Douce France

Douce France : Transcendance, spiritualité et écologie selon Macron, candidat du mondialisme !

Transcendance, spiritualité et écologie selon Macron, candidat du mondialisme

Macron transcendance spiritualité écologie candidat mondialisme

Les discours d’Emmanuel Macron touche parfois à l’indicible. Il n’est par rare qu’il atteigne les profondeurs d’un Jean-Claude Van Damme, roi du mystico-gazeux – des plaisantins ont même fabriqué un quizz d’attribution des meilleures perles

Mais Macron fait pire, doublement pire, car non seulement il prétend s’installer à l’Elysée, mais il ne recule devant aucune outrance. Il ne « renie pas sa dimension christique », disait-il en février. On s’est beaucoup moqué de Macron l’allumé. Sa vision de la transcendance est pourtant plus « mainstream » qu’il n’y paraît : elle correspond parfaitement au panthéisme promu au nom de l’écologie et de la défense de « la planète ». Cette spiritualité globale que le mondialisme promeut discrètement mais sûrement.

C’est pourquoi sa vision mérite d’être prise au sérieux, analysée, dénoncée.
 
Ne nous laissons pas prendre au jeu intellectuel de Macron, pour séduisant qu’il soit parfois. On l’a vu, interrogé par un représentant du World Wildlife Fund (WWF), foncer tête baissée dans les poncifs environnementalistes focalisés sur « la disparition des espèces » et la surconsommation planétaire (chaque année, « 1,6 » fois ce que la Terre peut offrir) : c’était très exactement le thème du récent colloque de l’Académie pontificale des sciences où étaient conviés de nombreux partisans de la réduction de la population humaine. Car ce discours, que Macron le sache ou non, est celui qui sert à justifier l’idée de la réduction de la population mondiale – c’est un discours anti-humain.

La spiritualité de Macron s’appuie sur la défense de la Maison commune

 
« On ne peut pas aujourd’hui vivre, produire, consommer, innover, sans avoir ce type de réalité en tête » : pour Emmanuel Macron, il s’agit de partir de l’idée que l’histoire de la planète est bien plus ancienne que celle de l’humanité et que c’est elle, « l’histoire », qui a « créé la matière, les espèces, etc ». « Notre commun, ce sur quoi nous sommes aujourd’hui, ce qui nous fait, c’est cette planète »… Notez bien ces mots.
 
« Etre écologiste aujourd’hui, c’est se préoccuper de l’humanité et de l’humanité sous toutes ses composantes, donc le monde dans lequel nous sommes, ce qui nous fait », explique le candidat. Sans prôner la « décroissance », Macron veut une « croissance choisie » qui tienne compte d’un des problèmes qu’il juge lié à la situation actuelle : « l’inégalité » – « les inégalités spatiales, géographiques, climatiques, potentiellement mortelles ». Il veut donc, par l’investissement, aller de la « transition énergétique » à la « transition du modèle de croissance ».
 
La définition que donne Macron de l’écologie d’aujourd’hui, c’est donc celle-ci, parfaitement synthétisée : l’homme fait corps avec le monde créé, il en est le produit. Un produit… parmi d’autres.
 
L’accord de Paris de la COP21 a toutes ses faveurs, et surtout la Chine – « qui, je trouve, est en train d’entrer dans la conscience écologique et environnementale », a-t-il dit. La Chine (communiste) trouve cela aussi. Et le Forum économique mondial. Et l’ONU. Si Macron est le chouchou des mondialistes pour l’élection présidentielle à venir, la Chine est l’indépassable préférée entre tous.
 

Macron : de la transcendance au combat écologique

 
Macron a bien appris sa leçon : il veut avancer, « COP après COP, vers des mesures contraignantes » pour le climat. Il est aussi partisan de la transition énergétique : moins de nucléaire dans le mix énergétique.
 
