Art de la guerre monétaire et économique

Au Danemark, il ne sera bientôt plus possible de régler en espèces les stations services, les cafés et les restaurants/ ‘Le gouvernement grec envisage de taxer les retraits pour tenter de juguler la panique bancaire’

Au Danemark, il ne sera bientôt plus possible de régler en espèces les stations services, les cafés et les restaurants

PAR AUDREY DUPERRON · 07 MAI 2015/ Express.be

16776267405_dcc25d2166_b

Le gouvernement danois vient de présenter une cinquantaine de propositions, parmi lesquelles un projet de loi qui autoriserait certains types de commerces comme les stations service, les cafés, les restaurants et les boutiques de prêt-à-porter à refuser les paiements en argent liquide, et à leur préférer d’autres alternatives, notamment les paiements par carte de crédit. Le ministère danois des Finances espère ainsi simplifier les transactions et favoriser de cette manière la croissance économique, rapporte le site Quartz.

Bjarne Corydon, le ministre des Finances danois, estime que les paiements en espèces constituent une entrave pour les sociétés, parce qu’ils présentent des inconvénients sur les plans financier et administratif. Les entreprises doivent par exemple faire appel à des gardiens de sécurité et des systèmes de surveillance coûteux pour conserver et déplacer cet argent ; en outre, rendre la monnaie prend du temps.

De nombreux secteurs échapperaient à cette mesure, notamment les commerces d’alimentation, les médecins, les dentistes et les hôpitaux. Pour les autres, la mesure pourrait entrer en vigueur au début de l’année 2016. A partir de cette date, les commerces de détail, les restaurants et les stations service pourraient refuser les clients qui ne seraient pas en mesure de les régler grâce à un moyen de paiement électronique.

Le projet du gouvernement danois se fonde sur une étude de McKinsey, qui affirme que la suppression des espèces permet de réduire les coûts des transactions aussi bien que la délinquance. En outre, elle favorise les gains de productivité pour le secteur bancaire, tout en faisant disparaître une grande partie de l’économie souterraine, qui ne peut être ni contrôlée, ni taxée par le gouvernement.

Le recours de plus en plus important des consommateurs aux smartphones et aux autres formes de paiement mobile dans beaucoup de pays devrait progressivement réduire la nécessité des espèces.

En 2014, au Danemark, les transactions commerciales réglées en espèces ont représenté environ un quart du total. En 1990, elles en représentaient encore plus de 80%. L’année dernière, la banque centrale danoise a annoncé qu’elle cessait l’impression de billets de banque et la frappe de nouvelles pièces. De nombreuses banques danoises ne manipulent plus d’argent liquide.

Le Danemark n’est pas le seul pays à évoluer vers la suppression du numéraire, puisque sa voisine la Suède abandonne elle aussi de plus en plus les paiements en espèces. De plus en plus de commerces suédois ne prennent plus que les cartes de crédit, et des agences bancaires ont cessé de détenir de l’argent liquide. 3 des plus grandes banques de la Suède, SEB, Swedbank et Nordea Bank, n’effectuent plus de transactions en espèces au comptoir depuis 2013.

En avril 2013, « cette société sans numéraire » avait obtenu un coup de pouce quand un braqueur de banque avait dû repartir bredouille après son attaque d’une agence de banque au centre de Stockholm, et pour cause… cette banque faisait partie de celles qui ne conservent plus d’espèces en agence.

http://www.express.be/business/fr/economy/au-danemark-il-ne-sera-bientot-plus-possible-de-regler-en-especes-les-stations-services-les-cafes-et-les-restaurants/213251.htm

Rappel 2012: La Suède abandonne peu à peu les paiements en espèces

PAR AUDREY DUPERRON · 20 MARS 2012/Express.be

En 1661, la Suède était le premier pays à introduire les billets de banques. Aujourd’hui, elle est le premier à les supprimer. « Je ne vois pas pourquoi nous devrions continuer à imprimer des billets de banques », a affirmé Bjoern Ulvaeus, un membre de l’ancien groupe de pop Abba qui milite pour un monde sans espèces. Il avait adhéré à cette cause lorsque son fils s’était fait voler pour la troisième fois. Il estime qu’un monde sans pièces ni billets réduira les vols.

