A PROPOS

Nicolas Doze/BFM : Pour Christian Saint-Étienne , les choix de Hollande pour la France sont fous et intolérables

Nicolas Doze/BFM :  Pour  Christian Saint-Étienne , les choix de Hollande pour la France sont fous et intolérables  

L’économiste Christian Saint-Étienne claque la porte du Conseil d’analyse économique pour marquer son désaccord avec la politique économique de Hollande. Il juge la politique du président  » normal » contraire aux intérêts fondamentaux du pays par ignorance de la réalité de la situation économique. 

A PROPOS de…. par BRUNO BERTEZ

 Barroso parle et dit quelque chose … Le président de la Commission européenne vient de s’exprimer sur la TV International Business Times

« La crise est maintenant systèmique, je ne suis pas sur que ceci soit compris dans les autres capitales… des decisions de dimensions historiques doivent etre prises » »

En avez vous entendeu parler dans la campagne française pour les présidentielles? En entendez vous parler en cette campagne pour les législatives? Evidemment non.

On vous parle de telle alliance coupable, de telle sordide histoire de ménage, on vous parle des dangers du moteur diesel, on ne vous parle pas de ces decisions de dimension historique  qui sont à prendre.

Honte au personnel politique, honte aux médias, honte aux corps constitués de dévoyer ainsi ce système qu’ils portent aux nues par le mensonge, la dissimulation et l’escamotage généralisé.

Le pacte de connivence qui régit la vie politique francaise est infame. Un système politique qui repose sur le mensonge et la dissimulation est un système de violence cachée.

2 réponses »

  1. Je crois que la politique ne s’intéresse qu’au pouvoir au mépris de l’application d’idéaux. Même un pouvoir dans un pays affaibli ou enlisé dans une crise majeure reste une main mise sur une population. Maintenant dire la vérité sans proposer de solutions à appliquer, n’est ce pas faire preuve de faiblesse et de naiveté, pour des politiciens en quête de pouvoir?

  2. Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres. Il n’y a plus d’argent ; les socialo-keynésiens veulent l’argent des Allemands. Rien de nouveau.

Laisser un commentaire