Emmanuel Macron souhaite également aller vers la socialisation des biens, ce qu’il appelle la « multi-modalité ». « C’est en particulier le développement des usages : ce en quoi je crois beaucoup, c’est qu’on va sortir du “une personne, un foyer, un véhicule”, et qu’on va aller de plus en plus vers l’usage. Et c’est là où cette nouvelle écologie est en même temps une source de nouvelle économie –par le covoiturage, permis par l’utilisation collaborative des données, par les capacités que vont avoir les villes à développer les Smart City… On va avoir de plus en plus de l’usage de mobilité et de moins en moins de la possession d’instruments de mobilité ». Un monde sans possessions ? Vieux rêve. Nouvelle utopie, aussi : une parlementaire danoise en voit clairement les contours.
 
Macron ne va pas jusqu’à exprimer cela. Mais il est parfaitement dans les clous du politiquement correct, avec sa spiritualité qui nie l’ordre du créé. A côté de l’égalité homme femme et de la diversité, à côté de l’écologie, il voit comme « grande question transversale » la « transition numérique », qui selon lui est en train de tout changer, y compris « la pensée ». Pas faux. Mais est-ce désirable ?
 

Le candidat d’un monde qui fait l’homme est celui du mondialisme

 
Interrogé, à la fin de cet entretien dans le cadre du WWF, sur un proverbe indien, Macron cite – et semble avoir lu – « le très beau livre » L’Enracinement de Simone Weil, « qui évoque les droits et devoirs dans lesquels l’homme doit s’inscrire : elle le fait sur le plan moral, mais l’écologie relève de cela ». « On a oublié cela, j’ai vécu cela dans ma vie d’avant. On pense parfois qu’on est des parfaits nomades… Mais à la fin on revient quelque part… Il y a des arbres à côté de nous, il y a des rivières, il y a des poissons… Il y a des frères et des sœurs. Et c’est ce commun, notre trésor. Si on pense pouvoir être heureux, on oublie les devoirs de l’enraciné. Mais c’est une folie ». Et, ajoute-t-il, le combat écologique est « la condition pour que chacun et chacune ait sa place, dans notre humanité au sens large telle que nous l’avons évoquée, dans le monde qui advient ».
 
Ces accents de prophète et de prêcheur peuvent avoir quelque chose de séduisant pour ceux qui estiment importante la dimension spirituelle de l’homme. Mais il ne faut pas s’y tromper. La clé, c’est cette planète qui « fait », mot qui revient chez Macron. On comprend bien que chez lui, l’humanité dépasse la somme des êtres humains. Est-ce à cela qu’il fait référence en parlant « des frères et sœurs » ? C’est la louange du « commun », où l’on trouve les accents de la « conscience écologique », du « péché écologique », comme en parle le pape François.
 
Et dans ce discours, chaque concept compte. Il en est qui reviennent comme des leitmotive : ce monde qui « nous fait », « ce commun », « l’humanité au sens large ». Il ne s’agit pas de préserver ce qui est, pas seulement : Macron attend « le monde qui advient ». Terme religieux…
 

« Je fais le lien entre la transcendance et l’immanence »

 
Tout cela est à mettre en regard, car les discours s’éclairent l’un l’autre, des confidences d’Emmanuel Macron sur le « sacré ». Lorsqu’il répond au JDD que « la politique, c’est mystique », ce n’est pas une figure de style. « La politique… c’est une magie. Il faut définir le cœur de ce qu’on veut porter » dit Macron. Le journaliste ne semble pas comprendre, mais c’est infiniment révélateur.
 
Macron poursuit : « Comment se construit le pouvoir charismatique ? C’est un mélange de choses sensibles et de choses intellectuelles. J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité. Je ne crois pas à la transcendance éthérée »… Il finit sa démonstration sur cette phrase, qui ne doit certainement rien au hasard : « Je ne sépare pas Dieu du reste. Je fais le lien entre la transcendance et l’immanence ».
 
Cette spiritualité globale, globaliste, est celle qui vénère la Terre-Mère, celle qui veut modifier la vie de chacun. N’oublions jamais que les accords de la COP 21 ont été signés à New York lors de la « journée internationale de la Terre-Mère » de l’ONU, le 22 avril dernier. Le discours d’Emmanuel Macron, ses convictions aussi, sans doute, s’inscrivent parfaitement dans cet objectif quasi religieux, qui veut ôter Dieu du ciel pour mieux vénérer la nature.
 
