Art de la guerre monétaire et économique

le Billet du LUPUS : Kill your Idols !

Kill your Idols !

Une fois n’est pas coutume je vais vous parler de moi…Mais n’est ce  pas le principe même d’un Blog me direz-vous, toujours à triple entrée : parler des autres pour ne pas parler de soi, parler de soi pour ne pas parler des autres et se mettre en scène pour se comprendre soi-même…., l’œil du lecteur à l’image d’une caméra faisant le reste en termes d’imaginaire…

Mais venons en fait du jour, en publiant le texte de Ben Garisson sur Paul McCartney que beaucoup au demeurant jugeront peut être anecdotique et banal au regard des préoccupations philosophico-politico-économiques qui nous animent habituellement …Bien peu se douteront cependant de la catharsis au sens  aristotélicien du terme que cela  à suscité chez moi sur le plan symbolique….En effet fan des Beatles dès mon plus jeune âge j’ai toujours adoré le Paul McCartney le mélodiste génial et musicien hors pair,  et détesté le Paul McCartney le parolier à la niaiserie souvent insupportable et je puis affirmer sans trop me tromper que ce fut là une des raisons de la séparation des Fab Four,  son comparse Lennon ne supportant plus la bien pensance annoncé avant l’heure de Sir PAUL….

Comment un type qui après avoir produit en 1967 Sergeant Pepper l’album phare et révolutionnaire de la Rock Music, peut épouser la cause végétarienne en 1969 et intenter un procès dans la foulée pour de sombres affaires financières aux trois autres Beatles….Certains ont même cru que le sieur Paul était mort en 1968 et qu’il avait été remplacé par un sosie…à l’égo surdimensionné et devenu âpre au gain… On tenait là une sorte de Cohn Bendit made in 68 devenu Pompidou en 69…

 Au-delà de l’anecdote Paul McCartney est représentatif d’une période qui à vu la prise de pouvoir en 68 par une génération  qui ne l’a plus lâché depuis, imposant au fil des ans une sorte de carcan moral, économique  et intellectuel qui frise aujourd’hui le totalitarisme et que nous appelons ici mondialisme…  Il est donc temps que de vrais contre feux et contre cultures soient allumés à l’aube  d’une nouvelle génération, c’est dailleurs la vocation première de ce Blog et le souhait plus sincère de votre hôte ici présent…après 9 ans d’activisme ré-Evolutionnaire….

LE LUPUS

NOTE : Toutes proportions gardées Paul McCartney c’est un peu le Soros du mouvement Végan d’aujourd’hui et par extension celui de l’antispécisme…On part donc comme à chaque fois dans la revendication minoritaire instrumentalisée par la gauche de type Habermas,  d’une base non violente pour ensuite arriver à  une justification de la violence à des fins politiques…Ce n’est pas pour rien si beaucoup de militants vegans font des passerelles entre antiracisme et féminisme pour tenter des synergies offensives…..C’est ce que l’on nomme le Marxisme culturel !

OK++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON
Image d’aperçu

20 réponses »

    • Belle performance car vous n’êtes pas très nombreux dans ce cas là, votre fidélité méritante vaut bien tous mes remerciements ! Car l’économie et la finance n’ayant plus grand chose à nous dire à part nous causer de ses algorithmes, de ses pseudo-peurs de krach légitime et d’un euro qui fait de la résistance, j’ai du diversifier mes activités et revenir à mes basiques (instincts) : la philo, la politique et l’économie politique sur fond bien sur de sexe, de drogue et de rock and roll…Lupus oblige !

      Pour ce qui est de la longue vie-longue vue je vous promet de faire tout mon possible, sachant que comme dirait Nietzsche ce qui ne vous tue pas vous renforce ! Santé !

      J'aime

  1. Je pense que vous me devancez en grisonnement, Le Lupus, et vos choix musicaux signent un observateur des soixante-huitards averti, de les bien connaître en très jeune frère..
    Peut-être serez-vous plus disert pour ceux qui ne vous situent pas complètement.
    Avec McCartney, on peut voir le hideux miroir que peut renvoyer à la grâce le succès, chez certains. Quelques autres scénarios sont possibles, aussi peu reluisants ou admirables, toutefois fort peu nombreux dans ce domaine si étroit qu’est l’art, – majeur, mineur indifféremment.
    C’est une pitié, notre vieux Paul.
    Et le miroir, toujours lui, peut nous indiquer ce qu’il nous faut éviter à tout prix (sans pour autant demander l’euthanasie organisée).
    La triple entrée du blog est inestimable.

