Cycle Economique et Financier

US : La faiblesse de l’emploi toujours et encore…

US :  La faiblesse de l’emploi

Etats-Unis. Les entreprises privées n’ont créé ce mois-là que 110.000 emplois de plus qu’elles n’en détruisaient, selon l’enquête mensuelle du cabinet de conseil en ressources humaines ADP publiée mercredi.

L’emploi privé semble avoir ralenti en octobre aux Etats-Unis, où les embauches devraient avoir été tout juste suffisantes pour empêcher le chômage de masse qui frappe le pays d’augmenter.

Le solde des embauches a baissé de 5,1% sur un mois indique l’étude, et le rythme des créations d’emplois «est probablement inférieur à ce qu’il faudrait pour le maintien d’un taux de chômage stable». L’enquête ADP est publiée traditionnellement deux jours avant le rapport mensuel sur l’emploi (public et privé, hors secteur agricole) du département du Travail. Selon leur prévision médiane, les analystes estiment que les chiffres officiels devraient faire apparaître vendredi 85.000 créations nettes de postes dans le pays en octobre, contre 103.000 en septembre, et un taux de chômage de 9,1% pour le quatrième mois d’affilée.

Pour l’économiste Ian Shepherdson, du cabinet HFE «la hausse de l’emploi privé n’étant même pas assez robuste pour empêcher le chômage d’augmenter à moyen terme, il n’est même pas question d’envisager une baisse du chômage». D’une manière générale, on estime que 150.000 embauches mensuelles sont nécessaires en moyenne pour absorber les jeunes gens qui arrivent sur le marché du travail. Il en faudrait des embauches bien plus robustes et pendant longtemps pour que le pays puisse récupérer les quelque 7,5 millions d’emplois perdus pendant la crise.

Le marché de l’emploi réagit généralement avec retard à l’évolution de la conjoncture. Pour ADP, il «reflète [aujourd’hui] la croissance économique léthargique» observée au début de l’année.

Selon les chiffres du gouvernement américain, la hausse du PIB des Etats-Unis est tombée à 0,4% en rythme annualisé au premier trimestre et n’a atteint que 1,3% au deuxième.

Elle s’est accélérée à 2,5% pendant l’été, mais c’est encore trop peu. Une bonne partie des embauches du privé est annihilée par les réductions de postes qui n’en finissent pas dans le secteur public. Selon la prévision médiane des analystes, celui-ci a supprimé 32.000 emplois nets en octobre.

Les perspectives ne sont guère favorables. Selon une enquête du cabinet Challenger, Gray & Christmas, publiée mercredi, le nombre de licenciements annoncés par des entreprises américaines est nettement retombé en octobre après être monté en septembre à son niveau le plus élevé en près de deux ans et demi.

Cependant, sur les dix premiers mois de l’année, les licenciements annoncés (dont la mise en oeuvre doit prendre souvent plusieurs années) apparaissent en hausse de 16% par rapport à la même période de 2010, note Challenger, pour qui les réductions d’effectifs attendues mais pas encore annoncées pour le service postal fédéral pourraient concerner à elles seules 200.000 postes.

1 réponse »

  1. Le « rave » américain ! Mais avant de commencer à danser
    il faut s’assurer d’êt ben ben g’lé hein ?
    Sinon ça marche pas pis on tient pas le coup ! A.C

Laisser un commentaire