à chacun de se maîtriser et de ne pas chercher à profiter de la situation. «Il serait indécent d’en faire un feuilleton (…) Le moment n’est pas venu de commenter les conséquences de cette affaire sur la politique intérieure», a-t-elle ajouté en appelant à ne pas s’acharner sur un homme tant qu’il n’a pas eu l’occasion de se défendre. (AFP)

Jacques Attali, interrogé sur Europe 1 , a expliqué qu’en l’état actuel des choses «Dominique Strauss-Kahn ne sera pas candidat aux primaires», sauf s’il apparaissait très vite que cette affaire est «une manipulation».

Jean-Christophe Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn, a réagi sur son blog : «A l’heure où nous sommes, je ne veux, ni ne peux tirer de conclusions hâtives de l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn. Je me souviens encore trop de l’affaire Patrice Alègre ou, dans un autre registre, de celle de l’espionnage de Renault où des innocents ont été accusés à tort. Toute cette histoire ne lui ressemble pas. Dominique Strauss-Kahn va bientôt pouvoir parler, se défendre.»

Bernard Debré Le député de la majorité présidentielle UMP n’a pas pris de gants pour attaquer le patron du FMI. Il a qualifié DSK d’»homme peu recommandable». «C’est humilier la France que d’avoir un homme qui soit comme lui, qui se vautre dans le sexe». Il s’exprimait sur Europe 1.

Marine Le Pen, la présidente du Front National s’est exprimée sur RTL estimant que Doiminique Strauss-Kahn est «définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l’Etat».

source agences mai11

EN COMPLEMENT : L’affaire DSK complique la tâche de l’eurozone Par Richard Werly, Bruxelles

Les ministres des finances de la zone euro se retrouvent ce lundi soir à Bruxelles pour approuver le plan de sauvetage du Portugal et rediscuter de la dette grecque

Sa chaise ne sera pas vide. Lundi soir à Bruxelles, le Fonds Monétaire International (FMI) sera bien représenté lors de la réunion des ministres des finances de la zone euro censée statuer sur le sauvetage du Portugal et discuter de la dette grecque.

L’absence de Dominique Strauss-Kahn, néanmoins, pèsera lourd. Le patron du FMI, qui devait rencontrer ce dimanche Angela Merkel à Berlin, est à la manœuvre depuis le sauvetage de la Grèce, en mai 2010. Partisan de la monnaie unique, européen convaincu, socialiste comme les chefs de gouvernement grecs et portugais mais aussi parfait germanophone, DSK avait défendu d’arrache-pied le partenariat entre son institution et l’UE. «Il était même très critiqué à Washington pour accorder trop de temps à l’Europe confie un de ses anciens collaborateurs. Il jouait notamment le rôle d’arbitre entre l’Allemagne et ses exigences d’austérité, et les pays concernés demandeurs de plus de temps pour rembourser».

L’autre impact de l’affaire DSK se mesurera sur les marchés. Le FMI s’apprête, comme pour les «paquets» accordés à la Grèce et à l’Irlande, à financer un tiers des 78 milliards d’euros négociés avec le gouvernement de Lisbonne et l’opposition, sous la pression des élections portugaises du 5 juin. La question de son remplacement à la tête du Fonds – et donc de la politique de son successeur qui pourrait venir d’un pays émergent – va donc, à coup sûr, raviver le débat sur l’état des mécanismes de financements de l’eurozone, et alimenter les rumeurs sur une restructuration de la dette Grecque.

Sur le premier point, des discussions sont attendues à Bruxelles ce mardi à l’initiative de la Finlande qui a accepté in extremis l’aide au Portugal, mais réclame davantage de gages pour le remboursement des prêts consentis. La majorité parlementaire finlandaise, composée des conservateurs, des écologistes et des sociaux-démocrates – tous proeuropéens – a réussi à s’entendre pour maintenir dans l’opposition le parti populiste des «Vrais Finlandais» qui envisageait d’opposer son veto au plan portugais. Mais Helsinki donne de la voix pour que le futur mécanisme permanent de secours de l’eurozone, prévu pour 2013, négocie davantage avec les créanciers privés, pour que ceux-ci assument aussi les risques. Or les règles invoquées jusque-là par l’UE sont celles du FMI: «Le consensus est qu’entre les Européens, le Fonds sert de référence poursuit un économiste de l’institut européen Bruegel. Mieux vaut dès lors qu’il ne vacille pas».