Et sans doute est-il par là précisément et davantage le candidat du mondialisme qu’à travers ses choix économiques ou politiques. Sans quoi, un tel allumé, on vous l’aurait éjecté fissa !

http://reinformation.tv/macron-transcendance-spiritualite-ecologie-candidat-mondialisme-smits-67572-2/

Le rêve (communiste) éveillé d’Ida Auken, parlementaire danoise, sur l’avenir connecté

Avenir connecté rêve communiste Ida Auken parlementaire danoise

« Bienvenue en 2030. Bienvenue dans ma ville – ou devrais-je dire, « notre ville ». Je ne possède rien. Je ne possède pas de voiture. Je ne possède pas de maison. Je ne possède aucun appareil électroménager, ni vêtement. » Voilà le rêve éveillé d’une parlementaire danoise, Ida Auken. Un rêve communiste, puisqu’elle vante les mérites d’une société sans propriété privée. Un rêve futuriste, aussi, où tout est « connecté », où il n’y a pas non plus de vie privée. « Bienvenue… la vie n’a jamais été meilleure. »
 
Cette projection dans le futur est tout sauf une mise en garde devant l’invasion de la technique de la surveillance. Ida Auken semble sincèrement convaincue d’avoir découvert des lendemains qui chantent. Mme Auken n’est pas non plus une hurluberlue quelconque : elle a été ministre de l’environnement du Danemark de 2011 à 2014, et elle a tenu de multiples postes politiques, jouant « un rôle essentiel dans le façonnement de la politique environnementale danoise ». Tel est l’avis du site du Forum économique mondial – le World Economic Forum de Davos – qui a jugé bon de publier cette tribune.

En finir avec la possession : le rêve communiste relayé par le Forum économique mondial

On y apprend qu’Ida Auken, socialiste, est par ailleurs diplômée de théologie de l’université de Copenhague, où elle a siégé dans le comité directeur du département de la théologie ; elle fait en outre partie des réseaux féministes de Madeleine Albright.
 
Son rêve éveillé part de l’idée que tout ce que nous considérons aujourd’hui comme produit deviendra demain service : qu’il s’agisse des transports, du logement, de la nourriture ou de toute autre chose dont on peut avoir besoin dans la vie quotidienne. « Une par une, toutes ces choses sont devenues gratuites, alors au bout du compte cela n’avait plus beaucoup de sens de posséder beaucoup », écrit Ida Auken.
 
Un monde de Schtroumpfs, en somme, où tout serait à la disposition de la communauté, depuis la communication digitale jusqu’aux voitures sans chauffeur ou volantes fonctionnant à l’énergie verte quasi gratuite et vous menant au pas de votre ( ?) porte en quelques minutes. Adieu les embouteillages ! « Aujourd’hui je peine à croire que nous avons pu accepter les routes surchargées et les bouchons, sans même parler de la pollution produite par les moteurs à combustion. A quoi pensions-nous ? »
 
« Dans notre ville on ne paie pas de loyer, car quelqu’un d’autre utilise notre espace libre lorsque nous n’en avons pas besoin. Mon salon sert à des rencontres d’affaires lorsque je ne suis pas là », imagine l’ancien ministre. « Une fois ou l’autre, je vais choisir de faire ma propre cuisine. C’est facile : l’équipement nécessaire m’est livré en quelques minutes. Depuis que le transport est devenu gratuit, nous avons cessé d’avoir tous ces engins entassés dans notre domicile… » Le reste du temps, c’est donc la restauration commune à volonté. La fin du foyer, en somme.
 

Ida Auken, parlementaire danoise, prête à renoncer à toute vie privée

 
La Mme Auken de 2030 ne fait guère de lèche-vitrine. Elle se contente de choisir ce qu’elle va provisoirement utiliser. « Parfois je trouve que c’est amusant, et parfois je laisse simplement faire l’algorithme. Il connaît mes goûts mieux que moi aujourd’hui. »
 
Tout cela, c’est le bénéfice de l’intelligence artificielle et des robots : Ida Auken leur est reconnaissante de lui donner le temps de bien manger, de bien dormir, et de passer du temps avec les autres. « Le concept de l’heure de pointe n’a plus de sens, puisque le travail que nous faisons peut être fait à n’importe quel moment. Je ne sais pas vraiment si je peux encore appeler cela du travail. C’est plus un temps pour penser, un temps pour créer, un temps pour développer. »
 
