Chinamerica

Pékin ne veut plus du cuivre comme garantie auprès de ses banques

Pékin ne veut plus du cuivre comme garantie auprès de ses banques

Les cours du cuivre sont en chute libre : moins de 6 500 dollars la tonne, jeudi 13 mars. Des niveaux que l’on n’avait pas vus depuis près de 5 ans. Et c’est la Chine qui est à l’origine de cette grande dégringolade. Pékin fait le ménage et ne veut plus trop voir les banques accepter du cuivre pour garantir les prêts qu’elles accordent.

C’est un classique, la Chine s’enrhume, et voilà les marchés qui toussent. On les comprend. En matière de cuivre, les Chinois sont des clients de choix. La Chine, c’est 40 % de la consommation mondiale.

Pendant des années, et la croissance allant, le métal rouge a servi au câblage des immeubles, aux avions ou aux usines. Mais, récemment, le cuivre en Chine a changé de nature. C’est devenu un outil financier. L’essentiel du métal importé, le métal pur, est utilisé par des entreprises chinoises pour garantir les prêts alloués par des banques plutôt conciliantes avec les comptabilités bancales, sachant qu’elles pourront à terme se rembourser avec la vente du cuivre  stocké. En 2013, 80 % du cuivre importé en Chine est passé directement dans ce réseau de financement parallèle.

Et puis, la semaine dernière, une entreprise s’est retrouvée en défaut de paiement. Incapable de rembourser ses dettes. Le système bien huilé a déraillé, et les autorités chinoises ont décidé de faire un grand ménage, préférant voir les crédits alloués transformés en investissements plutôt qu’en milliers de tonnes de cuivre stockés jamais utilisés. D’autant que la Chine produit, elle aussi. Dans les mines de cuivre que ses entreprises possèdent ici et là en Afrique, notamment, en Zambie ou en RDC, mais aussi au Pérou. A tel point d’ailleurs qu’elle envisagerait cette année d’exporter un peu de son propre métal.

C’est dans leur culture, les Chinois aiment jouer et spéculer. « Les marchés sont un terrain de jeux, ses règles sont simples, il y a toujours un vendeur et un acheteur, rappelle le stratège en matière première Didier Julienne, et celui qui achète du cuivre aujourd’hui, alors que le cours est au plus bas, est un acheteur heureux. » Et il ne faudra pas s’étonner si les responsables du stock stratégique chinois affichent bientôt un large sourire.

Clémence Denavit RFI 14/3/2014

http://www.rfi.fr/emission/chronique-matieres-premieres/#/emission/20140314-pekin-veut-plus-cuivre-comme-garantie-aupres-banques/?&_suid=139483045950605323301422169591

PIERRE LECONTE: « La chute des prix du cuivre, à la suite de ventes massives chinoises principalement, illustre ce qu’il pourrait se passer sur les autres métaux (comme l’or, l’une des raisons pour laquelle nous n’en achetons actuellement toujours pas) qui ont aussi fait l’objet de montages financiers complexes visant à permettre de développer le “shadow banking” en Chine à partir duquel la bulle immobilière (en cours d’éclatement) dans ce pays a été financée. Les prix du cuivre étant, par ailleurs, indicatifs de la croissance mondiale future, leur plongeon est de mauvaise augure. Se rappeler que, lors du krach des actions en 2008, les prix du cuivre ont chuté avant que ne le fassent les actions US et l’or et que montent fortement les obligations US (l’actif le plus porteur en cas de crise politique internationale et de déflation économico-financière). »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s