L’impact des ennuis judiciaires de DSK se fera encore plus sentir à propos de la dette grecque. Depuis des semaines, des économistes de premier plan, comme l’américain Nouriel Roubini, estiment urgente sa restructuration. Le «Spiegel» l’a aussi annoncé avant la réunion des ministres des finances européens du G20 à Luxembourg le 6 mai. Au point que le premier ministre Grec Georges Papandréou a rugi ces jours-ci contre la presse et des manœuvres «criminelles». Autant dire que Bruxelles, où tout le monde prédit une rallonge pour Athènes, a avant tout besoin de calme dans les rangs des Vingt-Sept et sur les marchés. Ce que la chute annoncée de DSK ne favorisera pas.

 source le temps mai11

////////////////////////////////

Réunion extraordinaire du conseil d’administration du FMI

L’Américain John Lipsky, numéro deux de l’institution, va assumer les fonctions par interim de directeur général pendant l’absence de Dominique Strauss-Kahn et présidera la réunion informelle du conseil d’administration ce dimanche. Ce remplacement ne peut être que provisoire car John Lipsky a déposé il y a quelques semaines sa démission

Tout semblait réussir à Dominique Strauss-Kahn depuis trois ans et demi qu’il a pris la tête du Fonds monétaire international, jusqu’à un scandale qui devrait ternir définitivement son bilan.M. Strauss-Kahn, 62 ans, a été inculpé dimanche à New York d’agression sexuelle, séquestration et tentative de viol, des faits qu’il nie selon son avocat

Ces faits l’exposent potentiellement à une procédure disciplinaire et à un licenciement. La gestion de son cas reste incertaine: les statuts du FMI ne prévoient pas le cas où l’un de ses dirigeants serait mis en cause et clamerait son innocence.

«Le FMI reste pleinement fonctionnel et opérationnel», a indiqué l’institution dans un communiqué, montrant qu’elle comptait se passer de son patron pour le moment, même si son mandat de cinq ans court jusqu’en octobre 2012.Le Fonds a annoncé une réunion exceptionnelle et «informelle» dimanche après-midi de son conseil d’administration.

Le premier adjoint de M. Strauss-Kahn, l’Américain John Lipsky, qui assume la fonction de directeur général par intérim, doit la présider.Le Fonds a par ailleurs indiqué qu’il envoyait une autre adjointe, l’Egypto-américano-britannique Nemat Shafik, à Bruxelles, à une réunion des ministres des Finances lundi à Bruxelles, à laquelle M. Strauss-Kahn avait prévu de se rendre.

«C’est évidemment une situation peu commode. Mais c’est beaucoup plus une tragédie pour M. Strauss-Kahn que pour le FMI», a expliqué à l’AFP Edwin Truman, un économiste qui a conseillé le Trésor américain sur le FMI dans les premiers mois de la présidence de Barack Obama en 2009.»Il a fait beaucoup pour le Fonds, mais le Fonds ce n’est pas qu’une seule personne», a-t-il jugé.

D’après Eswar Prasad, économiste qui a travaillé au FMI de 1990 à 2006, la conjonction du départ de M. Lipsky et des ennuis judiciaires de M. Strauss-Kahn tombe particulièrement mal.»La fin honteuse de DSK arrive précisément au moment le pire pour l’Europe», a-t-il écrit. «La lutte pour les postes de direction a déjà commencé en catimini et va maintenant s’intensifier», a-t-il ajouté.

 source agences mai11

9 réponses »

  1. Le comportement de DSK est en phase avec son engagement politique.

    En effet, dans l’article 1 de la déclation de principe du Parti Socialiste, il est écrit : « Le but de l’action socialiste est l’émancipation complète de la personne humaine. »

    DSK estime pouvoir s’émanciper de façon complète, en pleine cohérence avec les principes du socialisme.

  2. NOUVEL OTAGE FRANÇAIS aux U.S.
    En attendant de connaître le montant de la rançon de l’otage D.S.K., on peut se demander qui a eu intérêt à commanditer cet enlèvement dans la zone internationale de l’aéroport J.F.K.
    Trouvons vite à qui profite ce complot, et en attendant évitons tous de voyager dans cette contrée moyenâgeuse ou les guerres intestines entre sectes de toutes sortes peuvent influencer l’équilibre du monde.

  3. Sans entrer dans l’aspect sordide du dossier, on s’étonnera à quel point la « connerie » des uns peut faire les beaux jours des autres. Nous avions un bel euro. DSK en prison, Lipsky démissionne, on secoue un peu le milk shake pour en sortir un âne aux oreilles pointues qui placera de nouveau le dollar sur la première marche du podium : « la protection des droits notamment pour les moins puissants » ouh..!! le bel adage outre Atlantique que voilà.

    • Vu de Quebec, un Eléphant aux grandes oreilles sorti du « dit » chapeau aurait eu le même effet. Le FMI reste et restera toujours un « outil » américain…

  4. Ce blog induit en erreur les lecteurs sur le système de justice anglo-saxon, auquel adhèrentles Etas-Unis. Ce système respecte la présomption d’innocence contrairement au système judiciaire français. L’accusation (procureur) n’a pas plus de poids que la défense. C’est un jury de citoyens impartial qui jugera du bien-fondé des arguments de l’accusation et de la défense. Contrairement au aystème français qui incarcère les prévenus de manière arbitraire, M. Strauss Kahn est détenu uniquement parce toute libératon sous caution lui permettrait de quitter les Etats-Unis (a) parce qu’en raison de sa fortune, une caution de 1 million n’est pas dissuasive; (b)parce qu’il n’existe pas de traité d’extradition entre les Etats-Unis et la France. Ceci dit, je crois que M. Strauss Kahn ne méritait pas d’être incarcéré à Rykier Island.