N’y a-t-il pas d’ombre à ce tableau ? Du point de vue d’Ida Auken, si : « Ma principale préoccupation concerne les gens qui ne vivent pas dans notre ville. Ceux que nous avons perdus en route. Ceux qui ont décidé que tout cela, toute cette technologie était de trop. Ceux qui se sont sentis obsolètes et inutiles lorsque les robots et l’intelligence artificielle ont pris la plus grande partie de nos métiers. Ceux qui ont été chagriné par le système politique et qui se sont retournés contre lui. Ils vivent des vies différentes, en dehors de la ville. Certains ont formé des petites communautés autarciques. D’autres sont simplement restés dans les maisons vides et abandonnées des petits villages du XIXe siècle. » Les parias…
 

L’avenir connecté laissera au bord de la route les parias récalcitrants

 
Ida Auken conclut : « De temps en temps, je suis irritée par le fait que je n’ai pas vraiment de vie privée. Il n’y a pas d’endroit où je puisse aller sans être traquée. Je sais que quelque part, tout ce que je fais, pense ou rêve est enregistré. J’espère simplement que personne n’utilisera cela contre moi. Tout bien considéré, c’est une bonne vie. Bien meilleure que le chemin que nous avions pris et sur lequel il était clairement impossible de continuer avec le même modèle de croissance. Il nous arrivait toutes ces choses affreuses : des maladies liées au style de vie, le changement climatique, la crise des migrants, la dégradation environnementale, des villes totalement saturées, la pollution de l’eau, la pollution de l’air, les troubles sociaux et le chômage. Nous avons perdu bien trop de gens avant de nous rendre compte qu’il était possible de faire les choses autrement. »
 
Il ne s’agit pas, vous aurez compris, de l’idéal chrétien monacal, réservé au demeurant à ceux qui se consacrent au plus grand bien, à Dieu, en quittant le siècle. C’est un Meilleur des mondes où l’homme aura changé de mode de fonctionnement. Un « meilleur des mondes » auquel croit Ida AUken, et que les grands de ce monde sont prêts à imaginer avec cette contributrice régulière du site du Forum économique mondial.

http://reinformation.tv/avenir-connecte-reve-communiste-ida-auken-parlementaire-danoise-dolhein-62145-2/

EN BANDE SON :

8 réponses »

  1. De toutez évidence Macron semble complètement « Givré »,
    il se croit investi d’une « Mission divine » , il croit qu’il est « l’instrument » d’un changement global voulu par « un dieu »,
    « dieu » fictif qu’en réalité l’on n’a jamais vu ,
    et qui n’est rien d’autre qu’une invention psychologique, Macron fait piètre figure vis à vis des 3,2 Milliards d’années d’évolution des espèces animales , mêmes certains félins sont plus respectables que le délirant Macron qui ferait bien de consulter un psy au lieu de se prendre pour le Messie… Et c’est pour ce guignol psychotique qui se croit l’envoyé de Dieu , que les citoyens vont voter ???
    MACRON : ATTENTION DANGER,
    demain il pourrait tout aussi bien appuyer sur le bouton de l’arme nucléaire,
    sous prétexte que c’est pour servir « le Grand Dessin » de Dieu.

    il est clair que Macron a un problème d’ordre psychologique e
    t qu’on ne peut absolument pas lui laisser prendre les rennes du pouvoir.

    J'aime

  2. Absolument passionnant. Deux remarques seulement, complètement ponctuelles.

    Comme beaucoup d’autres (peut-être nous tous, aujourd’hui / ou est-ce notre essence ? a priori fort adaptée au milieu naturel, mais en inter-relation constante et vitale,donc temporaire…), Macron est aussi complètement schizophrénique.
    Et s’il peut atteindre d’ici peu les manettes du pouvoir… Songerie (pas d’une nuit d’été).

