Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 21 Juin 2012 : La connivence du socialisme d’entreprise et des pouvoirs

Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 21 Juin 2012 : La connivence du socialisme d’entreprise et des pouvoirs

L’un des problèmes de la France est que les vrais chefs d’entreprise , ceux qui créent richesses et emplois n’ont aucun organisme qui les représente réellement, leur poids est capté, neutralisé par des syndicats qui n’ont de patronaux que le nom.

 Toutes les tentatives de former une véritable représentation d’un patronat de chefs d’entreprise ont avorté en raison de la collusion entre tous les pouvoirs politiques successifs et les pseudo syndicats comme le MEDEFou la CGPME.

Ceci explique que lorsque les erreurs des gouvernants sont trop nombreuses, les dérives se font trop menaçantes, les chefs d’entreprise petites, moyennes, les patrons de TPE se tournent vers les organisations extrêmes voire poujadistes ou nationalistes. Les connivents que sont le MEDEF et la CGPME ont été démasqués il y a fort longtemps par les chefs d’entreprise pratiquants, nous disons pratiquants pour signifier que nous parlons de ceux qui sont authentiquement des chefs et des responsables .

Du temps du pouvoir de l’UIMM au sein de l’organisation patronale du MEDEF il existait encore sinon une instance, du moins des gens qui étaient de vrais chefs d’entreprise responsables, qui avaient une vision, sociale et politique , hélas on a mis au pas l’UIMM avec les méthodes que l’on sait.

Les vrais chefs d’entreprises sont représentés, c’est dire non représentés par une élite que nous qualifions de socialistes d’entreprise qui partagent l’idéologie de la sociale démocratie c’est à dire le rêve d’un capital et d’entreprises sans capitalistes. Normal car ces élites cooptées se reproduisent entre eux, vivent en vase clos, ont plus de contacts avec les pouvoirs , les administrations et les énarques qu’avec les réalités de la production de richesse. Ils ne se coltinent pas le réel, ils vivent dans l’aquarium du Pouvoir.

Nous ne serions pas étonnés si, cette fois encore, comme en 1981 , la colère des patrons devait s’exprimer en dehors des cadres constitués. Faute d’être représentés, il ne leur reste que la rue. La montée du front national qui collecte beaucoup de voix de petits chefs d’entreprise est un signe, l’une des composantes sociologiques de son électorat est là, dans ce réservoir qui peut retrouver le chemin du poujadisme. Surtout si les aberrations fiscales et sociales se concrétisent…..

BRUNO BERTEZ Le 21 Juin 2012

1 réponse »

  1. Cette collusion sur laquelle vous mettez le doigt gangrène la France. Elle s’est organisée, dans sa forme actuelle (car elle est protéiforme à travers l’histoire de notre pays), après la deuxième guerre. Nous y trouvons aussi les syndicats de salariés. Mais, comment expliquer à nos compatriotes que leur égalité ne peut passer que par leur liberté alors qu’on leur assène qu’ils ne seront libres que s’ils sont égaux sous la protection du Léviathan. Le salut ne pourra venir qu’avec la destruction par l’extérieur de ce système. La finance anglo-américaine nous y aide, sans le vouloir, ainsi que l’exemple de la réussite allemande.

Laisser un commentaire