  5. C’est l’homme politique français le plus intelligent en France . C’est incroyable cette histoire. Coupable ou pas victime ça fait trés mal, trés mal, on mettait beaucoup d’espoir en lui et aujourd’hui on est en deuil.
    Comment un homme de 62 ans avoir pu coucher avec une jeune femme de 32 ans sans être préparé sans avoir pu pris le temps? Alors violer il faut vraiment avoir pris quelque chose ou qu’il a un bon génétique rare.
    Toutes nos pensées à Dominique Strauss Khan

  6. Affaire Strauss-kahn.

    Bonsoir!

    Quelque chose me chiffone dans cette histoire!.

    Les personnels d’hotels,ont toujours leurs
    Badges avec eux car s’ils sont coincés à
    L’intérieur de la chambre,ils peuvent en
    Ressortir.

    Sachant toutefois que toutes personnes qui le
    Perd,le badge est retenu sur la paye.
    Donc la sois disante victime devais avoir son badge
    Sur elle.Et là il n’y a plus séquestration!

    Secondo:Un homme d’hotel aurait débarrassé dans la
    Chambre de Mr Strauss-kahn alors qu’il était
    Sous la douche ou dans la salle de bain.

    Une douche,ça s’entend,un homme dans une
    Salle de bain,ça s’entend aussi.

    Un homme politique qui va dans ce genre d’hotel,
    Ne va pas dans un hotel comme la
    Plus parts des français vont.

    Je crois que c’est un complot pour
    Empecher Mr strauss-kahn de se présenter
    Aux élèctions de 2012.

    Signé: Le profiler

  7. Je ne suis ni socialiste, ni Strauss Kahnien, ni juge, mais comment peut on dire que DSK ait été traité comme n’importe quel citoyen, alors que son arrestation, et ses comparutions devant le tribunal, ont été toutes commentées de façon absolument subjective, filmées et visionnées par des milliards de téléspectateurs !
    Les américains ne sont que de vulgaires cow boys sans aucun sens de la dignité humaine, et les conditions de l’arrestation de DSK m’ont non seulement choqué, mais profondément peiné, car la présomption d’innocence semble avoir été totalement occultée !

    Si cet homme est condamné, on aura moins de remords, mais s’il est innocent, on l’aura bien « tué », et ses assassins américains seront-ils à leur tour jugés, la réponse est NON !

    Quant aux socialistes, médailles d’or de donneurs de leçon de morale (souvenez vous comment Martine Aubry avait traité Michèle Alliot Marie), ont comme tout le monde le cœur à gauche, le portefeuille à droite et le sexe bien en place, tout comme à droite lorsque on écoute les très mauvais Copé ou Bernard Debré !

    Ce qui est sur, c’est que la France, 14ème pays le plus corrompu d’Europe, n’a pas non plus de leçons à donner, et que ses hommes politiques de droite à gauche, ou de gauche à droite ne sont que de vulgaires opportunistes aux dents de plus en plus longues, comme celles de Mr Copé.

    Le président de la République me fait honte lorsqu’il s’acharne à la sécurité facile du nombre de morts sur les routes (4000 en 2010), et qu’il oublie totalement le nombre de suicides (13000 en 2010), plus de trois fois plus !

    A cause de la gauche et de la droite, je voterai FN aux élections présidentielles, car c’est probablement et malheureusement la seule façon d’être entendu, et surtout écouté !

    Le « Pouvoir » nous prend vraiment pour des imbéciles !

    Les « hommes d’État » n’existent plus, à l’exception peut être d’Alain Juppé !

    • Alain Juppé…?? Et pourquoi donc cette exeption?…le 30 janvier par le tribunal correctionnel de Nanterre, l’ancien Premier Ministre était sanctionné pour avoir permis à sept permanents du R.P.R. de bénéficier d’emplois fictifs rémunérés par la Ville de Paris lorsqu’Alain Juppé était adjoint aux finances de la capitale, (Jacques Chirac, Maire de Paris). Cela lui vaut dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité. Les attendus du jugement sont sévères, notamment celui-ci : « … Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, et a trompé la confiance du peuple souverain » !
      Ledit “peuple souverain” a si souvent l’habitude d’être trompé par des politiciens, de gauche comme de droite, que l’argumentation des juges paraît dérisoire. Il y a là comme un hommage rendu à une démocratie idéale fort éloignée de ce qu’elle est réellement.

Laisser un commentaire