    Et pour commencer, entre ce qu’il se raconte et raconte, il participe très concrètement à la destruction de ce qu’il dit chérir. J’ai toujours pour exemple les mines en Bretagne pour extraire des métaux communs ou rares, dont il a facilité les permis sous Hollande (lui, et son ex…).
    Des robots, des interdits de toutes sortes, des mises sous conditions, tutelle ? ensuite pour la qualité de l’eau et son accès qui n’auront surtout rien de naturel et rien de fertile ?

    En contrepoint : les déserteurs pour lesquels on aimerait que les anciennes ministres danoises (à l’évidence zombie) ne se préoccupent pas. (Mais comme elle doit s’ennuyer terriblement et reste humaine, encore un peu,celle dont il est question ici).

    Merci le Lupus. On archive !

    J'aime

  3. Election présidentielle : il y aura 11 candidats :

    – Le club des cinq :

    Le club des cinq regroupe les cinq candidats les plus importants. Les cinq seront invités à débattre sur TF1 lundi 20 mars.
    1- François Fillon
    2- Benoît Hamon
    3- Marine Le Pen
    4- Emmanuel Macron
    5- Jean-Luc Mélenchon

    Le club des cinq est ici :

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2017/03/13/candidatspresidentielleafpjoelsaget-2946763.png?itok=y9b_AGc_

    – Les six outsiders :

    Les six outsiders ne seront pas invités à débattre sur TF1 lundi soir.
    6- La candidate de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud 
    7- Le candidat de l’Union Populaire Républicaine François Asselineau 
    8- Le candidat de Solidarité et Progrès Jacques Cheminade
    9- Le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan 
    10- Le candidat non-inscrit Jean Lassalle 
    11- Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Philippe Poutou 

    Arthaud, Dupont-Aignan, Asselineau … qui sont les six outsiders de la présidentielle ?

    https://www.lesechos.fr/elections/presidentielle-2017/0211874927408-arthaud-dupont-aignan-asselineau-qui-sont-les-six-outsiders-de-la-presidentielle-2073365.php

    J'aime

  4. Cette mise en perspective me poursuit depuis hier soir elle est remarquable et salement angoissante parcequ’elle met en évidence le coeur du projet des « fréres de l’ombre »:
    Eradiquer l’humain.
    Pojet socialo,transhumaniste,ecolo au final qui rejoint celui des Nazis:même panthéisme ..même vision pseudomystique qui mais qui a produit la création des camps et l’eradication d’une partie du peuple Juif .
    George Steiner,Gunther Anders le disent:cette expérience est inarrétable.le Camp est devenu le monde et il a stucturé en secret tout ce qui est venu aprés lui.
    Nous ne sommes pas sortis du Camp… »ils « veulent faire des humains de cette planéte les cobayes d’une expérience biopolitique totale,le Camp que l’on nous prépare est un Camp d’extermination culturelle qui produit un réseau globalitaire de l’anéantissement des singularités.
    Ce birkenau de la pensée aime à apparaitre sous les allures festives d’un vaste club médittéranée.
    Les GO sont plutot sympa,souriants propres sur eux,c’est comme a la télé…
    Nous y sommes…Macron en est la parfaite illustration.
    Du fake à perte de vue
    Au nom du bien commun.
    Aujourd ‘hui cela signifie que dans ce monde tout le monde,,à tout moment,pour n’importe quel motif,peut -être rayé de la carte
    Chaque ville est une cible potentielle.
    Quelle belle invention que le terrorisme.
    Attendons -nous au pire nous ne serons pas déçus.

    .

    J'aime

    • Le soir, en continuant de s’informer sur les politiques concrètes en route dans l’hexagone et partout, (pour lutter contre gazpar ou Linky, dans son coin de bourgade), on trouve ça : http://www.thinksmartgrids.fr/la-vocation/ en frémissant.
      Data = puits de valeurs. Faut qu’on me dise lesquelles.
      La prière pour se réchauffer. Un peu du Lupus (du poil, non ?)

      J'aime

  5. pourquoi le debat télé prend macron plutot que poutou qui lui a fait plus de voix que macron qui n’en a jamais fait aucune ou est la démocratie ? et on ne parle même pas d’asselineau!!!!! ce costard téléguidé est un vrai danger vrai rastignac et faux démocrate,vrai gigolo et faux homme de gauche a éliminer d’entrée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s