La Suède sans espèces est déjà une réalité dans certaines villes, où les bus refusent les espèces, n’acceptant que les paiements par SMS sur un téléphone mobile ou les tickets prépayés. De plus en plus de commerces ne prennent plus que les cartes de crédit, et des agences bancaires ont cessé de détenir des espèces. Même les églises, comme celle l’église Carl Gustav de Karlshamn, dans le sud de la Suède, qui vient d’installer un lecteur de carte de crédit, se mettent aux paiements électroniques.

Les pièces de monnaie et les billets ne représentent que 3% de la masse monétaire totale suédoise, alors qu’ailleurs en Europe, ils équivalent à 9% du total en moyenne, et à 7% aux Etats Unis, selon la Banque des règlements Internationaux.

D’après Friedrich Schneider, un professeur d’économie de l’université Johannes Kepler en Autriche expert en économie souterraine, la prééminence des transactions électroniques explique en partie pourquoi la corruption sévit moins en Suède que dans les pays avec une forte culture des espèces, comme en Grèce ou en Italie.

Toutefois, la disparition des espèces devrait inéluctablement augmenter la cyber-criminalité. Alors qu’on ne recensait que 3.304 délits de cette nature en 2000, il y en a eu 20.000 en 2011.

http://www.express.be/business/fr/economy/la-suede-abandonne-peu-a-peu-les-paiements-en-espces/164392.htm

‘Le gouvernement grec envisage de taxer les retraits pour tenter de juguler la panique bancaire’

PAR MYLÈNE VANDECASTEELE · 07 MAI 2015/Express.be

16789907869_7a34527d4f_m16647547930_19c695e84f_c

Le gouvernement grec envisage de taxer les retraits aux distributeurs automatiques de billets pour empêcher les citoyens grecs de procéder au retrait de leurs dépôts bancaires, et tenter de juguler la panique bancaire qui frappe le pays, rapporte le journal britannique The Independent.

Chaque tranche de 1000 euros prélevée serait soumise à une taxe de 1 euro. Le gouvernement grec espère ainsi collecter 180 millions d’euros, mais il doit d’abord obtenir l’autorisation de la Banque Centrale Européenne pour imposer cette taxation.

Avant les élections du mois de février qui ont permis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Alexis Tsipras, 15 milliards d’euros étaient déjà sortis des banques grecques. Mais depuis, ces sorties de capitaux ont atteint 28 milliards d’euros.

On a rapporté que les citoyens grecs avaient caché leurs économies retirées de la banque sous le plancher de leur maison, ou le carrelage de leur salle de bain.

Pour 2015, la Commission Européenne a ramené ses prévisions de  croissance de 2,5% à seulement 0,5%, ce qui porterait le ratio d’endettement du pays à 180%.

Cette semaine, la Grèce a payé une échéance de 200 millions d’euros d’intérêts au FMI, mais elle doit encore s’acquitter d’une note de 750 millions d’euros en faveur du même créancier pour le 12 mai prochain, et on ne sait pas encore si le gouvernement Tsipras sera en mesure de trouver les fonds nécessaires à ce paiement.

Selon le journal français le Figaro, un projet de taxation des 500 familles Grecques les plus fortunées figure dans la dernière liste de réformes soumises par les négociateurs grecs à l’Eurogroupe.

Les taxes assises sur les salaires supérieurs à 30.000 euros annuels seraient également relevées et de nouvelles taxes seraient instituées sur les articles de luxe, ainsi que sur les croisières de luxe à destination des iles grecques.

D’après le quotidien allemand Bild, les autorités grecques pourraient également obliger les citoyens grecs à utiliser leur carte de crédit pour régler toutes les transactions de montants supérieurs à 70 euros afin d’éviter les fraudes.

http://www.express.be/business/fr/economy/le-gouvernement-grec-envisage-de-taxer-les-retraits-pour-tenter-de-juguler-la-panique-bancaire/213266.htm

4 réponses »

  1. La suppression ou l’interdiction du CASH et des espèces, c’est le système le plus abouti de la mise en esclavage des populations sous prétexte de la lutte contre la fraude.

    Cette démarche danoise, parions qu’elle symbolise le coup d’envoi d’un monde Orwellien, orchestré conjointement par les pouvoirs politiques et les lobbies bancaires européens. Le monde de demain s’annonce décidément cauchemardesque … et les populations de plus en plus zombies baisseront la tête, une fois de plus.

    • C’est effectivement notre proche avenir… manque plus que le pucage pour tous au nom du progrès!

Laisser un commentaire