1984

Douce France : Vers l’incrimination des opinions !

Vers l’incrimination des opinions.

Chers amis, je suis très partagée, et de manière permanente comme vous savez, depuis quelques jours encore plus que d’habitude, entre le rire et la saine colère. L’honnêteté me pousse même à dire que je me demande si je ne serais pas parfois presque un peu déçue d’une chute de l’exécutif LREM tant j’y puise une source constante d’inspiration tout aussi bien comique que tragique.

Je suis toutefois inquiète, comme j’ai eu l’occasion de le dire fréquemment et depuis longtemps, quant à l’évolution des libertés publiques, des libertés fondamentales, notamment de la liberté d’expression dont on sait très bien que c’est, immédiatement derrière, la liberté de conscience qui est visée. Et cela quoi qu’en pensent les idiots relativistes qui viendront toujours ricaner qu’il y a pire ailleurs (comme si c’était le problème).

Depuis que la violence et sa condamnation unanime ont pris, grâce à l’instrumentalisation outrancière dont elles ont fait l’objet, le devant de la scène d’un débat public exclusivement tourné vers des considérations d’ordre public, il est devenu quasiment impossible de faire entendre une autre voix que celle, attendue et presque imposée, de la CONDAMNATION.

Nous avons tous pu voir ces innombrables «débats» depuis quelques jours sur tous les plateaux télé où de pauvres malheureux égarés ou philosophes ou juristes ou simples citoyens qui essaient de comprendre (sans nécessairement justifier, et d’ailleurs, quand bien même ?) les débordements se retrouvent violemment sommés de CONDAMNER le boxeur aux poings nus. Si l’on pouvait leur demander de lui cracher au visage, on le ferait. Si les gens ne condamnent pas, les voilà suspects, voire carrément coupables.

Dernière ineptie en date, Aurore Bergé qui entend signaler au Procureur tous les gens qui, politiquement par exemple, « légitiment » la violence. Entendez par là que toute pensée de type révolutionnaire, impertinente, contestataire, caricaturale, sera alors interdite (qu’on la partage ou pas, tel n’est pas le problème). La gourde entend faire condamner ceux qui « arment » les violents, qui les arment intellectuellement et politiquement. N’essayez pas de chercher à ce qu’il en soit de même pour ceux qui arment « intellectuellement » les islamistes alors qu’on est en plein détricotage de la loi de 1905 afin de faire le lit douillet et complaisant des Frères Musulmans, vous perdriez votre temps.

Cela fait des décennies que l’on est abreuvé de culture de l’excuse au sujet des malheureuses racailles de banlieue, des années que d’éminents sociologues se penchent avec l’argent public sur toutes les raisons pouvant justifier et expliquer la violence de certaines minorités, et soudain, cet exécutif qui est idéologiquement le fruit du gauchisme culturel et du minoritarisme les plus imbéciles, déclare que la culture de l’excuse n’a plus aucune raison d’être et qu’il faut condamner la pensée et l’expression de la compréhension, sociologique, psychologique, philosophique, politique, judiciaire, au motif que c’est le brave populo qui en est l’objet ?

Et, à propos, si une femme dit qu’elle aime bien les hommes costauds, désemparés et excédés qui se battent à poings nus quand tant d’autres ont été éborgnés, estropiés, matraqués, gazés (et avec leurs impôts, encore), sera-t-elle envoyée devant le Procureur ?

Anne Sophie CHAZAUD

Bon, les petits amis, moi je n’aime pas du tout ce qu’il se passe là.

Il y a belle lurette que je dis que l’essence à la fois communicationnelle et idéologique du macronisme réside dans le fait de cliver, d’hystériser, de lancer des anathèmes, de provoquer des luttes fratricides, de diviser pour vaguement régner.

 Nous avions pu l’observer pendant la campagne électorale, quand des pans entiers de l’électorat étaient désignés non pas comme des adversaires mais comme des ennemis.

Nous avons pu vérifier de nouveau la mise en oeuvre déplorable de cette rhétorique, les insultes contre les électeurs ceci, contre les électeurs cela, la stigmatisation des nationalistes, des populistes, des feignants, des haineux et tutti quanti. C’est sans fin en fait.

Monter la police, notre police républicaine, contre le peuple, et finalement une partie du peuple contre sa police, ça aussi c’était un sacré coup, il suffisait d’y penser.

Monter des pans entiers de la société les uns contre les autres en exploitant la faille sécuritaire, trop fastoche, et tout le monde est là en train de tomber dans ce piège à mammouths qui est la seule carte, pathétique, de cet exécutif aux abois.

Alors là, moi, je déclare ma participation aux Jeux Olympiques de la Connerie, fermée. Entendre et commenter jour après jour les inepties de Marlene Schiappa, les niaiseries d’Aurore Bergé, réaliser chaque matin que Rantanplan est bel et bien Ministre de l’Interieur de mon pays, constater chaque jour le recul des libertés fondamentales, entendre les ricanements de ceux qui se croient bien à l’abri avec leur fric et/ou leur arrogance pseudo-subversive à deux balles, écouter des émissions débiles où des présentateurs hystériques racontent n’importe quoi par peur de perdre leurs nids douillets, voir mes concitoyens se faire latter la gueule dans des manifs, voir les policiers obligés de prendre parti contre leurs propres concitoyens, n’avoir pour seule boussole que le comptage des dégradations matérielles quand tant de gens souffrent, savoir qu’on détricote pendant ce temps bien peinard notre édifice laïque, nos bases républicaines tout en faisant mine de défendre la République et la «Maison France » dont on n’a cessé de dire que cette vision nationaliste était mauvaise, et n’avoir finalement comme seul divertissement que la vision répugnante des goûts sexuels de Yann Moix dont je me contrefous, tout ceci c’est beaucoup beaucoup beaucoup trop pour moi.

Je vais donc m’absenter du commentaire d’actualité pendant quelques temps, idéalement j’aimerais m’endormir et me réveiller aux élections de mai si, par malchance, il n’y en a pas plus tôt des anticipées.

Je vous souhaite bien du courage au milieu de ces flots de conneries dont le seul but, et ça a bien marché on dirait, était de provoquer la division des Français et de les conduire au bord de la guerre civile pour pouvoir ensuite se poser en rédempteur d’un ordre qui est tout sauf républicain.

Moi je remonte dans les alpages, l’air y est plus pur et on voit plus loin.

Je vous embrasse.

Anne Sophie CHAZAUD

EN BANDE SON : 

2 réponses »

  1.  » …savoir qu’on détricote pendant ce temps bien peinard notre édifice laïque, nos bases républicaines tout en faisant mine de défendre la République et la «Maison France…  »
    Il s’agit bien bien là du fond de l’affaire: attiser autant que se puisse les feux de la contestation pour placer le pays en coupe réglée.

    Il est à craindre que la Nation soit « en voie d’enveloppement ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s