    Un point à ajouter si ce n’est pas le cas de cette page : l’entrée rire, la glisse sans bride.
    Bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

    • « Avec McCartney, on peut voir le hideux miroir que peut renvoyer à la grâce le succès, chez certains. »

      Paul McCartney c’est un peu notre Dorian Grey à nous : Une belle gueule, une tète vide mais une si belle âme qui noirci hélas avec le temps jusqu’à qu’il en porte les stigmates sur son doux visage…

      J'aime

    • « Je pense que vous me devancez en grisonnement, Le Lupus, et vos choix musicaux signent un observateur des soixante-huitards averti, de les bien connaître en très jeune frère..
      Peut-être serez-vous plus disert pour ceux qui ne vous situent pas complètement. »

      Vous ne croyez pas si bien dire…Sur fond de Blackboard Jungle (Graine de violence) et de Jailhouse Rock ( Rock du Bagne) -là ou d’autres allant voir les pédophilies de Disney- j’ai effectivement vécu 68 de l’intérieur, autant dire que Johnny et ses Sex Pistols furent pour moi une formidable libération, parenthèse enchantée qui se referma avec les années de plomb Mitterrandiennes et l’avènement du Maoïsme en France…révolution culturelle oblige !

      J'aime

        • Oui et c’est une question de fond , essentielle du moins pour moi…Le marxisme culturel est castrateur, pour parler direct c’est bon pour les frustrés de la bite et les peines à jouir…C’est la revanche des bas du casque sur les illuminés, les insensés, les vrais… Pulsion de mort contre pulsion de vie…Il ny qu’à voir le torchon, pire le torche cul que sont devenues les Inrocks aujourdhui après avoir été au début des années 80 des fervents défenseurs du rock alternatif et indépendant…Aujourd’hui journal subventionné de gooooooooooooooche et qui finira comme Télérama dans un musée de la ringardise !!!

          Le rock est devenu institutionnel comme le cinéma, comme la littérature  et comme tout l’art en général….depuis 25 ans tout est figé dans le temps et ce ne sont que des revivals, des remakes du passé avec des gens qui pensent tous la mème chose c’est à dire rien ou pas grand chose entre 2 briquets bisounours et 3 chandelles commémoratives …Les prèches de Bono n’égalant en connerie que celles de Sting qui aurait mieux fait de rempiler dans la Police

          Bref vous l’avez compris ce n’est plus là que cela se passe, les vrais Rock stars d’aujourd’hui c’est Trump et Poutine, toujours prêts à saccager les hôtels du conformisme et de la bien pensance…face à des théseux genre Macron qui sentent la poussière et la naphtaline…respirant bon les énormités D’Edgard Morin

          Il est par exemple très symptomatique que ce soit aujourd’hui des musiciens comme Morrissey(exSmiths) ou john lyndon (sexpistols)qui défendent Trump…alors qu’il étaient à l’époque  années 80 fermement opposés à Margareth Thatcher…L’un à cause de son homosexualité et l’autre parce qu’il était réellement antiétablishement …On a bien là une inversion des valeurs  et ce n’est pas le fait du vieillissement des musiciens cités  mais  du à l’emprise aujourd’hui total du Marxisme culturel sur l’Art en général….Je pense que John Lennon face au McCartney d’aujourd’hui serait 2 fois plus virulent qu’en 1971 et ce n’est pas pour rien que Yoko Ono la veuve Lennon a ressorti de derrière les fagots la vidéo qui suit : 

          Cela étant dit j’attends avec impatience la naissance d’une nouvelle contre culture, de celle qui décape les esprits et les corps en libérant une bonne odeur de sueur et de foutre ,  qui en aura rien à faire de la parité et de la diversité, c’est ce que j’espère voir de mon vivant et ce que  j’essaye d’initier un peu ici avec les moyens du bord mais avec enthousiasme et j’espère un peu de créativité….

          J'aime

    • « Un point à ajouter si ce n’est pas le cas de cette page : l’entrée rire, la glisse sans bride. »

      Oui mais cela peut le devenir même si cela reste un peu tiré par les Dents :

      Le vrai nom de Paul McCartney c’est Paul Mal Carné c’est ce qui explique sa forte aversion pour la viande !

      J'aime

      • « Le rock est devenu institutionnel comme le cinéma, comme la littérature et comme tout l’art en général….depuis 25 ans tout est figé dans le temps et ce ne sont que des revivals, des remakes du passé avec des gens qui pensent tous la mème chose c’est à dire rien ou pas grand chose entre 2 briquets bisounours et 3 chandelles commémoratives …Les prèches de Bono n’égalant en connerie que celles de Sting qui aurait mieux fait de rempiler dans la Police »
        Exact tout est figé A l’Ouest rien de nouveau: je dirais enterré mit sous le boisseau empêché arrété!..
        La censure économique règne dans les maisons de productions de films,dans les maisons d’éditions Françaises.(actionnaires les marchands d’armes Lagardére and co)
        Saint germain des prés est devenu Le Triangle des Bermudes, elles ne publient que du « conforme »
        ou du pseudo rebelle..qui sent bon la mort (voir l’avant dernier Goncourt)!l’histoire édifiante d ‘une baby sitter qui tue les enfants qu’elle garde……une écrivainement, de la diversité comme il se doit.
        Le cinéma est devenu » Sunset Boulevard »Quelques grand groupes tiennent les moyens de production et de distribution,.le cauchemar de Fellini c’est réalisé: la télé produit le cinéma et nivelle au plus bas.
        Mais les forces vivantes sont la et un jour cela leur explora a la gueule.Ces forces pour le moment « underground » émergent petit a petit irriguent et trouble l’ordre mortifère du camp de concentration monétaire dans lequel nous sommes parqués,et ou, du haut de leur grandes tours- mirador les gardes « rouges » veillent a la néantisation des esprits.
        Internet permet aux forces vives et vivantes de produire de créer d’être publié.. ironie du sort ils ont crée le contre poison et le média qui sera leur guillotine!
        « Cela étant dit j’attends avec impatience la naissance d’une nouvelle contre culture, de celle qui décape les esprits et les corps en libérant une bonne odeur de sueur et de foutre , qui en aura rien à faire de la parité et de la diversité, c’est ce que j’espère voir de mon vivant et ce que j’essaye d’initier un peu ici avec les moyens du bord mais avec enthousiasme et j’espère un peu de créativité »

        Yes! On le verra!!!
        . .


        https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

        J'aime

    • Un peu de surf matinal, réEvolution oblige :

      Toutes proportions gardées Paul McCartney c’est un peu le Soros du mouvement Végan d’aujourd’hui et par extension celui de l’antispécisme…On part donc comme à chaque fois dans la revendication minoritaire instrumentalisée par la gauche type Habermas, d’une base non violente pour ensuite arriver à une justification de la violence à des fins politiques…Ce n’est pas pour rien si beaucoup de militants vegans font des passerelles entre antiracisme et féminisme pour tenter des synergies offensives….C’est ce que l’on nomme le Marxisme culturel !

      J'aime

    • « ré-Evolutionnaire…Trés belle formule qui définit excellemment le Blog a Lupus! »

      Une sorte de croisement à la génétique improbable entre le libertarien Ron Paul et le groupe de rock Pearl Jam

      J'aime

    • Votre idée de surf me plait bien alors j’en remet une petite vague et ouvre une piste de réflexion réévolutionante….

      Le problème des végétalo-antispécistes c’est qu’ils partent tous avec des idées rousseauistes à la con plein la tronche : l’homme est naturellement bon et c’est la société qui le perverti…. Amen ! A ces fadaises le livre de William Burroughs les Garçons sauvages-le livre des Morts est une bonne thérapie !

      Je pars quant à moi de l’idée que l’homme n’est ni bon ni mauvais mais qu’il est naturellement sauvage ! et que ce n’est que par apprentissage qu’il s’éloigne de la Bête pour devenir Homme à la fois bon et mauvais ! Born to be wild

      Qu’en conclure et bien tout simplement comme la souligné si bien Pascal que : qui veut faire l’Ange fait souvent la Bête….Dans le cas présent enlevez la viande animale à l’homme et vous verrez très rapidement le retour à un cannibalisme originel ! Que l’on soit pour ou contre importe peu c’est exactement le même genre de transfert psychologique qui s’opère avec la corrida et la chasse…C’est pourquoi tout gouvernement responsable devrait avoir cela en tète et protéger ses citoyens des minorités abusives qui vont à l’encontre des lois naturelles…Manger de la viande à des vertus civilisationnelles et cathartiques…et aide pour le coup au mieux vivre ensemble en évitant de mourir sous les crocs acérés de son voisin. Derrida sort de ce corps, vade retro Satanas !

      Mais j’y pense tout d’un coup peut être s’agit il de nous faire au bout du compte un remake de Soleil vert en réalité augmentée

      J'aime

    • « Mais comme nous avons la chair ferme et l’Esprit bien nourrit ils ne pourront pas nous rattraper la ou nous sommes!!!!!! »

      Ils pourraient même tomber sur un os de sans dent et s’en casser une…Denxit oblige !

      J'aime

    • L’Odyssée et l’esprit européen

      L’esprit européen se définirait par la capacité de trancher dans le vif d’une situation. Les Grecs nommaient kairos l’art de saisir une occasion, au bon moment, et de prendre une décision limpide et aussumée. L’Histoire retiendra l’épisode où les habitants de Gordes soumettent un nœud à Alexandre le Grand. Le roi macédonien dégaine son glaive et, sans barguigner, coupe la pelote, donnant là la plus marquante illustration de sa capacité de discernement.

      En plus de cet art de couper court aux poisons de l’hésitation, une autre vertu s’inscrit dans l’esprit européen. Elle est incarnée par Ulysse et pourrait se nommer: la soif d’apprendre. Ulysse n’est pas seulement un meneur d’équipage, un orateur endurant, l’amant des magiciennes ou le mari fidèle. Il est l’explorateur qui ne peut jamais s’empêcher de s’enfoncer vers le mystère.»

      — Sylvain Tesson, Un été avec Homère

      J'aime

  2. Retrouvons le Soleil d’Alexandre :
    DH Laurence:
    « Ne nous figurons pas que nous voyons le Soleil comme le voyaient les civilisations anciennes. Nous ne voyons qu’un petit luminaire scientifique, réduit à un ballon de gaz enflammé. Dans les siècles précédant Ézéchiel et Jean, le Soleil était encore une réalité magnifique. Les hommes en tiraient force et splendeur, et lui rendaient hommage, lustre et remerciements. À l’époque de Jésus, les hommes ont fait du ciel une machine de destin et de fatalité, une prison. Les chrétiens s’évadaient de cette prison en reniant radicalement le corps. Mais hélas, quelles petites évasions, ces évasions par reniement ! — ce sont les plus fatales des évasions. La chrétienté et notre civilisation idéaliste n’ont été qu’une longue évasion, cause de stagnation infinie et de misère — la misère que les gens connaissent aujourd’hui, qui ne vient pas d’un manque physique, mais d’une façon plus mortifère, d’un manque de désir vital. Mieux vaut manquer de pain que manquer de vie — grande évasion dont le seul fruit est la machine ! »
    « Et certaines des grandes images de l’Apocalypse remuent en nous d’étranges profondeurs, nous procurent une étrange et sauvage vibration pour la liberté, la vraie liberté : fuite vers quelque chose et non fuite vers nulle part. Fuir la petite cage exiguë de notre univers, exiguë car elle n’est qu’une extension à sens unique, une suite morne sans aucune signification ; la fuite vers le Cosmos vital, vers un Soleil à la vie grande et sauvage, qui abaisse ses regards pour nous raffermir, ou bien, foudroyant, merveilleux, passe son chemin. Qui dit que le Soleil ne peut pas me parler ! Le Soleil a une vaste conscience flamboyante, moi j’en ai une petite. Quand j’arrive à me débarrasser de mon fatras d’idées et de sentiments personnels, et à descendre jusqu’à mon être solaire dépouillé (6), alors le Soleil et moi pouvons nous entretenir sur l’heure, échange flamboyant, il me donne vie, Soleil de vie, et je lui envoie un peu d’une vivacité nouvelle venue d’un monde au sang vif — le grand Soleil (…) aime le sang rouge et vif de la vie, et peut l’enrichir à l’infini si nous savons comment le recevoir.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

  3. On est servi aujourd’hui.
    Le Kairos – sous le soleil – prend son temps et s’accélère parfois, comme un précipité.
    Plus-que-parfait.

    J'aime

    • Le kairos concept clef d’Aristote prouve l’incroyable supériorité de la pensée gréco-latine sur la pensée anglo saxone qui ne sait raisonner qu’en linéarité causale et en corrélations hasardeuses…ce qui fait de nous Européens du sud des Mentalistes en puissance…Notre atlantisme béat nous tuera ou nous a déjà tué….dommage

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s